Théâtre du Palais-Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Théâtre du Palais-Royal

Description de cette image, également commentée ci-après

Le façade du théâtre en 2005.

Lieu Paris
Coordonnées 48° 51′ 58″ Nord 2° 20′ 15″ Est / 48.86611, 2.3375
Architecte(s) Victor Louis (1786)
Louis Regnier de Guerchy (1830)
Paul Sédille (1880)
Inauguration 1784
Capacité 716
Anciens noms théâtre Beaujolais (1784-90)
théâtre Montansier (1790-93)
théâtre du Péristyle du jardin Égalité (1793-94)
théâtre de la Montagne (1794-95)
Montansier-Variétés (1795-1806)
Café de la Paix (1812-1820)
Direction Francis Nani
Christian Azzopardi
Protection Logo monument historique Classé MH (1930)
 Inscrit MH (1993)

Le théâtre du Palais-Royal est une salle de spectacles parisienne située 38, rue de Montpensier (1er arr.) et donnant sur les jardins du Palais-Royal.

L'extérieur du bâtiment (façades et toiture) fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 16 mars 1930, l'ensemble du théâtre d'une inscription depuis le 3 août 1993[1].

Ce site est desservi par les stations de métro Palais-Royal - Musée du Louvre, Bourse et Pyramides.

Historique[modifier | modifier le code]

Escalier extérieur du théâtre (2009)

Réaménagement du Palais-Royal[modifier | modifier le code]

Afin de casser le monopole de l'Hôtel de Bourgogne, le cardinal de Richelieu fait élever en 1637 un théâtre sur l'aile est du bâtiment du Palais-Royal (à l'emplacement de l'actuelle Comédie-Française). L'inauguration a lieu en 1641. Le Théâtre-Italien et la troupe de Molière se partagent la scène entre 1662 et 1673.

À la mort de son ancien collaborateur, Lully récupère les lieux pour y fonder l'Académie royale de musique. Il renvoie la troupe de Molière qui s'installe dans l'Hôtel de Guénégaud et charge Carlo Vigarani de remplacer la machinerie installée en 1645 par Giacomo Torelli par une nouvelle capable de supporter les imposants décors de ses futurs opéras. Son gendre, Jean-Nicolas de Francine, lui succède à sa mort en 1687.

Cette première salle est détruite par un incendie le 6 avril 1763. Réouverte le 26 janvier 1770, elle brûle à nouveau le 8 juin 1781, lors d'une représentation d'Orphée de Gluck[2]. L'Académie royale de musique se transporte alors boulevard Saint-Martin dans une salle construite spécialement pour elle en deux mois par Nicolas Lenoir (le futur théâtre de la Porte-Saint-Martin).

Philippe d'Orléans (futur Philippe-Égalité), qui venait d'hériter de son père le Palais-Royal, profite de l'occasion pour réaménager les jardins en faisant édifier par Victor Louis un ensemble d'immeubles uniformes, comportant des galeries marchandes au rez-de-chaussée surmontées d’appartements d’habitation, entouré de trois nouvelles rues baptisées des titres de ses trois fils (Valois, Beaujolais et Montpensier). L'ancienne salle est reconstruite et confiée en 1785 à la troupe de Variétés-Amusantes chassée du boulevard Saint-Martin par l'Académie royale de musique voisine.

À l’opposé de la rue de Montpensier, dans le péristyle de Joinville, Victor Louis édifie une autre petite salle destinée à présenter les spectacles de marionnettes d'un certain Lomel. Elle est inaugurée le 23 octobre 1784. Placée sous la protection du comte de Beaujolais, la troupe prend alors le nom de « Petits Comédiens de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le comte de Beaujolais » et le théâtre celui de « Beaujolais ». Les marionnettes sont rapidement remplacées par des enfants qui miment les rôles tandis que des adultes parlent et chantent depuis les coulisses. Mais en 1788, un décret interdit « d’employer deux comédiens pour un même rôle et de chanter ou parler depuis la coulisse », privant Lomel de son fonds de commerce.

Du théâtre Montansier aux Variétés[modifier | modifier le code]

La salle est rachetée le 17 juin 1787 par Desmarets qui la cède deux ans plus tard à Marguerite Brunet dite Mademoiselle Montansier, déjà directrice du théâtre Montansier de Versailles. Celle-ci a profité de la Révolution pour s'installer à Paris en compagnie de son amant, le comédien Honoré Bourdon dit « de Neuville », et prendre possession des Beaujolais. Après de gros travaux de restauration, elle inaugure sa nouvelle salle le 12 avril 1790 avec Les Époux mécontents, opéra en quatre actes de Dubuisson et Storace. Malgré une courte incarcération durant la Terreur, elle le dirige sous différentes appellations (théâtre Montansier, théâtre du Péristyle du jardin Égalité, théâtre de la Montagne, Montansier-Variétés ou tout simplement Variétés) jusqu'en 1806 lorsque, les Comédiens-Français voisins trouvant qu'elle leur porte ombrage, elle est contrainte par Joseph Fouché, le ministre de la police du nouveau régime de vider les lieux. Après un court séjour au théâtre de la Cité, elle transporte sa troupe dans la salle qu'elle vient de faire construire boulevard Montmartre et qui deviendra le théâtre des Variétés.

Louée successivement à des acrobates et des dresseurs de chiens, la comédie y étant désormais interdite, elle est définitivement fermée en mai 1812. Devenue Café de la Paix, elle ne présente plus que des attractions destinées à divertir les consommateurs. L'expérience s'achève en 1820.

Le théâtre du Palais-Royal[modifier | modifier le code]

En 1830, Charles Contat-Desfontaines dit « Dormeuil » obtient du nouveau roi l'autorisation d'exploiter à nouveau le lieu en tant que théâtre. Il le fait entièrement reconstruire par Louis Regnier de Guerchy, imaginant notamment l'encorbellement surplombant la rue de Montpensier[3].

Le théâtre du Palais-Royal est inauguré le 6 juin 1831. Dormeuil y règnera plus de trente ans, lançant notamment de jeunes auteurs qui feront sa fortune : Eugène Labiche et Victorien Sardou. Il ouvre aussi sa scène à la musique, recrutant comme chef d'orchestre de ses vaudevilles Hervé, futur père de l'opérette, avant de susciter en 1863 la rencontre du trio créatif le plus emblématique du Second Empire, Jacques Offenbach, Henri Meilhac, Ludovic Halévy et de leur égérie Hortense Schneider.

En 1880, le théâtre est transformé par l'architecte Paul Sédille qui redécore la salle en style néo-Louis XV extrêmement orné et doré, avec des sculptures de Dalou. Il met également en place l'escalier de secours ; pour ne pas devoir modifier l'intérieur du théâtre, il opte pour le parti (révolutionnaire) de le mettre en façade, sous forme de passerelles métalliques revêtues de mosaïques[4].

La salle actuelle comprend 716 places.

En 2010, 50 théâtres privés parisiens réunis au sein de l’Association pour le soutien du théâtre privé (ASTP) et du Syndicat national des directeurs et tourneurs du théâtre privé (SNDTP), dont fait partie le Théâtre du Palais Royal, décident d'unir leur force sous une enseigne commune : les Théâtres parisiens associés[5].

Directions successives[modifier | modifier le code]

La troupe du théâtre du Palais-Royal, portrait de groupe par Lhéritier (1854)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00085916 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Michel de Decker, Le Duchesse d'Orléans, épouse de Philippe-Égalité, mère de Louis-Philippe, 1981 ; rééd. Pygmalion, 2001, p.98.
  3. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine : Paris, Paris, Hachette,‎ 1987, 587 p. (ISBN 978-2-01-016812-3), p. 384.
  4. Georges Poisson, Nouvelle histoire de Paris : Histoire de l'architecture à Paris, Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris & Association pour la publication d'une histoire de Paris, diff. Hachette,‎ 1997, 765 p. (ISBN 978-2-85962-019-6), p. 548.
  5. Le Théâtre du Palais Royal sur le site officiel des Théâtres parisiens associés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]