Capitaine Haddock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Archibald Haddock
Personnage de fiction apparaissant dans
Les Aventures de Tintin.

Alias Capitaine Haddock
Sexe Masculin
Cheveux Noirs
Activité(s) Marin
Caractéristique(s) Vocabulaire propre
Adresse Château de Moulinsart
(Drapeau de la Belgique Belgique)
Famille Chevalier François de Hadoque (ancêtre)
Entourage Tintin
Milou
Nestor
Professeur Tournesol

Créé par Hergé
Interprété par Georges Wilson
Jean Bouise
Andy Serkis
Voix Jean Clarieux
Jacques Hilling
Claude Bertrand
Jean Rougerie
Christian Pélissier
Patrick Bethune
Film(s) Le Crabe aux pinces d'or
Le Mystère de la Toison d'or
Tintin et les oranges bleues
Tintin et le temple du soleil
Tintin et le Lac aux requins
Le Secret de La Licorne
Série(s) Les Aventures de Tintin
Les Aventures de Tintin, d'après Hergé
Les Aventures de Tintin (série)
Première apparition Le Crabe aux pinces d'or
Dernière apparition Tintin et les Picaros
Éditeur(s) Casterman

Archibald Haddock, dit le capitaine Haddock, est l'un des personnages principaux de la série de bande dessinée Les Aventures de Tintin, créée par Hergé. Personnage de fiction, il est capitaine de marine marchande et meilleur ami de Tintin.

En 1996, il a été désigné comme le « personnage principal préféré » des internautes avec 37,5 % des suffrages devant Milou et Tintin[1],[2].

Origine[modifier | modifier le code]

Le capitaine Haddock accompagne Tintin dans toutes ses aventures à partir de l'épisode du Crabe aux pinces d'or (1941) dans lequel ils se rencontrent. On sait qu'il a navigué durant plus de vingt ans avec son ami, le capitaine Chester, avant de devenir commandant du Karaboudjan où son alcoolisme le met à la merci de son lieutenant Allan Thompson. C'est Tintin qui viendra l'en sortir : plus jamais les deux amis ne se quitteront. De sa famille, on sait qu'il est le descendant du chevalier François de Hadoque, capitaine de marine sous Louis XIV.

Il a été dans la marine marchande jusqu'à sa rencontre avec Tintin, il a de vieux amis dans la marine comme le capitaine Chester qui apparaît dans L'Étoile mystérieuse ou Thémistocle Paparanic, marin grec qui apparaît uniquement en portrait dans le film Tintin et le Mystère de la Toison d'or. Il sera encore commandant de bord pour deux expéditions lors de ses aventures avec Tintin ; il commandera l'Aurore dans L'Étoile mystérieuse lors de l'expédition pour retrouver l'aérolithe et le Sirius, navire du capitaine Chester, dans Le Trésor de Rackham le Rouge pour retrouver ledit trésor. À la fin de cette aventure, Tournesol acquiert avec le produit de la vente du brevet de son sous-marin le château de Moulinsart ayant appartenu à l'ancêtre du capitaine Haddock et l'offre au capitaine en remerciement du service que ce dernier lui a rendu[3]. Haddock semble prendre sa retraite de la marine pour vivre en châtelain.

Quant à l'origine du nom du capitaine Haddock, qui apparaît pour la première fois dans les notes d'Hergé en 1938, selon Philippe Goddin, auteur de Chronologie d'une œuvre, elle est inspirée par Le Capitaine Craddock, film franco-allemand de Hanns Schwarz et Max de Vaucorbeil (1931), dont Hergé était un grand fan. Dans Le Crabe aux pinces d'or, le capitaine Haddock chante d'ailleurs une chanson de ce film : Les Gars de la marine. Toutefois, selon la première épouse d'Hergé, Germaine Kiekens, le nom de « Haddock » viendrait d'un « triste poisson anglais », l'aiglefin fumé, appelé haddock[4].

Pourtant, le nom Haddock est un nom réel, puisque Sir Richard Haddock (1629-1715) avait commandé le Royal James à la bataille de Solebay[5]. Son deuxième fils, Nicholas Haddock suivit la carrière de son père. De plus, Herbert James Haddock (1861-1946)[6] fut commandant dans la White Star Line et entre autres Capitaine (en titre, bien que le navire ne navigue pas) du Titanic avant livraison à la compagnie transatlantique, et ensuite du vaisseau frère du Titanic, l'Olympic[7].

École anglaise, Nicholas Haddock, musée national maritime Greenwich.

Son prénom, Archibald, est mentionné pour la première fois dans Tintin et les Picaros, le dernier album achevé des Aventures de Tintin, et l'est de nouveau dans l'album inachevé Tintin et l'Alph-Art.

Caractère[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vocabulaire du capitaine Haddock.

Haddock possède un caractère pour le moins expressif. C'est un impulsif qui se laisse entraîner par son enthousiasme ou son découragement. Il est très colérique, mais ses emportements sont aussi brefs que spectaculaires. Malgré son caractère bourru et irascible, c'est un homme généreux et sensible. Il éprouve une profonde amitié envers Tintin, pour qui il n'hésiterait pas à donner sa vie et considère le professeur Tournesol comme un de ses meilleurs amis, bien que ce dernier le fasse parfois sortir de ses gonds.

L'alcoolisme est le vice de Haddock qui, pris dans la tourmente de l'alcool du marin (le rhum), n'est plus apte à contrôler son navire ni à donner des ordres. Au contact de Tintin, le problème diminuera pour devenir, si l'on peut dire, un penchant. Il présidera la ligue des marins anti-alcooliques dans l'Étoile mystérieuse. C'est aussi un grand amateur de whisky, surtout de la marque Loch Lomond. Malgré tout, il tient très mal l'alcool : en état d'ivresse, il devient complètement irresponsable, pouvant mettre le feu à sa propre barque ou sortir d'une fusée en plein espace, et devient incapable de parler sans bégayer. Haddock fait aussi grande consommation de tabac et on le voit bien souvent pipe à la bouche[8]. Durant toute la série, il apparaît la plupart du temps habillé en marin, avec un pantalon noir, son pull bleu marqué d'une ancre et sa casquette de marin.

On ignore l'âge exact du capitaine Haddock. Si sa barbe le vieillit, ses exploits athlétiques (au Tibet, sur la Lune, et autres) montrent qu'il est plutôt dans la force de l'âge. S'il semble être à la retraite, c'est que c'est un rentier à l'abri du besoin après avoir hérité de son aïeul. D'ailleurs, comme tous les personnages de la série, il n'est pas soumis au vieillissement, alors que le monde extérieur évolue de façon plutôt conforme au monde réel (selon la date de parution de l'album).

À partir de la dernière page de l'album le Trésor de Rackham le Rouge, Haddock réside au château de Moulinsart, avec son valet de chambre Nestor. Il se verrait bien en châtelain respecté dans les Sept Boules de cristal : il porte alors un monocle, une culotte de cheval et des bottes. Mais il retrouve vite sa casquette et son pull marin à col roulé, ancre de marine, et des chaussures noires.

Comme Tintin, Haddock est célibataire. Les personnages féminins sont le plus souvent secondaires dans la série, La Castafiore en étant le caractère le plus remarquable. Des journalistes de Paris-Flash imaginent des fiançailles entre le capitaine et la cantatrice, dans Les Bijoux de la Castafiore, mais à la fin de l'album Haddock et Moulinsart retrouvent leur tranquillité.

Haddock ne semble pas apprécier les vocalises de Bianca Castafiore, en particulier l'air des Bijoux de Faust son cheval de bataille. Tournesol confond d'ailleurs ce chant avec un orage ou une sirène d'alarme.

Culture[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ne semble pas afficher une culture générale des plus étendues, même s'il peut réciter par cœur un vers d'un poème de Lamartine, Le Lac, dans Le Trésor de Rackham le Rouge (« Un soir, t'en souvient-il, nous voguions en silence... »), Haddock s'y connaît passablement en musique et s'intéresse à l'histoire, surtout quand elle se rapporte à celle de son ancêtre. Cependant, c'est son registre d'insultes tirées de tous les domaines de la connaissance qui est impressionnant. C'est d'ailleurs l'élément qui le caractérise le plus. Outre les « Mille sabords ! » et dérivés ou le « Tonnerre de Brest ! », on n'en dénombre pas moins de 220, sans compter les « espèce de... », « bande de... » et « bougre de... ». À noter que la grande majorité des expressions qu'il utilise ne sont pas de véritables insultes dans la langue courante (moule à gaufres, Bachi-bouzouk, phlébotome, logarithme, etc.), faisant ainsi office d'un vocabulaire unique au monde d'insultes à caractère non injurieux. La loi sur les publications destinées à la jeunesse ne permettait pas un langage grossier ; or un marin au long cours étant plus crédible avec un langage coloré, Hergé a donc employé ce subterfuge. Ses expressions favorites sont Tonnerre de Brest et Mille Millions de Mille Sabords.

La tendance du Capitaine Haddock à s'emporter verbalement aurait été inspirée à Hergé par son frère Paul Remi, militaire au vocabulaire souvent corsé, mais Daniel Couvreur cite aussi Antoinette, la grand-mère maternelle d'Hergé ainsi que les maraîchères bruxelloises et leurs clientes sur les marchés de la capitale belge pendant l'enfance de l'auteur. Quant à Hergé lui-même, en 1960, il fait référence à Marcel Proust dans Sodome et Gomorrhe[9].

Émile Brami, auteur d'une biographie de Louis-Ferdinand Céline, estime qu'Hergé se serait inspiré du pamphlet antisémite de Céline Bagatelles pour un massacre, publié en 1938, pour créer les jurons du capitaine. La date correspond assez bien et, surtout, Émile Brami a trouvé dans l'ouvrage de Céline un certain nombre d'insultes reprises par Haddock dans Le Crabe aux pinces d'or, par exemple « ornithorynque » (écrit « ornithorynx » par Céline), ou encore « aztèque », « noix de coco » et « iconoclaste »[10]. L'hypothèse ne fait pas l'unanimité chez les tintinophiles.[citation nécessaire]

D'après Jacques Martin, Hergé a utilisé comme modèle Edgar P. Jacobs pour Haddock, notamment en ce qui concerne son potentiel comique[11].

Interprétations[modifier | modifier le code]

Au cours des diverses adaptations de Tintin, au cinéma ou à la télévision, pas moins de six comédiens ont donné vie au capitaine Haddock :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Couvreur, Archibald Haddock : Les mémoires de Mille Sabords, Bruxelles, Éditions Moulinsart,‎ 2011, 64 p. (ISBN 978-2-87424-256-4), p. 11
  2. L'élection du personnage principal préféré des internautes sur le site free-tintin.net, consulté le 27 avril 2012
  3. « Justement ! … Le gouvernement m'a acheté fort cher le brevet de mon petit submersible… Or c'est grâce à vous que j'ai pu l'expérimenter et le perfectionner. À mon tour de vous rendre service… Venez, nous allons acheter votre château… » dans Le Trésor de Rackham le Rouge, page 59, case 2.
  4. Daniel Couvreur, Archibald Haddock : Les mémoires de Mille Sabords, Bruxelles, Éditions Moulinsart,‎ 2011, 64 p. (ISBN 978-2-87424-256-4), p. 8-9
  5. Collectif, Les personnages de Tintin dans l'histoire, Historia, 2011.
  6. Louis Francken, Le vrai capitaine Haddock - Herbert James, Éditions Avant-Propos, Waterloo 2011. (ISBN 978-2-930627-09-0)
  7. (en) Notice biographique sur le site de l'Encyclopedia Titanica
  8. Avec une exception, dans Objectif Lune où il a pris par erreur le cornet acoustique du professeur Tournesol?
  9. Daniel Couvreur, Archibald Haddock : Les mémoires de Mille Sabords, Bruxelles, Éditions Moulinsart,‎ 2011, 64 p. (ISBN 978-2-87424-256-4), p. 18
  10. Émile Brami, Céline, Hergé et L’affaire Haddock, Écriture,‎ 2004, 122 p. (ISBN 2-909240-63-0)
  11. Interview de Jacques Martin par Hugues Dayez, Intérêt-général Info, 2 juin 2010, consulté le 30 juillet 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Algoud, Le Haddock illustré : l'intégrale des jurons du capitaine, Tournai, Casterman, coll. « Bibliothèque de Moulinsart »,‎ 1991, 96 p. (ISBN 2-203-01710-4)
  • Daniel Couvreur, Archibald Haddock : Les mémoires de Mille Sabords, Bruxelles, Éditions Moulinsart,‎ 2011, 64 p. (ISBN 978-2-87424-256-4)