La Double Inconstance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Double Inconstance
Image illustrative de l'article La Double Inconstance
Illustration de Bertall.

Auteur Marivaux
Genre Comédie
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur François Flahaut
Date de parution 1724
Date de la 1re représentation 6 avril 1723
Metteur en scène Comédiens italiens
Lieu de la 1re représentation Hôtel de Bourgogne

La Double Inconstance est une comédie en trois actes et en prose de Marivaux créée le 6 avril 1723 à l’hôtel de Bourgogne par les Comédiens italiens.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Le Prince, amoureux de Silvia.
  • Un Seigneur.
  • Flaminia, fille d’un domestique du prince.
  • Lisette, sœur de Flaminia.
  • Silvia, paysanne, compagne de Arlequin.
  • Arlequin, paysan, compagnon de Silvia.
  • Trivelin, officier du palais.
  • Laquais.
  • Filles de chambre.

L’histoire[modifier | modifier le code]

Une jeune paysanne, Silvia, a été enlevée : elle est retenue dans le palais du prince car celui-ci l’aime, bien qu’elle soit déjà éprise d’un jeune homme de son village : Arlequin. Flaminia, une conseillère du prince, puis Trivelin tentent de rompre l’amour entre les deux jeunes gens. Contrairement à Trivelin, Flaminia réussit à gagner leur sympathie et leur confiance. Ainsi, Silvia lui avoue que, malgré son amour pour Arlequin, elle aime un officier du palais qui lui a rendu visite plusieurs fois. Mais, elle ignore qu’il s’agissait, en fait, du prince incognito. Peu à peu, les deux jeunes paysans se laissent séduire par la vie de château. Arlequin tombe amoureux de Flaminia et néglige un peu trop Silvia. Il ne reste plus au prince qu’à dévoiler sa véritable identité et tout se termine bien par deux mariages consentants.

Interprétation[modifier | modifier le code]

On remarque, notamment sur le plan de la mise en scène, la différence entre les deux mondes : celui de Silvia et Arlequin, d’une part, qui est campagnard et simple, et celui de la Cour du Prince, plein d’intrigues et de représentations. Arlequin et Silvia sont-ils tous deux manipulés par des corrupteurs ?

Édition princeps.

La manipulation est omniprésente : le Prince, en effet, par le biais de ses hommes de mains tels que Trivelin, Flaminia et Lisette, tente de faire changer les sentiments de Silvia pour Arlequin, et vice versa. Flaminia est la seule à réussir, tandis que Trivelin par son incompréhension et son étonnement et Lisette par son esprit frivole et volage, échouent.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Rubellin, Marivaux dramaturge : La Double Inconstance et Le Jeu de l’amour et du hasard, Paris, Champion, 1996, 290 p.
  • André Blanc, « Marivaux à rebours : du hasard à la nécessité », Dramaturgies : Langages dramatiques, Jacqueline de Jomaron, Paris, Nizet, 1986, p. 133-140.
  • (en) Thomas M. Carr, Jr., « Marivaux’s Comedy of Loss: La Double Insconstance », French Review, Apr. 2002, no 75 (5), p. 903-12.
  • Jean Garagnon, « Correction de texte proposée pour La Double Insconstance de Marivaux », French Studies Bulletin, Spring 1997, no 62, p. 10-11.
  • Gérard Lahouati, « Le Philosophe et le misanthrope : Langage, théâtre et philosophie dans la Double Insconstance et le Jeu de l’amour et du hasard », Op. Cit. : Revue de Littératures Française et Comparée, Nov. 1996, no 7, p. 133-44.
  • Christophe Martin, « Le Jeu du don et de l’échange : Économie et narcissisme dans La Double Insconstance de Marivaux », Littératures, automne 1996, no 35, p. 87-99.
  • (es) Domingo Miras, « La doble inconstancia, teatro del rococó », Primer acto, Sept-Oct 1993, no 250, p. 84-87.
  • (en) Michael Moriarty, « Identity and Its Vicissitudes in La Double Insconstance », French Studies, July 1989, no 43 (3), p. 279-291.
  • Annie Rivara, « Le Comique et le sublime dans le théâtre de Marivaux », Pensée de Marivaux, Éd. et intro., Franck Salaün, Amsterdam, Rodopi, 2002, p. 35-51.
  • Annie Rivara, « Poétique de la définition dans La Double Insconstance », Op. Cit., nov 1996, no 7, p. 145-52.
  • Jean Rousset, « Une Dramaturge dans la comédie : La Flaminia de La Double Insconstance », Rivista di Letterature Moderne e Comparate, avr.-juin 1988, no 41 (2), p. 121-130.
  • (en) Janet Whatley, « La Double Insconstance: Marivaux and the Comedy of Manipulation », Eighteenth-Century Studies, 1977, no 10, p. 335-50.

Adaptations télévisées[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :