Alaric II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaric.
« Alaricus Rex Gothorum ». Anneau sigillaire d'Alaric II. Vienne, Kunsthistorisches Museum.

Alaric II est roi des Wisigoths de 484 à 507; il appartient à la dynastie royale gothique et sacrée des Balthes. Il succède à son père Euric. Il règne sur la presque totalité de l'Espagne (seule la partie nord-ouest manquait à ses possessions), sur l'Aquitaine et sur la plus grande partie de la Provence. Alaric est un chrétien de confession arienne. Il est moins intolérant vis-à-vis des catholiques que son père Euric. Il les autorise d'ailleurs à tenir en 506 un concile à Agde.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 500, Alaric réside à Arles où il tient sa cour ; il y accueille un envoyé de Gondebaud, un certain aristocrate gaulois Aridius, et forme une alliance avec le roi burgonde alors assiégé à Avignon, dans le conflit opposant ce dernier à son frère et aux Francs[1].

En 506, Alaric II, siégeant à Toulouse, sa capitale, publie, à Aire-sur-l'Adour, un abrégé de droit romain, appelé lex romana visigothorum, plus connue sous l'appellation Bréviaire d'Alaric. En promulguant cet ouvrage, le roi authentifie l’œuvre des jurisconsultes gallo-romains qui y ont rassemblé les lois romaines les plus importantes, lois qui furent constamment utilisées pendant le Moyen Âge au point de constituer la base du Code civil de 1804. Ce texte apporte à la civilisation européenne l’héritage fondamental de Rome : la notion d’État, la distinction entre droit public et droit privé, les statuts sociaux, la régulation des transactions commerciales, les rapports avec l’Église, bref, tout ce qui constitue un monde où la violence barbare est jugulée par le droit normatif. Ainsi s’explique que cet ensemble de lois ait été accepté par le royaume des Francs, puis par l’Europe carolingienne, puis enfin par les juristes modernes. C’est du Bréviaire d’Alaric que nous tenons le principe fondamental : « Nul n’est censé ignorer la loi ».

Alaric est tué en combat singulier par le roi franc Clovis, à la bataille de Vouillé au printemps 507. Selon Grégoire de Tours, Clovis l'a attaqué sous le prétexte de sa religion vue comme hérétique par les catholiques[2], mais en fait il désire annexer la partie gothique de la Gaule.

La défaite d'Alaric peut s'expliquer par le fait que le roi wisigoth ne disposait probablement pas de l'intégralité de ses troupes d'élite, ni de la totalité de la cavalerie lourde wisigothique, qui avaient été envoyées en Espagne. En effet, Alaric avait amorcé l'implantation wisigothique dans le nord de l'Espagne depuis les années 490. Pour combler le manque d'hommes, il avait enrôlé de nombreux Gallo-Romains favorables aux Wisigoths, notamment des Arvernes[2], mais peu aguerris et combatifs. De plus, les renforts ostrogothiques promis par Théodoric[3], ne vinrent pas, bloqués en Italie à cause d'un risque d'une attaque de Byzance.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Justin Favrod - Les Burgondes : un royaume oublié au cœur de l'Europe - p.80
  2. a et b Grégoire de Tours, Histoire des Francs, livre II
  3. Cassiodore, Varior., lib. III, epist. III

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Rouche, Clovis, Paris, Éditions Fayard,‎ 1996 (ISBN 2-2135-9632-8).
  • Justin Favrod - Les Burgondes : un royaume oublié au cœur de l'Europe - Presses polytechniques et universitaires romandes, collection "Le savoir suisse" - Lausanne, 2002 - (ISBN 2-88074-596-9)
  • Bruno Dumézil, Michel Rouche (dir.), Le Bréviaire d'Alaric. Aux origines du Code civil, Paris, PUPS, 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Précédé par Alaric II Suivi par
Euric
Roi des Wisigoths
(484-507)
Geisalic