Editis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
logo
Logo de Editis
Repères historiques
Création 2004
Dates clés 2004 : rachat par Wendel, 2008 : rachat par Planeta
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Groupe d'édition
Slogan(s) « Au cœur de la création »
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Alain Kouch Tckekerul
Langue(s) de
publication
Français
Diffuseur(s) Interforum
Société mère Planeta
Filiale(s) Le Robert, CLE International, La Découverte, Éditions Perrin, Presses de la Renaissance, Bordas, Nathan, Éditions Gründ...
Effectif 2 600
Site officiel Editis.com
Données financières
Chiffre d’affaires en diminution 751 millions (2009)[1]
Principaux concurrents
Gallimard, Hachette Livre, La Martinière, Flammarion

Editis est un groupe d'édition français constitué en janvier 2004. Il s'agit d'une partie de l'ancien Vivendi Universal Publishing, partagé lors de la vente de celui-ci par Vivendi Universal à Lagardère SCA. Il appartient à Planeta depuis avril 2008[2].

Le groupe compte 2 600 collaborateurs et plus de 40 marques d’édition, pour un chiffre d'affaires annuel de 760 millions d'euros en 2008, ce qui le place au deuxième rang des groupe d'édition français, derrière Hachette Livre[3].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Havas[modifier | modifier le code]

  • 1835 : Création de l'Agence Havas par Charles-Louis Havas. C'est la première agence de presse au monde.
  • 1879 : L’Agence Havas est constituée en société anonyme.
  • 1920 : La fusion de l'Agence Havas avec la Société Générale d'Annonces transforme radicalement la société, qui s'impose comme premier régisseur de presse. Cette activité est ensuite étendue aux secteurs de la radio et du cinéma. En 1923, elle lance une nouvelle activité : l'affichage.
  • 1945 : L’Agence Havas est nationalisée. Elle se lance dans un nouveau métier : le tourisme. Elle étend ensuite ses activités à la presse gratuite, la presse professionnelle, l'édition et la télévision à péage.
  • 1987 : L'Agence Havas est privatisée et prend la dénomination Havas SA.

Dix ans plus tard, le groupe, réorganisé en six pôles d'activités (audiovisuel, conseil en communication, information et édition, médias de proximité, voyages et loisirs, multimédia), compte parmi les premiers groupes mondiaux de communication[réf. souhaitée].

Vivendi[modifier | modifier le code]

  • 1998-1999 : Havas devient une filiale à 100 % de Vivendi. Acquisitions : Le Groupe Quotidien santé, Doyma (Espagne), Anaya (Espagne), le Groupe OVP Vidal, Cendant Software (États-Unis), le groupe L’Étudiant, Barbour Index (GB), Aique (Argentine), le Groupe MediMedia, Atica et Scipione (Brésil), ainsi que plusieurs sociétés américaines dans la santé.
  • 2000 : Création de Vivendi Universal. Havas devient Vivendi Universal Publishing (VUP), entité dans laquelle est présente également l'activité jeux vidéo (Vivendi Universal Games).

Lagardère[modifier | modifier le code]

  • 2002 (20 décembre) : cession par Vivendi des activités d'édition (sauf jeux) à Lagardère SCA sous réserve de l’autorisation de la Commission européenne.
  • 2002 : Vivendi cède la marque « Havas » à son ancienne filiale, Havas Advertising.
  • 2004 (7 janvier) : la Commission européenne autorise la conservation par Lagardère d'une partie des actifs éditoriaux de VUP, soit environ 40 % du chiffre d'affaires total d'Editis. Lagardère conservera les éditions Larousse, Dalloz, Dunod, Armand Colin, Sedes, Nathan-Université, le groupe Anaya et le centre de distribution d’Ivry-Rigaud. Les 60 % restant des actifs éditoriaux sont remis sur le marché ; le groupe, qui prend le nom d’Editis, se recentre sur l’édition francophone.

Wendel[modifier | modifier le code]

  • 2004 (30 septembre) : Editis devient une filiale à 100 % de Wendel Investissement.
  • 2005 (28 avril) : Editis conclut un accord en vue d'acquérir Le Cherche midi. Cet accord ne deviendra effectif qu'après les consultations réglementaires habituelles.
  • 2005 (1er juin) : le Cherche midi éditeur rejoint le Groupe Editis et sera diffusé et distribué par Interforum dès 2005.
  • 2005 (21 octobre) : Editis annonce la signature d’un accord de long terme avec Quebecor Média, premier groupe québécois d’édition, de diffusion et de distribution de presse. Cet accord fait suite à l’acquisition par Quebecor de Sogides Ltée, dont la filiale Messageries ADP est le partenaire historique d'Editis au Canada
  • 2005 (2 décembre) : Editis acquiert les éditions First.
  • 2006 (31 janvier) : Editis acquiert les Éditions XO.
  • 2007 (19 mars) : Editis acquiert le Groupe De Boeck.
  • 2007 (14 juin) : Editis acquiert les Éditions Gründ.
  • 2007 (10 septembre) : acquisition de Paraschool, société spécialisée dans la formation professionnelle et le soutien scolaire en ligne.

Planeta[modifier | modifier le code]

  • 2008 (avril) : le groupe espagnol Planeta rachète Editis.
  • 2010 (septembre) : la Cour européenne de justice invalide la décision du 7 janvier 2004 par laquelle la Commission européenne validait le rachat de 60 % des actifs de VUP par Wendel Investissement.
  • 2011 (avril) : Editis cède les Éditions De Boeck à Ergon Capital[4].
  • 2013 (juillet) : Editis acquiert les éditions Tana.
  • 2014 (janvier) : Editis acquiert Sonatine.

Sociétés du groupe[modifier | modifier le code]

En 2012, le groupe Editis[5] compte plus de 40 marques d'édition, dans trois pôles principaux.

Littérature[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Bordas : outils pédagogiques, manuels scolaires, matériel pour la classe, ouvrages parascolaires, livres de pédagogie, livres de références culturelles.
  • CLE International : manuels spécialisés en enseignement du français langue étrangère.
  • Nathan : jeux éducatifs, manuels scolaires, livres de pédagogie, revues, matériel d’éveil et d’équipement de la classe, ouvrages parascolaires, littérature jeunesse, guides nature.
  • Paraschool : édition interactive de contenus dans les domaines de la formation professionnelle et du soutien scolaire.
  • Retz : méthodes scolaires pour l’école primaire, ouvrages de pédagogie, ouvrages d’aide et de perfectionnement.

Référence[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaires Le Robert : langue et de la culture françaises, dictionnaires monolingues, bilingues, thématiques, ouvrages pédagogiques, sur tous supports.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Livres Hebdo, « Les 200 premiers éditeurs français », n°836, 8 octobre 2010
  2. Livres Hebdo
  3. Hachette est le plus gros éditeur français.
  4. Source: Qui sommes-nous? sur le site institutionnel du Groupe De Boeck.
  5. Source: Page Information Institutionnelle du site Editis.

Lien externe[modifier | modifier le code]