Jean-Michel Frodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Michel Frodon

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Michel Frodon en 2010

Nom de naissance Jean-Michel Billard
Naissance 20 septembre 1953 (60 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Critique de cinéma

Jean-Michel Frodon, de son vrai nom Jean-Michel Billard, né le 20 septembre 1953 à Paris, est un journaliste français, critique, enseignant et historien du cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il possède une maîtrise et un DEA d'histoire. Il travaille notamment comme éducateur de 1971 à 1981. Il est ensuite photographe de 1981 à 1985. À partir de 1983, il est journaliste et critique de cinéma à l'hebdomadaire Le Point, dont son père, Pierre Billard, lui aussi critique de cinéma, fut l'un des fondateurs et rédacteurs en chef. À partir de ce moment, il signe d'un pseudonyme emprunté au Seigneur des anneaux[réf. nécessaire]. Il occupe ce poste jusqu'en 1990.

Il prend les mêmes fonctions au quotidien le Monde en 1990 et devient en 1995 responsable de la rubrique cinéma du quotidien. En 2003, il devient directeur de la rédaction des Cahiers du cinéma rachetés par Le Monde. Il occupe cette fonction jusqu'en 2009, date à laquelle il quitte ce poste consécutivement au rachat des Cahiers par l'éditeur d'art anglais Phaidon. Depuis septembre 2009, il tient le blog Projection publique[1] sur slate.fr et devient en 2010 rédacteur de ce média en ligne. À partir d'octobre 2010, il occupe le poste de rédacteur en chef du site artsciencefactory[2] créé par la Communauté d'agglomération du plateau de Saclay, le Centre André Malraux de Sarajevo et l'association S[cube].

Il est membre du conseil éditorial et collaborateur régulier de la revue espagnole Caiman, Cuadernos de Cine [3], et collabore à l'occasion à de nombreuses revues de cinéma. Il est notamment auteur ou responsable d'ouvrages sur l'histoire du cinéma français, le cinéma et la Shoah, le numérique, et sur les cinéastes Woody Allen, Hou Hsiao-hsien, Robert Bresson et Edward Yang, ainsi que sur Gilles Deleuze dans ses relations avec le cinéma.

Il intervient également régulièrement en milieu universitaire :

Il est également responsable ou coorganisateur de plusieurs manifestations, notamment:

  • coorganisateur du colloque « Le Cinéma vers son deuxième siècle » pour la Mission du centenaire du cinéma en 1995;
  • programmateur au cinéma en plein air à la Villette de 1998 à 2005;
  • de 2000 à 2003, organisateur du colloque annuel « Cinéma et numérique » dans le cadre du festival l’Industrie du rêve
  • mars 2011: organisateur du séminaire « Ce que le cinéma fait avec Internet » à La fémis
  • janvier 2012: organisateur de la journée d'étude « Patrimoine cinématographique, éducation et construction de la cinéphilie » à l'INP
  • octobre 2012: organisateur du séminaire « Qui voit quoi » consacré à la question des publics de cinema à La fémis

Il est le créateur et l'animateur de l’association l’Exception[4], groupe de réflexion sur le cinéma (auquel participent notamment Olivier Assayas, Claire Denis, Emmanuel Ethis, Marie-José Mondzain, Nicolas Philibert, Sylvie Lindeperg, Bernard Stiegler, Bernard Latarjet, Joel Chapron et Marc Nicolas). Le premier ouvrage paru dans ce cadre, Le Banquet imaginaire, est publié par Gallimard en décembre 2002. Le deuxième livre, Voir ensemble, coordonné par Marie-José Mondzain autour d'une conférence de Jean-Toussaint Desanti, est paru durant l’été 2003. Le troisième ouvrage, le Cinéma sans la télévision – le Banquet imaginaire 2 est paru en mai 2004.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Projection publique
  2. [1]
  3. [2]
  4. Site de L'Exception
  5. « Nouveautés », sur éditions de l'éclat
  6. Il s'agit d'une nouvelle édition, augmentée, de l'ouvrage L'Âge moderne du cinéma français paru en 1995
  7. « Jean-Michel Frodon », sur Académie française (consulté le 26 août 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]