Athaulf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Athaulf
Statue du roi Athaulf à Madrid (Felipe de Castro, 1750-53)
Statue du roi Athaulf à Madrid (Felipe de Castro, 1750-53)
Titre
Roi des Wisigoths
410415
Prédécesseur Alaric Ier
Successeur Sigéric
Biographie
Titre complet Roi des Wisigoths
Date de décès 415
Lieu de décès Barcelone
Nature du décès Assassinat
Conjoint soeur d'Alaric
Galla Placidia
Enfant(s) noms inconnus
Théodose
Religion arianisme

Athaulf (année inconnue - 415 à Barcelone) est un roi des Wisigoths régnant de 410 à 415. Dans la littérature, il peut aussi être nommé « Athaulfe », « Ataulfe », « Athaulphe », « Ataulphe », « Athaulph » ou « Ataulph ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Athaulf appartient à la noble famille des Balthes. Selon Zosime, il est le beau-frère[1] du roi Alaric auquel il succède. Jordanès décrit Athaulf comme un homme remarquable, autant par la supériorité de son esprit que par sa beauté[2]. Sa première épouse serait donc une sœur d'Alaric dont le nom est inconnu; elle lui donnera six enfants dont les noms sont inconnus. Selon la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Ataulphus régna 6 ans[3].

Un roi cavalier[modifier | modifier le code]

Vers 408 ou 409, Alaric établit un camp permanent en Toscane et organise son armée pour attaquer Rome. Il est rejoint par Athaulf et ses cavaliers qui descendent du Danube où ils protégeaient le limes contre les Huns. Il a porté le titre de comte des cavaliers dans l'armée fédérée d'Alaric.

À la fin de l'année 410, après le sac de Rome (août 410), les Wisigoths se trouvent dans le sud de l'Italie ; Alaric a le projet de gagner l'Afrique romaine par la Sicile. Mais il meurt à ce moment et est inhumé près de Cosenza. Les Goths choisissent leur nouveau souverain, Athaulf le cavalier, est élu pour les mener à travers les Gaules. Alaric lui aurait confié la garde de Aelia Galla Placidia, fille de l'empereur Théodose (379-395) et demi-sœur de l'empereur romain d'Occident Honorius, captive des Wisigoths depuis le sac de Rome en 410.

Un Wisigoth romanisé[modifier | modifier le code]

La migration des Wisigoths de 376 à 418.

Athaulf renonce au projet africain ; les Wisigoths remontent vers le Nord de l'Italie, puis, en 412, entrent en Gaule, où ils enlèvent aux usurpateurs Jovin et Sébastien la Provence puis l'Aquitaine. Les Romains ne bougent pas à cause de la présence de Galla Placidia à ses côtés. Selon la Chronique gauloise, dès son arrivée en Gaule, il aurait reçu de l'empire, une terre en Aquitanique et il est avéré qu'il prit rapidement possession de Bordeaux. En 412, les Goths sont bien installés à Bordeaux et Bazas.

Peu après, le 1er janvier 414[4], à Narbonne, Athaulf épouse en grande pompe Galla Placidia. Selon Jordanes, il l'avait déjà épousée en Italie, à Forlì (Forum Livii), peut-être selon une procédure germanique. Son mariage "romain" est une humiliation pour l'Empereur qui devient beau-frère d'un Goth; mais il est aussi mal vécu par les Goths qui le lui reprochent.

La fuite vers l'Espagne[modifier | modifier le code]

Les Wisigoths subissent alors la pression de Constance, général au service d'Honorius, qui souhaitait épouser Galla Placidia et qui reprend Narbonne ; acculés à la famine par les ports bloqués par les Romains, ils incendient Bordeaux et Bazas avant de passer en Espagne et prennent Barcelone en décembre 414.

Un roi qui divise[modifier | modifier le code]

En 414 ou au début de 415, à Barcelone, Galla Placidia a un fils auquel est donné le nom significatif de Theodosius (Théodose), nom de son grand-père Théodose Ier. Mais il meurt en bas-âge, très probablement assassiné à l'instigation d'une faction de nobles wisigoths hostiles à Athaulf, qui aurait, selon eux, souhaité « restaurer l'Empire romain grâce à la force gothique»[5] et placer son fils sur le trône impérial. Le chagrin de ses parents est, semble-t-il, immense, à une époque où il est fréquent de perdre un enfant en bas âge ; son corps est placé dans un cercueil d'argent et déposé dans une chapelle aux portes de la ville.

En septembre 415, Athaulf est assassiné, alors qu'il inspectait les chevaux, trahi par l'un de ses officiers[6]. A la nouvelle de sa mort, des jeux ainsi que des feux d'artifice furent organisés à Constantinople[7].

Le nouveau roi, Sigéric, fit exécuter les six enfants de son premier mariage et maltraita sa seconde épouse, Galla Placidia. Cependant, il règna à peine 15 jours avant d'être lui aussi assassiné au nom de la faide germanique, par des partisans d'Athaulf.

Le noble Wallia, de la famille balthe, est alors élu roi.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Courcelle, Histoire littéraire des grandes invasions germaniques, Paris, de Boccard, 1964.
  • Michel Rouche, Clovis, Paris, Fayard, 1996 (2013), 604 p. Ouvrage très riche, qui permet de faire le point sur l'origine et les tribulations des peuples Alains, Alamans, Burgondes, Francs, Huns, Ostrogoths, Wisigoths, etc. aux IIIe, IVe et Ve siècles.
  • Jones, M. A., Martingale, J., Morris, J., Prosopography of the Later Roman Empire (Prosopographie du Bas-Empire Romain), Oxford, 1971-1992, 3 volumes. Pour Athaulf et Galla Placida, voir le volume 2. Notices assez complètes et récentes sur tous les personnages du Bas-Empire romain qui ont laissé une trace sur les monuments et dans la littérature.
  • Wolfram, Herwig, History of the Goths, University of California Press, 1990. ISBN 0-520-06983-8
  • Renée Mussot-Goulard, Les Goths, Atlantica, Biarritz, 1999.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zosime, Histoire romaine, V.
  2. Jordanès, Histoire des Goths, Chap. XXXI.
  3. Chronica regum Wisigotthorum.
  4. Jean-Paul Moreau, Disputes et conflits du christianisme : Dans l'Empire romain et l'Occident médiéval, Editions L'Harmattan,‎ 2005 (lire en ligne), p. 39.
  5. dixit Michel Rouche, Clovis, page 91. Cf. Bibliographie.
  6. Hydace de Chaves, Chronique, XX et XXII.
  7. selon Olympiodore.