Michael Haneke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michael Haneke

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michael Haneke au Festival de Cannes 2009

Naissance 23 mars 1942 (72 ans)
Munich
Nationalité Drapeau d'Autriche Autrichien
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Le Septième Continent
Benny's Video
Funny Games
La Pianiste
Caché
Le Ruban blanc
Amour

Michael Haneke est un réalisateur et scénariste autrichien né le 23 mars 1942 à Munich.

Après avoir travaillé pour le théâtre et à la télévision, Michael Haneke se fait connaître comme cinéaste au cours des années 1990[1]. Ses mises en scène explorent une généalogie du mal ordinaire dans nos sociétés que ce soient par la culture télévisuelle (Benny's Video), le racisme et l'histoire refoulée (Caché), l'incommunicabilité (Code inconnu), la pression socio-familiale et la névrose sexuelle (La Pianiste), les diktats de la société de consommation (Le Septième Continent), les dogmes religieux (Le Ruban blanc) ou encore la vieillesse et la dégradation tant psychologique que physique (Amour)[1],[2],[3]. Une partie de la critique le classe dans la « cinéphilosophie »[4],[3].

Haneke ouvre une expérience de spectateur traumatique dans la dureté des scènes exposées ou la manifestation d'une brutalité insoutenable, généralement hors-champ[1],[5]. Ses films ont souvent divisé la presse et le public[3],[6].

Dix de ses longs métrages ont été sélectionnés au Festival de Cannes, d'abord en section parallèle puis à partir de Funny Games, en compétition[7]. À Cannes, Haneke a gagné de nombreuses récompenses : le Grand Prix, le Prix de la mise en scène puis la Palme d'or à deux reprises[8]. Il est le septième réalisateur à être doublement palmé après Francis Ford Coppola, Shōhei Imamura, Emir Kusturica, Bille August et les frères Dardenne.

Par ailleurs, Amour lui vaut plusieurs prix, en 2012 et 2013, qu'aucun cinéaste n'avait obtenu pour un même film : la palme cannoise, le Golden Globe, le BAFTA et l'Oscar du meilleur film étranger ainsi que l'European Award et le César du meilleur film[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Michael Haneke est le fils de l'acteur protestant Fritz Haneke et de l'actrice catholique Beatrix von Degenschild. Il a aussi un lien familial avec le comédien Christoph Waltz. En secondes noces, la mère de Haneke épouse le compositeur et chef d'orchestre Alexander Steinbrecher. Après la mort de Beatrix Degenschild, Steinbrecher se marie avec Elisabeth Urbancic, la mère de Waltz. Steinbrecher est donc tour à tour le beau-père du cinéaste et celui de l'acteur. Adolescent, Michael Haneke envisage un temps de devenir pasteur avant de se raviser[10].

Il grandit dans la ville de Wiener Neustadt, située au sud de la capitale autrichienne et étudie la philosophie, la psychologie et l'art dramatique à l'université de Vienne.

Il devient critique de cinéma de 1967 à 1970 puis travaille en tant que rédacteur pour la station de télévision allemande Südwestrundfunk. Passé à la mise en scène, il dirige, tant en Autriche qu'en Allemagne, plusieurs pièces du répertoire traditionnel, d'August Strindberg à Johann Wolfgang von Goethe en passant par Heinrich von Kleist. Il monte ses premiers spectacles à Baden-Baden (début avec la pièce Des journées entières dans les arbres de Marguerite Duras) puis à Darmstadt, Düsseldorf, Francfort et Stuttgart avant de partager son temps entre Munich, Berlin et Vienne. Il débute comme réalisateur pour la télévision en 1973. En 1980, il se fait remarquer avec un téléfilm ambitieux, d'une durée de quatre heures, consacré aux jeunes nés dans les années 1950 : Les Lemmings[11].

Son premier film pour le cinéma, Le Septième Continent (1989), qui décrit de manière clinique le suicide progressif d'une famille, est initialement refusé par la télévision[11]. D'emblée, son univers se caractérise par une vision conceptuelle, exigeante et pessimiste du monde contemporain. En toile de fond il s'intéresse, comme les romans d'Elfriede Jelinek, à la société autrichienne qu'il critique ouvertement[12].

Trois ans plus tard, le controversé Benny's Video qui met en scène un adolescent devenu meurtrier par hasard et dont les parents effacent le crime, approfondit cette démarche et fait connaître Haneke au-delà des frontières austro-allemandes[11]. 71 fragments d'une chronologie du hasard dépeint la vie ordinaire de nombreux personnages avant leur assassinat lors d'un braquage de banque.

Funny Games, histoire d'une famille torturée et décimée, confirme sa réputation de polémiste. Il met aussi en évidence son style implacable et percutant de clinicien traquant sans relâche les tares humaines et la barbarie qui sommeillent dans la civilisation occidentale en général et la société autrichienne en particulier[13]. Au départ, Haneke pense à Isabelle Huppert pour le rôle de la mère assassinée mais elle le refuse[14]. Si le film déclenche une vive polémique à sa sortie, il devient, au fil des années, une œuvre culte ce que le réalisateur regrette car ce statut repose, selon lui, sur un malentendu[8]. Une certaine confusion entre le message de fond et l'aspect attractif de tortures mises en scène de manière vraisemblable lui auraient, un temps, donné l'envie de détruire ce film mais il dit aujourd'hui l'assumer entièrement[8],[15].

En 1997, Haneke réalise également, pour la télévision, une adaptation remarquée du Château de Franz Kafka, interprétée par les deux comédiens principaux de Funny Games : Ulrich Mühe et Susanne Lothar.

Trois ans plus tard, il signe sa première réalisation en français : Code inconnu, film-mosaïque sur l'isolement, le rejet de l'autre et la difficulté de communiquer[8].

Son plus grand succès public vient en 2001 avec La Pianiste, adapté du roman homonyme de Jelinek. Il y brosse le portrait d'une professeur de piano, victime de sa mère castratrice et de son sens névrotique de la perfection. La protagoniste trouve refuge dans la consommation de films pornographiques, le voyeurisme et des fantasmes sado-masochistes[12]. La sulfureuse thématique sexuelle et des scènes très crues provoquent des chahuts au sein de la critique et du public[16],[17],[18]. Cependant, l'œuvre vaut à son auteur le Grand Prix du Jury à Cannes et honore d'un double Prix d'interprétation Isabelle Huppert et Benoît Magimel[19]. Elle permet également à Annie Girardot de faire son grand retour au cinéma et de gagner le César du meilleur second rôle féminin.

Haneke poursuit une carrière de réalisateur de portée européenne. Le Temps du loup (2003) est un film d'anticipation qui raconte le désœuvrement d'individus dans un abri rural. En évoquant une catastrophe dont on ignore la nature, le cinéaste ouvre une interrogation sur le devenir de l'humanité et les dangers qui la guettent[8]. Caché, film sur l'humiliation et le retour du refoulé, est interprété par Daniel Auteuil, Juliette Binoche, Annie Girardot et Maurice Bénichou. Il reçoit un accueil critique très favorable et le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 2005[20].

En 2006, Haneke signe sa première mise d'opéra avec Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart, présentée au palais Garnier à Paris. Le spectacle est repris en mars 2012 à l'Opéra Bastille[21].

Sollicité par des producteurs américains suite au succès outre-Atlantique de certains de ses films, il réalise lui-même en 2008 le remake de son classique Funny Games : Funny Games U.S. avec Tim Roth et Naomi Watts dans les rôles principaux. Il s'agit d'une reproduction à l'identique, plan par plan, de l'œuvre originale[14].

Le jury du Festival de Cannes 2009, présidé par Isabelle Huppert, lui attribue une première Palme d'or pour Le Ruban blanc, son premier film à costume, tourné en noir et blanc et dont le thème est le basculement d'une société villageoise du nord de l'Allemagne dans l'obscurantisme à l'aube de la Première Guerre mondiale. Au départ, l'œuvre est prévue pour la télévision et constitue une mini-série de trois épisodes. Mais la productrice Margaret Ménégoz convainc Haneke d'en réduire la durée pour en faire un long métrage de plus de deux heures. Le scénariste Jean-Claude Carrière est sollicité pour raccourcir le scénario[22]. L'accueil critique est globalement enthousiaste et le film reçoit, en 2010, le Golden Globe du meilleur film étranger ainsi qu'une nomination à l'Oscar dans la catégorie équivalente[23],[24].

Le jury du Festival de Cannes 2012, présidé par Nanni Moretti, décerne au cinéaste sa seconde Palme d'or pour Amour, huis clos dramatique racontant la déchéance physique et psychologique d'un couple d'urbains octogénaires, incarné par Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. L'œuvre s'inspire de la propre histoire de son auteur et de celle d'une tante qui l'a élevé[25]. Elle s'axe sur l'un des rares scénarios qu'il n'a pas écrit dix ans auparavant[26]. Bien que la presse ait souvent reproché au réalisateur une certaine froideur et un point de vue austère ou moralisateur, voire sadique[27],[10], elle encense le film dans son ensemble et en fait le long métrage le plus apprécié de la sélection cannoise[28]. Certaines critiques le considèrent comme la réalisation la plus personnelle, la plus émouvante et la plus sensible de Haneke[29],[30]. En 2013, Amour, qui est un succès mondial[31], est récompensé par le Golden Globe, le BAFTA et l'Oscar du meilleur film étranger et par les cinq Césars majeurs : Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur acteur pour Trintignant, Meilleure actrice pour Riva et Meilleur scénario original[27]. Il s'agit du second film à rafler les cinq Césars les plus importants après Le Dernier Métro de François Truffaut en 1981.

La même année, Haneke met en scène son deuxième opéra : Così fan tutte de Mozart, présenté au Teatro Real de Madrid[32]. En 2014, il fait l'objet d'un documentaire, Michael Haneke : profession réalisateur, réalisé par Yves Montmayeur[33].

Le prochain film de Michael Haneke sera Flashmob, une analyse du monde des médias qui influence le monde réel, décortiqué avec le phénomène du Flashmob, un rassemblement éclair d'un groupe de personne organisé grâce à Internet et aux réseaux sociaux. Le film est prévu pour 2015, avec une probable présentation au Festival de Cannes[réf. nécessaire].

Style et thématiques de Michael Haneke[modifier | modifier le code]

Michael Haneke (au centre), Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert lors de la présentation d'Amour au Festival de Cannes 2012.

Rythme[modifier | modifier le code]

Le rythme des films de Michael Haneke est souvent marqué par une dilatation du récit. Il peut n'y avoir aucune véritable intrigue ou aucun nœud dramatique clair (71 fragments..., Code inconnu). Le réalisateur traite son tempo narratif de manière musicale, jouant sur le contraste, le contrepoint, la pause, la nuance, la rupture, l'accélération et l'ellipse[34]. Sur le plan formel, il étire la durée de ses plans et inclut des périodes de vide, de frustration, voire d'irritation tant pour le personnage que pour le spectateur[6]. De même, il utilise fréquemment la présence d'un mystère en trompe-l'œil qui restera en partie non dévoilé, en donnant toutefois des éléments d'interprétations possibles (Caché, Le Temps du loup, Le Ruban blanc, l'ouverture d'Amour).

Violence[modifier | modifier le code]

Le cinéaste innove particulièrement dans la manière de mettre en scène la violence. En effet, son œuvre, d'une radicalité assumée, propose une réflexion sur les comportements archaïques au cœur de la civilisation occidentale[1]. Sans être stylisée ou spectaculaire, cette violence sous-jacente surgit de manière structurelle et extrême, notamment dans le début de ses films[34]. Elle est souvent plus suggérée que montrée frontalement : le meurtre de la jeune fille, rendu par les cris stridents hors-champ dans Benny's Video, les scènes de torture et de meurtre dans Funny Games, signifiées par des hurlements ou du sang sur un téléviseur, la mutilation génitale que s'inflige le personnage de La Pianiste, filmé de profil[35],[8]... Cette violence n'est généralement pas justifiée de manière évidente, ce qui rend la mise en scène encore plus sèche et brutale et les procédés qui la rendent palpable créent, entre proximité et distance totale, un malaise tel que la notion de « pornographie de l'épure », fut utilisée par le magazine Télérama à propos de Funny Games :

« [...] peut-on impunément filmer l'horreur sans prendre parti ? L'impassibilité qu'il revendique amène Haneke à un curieux choix esthétique : ce qu'on pourrait appeler la pornographie de l'épure. Prenez le plan de sept minutes où il filme, de loin, un gamin mort, une femme, couverte d'ecchymoses, qui sautille pour se libérer de ses liens et un homme qui éclate en sanglots convulsifs. Apparemment, c'est parfait : pas de sang, une caméra immobile ou presque (un léger panoramique). On est dans la dignité irréprochable. Sauf que cette dignité est fausse. Les longs plans fixes d'un Angelopolous ou d'un Tarkovski bouleverseraient par leur sincérité. Celui-là est calculé, malin, artificiel. L'impudence naît de cette pudeur forcée. La première règle d'un cinéaste qui se respecte, c'est la liberté qu'il laisse aux spectateurs d'aimer ou non les personnages. Ici, les personnages sont des marionnettes, et les spectateurs des cobayes de laboratoire. Sur l'écran, les deux meurtriers nous font des clins d'œil, pour nous rendre complices du plaisir qu'ils prennent à tuer. »[36].

La barbarie amplifiée par les images issues de l'industrie du divertissement et du spectacle (télévision, jeux vidéo, films d'action hollywoodiens, hardrock) et les civilités de la bonne société s'échangent et se confondent[35]. En réalité, Haneke met en scène une violence banalisée, générée par un univers familier et quotidien[37].

Rêve et réalité[modifier | modifier le code]

Michael Haneke alterne récits intimistes centrés sur quelques personnages (Benny's Video, La Pianiste, Amour), huis clos (Funny Games, Amour) et fresques unanimistes, proches dans leur conception du « théâtre épique » défini par Bertolt Brecht (71 fragments..., Le Temps du loup, Le Ruban blanc). Le cinéaste affirme vouloir mêler divers registres afin d'éviter le sens unique et le film à thèse[1] : bien que situées dans un cadre très réaliste, ses œuvres manifestent un certain maniérisme et laissent une large place à l'irrationnel. Elles s'aventurent parfois aux frontières de l'onirisme, voire d'un fantastique kafkaïen. Le final du Temps du loup, la scène de décapitation du coq dans Caché, les annonces prophétiques du Ruban blanc, les apparition et disparition du pigeon et la traversée, par Jean-Louis Trintignant, d'un couloir sombre et inondé dans Amour se situent volontairement du côté de l'irréalité ou du cauchemar. Par ailleurs, le film est régulièrement renvoyé à sa nature d'artifice et de mensonge (la mise en abyme et « l'image dans l'image » dans Benny's Video et Caché, les clins d'œil au public et les apartés du meurtrier ou encore l'effet « rembobiné » d'une séquence de mise à mort dans Funny Games...)[38]. Le cinéaste explique lui-même cette démarche : « Si le cinéma veut être une forme d'art, il doit nécessairement d'abord s'interroger sur son pouvoir de figuration. C'est une question essentielle. Sans ça, il est trop facile d'en user pour imposer une vision simpliste du réel ; ou manipuler le spectateur, prétendre le divertir pour lui imposer un sens. »[3]. Ses films mêlent donc indistinctement réalisme, fable, banalité quotidienne et allégorie[39].

Rapport à l'image du spectateur[modifier | modifier le code]

Haneke met sans cesse le spectateur de ses films en situation d'inconfort[6]. La manière habituelle de percevoir une œuvre cinématographique est changée par la volonté de rejeter toute lecture psychologique, de provoquer des réactions vives et émotives et d'interroger le public sur sa responsabilité de « témoin » face aux scènes exposées. Des questions d'ordre social, politique, historique, culturel ou moral lui sont assénées et aucune réponse n'est apportée[37]. Caché met par exemple en scène, de manière métaphorique, certains éléments de la Guerre d'Algérie à travers la relation entre Daniel Auteuil et Maurice Bénichou mais laisse ouverte la façon d'interpréter le retour de l'histoire refoulée dans l'existence d'individus ordinaires. Plus globalement, le cinéaste interpelle sur la manière systématique de figurer la réalité et de la confondre avec ce qui est montré à l'écran. La vérité semble insaisissable et le réel apparaît comme une série de fragments visuels et sonores, sans lien logique apparent. Cette représentation d'images énigmatiques est visible dans Le Septième Continent et Code inconnu[35]. 71 fragments... éparpille, quant à lui, des séquences mises au hasard que chacun est amené à rassembler selon sa pensée[40]. L'image en elle-même est utilisée par Haneke dans un questionnement sur sa capacité à manipuler celui qui la regarde[40]. Benny's Video, Code inconnu, Caché et La Pianiste opèrent en ce sens une confusion volontaire dans le passage d'une image à l'autre : la fiction est confondue avec des bandes de caméscope, des séquences télévisées ou des jeux vidéo. La frontière entre les différents niveaux d'image est brouillée et le public devient le miroir de phobies et de névroses sur l'exemple des personnages[37]. Par ailleurs, Haneke montre la manière dont les médias de masse mettent chaque image sur le même plan, sans jamais les hiérarchiser[37]. Selon le réalisateur, « la question n'est pas de savoir ce qu'on a le droit de montrer, mais comment permettre au spectateur de comprendre ce qu'on lui montre. »[41]. Cette logique réflexive a poussé Thomas Neuhauser d'Arte à qualifier ses films d'« essais filmés »[42].

Rejet du cinéma commercial américain[modifier | modifier le code]

Le réalisateur affirme avoir été traumatisé, dans sa jeunesse, par l'esthétique et la dramaturgie hollywoodiennes[10]. Il s'oppose notamment à un courant du cinéma américain, initié par Oliver Stone et Quentin Tarantino, qui n'offrirait que des images violentes, spectaculaires et sans distance critique. Pour Haneke, cette veine postmoderne et ultra-violente de la production américaine serait incapable de réaliser son pouvoir sur le spectateur pour qui elle rendrait le sang et la souffrance attractifs[8]. Il explique que les films qui en sont issus déréalisent la violence et la manière de la montrer, masquée sous une posture de vraisemblance, devient le prétexte à un défilé de scènes grandiloquentes. Selon lui, ce procédé cache des valeurs fascisantes comme l'autodéfense et la vengeance[43]. Fidèle à sa méthode, il dit vouloir aiguiser, en réaction, une forme de conscience au-delà des représentations primitives. Néanmoins, avec sa trilogie autrichienne consacrée au thème de la « glaciation émotionnelle »[35] (Le Septième Continent, Benny's Video et 71 fragments...), il montre son désir de s'éloigner aussi d'un cinéma d'auteur complaisant et trop agréable dans son approche esthétique[1].

Choix esthétiques[modifier | modifier le code]

La mise en scène de Haneke révèle une rigueur mathématique dans l'élaboration du cadre et l'usage du montage[44]. Haneke pense minutieusement la composition de ses plans, étirés dans le temps[39]. Selon Isabelle Huppert, « il se laisse guider par le mouvement d'un visage, c'est ça qui rend sa mise en scène très organique. »[33]. Ses réalisations accordent par ailleurs un soin extrême au son[44]. Généralement, elles n'utilisent pas de plage musicale (les rares morceaux de musique sont joués ou écoutés par les personnages) et privilégient des plans fixes et des plans-séquences aux couleurs ternes[40]. Le montage parallèle est aussi fréquemment employé au même titre qu'une bande sonore précise, reconstituant d'une façon très signifiante diverses ambiances : l'eau stridente du robinet ou la pluie battante dans Amour, le craquement saturé du plancher dans La Pianiste, etc. Michael Haneke peut consacrer plus de deux mois à travailler le son et le mixage après l'achèvement du montage[35]. Il utilise par ailleurs de manière répétée les transitions brutales marquant le passage du temps, comme de brefs écrans noirs[35].

Influences[modifier | modifier le code]

Michael Haneke et les acteurs du Ruban blanc au Festival de Cannes 2009.

Admirateur d'Ingmar Bergman, Robert Bresson et Pier Paolo Pasolini, le cinéaste évoque dans Le Ruban blanc par le sujet, les cadres, le noir et blanc et la lumière, sa fascination pour l’œuvre de Carl Theodor Dreyer[45],[3],[40]. Dans ce film, des analogies sont également établies avec Le Village des damnés de Wolf Rilla, Le Village de M. Night Shyamalan et Le Journal d'une femme de chambre de Luis Buñuel[8]. Haneke semble être influencé, sur le plan littéraire, par Franz Kafka et Frank Wedekind, notamment par L'Éveil du printemps[8]. D'autres références peuvent être notées dans ses œuvres : Caché évoque Lost Highway de David Lynch pour l'histoire d'un couple perturbé par la réception de cassettes vidéo anonymes et Blow-Up de Michelangelo Antonioni pour la notion d'image dans l'image et de projection fantasmatique[8]. Le Temps du loup rappelle, quant à lui, le cinéma d'Andreï Tarkovski[8]. À noter que le réalisateur déclare admirer l'œuvre de Bruno Dumont et Abbas Kiarostami[46]. En 1999, le quotidien suisse Le Temps décèle l'empreinte culturelle de la Mitteleuropa dans sa vision du monde, caractérisée par l'étude de l'absurdité, de la violence et du mal-être des sociétés modernes[41]. Le cinéaste est par ailleurs rapproché de la tradition littéraire et philosophique austro-allemande que revendique Jelinek et qui utilise l'art comme une forme d'analyse et de mise à distance[41],[39],[47]. Isabelle Huppert relie Haneke à une culture de polémiste héritée de Karl Kraus et Thomas Bernhard[33]. Selon elle, ses films s'inscrivent « comme chez Bernhard dans une tradition autrichienne où noirceur et humour se mêlent. […] L'Autriche est une terre qui produit des névroses mais aussi de la culture, c'est un peu ambigu, comme dans les films où le rôle de la musique est très ambigu. »[33].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Les thèmes ou motifs récurrents de ses films sont[37] :

  • Une représentation d'une violence ordinaire — et de divers formes d'humiliation —, déréalisée et souvent sans motif.
  • Une critique dirigée contre les médias de masse, en particulier la télévision.
  • Une dénonciation de la culture du divertissement et du spectacle (films d'action, télévision, jeux vidéo) et la manière dont celle-ci banalise la violence.
  • Une « glaciation émotionnelle », ou déshumanisation de la classe moyenne et bourgeoise occidentale (intrusion d'une menace sourde et inexplicable dans un univers familier, banal ou quotidien).
  • Une désagrégation de la cellule familiale dans la société moderne.
  • Des descriptions d'enfance ou d'adolescence sadiques et meurtrières.
  • Un refus ou une incapacité de communiquer directement avec l'autre.
  • Une impossibilité d'exprimer ou de faire comprendre toute souffrance psychologique.
  • Une approche des problèmes du racisme et du refoulement de l'histoire.
  • Une volonté de vouloir laisser la porte ouverte à de nombreuses interprétations : critique de la manière de « fournir les réponses en même temps que les questions » des médias modernes.
  • Des personnages nommés Georges et Anna (ou des variantes de ces mêmes noms).

Collaborations multiples[modifier | modifier le code]

Fidèle dans le travail, Haneke a collaboré à plusieurs reprises avec les comédiens Susanne Lothar et Udo Samel (quatre fois), Isabelle Huppert, Ulrich Mühe et Maurice Bénichou (trois fois), Juliette Binoche, Annie Girardot et Arno Frisch (deux fois) ainsi qu'avec les techniciens Jürgen Jürges, Christian Berger, Darius Khondji, Monika Willi et Nadine Muse ou les producteurs Veit Heiduschka, Marin Karmitz, Alain Sarde et Margaret Ménégoz[35].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1973 : ...Und was kommt danach ?
  • 1974 : After Liverpool
  • 1976 : Spermüll
  • 1976 : Drei Wege zum See
  • 1979 : Lemminge
  • 1983 : Variationen
  • 1984 : Wer war Edgar Allen ?
  • 1985 : Fräulein
  • 1991 : Nachruf für einen Mörder
  • 1992 : Die Rebellion
  • 1997 : Le Château (Das Schloß)

Cinéma[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Mises en scène d'opéra[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Benny's Video
  • 1992 : European Film Academy Critics Award
La Pianiste
Le Temps du loup
Caché
Le Ruban blanc
Amour

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Oscars[modifier | modifier le code]

BAFTA[modifier | modifier le code]

Césars[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes[modifier | modifier le code]

Sauf mention, les films ci-dessous ont été présentés en sélection officielle, en compétition :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Article Michael Haneke de l'encyclopédie Universalis, consulté le 19 octobre 2012.
  2. François-Guillaume Lorrain, « Haneke, la généalogie du mal », Le Point,‎ 21 mai 2009 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d et e Alexandre Prouvèze, « Portrait de Michael Haneke Cinéaste du mal ? », Évène,‎ 19 octobre 2009 (lire en ligne)
  4. Juliette Cerf, « Le succès de la « cinéphilosophie » », Télérama,‎ 19 mai 2012 (lire en ligne)
  5. Télérama, « Michael Haneke : “Comment peut-on se repaître de la souffrance d’autrui, même à travers un écran” », consulté le 19 octobre 2012.
  6. a, b et c Stéphane Delorme, « Les misanthropes », Cahiers du cinéma,‎ 1er novembre 2012 (lire en ligne)
  7. Paperblog « Avant Amour, Haneke explorait Le Septième Continent », consulté le 19 octobre 2012.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Romain Le Vern, « Amour : Michael Haneke, sa belle histoire d'amour avec Cannes », TF1,‎ 24 octobre 2012 (lire en ligne)
  9. David Carzon, « Oscars 2013 : Argo bat Lincoln, rien pour Emmanuelle Riva », Télérama,‎ 25 février 2013 (lire en ligne)
  10. a, b et c Philippe Rouyer, « Haneke est un homme extrêmement sensible aux récompenses », Télérama,‎ 19 février 2013 (lire en ligne)
  11. a, b et c Article « Michael Haneke » sur l'encyclopédie Larousse, consulté le 19 octobre 2012.
  12. a et b Article La Pianiste sur l'encyclopédie Universalis, consulté le 19 octobre 2012.
  13. Gérard Lefort et Didier Péron, « Cannes : Haneke, jeu dangereux », Libération,‎ 15 mai 1997 (lire en ligne)
  14. a et b Anecdotes du film Funny Games U.S sur AlloCiné.fr, consultées le 31 octobre 2012.
  15. Mathilde Blottière, « Michael Haneke : "Comment peut-on se repaître de la souffrance d’autrui, même à travers un écran" », Télérama,‎ 26 avril 2008 (lire en ligne)
  16. Fiche Larousse sur La Pianiste, consulté le 19 octobre 2012.
  17. Sophie Bonnet, « Critique de La Pianiste », Les Inrocks,‎ 5 septembre 2001 (lire en ligne)
  18. Gérard Lefort, « Haneke, maso vocce », Libération,‎ 5 septembre 2001 (lire en ligne)
  19. [vidéo] Cannes 2001 : palmarès et réactions sur Ina.fr
  20. [vidéo] Festival de Cannes 2005 : distribution des palmes sur Ina.fr
  21. Patrick Sourd, « Le Don Giovanni fantasmagorique de Michael Haneke », Les Inrocks,‎ 15 mars 2012 (lire en ligne)
  22. AlloCiné.fr « Rencontre avec Margaret Ménégoz, productrice d'Amour », consulté le 31 octobre 2012.
  23. Critiques presse pour le film Le Ruban blanc sur AlloCiné, consulté le 22 janvier 2013.
  24. Taux de satisfaction du Ruban blanc sur Rotten Tomatoes (85 % d'avis favorables), consulté le 22 janvier 2013.
  25. CinéObs.fr « Michael Haneke : "Sans Trintignant, je n'aurais pas fait Amour" », consulté le 20 décembre 2012.
  26. « Michael Haneke, ou l’art du détail pour atteindre la vérité », par Michel Guilloux dans L'Humanité du 24 octobre 2012.
  27. a et b Marie-Noëlle Tranchant, « Michael Haneke, meilleur réalisateur », Le Figaro,‎ 23 février 2013 (lire en ligne)
  28. « Le film Français - Cannes 2012 les étoiles de la critique »
  29. Critiques presse pour le film Amour sur AlloCiné, consulté le 22 janvier 2013.
  30. Taux de satisfaction d'Amour sur Rotten Tomatoes (91 % d'avis favorables), consulté le 22 janvier 2013.
  31. Claudine Mullard, « Beaucoup d'amour pour Emmanuelle Riva à Los Angeles après les Oscars », Le Monde,‎ 26 février 2013 (lire en ligne)
  32. Christian Merlin, « Le triomphe du Cosi fan tutte de Michael Haneke », Le Figaro,‎ 25 février 2013 (lire en ligne)
  33. a, b, c et d Sandrine Marques, « Michael Haneke, profession réalisateur : dans son intimité », Le Monde,‎ 13 mai 2014 (lire en ligne)
  34. a et b Analyse du style de Michael Haneke dans les Cahiers du cinéma no 683, novembre 2012, articles « Mal, mal mal » par Jean-Philippe Tessé et « Haneke, père sévère » par Joachim Lepastier site officiel.
  35. a, b, c, d, e, f et g Philippe Rouyer, « Michael Haneke : le tour d'une œuvre », France Inter,‎ 24 octobre 2012 (lire en ligne)
  36. Critiques compilées de Funny Games par Jean-Claude Loiseau, Pierre Murat, Vincent rémy, dans Télérama.
  37. a, b, c, d et e « Michael Haneke », sur Bibliothèque du film (consulté le 26 janvier 2013)
  38. [vidéo] Youtube « Michael Haneke on violence - cine-fils.com », consulté le 19 octobre 2012.
  39. a, b et c « Ce qui se montre et ce qui ce cache » par Frédéric Srauss sur le site de l'encyclopædia Universalis, consulté le 15 mai 2014.
  40. a, b, c et d « Jeu, hasard et société, rétrospective Haneke » par Rita Bukauskaite sur le site www.iletaitunefoislecinema.com, consulté le 26 octobre 2012.
  41. a, b et c Norbert Kreutz, « Michael Haneke questionne la violence en images et extirpe le spectateur de son confort de voyeur », Le Temps,‎ 9 décembre 1999 (lire en ligne)
  42. Thomas Neuhauser, « La Pianiste - critique du film (2001) », Arte,‎ 7 décembre 2004 (lire en ligne)
  43. Stéphanie Lamome, « Funny Games US : l'interview de Michael Haneke », Première,‎ 20 avril 2008 (lire en ligne)
  44. a et b Analyse de la mise en scène de Michael Haneke à travers la critique de son film La Pianiste sur Cadrage.net, consulté le 19 octobre 2012.
  45. Le Temps « Le cinéaste autrichien Michael Haneke frappe sur la Croisette », consulté le 19 octobre 2012.
  46. « Palme d'or, Festival de Cannes : Michael Haneke consacré avec Amour », Huffington Post,‎ 27 mai 2012 (lire en ligne)
  47. Baptiste Liger, « Elfriede Jelinek: "Je le revendique : oui, je suis un auteur comique" », L'Express,‎ 7 mai 2012 (lire en ligne)
  48. [1]Michael Haneke : un flashmob pour son prochain film !
  49. (de) Michael Haneke - Seit 2002 Mitglied der Akademie der Künste, Berlin, Sektion Film- und Medienkunst sur le site de l'Académie des arts de Berlin
  50. « Michel Haneke, Docteur Honoris Causa », site de l'Université Paris 8,‎ 2012 (lire en ligne)
  51. [vidéo], Dailymotion « Michael Haneke fait Docteur Honoris Causa par l'université Paris 8 », consulté le 25 octobre 2013.
  52. « Michel Haneke erhielt Ehrendoktor der Theologie », Die Presse,‎ 17 septembre 2013 (lire en ligne)
  53. [http://www.ctendance.com/article-17892.html
  54. Canal Plus
  55. Canal Plus

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Haneke, La Pianiste, Paris, Cahiers du cinéma, coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »,‎ 2001, 124 p. (ISBN 978-2866423186)
  • Michael Haneke, Le ruban blanc, Arles, France, Actes Sud, coll. « Beaux livres »,‎ 2010, 224 p. + 1 DVD (ISBN 978-2742795321)
  • Michael Haneke, Michel Cieutat et Philippe Rouyer, Haneke par Haneke, Stock, coll. « Essais - Documents »,‎ 2012, 352 p. (ISBN 978-2234064850)
    Entretien de Philippe Rouyer sur Darius Khondji et Michael Haneke, Canal Académie.
  • Michael Haneke (trad. Bernard Mangiante), Amour, Actes Sud, coll. « Scénario »,‎ 2012, 112 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]