Michel Bouquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Bouquet

Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Bouquet en juillet 2010.

Naissance 6 novembre 1925 (88 ans)
Paris, France
Nationalité France Française
Profession Acteur
Films notables La mariée était en noir
La Femme infidèle
Toto le héros
Comment j'ai tué mon père
Le Promeneur du Champ-de-Mars
Renoir
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouquet.

Michel Bouquet, né le 6 novembre 1925 dans le 14e arrondissement de Paris, est un acteur français.

Le 26 décembre 2011, il annonce qu'il renonce à se produire sur scène. Il continuera néanmoins à participer à des productions de films pour le cinéma ou la télévision. En 2013 et en 2014 on le retrouve sur scène dans Le roi se meurt, la pièce d'Eugène Ionesco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Très jeune, à sept ans, Michel Bouquet est envoyé en pension avec ses trois frères. Expérience difficile, qui le marquera, pour cet enfant réservé qui doit affronter la cruauté de ses camarades. Après ses études, il enchaîne les petits métiers : apprenti pâtissier, mécanicien-dentiste, manutentionnaire, employé de banque… pour aider sa mère seule à élever ses enfants, son père étant prisonnier de guerre.

Un jour de 1943, alors que sa mère le croit à la messe, Michel Bouquet se rend chez Maurice Escande, sociétaire de la Comédie-Française, qui lui propose de suivre ses cours. Intégrant le Conservatoire d'art dramatique de Paris en compagnie de Gérard Philipe, il sera un compagnon de la première heure de Jean Anouilh et André Barsacq au Théâtre de l'Atelier, puis de Jean Vilar au TNP et au Festival d'Avignon. Il débute sur les planches en 1944 dans La Première Étape, puis obtient son premier rôle principal dans Roméo et Jeannette de Jean Anouilh.

Michel Bouquet a marqué le théâtre, en participant à l'introduction, en France, de l'œuvre de Pinter et en reprenant souvent quelques grands rôles : ainsi a-t-il interprété à plusieurs reprises Le Neveu de Rameau de Diderot, L'Avare de Molière ou encore Le roi se meurt d'Eugène Ionesco[1]. Parmi ses plus célèbres prestations sur scène, on note : En attendant Godot en 1978, et Fin de partie en 1995 de Samuel Beckett, le Neveu de Rameau de Diderot en 1984, La Danse de mort de Strindberg également en 1984, Le roi se meurt de Eugène Ionesco en 1994, Les Côtelettes de Bertrand Blier, Avant la retraite en 1998 de Thomas Bernhard ou encore À torts et à raisons en 2000 de Ronald Harwood.

En 1977, il est nommé professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique[2].

Michel Bouquet fait sa première apparition au cinéma dans Monsieur Vincent de Maurice Cloche en 1947, aux côtés de Pierre Fresnay, Jean Carmet… Il a endossé le rôle de Javert dans Les Misérables, version de Robert Hossein (avec Lino Ventura-Jean Valjean et Jean Carmet-Thénardier) en 1984, et avec un tel talent que nombre d'hugoliens considèrent cette interprétation comme l'incarnation même de Javert. Il a joué également dans de nombreuses séries et téléfilms, notamment dans Les Cinq Dernières Minutes avec Raymond Souplex, ou dans Maigret avec Bruno Cremer.

Il devait tourner le film Le Goût des Myrtilles avec Marie Otal, qui devait jouer son amante, mais celle-ci est morte le 17 novembre 2009 à Bruxelles, peu de temps avant le tournage.

Ce comédien prolifique, raffiné, parfois énigmatique et troublant, alterne théâtre et cinéma tout en affimant préférer les planches à l'écran. Il s'est notamment fait connaître par ses interprétations de bourgeois typique des années 1970 dans l'œuvre de Claude Chabrol et de François Truffaut. Il n'hésite pas non plus à endosser des rôles antipathiques, à jouer des personnages équivoques, sombres et ombrageux. Sa silhouette ronde, son visage d’ascète et sa voix grave lui confèrent singularité et profondeur. Il illustre l'étendue de son talent aussi bien dans la comédie que dans le drame. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands acteurs français.

Prix[modifier | modifier le code]

Michel Bouquet est deux fois lauréat du Molière du meilleur comédien : en 1998 pour Les Côtelettes, écrit et mis en scène par Bertrand Blier, et en 2005 pour Le roi se meurt d'Eugène Ionesco.

Il reçoit le César du meilleur acteur en 2002 pour son rôle de père qui revient, bouleversant la vie de son fils dans Comment j'ai tué mon père d'Anne Fontaine. Il gagne à nouveau la récompense quatre ans plus tard grâce à son interprétation de François Mitterrand dans Le Promeneur du Champ-de-Mars de Robert Guédiguian.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Michel Bouquet a été marié à Ariane Borg (1915-2007), elle-même comédienne. Ils se sont séparés en 1967, puis ont divorcé. Il a épousé en 1970 Juliette Carré qui a été sa partenaire sur scène de multiples fois.

Il n'a pas de lien de parenté avec la comédienne Carole Bouquet.

Théâtre[modifier | modifier le code]

1944-1949[modifier | modifier le code]

1950-1959[modifier | modifier le code]

1960-1969[modifier | modifier le code]

1970-1979[modifier | modifier le code]

1980-1989[modifier | modifier le code]

au Théâtre de l'Atelier

1990-1999[modifier | modifier le code]

au Théâtre de l'Atelier

2000-2009[modifier | modifier le code]

Le Malade imaginaire en 2009 au théâtre de la Porte-Saint-Martin.

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

Captations[modifier | modifier le code]

Les deux pièces avec Michel Bouquet filmées intégralement pour la télévision sont :

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Sonographie[modifier | modifier le code]

Michel Bouquet a prêté sa voix au ton grave comme voix off des films :

Discographie[modifier | modifier le code]

Michel Bouquet a donné des cours et des lectures qui ont été enregistrés et ultérieurement rendus disponibles sur disque :

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Qu'il reprend en septembre 2010 à la Comédie des Champs-Élysées dans une mise en scène de Georges Werler.
  2. Ses cours au conservatoire sont disponibles en CD.
  3. Michel Bouquet : “J'entre en scène et j'ai peur...” sur Telerama.fr
  4. Décret du 12 juillet 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]