Michel Piccoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Piccoli

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Piccoli au Festival de Cannes 1993

Naissance 27 décembre 1925 (88 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur, producteur, réalisateur, scénariste.

Michel Piccoli (né le 27 décembre 1925 à Paris) est un acteur français de cinéma et de théâtre. Il est également producteur, réalisateur et scénariste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Henri Piccoli, violoniste, et de Marcelle Expert-Bezançon (1892-1990), Michel Piccoli a suivi une formation de comédien au cours Simon.

Carrière de comédien[modifier | modifier le code]

Après une apparition dans Sortilèges de Christian-Jaque en 1945, il débute au cinéma dans Le Point du jour de Louis Daquin. Il commence sur les planches avec la compagnie Renaud-Barrault et au Théâtre de Babylone. Remarqué dans Le Doulos de Jean-Pierre Melville, il est révélé au grand public avec Le Mépris de Jean-Luc Godard au côté de Brigitte Bardot.

Dès lors, il tourne avec les plus grands cinéastes français (Jean Renoir, René Clair, Alain Resnais, Jacques Demy, Agnès Varda, Alain Cavalier, Claude Chabrol, Louis Malle, Jacques Doillon, Jacques Rivette, Michel Deville, Léos Carax, Bertrand Blier, Claude Sautet), européens (Luis Buñuel, Costa-Gavras, Marco Ferreri, Alfred Hitchcock, Jerzy Skolimowski, Ettore Scola, Marco Bellocchio, Manoel de Oliveira, Otar Iosseliani, Theo Angelopoulos, Nanni Moretti) et internationaux (Youssef Chahine, Raoul Ruiz, Hiner Saleem).

Il devient l'acteur fétiche de Claude Sautet, avec Les Choses de la vie, Max et les Ferrailleurs, Mado et Vincent, François, Paul... et les autres et de Luis Buñuel avec qui il entretient une longue complicité. Il collabore à six des films du réalisateur espagnol dont plusieurs œuvres majeures comme Le journal d'une femme de chambre, Belle de jour, Le Charme discret de la bourgeoisie. En parallèle, il assoit sa notoriété au début des années 1960, par plusieurs rôles à la télévision (Les Joueurs, Montserrat, Dom Juan…).

Il débute la décennie 1980 par le prix d'interprétation au Festival de Cannes en 1980, avec Le Saut dans le vide de Marco Bellocchio, et celui du Festival de Berlin en 1982, avec Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre. Il travaille avec le jeune cinéma français, comme Jacques Doillon (La Fille prodigue en 1985), Leos Carax (Mauvais sang en 1986), n'hésitant pas à casser son image bienveillante avec des rôles provocateurs ou antipathiques, avant de s'essayer lui-même à la réalisation.

Habitué du Festival de Cannes, il fait partie du jury de la compétition officielle du 60e festival de Cannes en 2007 sous la présidence de Stephen Frears.

Amateur de littérature, il a également enregistré la lecture des Fleurs du mal de Charles Baudelaire et de Gargantua de François Rabelais.

En 2011, il joue dans Habemus Papam, de Nanni Moretti, présenté en compétition au festival de Cannes.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Michel Piccoli au festival de Cannes 2000.

Engagé politiquement à gauche, membre du Mouvement de la Paix (communiste), il s'est souvent illustré par ses prises de position contre le Front national, et s'est mobilisé pour Amnesty International. En mars 2007, il a signé avec cent cinquante intellectuels un texte appelant à voter pour Ségolène Royal, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance »[1]. Après avoir soutenu François Mitterrand en 1981, il reste fidèle au camp socialiste.

En mai 2009 il cosigne, avec Juliette Gréco, Maxime Le Forestier et Pierre Arditi une lettre ouverte[2] à l'intention de Martine Aubry, première secrétaire du Parti Socialiste, appelant les parlementaires socialistes à adopter la loi Création et Internet.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été marié avec l'actrice Éléonore Hirt avec qui il a une fille, Anne-Cordélia Piccoli, puis à la chanteuse Juliette Gréco avant de partager la vie de la scénariste Ludivine Clerc, avec qui il adopte deux enfants d'origine polonaise : Missia et Inord.

Filmographie (plus de deux cents films et téléfilms)[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Michel Piccoli au Festival de Cannes 2011.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien
Metteur en scène
Lecteur
  • Lecture de Baudelaire aux éditions Thélème

Discographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Dialogues égoïstes, Michel Piccoli, éditions Marabout
  • 1989 : Michel Piccoli le provocateur, Robert Chazal, éditions France-Empire.
  • 2008 : Piccoli grandeur nature, Jacques Zimmer, éditions Nouveau Monde

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Avant qu'il ne soit trop tard", Nouvel Observateur 01/03/2007
  2. http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/05/04/loi-sur-le-piratage-des-artistes-de-gauche-denoncent-la-strategie-du-ps_1188363_823448.html