Edward Bond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Edward Bond

Description de cette image, également commentée ci-après

Edward Bond en 2001.

Activités dramaturge, traducteur,
théoricien, metteur en scène
Naissance 18 juillet 1934 (80 ans)
Londres
Langue d'écriture anglaise

Edward Bond, né le 18 juillet 1934 à Holloway, quartier du nord de Londres, est un dramaturge, metteur en scène, théoricien, traducteur britannique.

Parallèlement à son œuvre (plus d'une trentaine de pièces), il a développé une vaste réflexion théorique et politique sur l'art du théâtre, qu'il met en pratique dans ses mises en scène et dans des ateliers d'acteurs. Pour lui, l'art réinvente plusieurs fois la mort, la fiction est soit une tombe, soit un ventre. Face à l'histoire qui nous donne une image si basse de l'humanité, le théâtre doit nous montrer ce que l'homme est capable de faire et ce qu'il est.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edward Bond naît dans un quartier populaire du nord de Londres, dans une famille ouvrière d'origine paysanne. Enfant, il connaît les bombardements, subit l'exclusion scolaire et commence à travailler à quinze ans. Il découvre le théâtre par le music-hall, où travaillait sa sœur, et avec une représentation de Macbeth qu'il voit adolescent. Il l'étudie en autodidacte et commence à écrire à la fin des années 1950.

Il est remarqué par le Royal Court Théâtre qui créera ses premières pièces, et à qui il restera très attaché jusqu'aux années 1970. Sa première pièce publique, Sauvés, créée en 1965, provoque un énorme scandale qui fondera sa notoriété, avant de devenir un succès international. Il a depuis écrit plus de quarante pièces, pour les grandes institutions théâtrales (Lear, La Mer, Le fou...) aussi bien que pour des troupes plus modestes, étudiantes ou militantes (Jackets, Les mondes...) Son œuvre comprend également des livrets d'opéras et de ballet pour Hans Werner Henze, des adaptations, des traductions (De Tchekhov et Wedekind), des scénarios pour le cinéma, des pièces radiophoniques (Chaise, Existence) ou télévisées (Mardi et Maison d'arrêt) et une abondante poésie.

Il développe par ailleurs une importante réflexion sur le théâtre, ses fondements anthropologiques et sa fonction culturelle, politique et morale, à partir de laquelle il crée de nouveaux moyens pratiques, expérimentés dans de fréquents ateliers d'acteurs ou d'étudiants. Dans les années 1980, il rompt partiellement avec la scène institutionnelle britannique, mais autorise encore certaines de ses créations. Cependant, il se consacre essentiellement à l'écriture de pièces pour les adolescents qui se montrent largement au Royaume-Uni ainsi qu'à l'étranger (Auprès de la mer intérieure, Les enfants ou Onze débardeurs, Arcade...). Son œuvre est surtout diffusée à l'étranger, et tout particulièrement en France, où elle connait depuis les années 1990 un important écho.

Citation[modifier | modifier le code]

Je suis né à huit heures et demie
du soir le mercredi 18 juillet 1934
Il y avait un orage
Une heure avant ma naissance ma mère lavait les escaliers de son immeuble pour qu'ils soient propres quand la sage femme marcherait dessus
Dans le quartier où vivait ma mère on considérait les représentants du corps médical comme des agents de l'autorité
J'ai été bombardé pour la première fois à cinq ans
Le bombardement a continué jusqu'à ce que j'aie onze ans
Plus tard l'armée m'a enseigné neuf façons de tuer
Et à vingt ans j'ai écrit ma première pièce
Comme tous les gens en vie au milieu de ce siècle ou nés depuis
Je suis citoyen d'Auschwitz et un citoyen d'Hiroshima
Je suis citoyen du monde humain qui est encore à construire.
(Poème d'Edward Bond à propos de sa propre naissance[1])

Analyse de son œuvre[modifier | modifier le code]

Enjeux esthétiques et politiques de son écriture[modifier | modifier le code]

L’écriture des pièces de théâtre d’Edward Bond répond de manière singulière et innovante à un enjeu à la fois poétique et politique.

Il réinvente un langage qui sollicite particulièrement l’imagination du spectateur. Son écriture mêle à la fois un parlé populaire, et un langage lyrique. Par un travail de distorsion de la langue, il utilise un langage très concret, très imagé, ce qui crée un aspect étrange à la langue, mais qui se démarque par une force d’évocation, qui « revivifie la langue » afin de saisir directement la conscience du spectateur.

Par l’écriture, Bond cherche à renouveler les moyens dramatiques du théâtre politique. Il tente de dépasser les modèles néo-brechtiens, qui lui servent massivement de fondements. Il substitue aux effets de distanciation de Brecht, une nouvelle forme qui puisse rendre compte de l’expérience humaine individuelle.

Conception du théâtre d’Edward Bond[modifier | modifier le code]

Bond considère que le théâtre est un lieu de formation de soi, qui clarifie ce que sont les êtres humains, et de cette façon, crée l’humain. Dans son théâtre, on trouve les questions qui nous définissent, par le traitement dramaturgique de situations extrêmes. Ce théâtre redonne la place à l’imagination dans le processus éducatif.

« L’œuvre dramatique qu’elle soit tragique ou comique, a deux finalités : "connais toi toi-même" et "deviens toi-même". »[2]

Le théâtre est donc pour Edward Bond le lieu de la compréhension de l’humain, et c’est par lui que peut passer le changement de la réalité. Ce processus passe par la confrontation de la pseudo réalité des images à la réalité de la scène.

Le paradoxe de l'innocence radicale[modifier | modifier le code]

Le paradoxe de l'innocence radicale est l'un des axiomes de base du théâtre d'Edward Bond. Ce dernier pense que nous naissons tous radicalement innocents, vivants dans un monde mort. L'innocence ne se traduit pas dans nos comportements mais se trouve à la racine de notre être. L'enfant qui nait est ignorant de la loi qui existe. L'homme est corrompu par la société qui lui enseigne les notions de culpabilité, de haine et de peur qu'il ne devrait pas ressentir originellement.

« L'individu transfère à sa corruption toute la force de son innocence » dit Bond[3].

L'auteur nous explique ce procédé dans l'unité 2 de sa pièce Rouge noir et ignorant, dans laquelle il présente un jeune garçon, Robinson, qui a craché involontairement sur le personnage du Monstre, il le lui indique, et l'aide à le nettoyer, cela ne dérange pas le Monstre outre mesure. Il se réfugie alors dans les toilettes pour penser mais le professeur l'y surprend et apprend ce qui vient de se passer. Il lui ordonne d'aller voir Robinson et de lui dire :

« C'est contre les règles de l'école de cracher à l'intérieur des bâtiments de l'école ou dans la cour de l'école. Cracher n'est ni hygiénique, ni bien élevé. Et davantage encore cela peut aboutir à des situations incontrôlables. Avec ce crachat tu aurais pu perdre mon amitié »[4],

et de lui cracher dessus à son tour. Cela engendre une bagarre entre les deux enfants. Le professeur a enseigné la culpabilité, faisant des amis des ennemis.

La violence n'est pas le fait de l'être humain, elle est le produit de la loi qui nous protège censément de la violence. Le mal est toujours réactionnel, il est dans le sentiment de l'injustice, dans la situation. Le mal est l'idée que nous avons de lui. La société fait de nous des monstres. Nous sommes donc radicalement innocents du mal qu'une société injuste nous inculque et d'autre part, ce mal et cette société créent notre humanité en la détruisant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvre dramatique traduite en français[modifier | modifier le code]

  • Les Noces du Pape (1969) trad. Georges Bas et Jérôme Hankins, l’Arche Éditeur, 1997.
  • Sauvés (1966), trad. Georges Bas et Jérôme Hankins, l’Arche Éditeur, 1997.
  • Au petit matin (1968), trad. Georges Bas, l’Arche Éditeur, 2000.
  • Route étroite vers le grand Nord (1968), trad. J. Kahane, Christian Bourgois Éditeur, 1970.
  • Demain la veille (1969), trad. Eric Kahane, Gallimard Édition, 1970
  • Lear (1972), trad. Georges Bas, l’Arche Éditeur, 1998
  • La Mer (1973), trad. Jérôme Hankins, l’Arche Éditeur, 1998
  • Bingo (1974), trad.Jérôme Hankins, l’Arche Éditeur, 1994
  • Le Fou (1976), trad. Georges Bas, l’Arche Éditeur, 2000
  • La Femme (1977), trad. Georges Bas, L’Arche Éditeur, 2006
  • Les Mondes (1979)
  • Eté (1982), trad. Jean Louis Besson et René Loyon, L’Arche Éditeur, 1991
  • La trilogie Pièces de guerre :
    • Rouge, Noir et Ignorant, trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 1994
    • La Furie des nantis (1985), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 1994
    • Grande Paix (1985), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 1994
  • Jackets ou la main secrète (1990), trad. Malika B. Durif, L’Arche Éditeur, 1992
  • La Compagnie des hommes (1990), trad. Malika B. Durif, L’Arche Éditeur, 1992
  • Maison d'arrêt (1993), trad. Armando Llamas, L’Arche Éditeur, 1993
  • Mardi (1993), trad. Jérôme Hankins, Pascal Balcon, L’Arche Éditeur, 1995
  • Checkup (1997), trad. Michel Vittoz, Laure Hémain, Christel Gassié, L’Arche Éditeur, 1997
  • Au petit matin (1999), trad. Georges Bas, L’Arche Éditeur, 1999.
  • Auprès de la mer intérieure (1997), trad. Catherine Cullen et Stuart Seide, L’Arche Éditeur, 2000
  • Café (1995), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 2000
  • Le Crime du XXI siècle (1999), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 2001
  • Onze débardeurs (1997), trad. Stuart Seide et Catherine Cullen, L’Arche Éditeur, 2002.
  • Les Enfants (2001), trad. Jérôme Hankins, L’Arche Éditeur, 2002.
  • Si ce n’est toi (2001), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 2003
  • Existence (2002), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 2003
  • Chaise (2005), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 2003
  • Le Numéro d’équilibre (2003), trad. Jérôme Hankins, L’Arche Éditeur, 2006
  • La Pierre, trad. Jérôme Hankins, L’Arche Éditeur, 2006
  • La Petite Électre (2003), trad. Jérôme Hankins, L’Arche Éditeur, 2006
  • Naître (2005), trad. Michel Vittoz, L’Arche Éditeur, 2006
  • Restauration (2007), trad. Georges Bas, L’Arche Éditeur, 2009
  • Les Gens (2006), trad. Michel Vittoz, L'Arche Éditeur, 2014.

Œuvre dramatique d’Edward Bond dans sa langue originale[modifier | modifier le code]

  • The Pope’s Wedding (1961–62) Methuen Publishing Ltd, 1977
  • Saved (1964) Methuen Publishing Ltd, 2000
  • Early Morning (1965–67) Methuen Publishing Ltd, 2008
  • Narrow Road to the Deep North (1968) Methuen Publishing Ltd, 1978
  • Black Mass (1970) Methuen Publishing Ltd, 1978
  • Passion (1971) Methuen Publishing Ltd, 1978
  • Lear (1969–71) Methuen Publishing Ltd, 1972
  • The Sea “a comedy” (1971–72) Methuen Publishing Ltd, 1978
  • Bingo “scenes of money and death” (1973) Methuen Publishing Ltd, 1987
  • The Fool “scenes of bread and love” (1974) Methuen Publishing Ltd, 1987
  • A-A-America ! (1976)
  • Stone “a short Play” (1976) Methuen Publishing Ltd, 1987
  • The Woman “scenes of war and freedom” (1974–77) Methuen Publishing Ltd, 1987
  • The Bundle or New Narrow Road To The Deep North (1977) Methuen Publishing Ltd, 1996
  • The Worlds (1979)
  • Restoration “a pastorale” (1979–1980), Methuen Publishing Ltd, 2006
  • Summer (1980–81) Methuen Publishing Ltd, 1992
  • Derek (1982) Methuen Publishing Ltd, 2003
  • Human Cannon (1979–1983) Methuen Publishing Ltd, 1996
  • The War Plays: Methuen Publishing Ltd, 1985
    • Red Black and Ignorant (1983–84) Methuen Publishing Ltd, 1991
    • The Tin Can People (1984) Methuen Publishing Ltd, 1991
    • Great Peace (1984–85) Methuen Publishing Ltd, 1991
  • Jackets or The Secret Hand (1986) Methuen Publishing Ltd, 1996
  • In the Company of Men (1987–88) Methuen Publishing Ltd, 1996
  • September (1989)
  • Olly’s prison (1990) Methuen Publishing Ltd, 1993
  • Tuesday, Methuen Publishing Ltd, 1997
  • Coffee (1993–94), Methuen Publishing Ltd, 1995
  • At the Inland Sea, “a play for young people” (1995) Methuen Publishing Ltd, 1997
  • Eleven Vests (1995–97), Methuen Publishing Ltd, 1997
  • The Crime of the twenty-first Century (1996–98) Methuen Publishing Ltd, 2003
  • The Children (1999) Methuen Publishing Ltd, 2000
  • Have I None (2000) Methuen Publishing Ltd, 2000
  • Existence (2002) Methuen Publishing Ltd, 2006
  • Born (2002–03) Methuen Publishing Ltd, 2006
  • The Balancing Act (2003)
  • The Short Electra (2003-4)
  • People (2005) Methuen Publishing Ltd, 2006
  • The Under Room (2005) Methuen Publishing Ltd, 2006
  • Chair (2005) Methuen Publishing Ltd, 2006
  • Arcade (2006)
  • The Tune (2006)
  • Innocence (2008)
  • The Window (2009)

Écrits théoriques[modifier | modifier le code]

  • Commentaires sur les Pièces de guerre et le Paradoxe de la paix, l'Arche éditeur, 1995
  • L'Énergie du sens, lettres, poèmes et essais, ouvrage dirigé par Jérôme Hankins, trad. Georges Bas, Jérôme Hankins et Séverine Magois), Éditions Climats & Maison Antoine Vitez, 2000
  • La Trame cachée, trad. George Bas, Jérôme Hankins et Séverine Magois, 2003
  • L'Enfant dramatique (essai), trad. Jérôme Hankins, P. Balcon, L’Arche Éditeur, 1995

Scénarios de films[modifier | modifier le code]

Pièces pour la télévision[modifier | modifier le code]

  • The Sea, 1978, BBC
  • Derek, 1984, Thames
  • Bingo, 1989, BBC
  • Olly's Prison, 1992, BBC
  • Tuesday, 1993, BBC

Livrets d'opéra[modifier | modifier le code]

  • Welcome To The River, Opéra Libretto, 1976, Royal Opera House, Londres
  • Orpheus, Scénario de ballet pour Hans Werner Henze, Royal Court Theatre, 1981, Londres
  • La chatte anglaise, musique de Hans Werner Henze. Création mondiale au Festival de Schwetzingen en 1983, Coproduction avec l’Opéra de Lyon en 1984

Adaptations de pièces étrangères[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Lescot, Dramaturgies de la guerre, « Edward Bond », Éditions Circé, 2001
  • Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Michel Corvin, Édition Bordas, Paris, 1991
  • Pièces de guerre I et II, Edward Bond, Scérén, CNDP

Revues[modifier | modifier le code]

  • Théâtre / Public, no 111, mai-juin 1993 : « Un théâtre politique visionnaire », pp. 11-22 ; « Une connaissance diabolique de la scène », pp. 23-31 ; « On écrit avec le sang des autres », pp. 32-41 ; « L'examen attentif du visage humain » pp. 42-50
  • Théâtre en Europe, no 7, juillet 1985, « Le théâtre que je veux », pp. 5-6
  • Magazine MAC 94, no 9, 1985, spécial Edward Bond (en collaboration avec le British Council)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Théâtre / Public, n° 111, 1993.
  2. Edward Bond, La Trame cachée, « La raison d’être du théâtre », p. 197.
  3. Edward Bond, Commentaire sur Pièces de guerre et le paradoxe de la paix, L'Arche, 1994, p. 18.
  4. Edward Bond, Rouge noir et ignorant, L'Arche Edition, 1994, page 14

Liens externes[modifier | modifier le code]