Les Belles Lettres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belles-lettres.
logo
Logo de la série grecque des Budé et des Belles Lettres.
Repères historiques
Création 1919
Dates clés 1920 : publication du premier Budé
Fondateur(s) association Guillaume-Budé et 300 actionnaires fondateurs
Fiche d’identité
Forme juridique société anonyme à directoire et conseil de surveillance
Statut éditeur indépendant
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Spécialité(s) Littérature antique
Collection(s) « Budé », série grecque (1920) et série latine (1921) de la « collection des universités de France (CUF) »
Titre(s) phare(s) Les Travaux et les Jours d’Hésiode, L’Art d’aimer d’Ovide, les œuvres de Cicéron
Langue(s) de
publication
Français
Diffuseur(s) Belles Lettres diffusion distribution (BLDD)
Filiale(s) Klincksieck, BLDD
Site officiel www.lesbelleslettres.com

Les Belles Lettres est une maison d’édition française de littérature et de sciences humaines spécialisée, à l’origine, dans la publication d’auteurs antiques.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La légende des Belles Lettres veut que tout ait commencé au moment de la Grande Guerre, lorsque le linguiste Joseph Vendryes (1875-1960), désireux d’emporter dans son paquetage une édition critique d’Homère, ne put mettre la main que sur des éditions allemandes. À la fin de la guerre fut créée l’association Guillaume-Budé — d’après le nom de l’humaniste français du XVIe siècle. L’association se donnait comme objectif de diffuser les grands classiques issus de la culture grecque et latine, et décida de publier « une collection complète d’auteurs grecs et latins, textes et traductions ».

Mais l’association Guillaume-Budé n’avait pas les moyens financiers de ses ambitions. Pour éditer ces classiques, fut fondée une société d’édition, la société Les Belles Lettres pour le développement de la culture classique, devenue aujourd’hui société d’édition Les Belles Lettres. Des capitaux furent réunis, provenant « d’industriels français amis des lettres classiques », au total 300 actionnaires. Son premier président fut l’helléniste Paul Mazon (1874-1955), traducteur d’Homère. Le siège social des éditions se trouvait à Paris, au 157, boulevard Saint-Germain.

La « Collection des universités de France », dite « Budé »[modifier | modifier le code]

Les Belles Lettres en 2011[modifier | modifier le code]

Les « Budé »[modifier | modifier le code]

Plus de 800 volumes sont édités (un peu plus d’auteurs grecs que de latins)[1]. L’objectif est de « ([…] défendre et promouvoir la culture classique et la culture intellectuelle en général), la « Collection des universités de France », dite collection « Budé », comprendra tous les textes grecs et latins jusqu’à la moitié du VIe siècle, mis à jour et accompagnés de traductions françaises nouvelles, d’introductions, de notices, de notes et d’un apparat critique. [2]» en littérature, poésie, philosophie, théologie, mathématiques, médecine, astronomie, géographie, droit[note 1]… Toutefois, les auteurs chrétiens, qui figuraient pleinement au programme éditorial du début, ont été laissés aux soins de la collection « Sources chrétiennes » des éditions du Cerf. Seuls les écrits littéraires des Pères de l’Église font ou feront l’objet d’une édition aux Belles Lettres, comme Les Confessions de saint Augustin, par exemple.

La collection « Classiques en poche » reprend certains volumes de la série grecque et latine sans l’apparat critique, en proposant régulièrement des traductions rafraîchies, par exemple, le texte du Satiricon de Pétrone établi, traduit et commenté par Olivier Sers[3].

En 2012, Les Belles Lettres English ont été mises en place pour pouvoir distribuer une newsletter et avoir un site Internet en anglais appelé Sagesse Classique Hebdomadire. Le site est en ligne depuis le 6 novembre 2012 et sera dédié à la promotion et à l’enseignement de la littérature grecque et latine.

Les autres collections[modifier | modifier le code]

Des collections bilingues concernant l’histoire de France, les classiques du Moyen Âge ou les textes classiques anglais voient le jour (édition bilingue complète du théâtre de Shakespeare). Des auteurs comme François Malherbe sont publiés.

– La collection « Confluents psychanalytiques » est créée en 1976
– La collection « Realia », dirigée par Jean-Noël Robert, en 1983, propose des ouvrages de vulgarisation exigeante (par exemple : Les Plaisirs à Rome, du même auteur)
– La collection « Histoire » propose des travaux d’auteurs français (par exemple : Pierre Vidal-Naquet) ainsi que de nombreuses traductions d’ouvrages étrangers
– La collection « Science et Humanisme » édite et traduit des textes scientifiques de la Renaissance et de l’âge classique : Galileo Galilei, Johannes Kepler, Campanella, Isaac Newton, etc.
– La collection « La Roue à livres » propose des traductions d’auteurs antiques et renaissants, mais sans texte original
– La collection « L’âne d’or » propose des ouvrages de l’histoire des idées, consacrés à Emmanuel Kant, Giordano Bruno, à l’astronomie, à l’histoire de la médecine
– La collection « Classiques du Nord », dirigée par Régis Boyer, offre des traductions de textes issus des littératures danoise, suédoise, norvégienne et islandaise
– La collection « Guides Belles Lettres des civilisations » propose des guides de voyage dans le temps, à la découverte de l’Amérique précolombienne, de l’Islande des Vikings ou de l’Inde des Brahmanes
– La collection « Laissez faire », dirigée par François Guillaumat, et la collection « Bibliothèque classique de la liberté », dirigée par Alain Laurent, publient des auteurs libéraux comme Frédéric Bastiat, Yves Guyot ou Benjamin Constant
– La collection « Classiques en poche », dirigée par Hélène Monsacré, en 2006, réédite des titres de la « CUF » au format poche, sous forme d’éditions bilingues dotées d’un appareil de notes moins abondant

Hors collection, Les Belles Lettres publient les œuvres complètes de Giordano Bruno et de Pétrarque en édition critique bilingue. Ainsi que des auteurs plus inattendus comme Jean-Edern Hallier, Philippe Léotard ou Francis Lalanne.

Une centaine de livres sont publiés chaque année par Les Belles Lettres[note 2].

La société de diffusion-distribution[modifier | modifier le code]

En 2004, le groupe d'éditions Les Belles Lettres crée une filiale de diffusion-distribution, BLDD (Belles Lettres Diffusion Distribution) afin de distribuer les ouvrages d'autres éditeurs : Le 9e Monde  ; Aden (Londres) ; Aden (Belgique) ; Agone ; Al Dante ; Amsterdam ; Anacharsis ; L’Animal ; L’Arbre vengeur ; Arkhê ; Artacatos ; L’Association ; Asteure  ; Atelier de bibliophilie populaire ; Atrabile ; Autrement dit ; Avant-scène théâtre ; B42 ; Bazar ; Les Belles Lettres ; Bibliographie classique ; La Bibliothèque ; Black Book ; Le Bois d’Orion ; Le Bord de l’eau ; Le Bruit du temps  ; Brumes de Mars ; Brunet Élisabeth ; Bulletin Guillaume Budé ; Burozoïque ; Cà et Là ; Cahiers de l’association internationale des Études françaises (CAIEF) ; Éditions Cartouche ; Cécile Defaut ; Cent pages ; Charles-Léopold Mayer ; Choiseul ; La Cinquième Couche ; éditions de la Revue Conférence ; Contrechamps ; Critères ; Delirium ; Deux Mille Vingt-Quatre ; Dilecta ; La Dogana ; La Dragonne ; Du canard ; éditions du Sandre ; Dumerchez ; Dynamite ; L’Échappée ; L’Échoppe ; Employé du moi ; En marge — Paris ; Encrage ; Encre marine ; Entrecom ; L’Épure ; È®e ; L’Escampette ; éditions Est ; Ex nihilo ; Exhibitions International ; La Fabrique ; Fata Morgana ; Finitude ; Fizzi ; Folle Avoine ; Fondation Pierre Gianadda ; Les Fondeurs de briques ; galerie Bartschi ; galerie Lelong ; édition Genèse ; éditions de la Gouttière ; Hermann ; Hermann grands titres ; Héros-limite ; Honoré Clair ; L’Iconograf — atelier BD ; INA éditions ; Intervalles ; Invenit ; Italiques ; Jean-Claude Béhar ; Jean-Paul Rocher ; Kilowatt ; Kimé ; Klincksieck ; La Simarre — Christian Pirot ; LAM Lille métropole ; Laville ; Le Gac Press ; La Nerthe ; Livraphone ; MAC/VAL musée d’art contemporain ; Magnani ; Maison rouge — Homecooking ; Marwanny Corporation ; Matière ; éditions du Mauconduit ; Michel Lagarde ; Milelli ; Minerve ; Misma ; MMC ; Monografik ; Nestive(q)nen ; Nizet ; Nobrow Press ; Notari ; Nous ; Nouvelles Éditions Lignes ; Nuages ; Encyclopédie des Nuisances ; Obsidiane ; Octobre ; L’Oie de Cravan ; Ollendorff et Desseins ; Paris expérimental ; Photographie et Compagnie ; Poli-politique de l’image ; Prairies ordinaires ; Prétexte ; Rackham ; revue des Études grecques ; revue des Études latines ; Revue numismatique ; éditions Rue d’Ulm ; Sémiose ; Sépia ; Sixtrid ; éditions du Sonneur ; Sous la lime ; Tanibis ; Temps Présent ; Terra nostra ; Le Tigre ; La Transparence ; Tribord ; librairie Tschann ; Vagabonde ; Virgile — Ulysse ; William Blake & co. ; Xenia ; Yodea ; Zones sensibles.

Incendie[modifier | modifier le code]

Le 29 mai 2002, un incendie détruisit les entrepôts de stockage de Belles Lettres diffusion distribution à Gasny (Eure). Plus de trois millions de livres brûlèrent. Un programme de réimpression des ouvrages fut aussitôt lancé. Presque tous les livres du fonds des éditions Les Belles Lettres ont fait l’objet d’une réimpression, bénéficiant au passage de corrections ou d’ajouts bibliographiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Champs couverts.
    – Série grecque de la « collection des universités de France » : agriculture et botanique ; art et architecture ; art oratoire ; astrologie et astronomie ; autobiographie et biographie ; comédie ; correspondance ; critique littéraire ; droit et politique ; économie ; fables ; fragments ; géographie ; histoire byzantine ; histoire de la République romaine du Ier siècle ; histoire de la République romaine du IIe et Ier siècles ; histoire de la République romaine du VIe siècle au IIIe siècle ; histoire de l’Empire romain ; histoire égyptienne ; histoire grecque du IVe siècle ; histoire grecque des Ve et IVe siècles ; histoire grecque du Ve siècle ; judaïsme ; littérature ; médecine ; mythologie ; Pères de l’Église ; philosophie ; philosophie grecque ; physique et mathématiques ; poésie ; satire ; tragédie
    – Série latine de la « collection des universités de France » : agriculture et botanique ; art et architecture ; art oratoire ; astrologie et astronomie ; autobiographie et biographie ; comédie ; correspondance ; droit et politique ; économie ; fables ; géographie ; histoire de la République romaine ; histoire de l’Empire romain ; histoire grecque du IVe siècle ; judaïsme ; littérature ; médecine ; mythologie ; Pères de l’Église ; philosophie latine ; physique et mathématiques ; poésie ; satire ; tragédie

Références[modifier | modifier le code]

  1. Contrôlé le 13 décembre  2011 sur le site des Belles Lettres.
  2. La collection « Budé » aux Belles Lettres.
  3. Notice de l'ouvrage sur le site de l’éditeur.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :