Au théâtre ce soir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au théâtre ce soir
Genre Théâtral
Réalisation Pierre Sabbagh
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Diffusion
Diffusion la première chaîne l'ORTF
la deuxième chaîne l'ORTF
TF1
Date de première diffusion 9 juillet 1966
Date de dernière diffusion 22 février 1985

Au théâtre ce soir est une émission de télévision de Pierre Sabbagh diffusée en alternance entre les première et deuxième chaînes de l'ORTF puis sur TF1 (après l'éclatement de l'ORTF)[1] du 9 juillet 1966 au 22 février 1986[2]. L'émission consiste à diffuser à la télévision des pièces de théâtre enregistrées (les programmes de divertissement appellent ce genre le téléthéâtre) en deux ou trois jours[3], au cours de représentations publiques au théâtre Marigny, sur les Champs-Élysées, ou parfois au théâtre Édouard-VII.

Historique[modifier | modifier le code]

L'émission a vu le jour à la suite d'une grève qui s'est prolongée à l'ORTF. Les directeurs de programmes, à court d'émission, ont demandé à la RTB l'enregistrement d'une pièce de théâtre, La Bonne Planque de Michel André, qui avait notamment pour vedette Bourvil. Cette première pièce de théâtre est la seule à avoir été enregistrée au théâtre du Vaudeville à Bruxelles au lieu des théâtres Marigny ou Édouard-VII à Paris[4].

La diffusion de cette pièce a eu un énorme succès (cette émission a attiré cinq milliards huit cents millions spectateurs[4] tout en étant décriée par la critique) et des sacs postaux entiers, remplis de lettres de téléspectateurs, parviennent à la télévision. Devant l'engouement du public pour le théâtre à la télévision, Pierre Sabbagh crée l'émission Au théâtre ce soir qui commence le 9 juillet 1966, avec Trois garçons, une fille, se termine en septembre 1985 et aura diffusé durant cette période 411 pièces de 300 auteurs dont plusieurs parviendront à la postérité et deviendront des grands classiques.

Jean-Jacques Bricaire, administrateur du théâtre Marigny, choisit les textes, organise les répétitions, choisit les metteurs en scène et les acteurs et assure la gestion des contrats et des droits d'auteur[5].

Cette émission a permis à des acteurs de théâtre comme Jacques François, alors inconnu du grand public, d'être régulièrement en tête d'affiche à la télévision.

Son coût moyen est évalué à 70 000 francs, soit deux à trois fois moins qu’une dramatique tournée aux studios des Buttes Chaumont[6].

Les pièces, essentiellement de la comédie de mœurs légère qui décline une certaine image de la frivolité parisienne (mise en scène surtout dans les salons d'appartements de la bourgeoisie d'affaire), sont mises en scène notamment par Jacques Ardouin, Jean-Laurent Cochet, Robert Thomas ou encore Jean Piat[7].

En avril 1982, Jacques Boutet, PDG de TF1, et Arnaud Ténèze, directeur du département musique et théâtre, décident de la fin de l'émission qui vit trois ans de plus par les enregistrements déjà bouclés[4]. La faiblesse des moyens déployés (décors et costumes), des pièces de théâtre de boulevard à la qualité inégale alors qu'après mai 1968 se développe un théâtre de la contestation ou d'œuvres classiques, et une émission de plus en plus décalée par rapport aux préoccupations de la société ont raison de ce véritable rituel télévisuel[8].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ne se contentant pas de saluer le public en fin de représentation, les retransmissions s'achèvent par la présentation de la troupe et par le célèbre : « les décors sont de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell ». Au cours des dernières années, c'est le public du théâtre Marigny lui-même qui scande le nom du responsable des décors et de celui des costumes, ce qui a inspiré certains humoristes.

Selon la petite histoire, la création de l’émission a été le fruit d’un heureux incident. Bloqué par une grève du personnel qui l’empêchait de proposer le programme prévu du samedi soir, Pierre Sabbagh a pioché cette idée chez les voisins belges. Ces derniers avaient en effet diffusé La Bonne planque ? (avec Bourvil) à une heure de grande écoute et le public en redemandait[1].

Parmi les pièces les plus célèbres[modifier | modifier le code]

Les pièces jouées par année[modifier | modifier le code]

Acteurs qui ont joué dans Au théâtre ce soir (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Parmi ceux qui ont réalisé l'émission[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascale Goetschel, « Décors parisiens dans Au théâtre ce soir. Rituels et stéréotypes », Sociétés et représentations, no 17,‎ mars 2004, p. 247-272

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Au théâtre ce soir - L'Encyclopédie des émissions TV », sur Toutelatele.com (consulté le 15 novembre 2012)
  2. Jean-Louis Robert, Myriam Tsikounas, Imaginaires parisiens, Éditeur du CREDHESS,‎ 2004
  3. Mise en place des éléments du décor et de l’éclairage le jeudi, répétitions le vendredi et samedi dans la matinée, enregistrement le samedi après-midi
  4. a, b et c « Au théâtre ce soir », fauteuils d'orchestreauteur=Armelle Héliot, sur Le Figaro,‎ 10 août 2009
  5. Jean-Jacques Ledos, Dictionnaire historique de télévision, Éditions L'Harmattan,‎ 2013, p. 59
  6. Archives nationales, archives ORTF, 1993, art. 188, convention 1970, article 3. À titre indicatif, le devis pour Le Misanthrope mis en scène par Pierre Dux dont la fabrication est prévue en juin de la même année indique une somme de 565 921 francs.
  7. Encyclopaedia universalis, Volume 22, 1990, p. 435
  8. Jean Caune, La Culture en action de Vilar à Lang, Presses Universitaires de Grenoble,‎ 1992, 352 p.
  9. Divergence sur l'orthographe du nom entre le visionnement et ce qui est affiché sur la jaquette du DVD ou sur le site de Fred Kiriloff.
  10. Le costumier a fait une brève apparition dans Le Noir te va si bien en y incarnant le diable à la fin de la pièce.