Claude Brasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brasseur.

Claude Brasseur

Description de cette image, également commentée ci-après

Claude Brasseur en 2013 lors du festival automobile international.

Nom de naissance Claude Espinasse
Naissance 15 juin 1936 (78 ans)
Neuilly-sur-Seine, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession acteur
Films notables Les Seins de glace
Un éléphant ça trompe énormément
Une histoire simple
La Guerre des polices
Le Souper

Claude Brasseur, de son vrai nom Claude Espinasse, est un acteur français né le 15 juin 1936 à Neuilly-sur-Seine. Il est le fils de Pierre Brasseur et le père d'Alexandre Brasseur. Il a tourné dans plus de 90 films.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fait ses premiers pas au théâtre en 1955 en créant Judas de Marcel Pagnol avant de débuter l'année suivante au cinéma dans Rencontre à Paris de Georges Lampin. Il tourne avec les plus grands réalisateurs de l'époque, notamment Georges Franju, Marcel Carné et Jean Renoir, mais c'est la télévision qui lui offre ses premiers grands rôles : Rouletabille dans Le Mystère de la chambre jaune de Jean Kerchbron et Sganarelle dans Dom Juan ou le Festin de pierre de Marcel Bluwal en 1965, et surtout François Vidocq dans Les Nouvelles Aventures de Vidocq de 1971 à 1973, où il remplace Bernard Noël, qui était dans les années 1960 le protagoniste de la première série.

Ce n'est qu'en 1974 avec Les Seins de glace de Georges Lautner qu'il se fait véritablement remarquer au cinéma, obtenant la consécration avec Un éléphant ça trompe énormément d'Yves Robert en 1976 qui lui vaut un César du meilleur acteur dans un second rôle en 1977. Le succès du film entraîne une suite en 1978, Nous irons tous au paradis.

Il obtient de nouveau un César en 1980 pour son rôle dans La Guerre des polices.

Il a tourné dans plus de 90 films dont La Boum de Claude Pinoteau, où il interprète le père de Vic (Sophie Marceau), Les Loups entre eux de José Giovanni, et plus récemment dans Camping et Le Héros de la famille (2006).

De 2003 à 2007, il joue le policier Franck Keller dans la série télévisée éponyme, diffusé sur TF1.

Depuis septembre 2013, il est tous les soirs de la semaine sur France 2 dans un programme court :Y'a pas d'âge.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ickx et Brasseur réunis lors du Festival de l'automobile 2013.

Issu d'une lignée d'acteurs, il est le fils de Pierre Brasseur et d'Odette Joyeux. Son parrain est l'écrivain américain Ernest Hemingway.

Le 27 mars 1961, Claude Brasseur épouse Peggy Roche, mannequin et journaliste de mode (qui deviendra après leur divorce la compagne de Françoise Sagan)[1], puis en 1970 Michèle Cambon avec qui il a un fils, Alexandre Brasseur[2].

Sélectionné pour les Jeux olympiques d'hiver de 1964 à Innsbrück dans l'équipe de France de bobsleigh, un grave accident aux entraînements empêchera l'équipe de se présenter le jour de l'épreuve. Il s'adonne, parallèlement, à la compétition automobile, remportant comme copilote de Jacky Ickx le rallye Paris-Dakar en 1983. Il a également participé à plusieurs reprises au volant de Simca 1000 Rallye à des courses automobiles avec le Star Racing Team dans le cadre d'épreuves en circuits du Simca Racing Team.

Il a signé pour le magazine Causeur.fr, "le manifeste des 343 salauds" [3], qui proteste contre un projet gouvernemental de pénalisation des clients de prostituées.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Claude Brasseur avec Philippe Noiret au festival de Cannes 1989.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

En 1968, on le voit aux côtés de Brigitte Bardot dans le scopitone de la chanson Bubble Gum.

En 1986, Philippe de Broca cherche les décors extérieurs pour son film La Gitane. Claude lui conseille de venir à Pontoise, ville qu'il connait bien car il habite à l'époque Vauréal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michaël Delmar, Sans vous aimer, Lire, 1er février 2008
  2. Patricia Boutron-Chansou, Claude Brasseur, tf1.fr, 16 août 2010.
  3. « Signez le Manifeste de 343 salauds », sur Causeur
  4. unifrance.org
  5. « Claude Brasseur - artiste - sa discographie sur B&M », sur bide-et-musique.com (consulté le 21 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Document[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :