Vittorio Gassman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vittorio Gassman

Description de l'image Vittorio Gassman.jpg.
Naissance
Gênes
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Décès (à 77 ans)
Rome
Profession Acteur et réalisateur
Films notables Le Fanfaron
Le Pigeon
La Marche sur Rome
Parfum de femme
La vie est un roman

Vittorio Gassman est un acteur et réalisateur italien, né à Gênes le et mort à Rome le , des suites d'une crise cardiaque. Il est considéré comme l'un des plus grands acteurs du cinéma italien, connu pour son professionnalisme, sa polyvalence et ses interprétations teintées de magnétisme. Sa carrière comporte à la fois des productions importantes comme des douzaines de comédies légères qui le rendirent extrêmement populaire.

Il fait partie au même titre que Nino Manfredi, Marcello Mastroianni, Alberto Sordi, Ugo Tognazzi et Monica Vitti, des monstres sacrés de la comédie à l'italienne telle qu'elle se cristallise à compter du Pigeon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vittorio Gassman, né Vittorio Gassmann, est né à Gênes d'un père allemand, Heinrich Gassmann et de Luisa Ambroon[2], originaire de Pise. Il passe son adolescence à Rome. Là, outre sa passion pour le sport, il révèle des dons précoces pour l'écriture. En sortant du lycée, en 1941, il s'inscrit à l'université de Rome mais, sous l'impulsion de sa mère, il suit également les cours de l'Académie d'art dramatique que dirige Silvio D'Amico. Repéré pour ses qualités, Vittorio Gassman se tourne vers le théâtre en 1943.

Acteur brillant, Gassman attire aussi l'attention des producteurs. En 1946, il fait ses débuts au cinéma à 24 ans dans Daniele Cortis (en) de Mario Soldati. La grande majorité des films dans lesquels il joue entre 1946 et 1958 sont des films de genre, mélodrames, films d'aventures ou adaptations littéraires. Gassman, attribuant peu de valeur artistique au cinéma, joue dans des films ayant peu d'intérêt artistique à l'exception de Daniele Cortis (en), Le Cavalier mystérieux de Riccardo Freda et Riz amer de Giuseppe De Santis en 1948.

Riz amer (1949)
Le Pigeon (1956)

Sa carrière théâtrale est moins connue en France que sa carrière cinématographique. Il connut pourtant un grand succès en Italie. D'ailleurs, il se consacre prioritairement au théâtre. En 1948-1949, il joue dans la compagnie dirigée par Luchino Visconti. Les rôles qu'il interprète sous sa direction, notamment Un tramway nommé Désir, lui valent de véritables triomphes. En 1950, il est nommé premier acteur et chef de troupe du Théâtre National dirigé par Guido Salvini (it). Il fait alors ses débuts de metteur en scène avec Peer Gynt de Henryk Ibsen. En 1952, il fonde le Teatro d'Arte italiano qu'il dirige en compagnie de Luigi Squarzina (it). Il y met en scène et interprète un mémorable Hamlet. En 1955, il monte Kean d'Alexandre Dumas dans la version revue par Jean-Paul Sartre, puis en 1957, Othello.

Parallèlement, il continue à travailler pour le cinéma, mais toujours sans grande conviction. Mais en 1958, le succès du Pigeon de Mario Monicelli révèle un véritable talent d'acteur comique insoupçonné jusque-là.

En 1961, il crée sa compagnie théâtrale Le Théâtre populaire Italien.

Au cinéma, les grands rôles furent plus tardifs, si l'on excepte Riz amer. Son contrat hollywoodien n'eut aucun retentissement, quoique ses prestations fussent souvent magistrales.

Dans les années 1980 il créa la Bottega Teatrale di Firenze au Théâtre Goldoni (it) de Florence.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En novembre 1943, il épouse la comédienne Nora Ricci. Ils ont eu une fille née en 1945, Paola Gassman (it), devenue également comédienne. En avril 1952, il épouse la comédienne Shelley Winters. Ils ont eu une fille, Vittoria Gassman, née le . Juliette Mayniel donne naissance à Alessandro Gassman, fils de Vittorio Gassman, le . Jacopo Gassman, né le , est le fils de la comédienne Diletta D'Andrea. Les dernières années de sa vie, il souffre de trouble bipolaire et est souvent dépressif.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Festivals
David di Donatello du meilleur acteur
Ruban d'argent du meilleur acteur
Ruban d'argent du meilleur acteur dans un second rôle

Distinction[modifier | modifier le code]

Doublage français[modifier | modifier le code]

et aussi :

Pour les films franco-italiens des années 1980, aux côtés notamment de Fanny Ardant, il s'est lui-même exprimé en français.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vittorio Gassman,
    • Un grand avenir derrière moi - Vie, amours et prouesses d'un m'as-tu-vu, racontées par lui-même, Éditions Julliard, 1982 (Un grande avvenire dietro le spalle, éd. Longanesi et C, 1981)
    • Mémoires dans une soupente, Editions de Fallois, 1991.
  • Bernard Degioanni Vittorio Gassman, Éditions PAC, 1980
  • Gérard Pangon, Jean A. Gili Vittorio Gassman, Arte éditions, 1997

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour Gian Piero Brunetta les cinq acteurs sont les « […] personnages absolus et toujours plus acclamés de la scène […] » et « les mousquetaires, ou "monstres" de la comédie italienne […] » ; voir (it) Gian Piero Brunetta, Storia del cinema italiano, vol. IV, Dal miracolo economico agli anni novanta, 1960-1993, Rome, Editori Riuniti,‎ (ISBN 88-359-3788-4), p. 139 et 141. Selon Callisto Cosulich, il a été, avec Alberto Sordi, Nino Manfredi et Ugo Tognazzi, un des « matadors » de la comédie à l'italienne ; voir (it) Callisto Cosulich, « Storia di un mattatore », Cinecittà News,‎ (lire en ligne).
  2. En 1934, Luisa Ambroon change son nom en « Ambrosi » et retire un « n » du nom de ses fils ; voir l'article en italien de Cazzullo Aldo, « Gassman e la nuova «n»: l' ho aggiunta al cognome », Corriere della sera,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]