Astérix et les Goths

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astérix et les Goths
3e album de la série Astérix
Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix, Panoramix

Éditeur Hachette
Première publication en album : 1963
ISBN 2-01-210003-1

Prépublication 18 mai 1961
Albums de la série Astérix
Précédent La Serpe d'or Astérix gladiateur Suivant

Astérix et les Goths [1] est le troisième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du no 82 (18 mai 1961) au no 122 (22 février 1962) et publié en album en 1963.

Résumé[modifier | modifier le code]

Panoramix se prépare à aller à la réunion des druides dans la forêt des carnutes ; Astérix tient à l'accompagner jusqu'à la lisière de la forêt (les non-druides n'étant pas autorisés à assister à la réunion). Obélix les accompagne car c'est « la morte saison pour les menhirs ». Pendant ce temps, deux légionnaires romains sont attaqués par une bande de Goths menés par Coudetric qui se dirige vers la forêt des Carnutes. Le trio gaulois rencontre le druide belge Septantesix, un vieil ami de Panoramix, avant d'être arrêtés par une patrouille romaine. Septantesix prouve qu'ils sont des druides en faisant manger des herbes magiques à un légionnaire ; le centurion s'excuse en annonçant qu'une bande de Goths rôde dans la forêt des Carnutes.

Arrivés à cette dernière, Astérix et Obélix restent à la lisière de la forêt en attendant Panoramix sans se douter que Coudetric rappelle à ses hommes le but de leur mission : capturer le druide qui remportera le concours du meilleur druide afin d'envahir la Gaule puis Rome. Après des démonstrations, par plusieurs druides, de potion d'engrais, de pluie, de miniaturisation, de potage en poudre, d'invulnérabilité, c'est Panoramix qui remporte le concours avec sa potion magique et il est capturé par les Goths.

Ne le voyant pas revenir, Septantesix prévient Astérix et Obélix qui découvrent l'identité des ravisseurs grâce à un casque. Astérix boit le contenu de la marmite de Panoramix et les deux compères se rendent en Germanie. En chemin, ils se font arrêter par une patrouille romaine qui les prend pour des Goths. Astérix et Obélix repoussent leur ennemis. Dans un camps romain, le décurion fait son rapport à son chef qui lui demande d'envoyer des copies de dessins un peu partout pour que soient capturés les deux supposés Goths.

Astérix a la brillante idée de se déguiser en romain. Obélix et lui trouvent deux légionnaires à leur carrure, les attachent, volent leurs armes et leurs vêtements et partent. Cependant, les romains commencent rapidement à se capturer les uns les autres en se prenant mutuellement pour des Goths. Deux légionnaires repèrent les deux prisonniers, pensent que ce sont Astérix et Obélix, vu leur carrure, et les emmènent à la tente où se trouve leur chef. Ils vont demander si ils vont être récompensés. Le chef, comprenant qu'il s'agit de légionnaires, les jette dehors en leur disant qu'ils vont aller dans l'arène avec les lions. Astérix et Obélix, qui ont repris leur habits, arrivent à la frontière entre la Gaule et la Germanie, assomment la vigie et franchissent la frontière. Plus loin nos Gaulois tombent sur une patrouille de Goths. Obélix se présente comme un romain et les combat, Astérix décide de se cacher et de se déguiser en Goths. Dès qu'ils ont trouvé des Goths à leur carrure, ils les assomment et enfilent leurs casques et leurs vêtements.

Un garde informe le chef goth Téléféric que son interprète, Cloridric, est là et Téléféric demande à ce dernier de traduire ce que Panoramix va dire. Il précise que si Panoramix refuse ses propositions il fera exécuter l'interprète avec le prisonnier. Téléféric veut que le druide fasse de la potion magique pour lui. Panoramix refuse mais Cloridric traduit qu'il accepte. Téléféric est content et demande quand il va le faire. Cloridric ment encore en répondant : dans une semaine à la pleine lune.

Pendant ce temps, nos héros rencontrent une patrouille goth et décident de la suivre. Au moment où ils vont s'esquiver le général les rappelle à l'ordre. Astérix propose à Obélix de filer pendant la nuit et d'essayer de passer inaperçus. Ils se rendent donc à la caserne. La nuit tombée, les deux Gaulois essaient de s'échapper de l'armée goth mais sont rapidement capturés de nouveau et jetés en prison en même temps que l'interprète Cloridric qui cherchait à s'expatrier.

Obélix fend la porte de la prison et nos héros s'évadent, puis Astérix demande à Cloridric s'il a vu un druide gaulois. Cloridric répondant en goth, Astérix pense qu'il ne parle pas gaulois. Mais Cloridric se met alors à éternuer et, Astérix lui disant « à vos souhaits », il le remercie. Astérix réalise alors qu'il parle gaulois et sous la menace du poing d'Obélix, Cloridric avoue tout ce qu'il sait à propos du druide. Astérix décide de retourner en ville et de ne libérer Cloridric que lorsqu'ils auront retrouvé Panoramix. Alors qu'ils essaient de se faufiler dans la ville goth, Cloridric crie et attire une patrouille. Astérix et Obélix s'enfuient mais, arrivés dans une impasse, sont contraints de se battre. Après avoir assommé toute la patrouille, ils se rendent au seul homme qui reste valide afin qu'il les conduise à son chef.

Les Gaulois sont amenés à Téléféric qui décide de les faire exécuter puis demande à Cloridric si le druide est toujours d'accord pour lui faire de la potion magique ; Cloridric affirme que oui mais Panoramix se met à parler goth et dément. Téléféric énervé les fait jeter tous en prison et les condamne à mort.

Astérix, Obélix et Panoramix décident de fournir de la potion magique à certains Goths, afin qu'il passent leur temps à se battre entre eux au lieu d'envahir la Gaule. Panoramix demande au garde l'autorisation de Téléféric pour qu'ils puissent manger un dernier potage gaulois, ce qui leur est accordé. Quand le garde revient avec tous les ingrédients, Panoramix prépare de la potion magique et en donne à boire à Cloridric.

Lors de l'exécution publique, Cloridric exige de passer en premier. Il parvient à résister à l'écartèlement par des chevaux ; Téléféric se demande ce qui arrive, ordonne de détacher le condamné et d'amener des chevaux plus forts ; une fois libéré, Cloridric fonce sur Téléféric et annonce à la foule que, grâce à la potion du druide, il est leur nouveau chef. Au palais, Astérix demande à Cloridric l'autorisation d'aller au cachot pour narguer Téléféric ; Cloridric lui accorde. Astérix constate que leur plan marche toujours et Cloridric pense à se débarrasser des Gaulois. Dans le cachot Panoramix fait boire la potion magique à Téléféric qui brise ses chaines et va reprendre son trône. Mais, comme Cloridric et Téléféric ont bu tous les deux de la potion magique, il ne peut y avoir de vainqueur et ils décident tous les deux de lever une armée.

Pendant ce temps, les Gaulois donnent de la potion à plusieurs Goths, de préférence vieux ou faibles, et génèrent ainsi avec succès la discorde et l'anarchie, les « guerres Asterixiennes », chez les Germains. Ainsi, tant que les Goths seront occupés à se battre, ils ne penseront pas à envahir la Gaule.

Leur mission couronnée de succès, nos trois héros rentrent chez eux. Leur arrivée au village provoque la joie de leurs amis car, ainsi que leur raconte Abraracourcix, après ce que leur a dit le druide Septantesix, ils pensaient que Panoramix, Astérix et Obélix étaient perdus et ils étaient en deuil. Tout le monde se retrouve joyeusement donc pour le banquet final.

Références historiques[modifier | modifier le code]

L'album fait références aux invasions barbares qui ont eu lieu à une période ultérieure, 4 siècles après l'époque de Jules César. Astérix provoque la guerre civile entre les peuples goths retardant de plusieurs siècles cette invasion.

Dans l'album, l'un des personnages est condamné à l'écartèlement. Les peuples barbares avaient la réputation de pratiquer ce genre de méthode extrême.

Éléments humoristiques[modifier | modifier le code]

(N.B. : « p10-c5 » signifie « planche 10 case 5 »)

Anachronismes[modifier | modifier le code]

Goscinny a fait fonctionner l'album sur de nombreux anachronismes :

  • Les Goths se sont établis au Ier siècle apr. J-C. en Europe et, en 375 seulement, ils se sont séparés en Wisigoths et Ostrogoths.
  • Les pommes de terre ne sont arrivées en Europe qu'au XVIe siècle (p8-c2).
  • Les trophées n'existaient pas en −50 (p8-c1).
  • Les caleçons ne sont apparus qu'au XVIIIe siècle (p14-c10).
  • Les bornes frontalières signalant la limite d'un territoire ne voient le jour que bien plus tard dans l'Histoire (p18-c5).
  • La scie n’avait pas encore été inventée en −50 (p32-c4).
  • La brouette n'a été inventée qu'au XIIIe siècle (p39-c1).
  • Les pancartes publicitaires servant à promouvoir une élection n'existaient pas (p40-c9).

Culture germanique[modifier | modifier le code]

Nom des personnages[modifier | modifier le code]

  • À l’instar des personnages gaulois dont les noms finissent en -ix sur l'exemple historique de Vercingétorix, tous les personnages goths ont un nom en -ic à l'image de l'un de leurs plus illustres chefs, Théodoric le Grand.
  • Le druide belge s'appelle « Septantesix », par allusion à la façon belge de dire le nombre 76.

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Errare humanum est : L'erreur est humaine

Publication[modifier | modifier le code]

  • Tirage original : 15 000 exemplaires[L 1], ce qui est beaucoup pour 1964 et qui n'est pas allé sans les réticences de l'éditeur[2] .
  • Les planches originales sont perdues[L 2] .

Dans les autres langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Asterix und die Goten
  • Anglais : Asterix and the Goths
  • Bengali : Asterix o Goth Doshyu
  • Catalan : Astèrix i els gots
  • Coréen : 아스테릭스, 고트족 국경을 넘다
  • Espagnol : Asterix y los godos
  • Finnois : Asterix ja gootit
  • Frisien : Asterix en de Goaten
  • Grec : Ο Αστερίξ και οι Γότθοι
  • Hongrois : Asterix és a Gótok
  • Islandais : Ástríkur og Gotarnir
  • Italien : Asterix e i Goti
  • Néerlandais : Asterix en de Goten
  • Norvégien : Asterix og Goterne
  • Polonais : Asterix i Goci
  • Portugais : Astérix e os Godos
  • Serbe : Астерикс и Готи
  • Suédois : Asterix och Goterna
  • Tchèque : Asterix a Gótové
  • Turc : Asteriks ve Gotlar

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme Goths se prononce « go », sans prononciation du th.
  2. Bernard de Choisy, Uderzo-Storix, Jean-Claude Lattès, 1991, p.157
  • « L'Histoire secrète d'Astérix », Lire, hors série, no 1,‎ 22 octobre 2004, p. 148
  1. p. 11
  2. p. 40

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « L'Histoire secrète d'Astérix », Lire, hors série, no 1,‎ 22 octobre 2004, p. 148 Document utilisé pour la rédaction de l’article