Astérix et les Goths

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astérix et les Goths
3e album de la série Astérix
Image illustrative de l'article Astérix et les Goths

Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix, Panoramix

Éditeur Hachette
Première publication en album : 1963
ISBN 2-01-210003-1

Prépublication 18 mai 1961
Albums de la série Astérix
Précédent La Serpe d'or Astérix gladiateur Suivant

Astérix et les Goths[1] est le troisième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du no 82 (18 mai 1961) au no 122 (22 février 1962) et publié en album en 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Panoramix se rend à la réunion annuelle des druides dans la forêt des Carnutes, escorté par Astérix et Obélix qui doivent l'attendre à la lisière de la forêt, les non-druides n'étant pas autorisés à assister à la réunion. La région est quadrillée par des troupes romaines à la recherche d'une bande de Goths qui ont franchi la frontière de la Gaule. Mené par leur chef Coudetric, ces derniers cherchent à s'approprier le savoir des druides afin d'envahir la Gaule. Après des démonstrations, par plusieurs druides, de tours de magie plus ou moins fantaisistes, c'est Panoramix qui remporte le concours du druide de l'année avec sa potion magique et il est capturé par les Goths. Alertés par un ami de Panoramix, Astérix se lance à la poursuite des ravisseurs avec l'aide d'Obélix. Après diverses péripéties et changements de costume, les deux compères passent la frontière de la Germanie et atteignent la ville où Panoramix est prisonnier.

Le chef goth Téléféric exige du druide qu'il lui prépare de la potion magique, ce que le vieux Gaulois refuse par le truchement de l'interprète Cloridric. Ce dernier, craignant pour sa propre tête, ment à Téléféric et affirme que Panoramix accepte, demandant seulement un délai d'une semaine pour attendre la pleine lune. Cloridric tente ensuite de s'enfuir pendant la nuit mais est arrêté et jeté en prison à tout hasard. Pendant ce temps, Astérix et Obélix, habillés en guerriers goths, se sont joints à une patrouillle mais finissent dans la même geole après avoir tenté de s'éclipser.

Obélix fend la porte de la prison et les deux héros s'évadent avec l'interprète. Cloridric, maladroit, avoue tout ce qu'il sait à propos du druide. Astérix décide alors de retourner en ville et de ne libérer Cloridric que lorsqu'ils auront retrouvé Panoramix. Alors qu'ils essaient de se faufiler dans la ville goth, Cloridric crie et attire une patrouille. Astérix et Obélix s'enfuient mais, arrivés dans une impasse, sont contraints de se battre. Après avoir assommé toute la patrouille, ils se rendent au seul homme qui reste valide afin qu'il les conduise à son chef.

Les Gaulois sont amenés à Téléféric qui décide de les faire exécuter puis demande à Cloridric si le druide est toujours d'accord pour lui faire de la potion magique ; Cloridric affirme que oui mais Panoramix révèle qu'il parle leur langue et dément. Téléféric énervé les fait jeter tous en prison et les condamne à mort.

Astérix, Obélix et Panoramix décident de fournir de la potion magique à certains Goths, afin qu'il passent leur temps à se battre entre eux au lieu d'envahir la Gaule. Panoramix demande au garde l'autorisation de Téléféric pour qu'ils puissent manger un dernier potage gaulois, ce qui leur est accordé. Quand le garde revient avec tous les ingrédients, Panoramix prépare de la potion magique et en donne à boire à Cloridric.

Lors de l'exécution publique, Cloridric exige de passer en premier. Il parvient à résister à l'écartèlement par des chevaux ; Téléféric se demande ce qui arrive, ordonne de détacher le condamné et d'amener des chevaux plus forts ; une fois libéré, Cloridric fonce sur Téléféric et annonce à la foule que, grâce à la potion du druide, il est leur nouveau chef. Au palais, Astérix demande à Cloridric l'autorisation d'aller au cachot pour narguer Téléféric ; Cloridric la lui accorde. Dans le cachot Panoramix fait boire la potion magique à Téléféric qui brise ses chaines et va reprendre son trône. Mais, comme Cloridric et Téléféric ont bu tous les deux de la potion magique, il ne peut y avoir de vainqueur et ils décident tous les deux de lever une armée.

Pendant ce temps, les Gaulois donnent de la potion à plusieurs Goths, de préférence vieux ou faibles, et génèrent ainsi avec succès la discorde et l'anarchie, les « guerres Asterixiennes », chez les Germains. Ainsi, tant que les Goths seront occupés à se battre, ils ne penseront pas à envahir la Gaule.

Leur mission couronnée de succès, les trois héros rentrent chez eux. Leur arrivée au village provoque la joie de leurs amis qui les croyaient perdues, et tout le monde se retrouve joyeusement pour le banquet final.

Références historiques[modifier | modifier le code]

L'album fait références aux invasions barbares qui ont eu lieu à une période ultérieure, 4 siècles après l'époque de Jules César. Astérix provoque la guerre civile entre les peuples goths retardant de plusieurs siècles cette invasion.

Dans l'album, l'un des personnages est condamné à l'écartèlement. Les peuples barbares avaient la réputation de pratiquer ce genre de méthode extrême.

Éléments humoristiques[modifier | modifier le code]

(N.B. : « p10-c5 » signifie « planche 10 case 5 »)

  • Lorsque Téléféric gavé de potion magique et très fâché contre Cloridric se libère des chaînes, Obélix dit à Astérix "Il est déchaîné ! ". Il répétera cette blague à la fin lors du banquet.

Anachronismes[modifier | modifier le code]

Goscinny a fait fonctionner l'album sur de nombreux anachronismes :

Culture germanique[modifier | modifier le code]

Nom des personnages[modifier | modifier le code]

  • À l’instar des personnages gaulois dont les noms finissent en -ix sur l'exemple historique de Vercingétorix, tous les personnages goths ont un nom en -ic à l'image de l'un de leurs plus illustres chefs, Théodoric le Grand.
  • Le druide belge s'appelle « Septantesix », par allusion à la façon belge de dire le nombre 76.

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Errare humanum est : L'erreur est humaine

Publication[modifier | modifier le code]

  • Tirage original : 15 000 exemplaires[L 1], ce qui est beaucoup pour 1964 et qui n'est pas allé sans les réticences de l'éditeur[2] .
  • Les planches originales sont perdues[L 2] .

Dans les autres langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Asterix und die Goten
  • Anglais : Asterix and the Goths
  • Bengali : Asterix o Goth Doshyu
  • Catalan : Astèrix i els gots
  • Coréen : 아스테릭스, 고트족 국경을 넘다
  • Espagnol : Asterix y los godos
  • Finnois : Asterix ja gootit
  • Frisien : Asterix en de Goaten
  • Grec : Ο Αστερίξ και οι Γότθοι
  • Hongrois : Asterix és a Gótok
  • Islandais : Ástríkur og Gotarnir
  • Italien : Asterix e i Goti
  • Néerlandais : Asterix en de Goten
  • Norvégien : Asterix og Goterne
  • Polonais : Asterix i Goci
  • Portugais : Astérix e os Godos
  • Serbe : Астерикс и Готи
  • Suédois : Asterix och Goterna
  • Tchèque : Asterix a Gótové
  • Turc : Asteriks ve Gotlar

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme Goths se prononce « go », sans prononciation du th.
  2. Bernard de Choisy, Uderzo-Storix, Jean-Claude Lattès, 1991, p.157
  • « L'Histoire secrète d'Astérix », Lire, hors série, no 1,‎ , p. 148
  1. p. 11
  2. p. 40

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « L'Histoire secrète d'Astérix », Lire, hors série, no 1,‎ , p. 148 Document utilisé pour la rédaction de l’article