Orano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orano
logo de Orano
illustration de Orano
Siège social d'Orano à Châtillon.

Création 2018 : création à partir de certaines activités d'Areva
Dates clés 2018 : création d'Orano à partir des activités « combustible » et « démantèlement » d'Areva.
Fondateurs Anne LauvergeonVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Slogan « Donnons toute sa valeur au nucléaire »
Siège social Châtillon (Hauts-de-Seine)
Drapeau de la France France
Direction Claude Imauven (président)
Nicolas Maes (directeur général)
Actionnaires État français : 90 %
JNFL (Japan Nuclear Fuel Limited) : 5 %
Mitsubishi Heavy Industries (MHI) : 5 %
CEA (Commissariat à l'Énergie Atomique) : 1 action[1]
Activité Énergie nucléaire
Produits Combustible nucléaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère État français
Filiales Orano Cycle, Orano Mining, Orano Projets, Orano DS, Orano US LLC, Orano Assurance & Réassurance
Effectif 16 500 (2020)[2]
SIREN 330956871[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR62330956871[4]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web orano.group

Chiffre d'affaires 4,726 milliards € (2021)[5]
Résultat net 678 millions € (2021)[5]

Société précédente Areva

Orano est une entreprise française détenue par l'État français spécialisée dans les combustibles nucléaires et issue du démantèlement en 2018 de la multinationale française Areva, restée pendant deux décennies leader mondial du secteur de l'énergie nucléaire.

Areva étant ébranlée par plusieurs affaires politico-financières, ses effectifs ont chuté de 78 % en une décennie : 76 000 salariés en 2010 puis 42 000 en 2014 et seulement 16 500 en 2020 dans la nouvelle entreprise Orano. Le gouvernement avait contraint Areva à la vente à Alstom en 2010 de sa très rentable Areva T&D, convoitée depuis 2006 par Alstom et Bouygues.

En 2016, la société New Areva est créée pour regrouper les activités relatives au combustible nucléaire : extraction de l'uranium à la mine, concentration, raffinage, conversion et enrichissement de l'uranium, fabrication d'assemblages de combustibles nucléaires, transport des combustibles nucléaires, traitement des combustibles nucléaires usés, démantèlement nucléaire et gestion des déchets radioactifs. Le , New Areva devient Orano[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

2018 : démantèlement d'Areva et création d'Orano[modifier | modifier le code]

Le , la restructuration d'Areva est achevée. New Areva (également dénommée NewCo) qui est la nouvelle société créée autour du cycle du combustible nucléaire d'ex-Areva, prend le nom d'Orano qui ne gardera le contrôle que sur les activités de production et de recyclage du combustible nucléaire[7],[8],[9].

Le logo d'Orano s'appuie sur une référence visuelle à la circularité de l'activité du groupe (recyclage des combustibles nucléaires)[10]. L'identité d'Orano a été confiée à Insign, une agence de brand design, pour un coût global de cinq millions d'euros. Le nom d'Orano fait référence à Ouranos, dieu grec du ciel et son pendant romain Uranus, d'où la planète Uranus tire son nom, et qui a servi plus tard lorsqu'il s'est agi de trouver un nom à l'uranium. La couleur jaune a été choisie en référence à la couleur du minerai d'uranium[11].

Le recentrage sur le cycle de l'uranium entraîne une réduction du périmètre d'Orano par rapport à celui d'ex-Areva. Le chiffre d'affaires devrait être divisé par deux et s'établir à deux milliards d'euros en 2018. L'effectif du nouvel ensemble est ramené de 40 000 à 16 000 salariés.

Le , l'entrée au capital des investisseurs japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et JNFL (Japan Nuclear Fuel Limited) est effective : en apportant, ensemble, 500 millions d'euros, chacun détient désormais 5 % du capital d'Orano[12]. La prise de participation du chinois CNNC, évoquée depuis le protocole d'accord de 2015, n'a pas lieu, en raison des exigences trop importantes des dirigeants de CNNC[13].

Début mai 2018, Orano signe un contrat de faisabilité de retraitement de combustible russe de réacteurs VVER 1000 (avec l'électricien ukrainien EnergoAtom) qui ouvre la voie au recyclage de combustibles ukrainiens en France à l'usine de la Hague. Les déchets ultimes issus de ce traitement seront conditionnés « de façon sûre et stable »[14].

Fin 2019, Orano quitte la Tour Areva de La Défense pour s'installer à Châtillon[11].

2021-2022[modifier | modifier le code]

En février 2021, Orano annonce avoir reçu des permis d'exploration attribués par les autorités locales pour chercher des gisements d'uranium dans deux zones du Groenland[15].

Le 19 août 2021, Orano signe avec quatre électriciens allemands (PreussenElektra, RWE, EnBW et Vattenfall) des contrats pour « le retour de l'intégralité des déchets nucléaires allemands encore entreposés » dans son usine de La Hague d'ici à 2024. Ces quatre sociétés verseront en contrepartie plus d'un milliard d'euros à Orano. Les gouvernements français et allemand s'étaient mis d'accord en juin sur le principe de ce retour. Orano a traité plus de 5 000 tonnes de combustibles usés des centrales nucléaires allemandes entre 1977 et 1991. Ces déchets traités à La Hague, représentant « plus de 97 % » de la radioactivité, ont déjà été renvoyés en Allemagne entre 1996 et 2011 pour y être stockés ; l'accord de 2021 porte sur le reliquat composé de déchets à haute activité radioactive à vie longue ainsi que d'emballages usés qui ont servi au transport des matières radioactives[16].

En septembre 2021, l'État français annonce le rachat des dernières parts possédées par Areva S.A. dans le capital d'Orano pour un montant évalué à 563 millions d'euros, ce qui représente environ 9,4 % du capital de la société, soit 24,8 millions d'actions[17].

En décembre 2022, Orano relance le projet d'extension de son usine Georges-Besse II d'enrichissement d'uranium, dont le coût est estimé entre 1,3 et 1,7 milliard d'euros. Ce projet, à l'étude chez Areva en 2004, avait été arrêté à la suite de l'accident de Fukushima, mais redevient opportun à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, qui cause une désaffection croissante pour des commandes d'uranium enrichi russe. Le marché mondial est dominé par le russe Rosatom, qui détient près de 50 % de parts de marché ; Orano revendique un peu plus de 10 % de parts de marché, derrière le néerlandais Urenco. L'administration américaine a indiqué son souhait de supprimer tout approvisionnement russe pour l'uranium enrichi d'ici 2030. Le projet d'extension de l'usine Georges-Besse II vise une augmentation de ses capacités de production d'uranium de 7,5 millions à 11 millions d'UTS ; les travaux commenceraient fin 2024 pour commencer à fournir les clients en 2028[18],[19].

2023[modifier | modifier le code]

En 2023, le chiffre d'affaires d'Orano augmente de 12,7 % et sa dette nette tombe au-dessous de 1,5 milliard d'euros, près d'un milliard de moins qu'en 2018. Le carnet de commandes atteint 30,8 milliards d'euros, après plus de 9 milliards de prises de commande en 2023. Les activités de diversification dans les batteries et le médical pourraient renforcer l'entreprise : les batteries pourraient peser entre 1,2 et 1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2030 et les essais de phase 2 en cours aux États-Unis sur l'alphathérapie ciblée mise au point par Orano Med pour traiter des cancers ont obtenu de la Food and Drug Administration le statut de « percée thérapeutique ». Orano va investir 1,7 milliard d'euros pour augmenter de 30 % ses capacités d'enrichissement au Tricastin et étudie la fourniture des combustibles des futurs SMR. La production d'uranium de la Somaïr au Niger a redémarré en février 2024 ; sa production avait baissé à 1 200 tonnes en 2023, contre 1 200 tonnes prévues[20].

Activités[modifier | modifier le code]

Métiers[modifier | modifier le code]

Depuis 2018, Orano, recentré sur la valorisation des matières nucléaires et la gestion des déchets, est divisé en quatre familles de métiers[21],[22] :

  1. Mines
  2. Amont
    • Orano Chimie-Enrichissement (anciennement au sein d'Areva NC, puis Orano Cycle), spécialisé dans les activités de chimie et d'enrichissement d'uranium ;
  3. Aval
  4. Autres activités
    • Orano Projets, spécialisé dans l'ingénierie du combustible
    • Orano Med, spécialisé dans la médecine nucléaire

Activités situées en amont[modifier | modifier le code]

Trois activités situées en amont ont joué un rôle important et ont été conservées en 2016 :

Schéma du retraitement du combustible nucléaire.
  • l'activité de la chimie a pour principal métier la conversion de concentrés d'uranium naturel (yellow cake en provenance des mines) en hexafluorure d'uranium (UF6). Cette étape de conversion comprend le raffinage et la fluoration de l'uranium sur les sites français de Malvési et Pierrelatte. C'est un préalable incontournable au procédé d'enrichissement, dans la production de combustible nucléaire. Cette activité produit également (via la filiale Comurhex) différents produits fluorés utilisés dans l'industrie hors nucléaire ;
  • l'enrichissement. L'hexafluorure d'uranium (UF6) ne contient que 0,7 % d'uranium 235 : l'enrichissement de l'uranium naturel consiste à concentrer cette teneur pour la faire s'élever entre 3 et 5 %. Jusqu'à juin 2012, deux procédés différents étaient utilisés pour l'enrichissement. Areva, qui utilisait jusque-là principalement la diffusion gazeuse, utilise la technologie de centrifugation dans sa nouvelle usine Georges-Besse II sur le site nucléaire du Tricastin. La mise en service de cette usine est réalisée par étapes : en 2011 se sont déroulés la mise en production de la première cascade de centrifugeuses de l'unité sud et la production des premières Unités de Travail de Séparation (UTS) commerciales. En mars 2013, l'unité nord de l'usine a été inaugurée[23]. À fin 2013, l'usine Georges Besse II, la capacité de production installée était de 5,5 MUTS, soit 74 % de la capacité nominale à atteindre en 2016.
    L'ancienne usine d'enrichissement Georges Besse d'Eurodif, qui utilisait la diffusion gazeuse, a cessé définitivement sa production en mai 2012. Un décret publié au Journal Officiel le 24 mai 2013, autorise l'usine Georges Besse sur le site du Tricastin à réaliser les opérations PRISME (Projet de Rinçage Intensif Suivi de la Mise à l'air d'EURODIF).
    Les opérations PRISME consistent à réduire la quantité de matières nucléaires résiduelles dans les installations de l'usine d'enrichissement Georges Besse, et donc de diminuer les impacts en matière de sécurité, sûreté, radioprotection, gestion des effluents et des déchets, pendant la phase ultérieure de démantèlement[24] ;
  • la BU (business unit) Combustible réalise la dernière étape de la fabrication du combustible nucléaire : elle conçoit, fabrique et vend du combustible classique à l'oxyde d'uranium naturel enrichi, mais également du combustible MOX et du combustible URE (Uranium de retraitement), produit à partir du recyclage de combustibles usés. Ce combustible est destiné aux réacteurs nucléaires de type REP (Réacteurs à Eau sous Pression) ou REB (Réacteurs à Eau Bouillante). La business unit Combustible fabrique également les composants en zirconium nécessaires à la réalisation des assemblages – et vend certains de ces composants à des clients externes – et propose des services associés aux combustibles (ingénierie, maintenance des réacteurs).

Sites et implantations mondiales[modifier | modifier le code]

Châtillon (Hauts-de-Seine)
Saint-Quentin-en-Yvelines
Gif-sur-Yvette
La Hague
Équeurdreville-Hainneville
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Valognes
Bagnols-sur-Cèze
Site nucléaire du Tricastin
Marcoule
Bessines-sur-Gartempe
Malvési
Blyes
Gien
Avoine (Indre-et-Loire)
Nogent-sur-Seine
Voir l’image vierge
Implantations d'Orano en France.

Jusqu'à sa restructuration lancée en 2016, le groupe Areva, dont le siège social était situé à La Défense, est présent en Europe, Afrique, Amérique et Asie, à travers de nombreux sites. Cette partie décrit les implantations du groupe avant sa restructuration, ainsi que la création d'Orano.

Areva exerce ses activités sur 45 sites industriels principaux :

La répartition des implantations est très variable selon les activités. Les activités minières sont réparties au Niger, au Canada et au Kazakhstan pour l'exploitation mais aussi dans d'autres pays pour l'exploration et les projets (Australie, Namibie, Mongolie…). Les business units « Chimie et enrichissement », ainsi que Traitement, Recyclage ou Assainissement sont implantées uniquement en France, la business unit Combustible en France, mais également en Europe hors France et aux États-Unis.

En Europe[modifier | modifier le code]

Areva réalise en Europe 62,4 % de son chiffre d'affaires et y emploie 79,2 % de ses effectifs. Le groupe est très présent en France, son pays d'origine, mais aussi, via des sites industriels ou des bureaux de représentation, en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni, en Suède, en Finlande, en Espagne, aux Pays-Bas ou encore en Slovaquie.

En France[modifier | modifier le code]

Areva réalise en France 40,5 % de son chiffre d'affaires et y emploie 64,8 % de ses effectifs.

Outre son siège social à Châtillon (Hauts-de-Seine), Orano compte en France une trentaine de sites industriels en exploitation dans l'hexagone.

Le groupe intervient sur l'ensemble des activités du cycle du combustible nucléaire :

  • dans l'amont avec la conversion et l'enrichissement de l'uranium, grâce aux usines Comurhex II (conversion d'uranium naturel) et Georges Besse II (enrichissement de l'uranium) sur le site du Tricastin ;
  • dans l'aval avec le recyclage des combustibles usés sur le site de la Hague, la fabrication de combustibles, dont des combustibles MOX (mélange oxydes d'uranium et de plutonium) mais également le démantèlement et la valorisation des sites ;
  • dans la conception et la construction de réacteurs nucléaires.

En France, dans le domaine du nucléaire, EDF est le principal client d'Orano. Orano a signé en 2012 un contrat avec EDF, pour la fourniture de plus de 30 000 tonnes d'uranium naturel sur la période 2014-2035[25]. Le groupe, en 2012, fournit à EDF près de 40 % des besoins annuels en uranium naturel[26].

Dans le domaine des réacteurs, Orano a investi pour augmenter sa capacité de production de pièces forgées nucléaires en France, en particulier sur les sites de Chalon/Saint-Marcel et du Creusot. Grâce à ces investissements, Areva souhaite fabriquer à terme 100 % des pièces nécessaires à la fabrication d'un réacteur EPR au Creusot, au lieu de 80 %[27]. L'usine du Creusot fabrique la chaudière nucléaire de l'EPR de la Centrale nucléaire de Flamanville, et prévoit de fabriquer la chaudière et les générateurs de vapeurs de la Centrale nucléaire de Hinkley Point en Angleterre[28],[29].

Dans les activités de l'Aval, Areva a signé avec EDF un contrat de partenariat sur la période 2008-2040 pour la gestion des combustibles usés. Le retraitement des combustibles est réalisé dans l'Usine de retraitement de la Hague (Manche) et à Melox Marcoule (Gard)[30].

Areva fournit également à EDF des services de maintenance et d'exploitation. En novembre 2013, Areva a ainsi remporté un contrat d'assistance d'une durée de 5 ans (plus 2 ans supplémentaires optionnels), portant sur 8 réacteurs nucléaires du parc EDF, dans les Chinon, Nogent et Belleville[31].

Dans le domaine des énergies renouvelables, Areva est un acteur important dans le domaine de l'hydrogène-énergie. Sa filiale Areva Stockage d'énergie (auparavant « Helion »), basée à Aix-en-Provence, conçoit et fabrique des générateurs d'hydrogène et des piles à combustible. Elle est associée à de nombreux programmes de R&D et projets pilotes[32],[33],[34],[35] de l'Agence nationale de la recherche française, d'OSEO… Areva Stockage d'énergie propose également une plateforme didactique aux universités et aux centres de recherche.

Areva et Entrepose Projets (filiale d'Entrepose Contracting et Fouré Lagadec) ont signé en octobre 2010 un accord industriel visant à la fabrication des mâts des éoliennes en mer d'Areva destinées à équiper les futurs champs en France et au sud du Royaume-Uni[36].

En octobre 2017, New Areva annonce la signature d'un contrat pour le conditionnement de déchets entreposés sur le site de Marcoule[37].

En décembre 2017, New Areva annonce avoir signé trois contrats d'une valeur totale de près de 9 millions d'euros pour le traitement et la gestion de déchets radioactifs sur différents sites du CEA. Le premier contrat concerne le traitement sur le site du CEA à Fontenay-aux-Roses de déchets liquides de nature chimique et d'intensité radiologique variées. Le second contrat de 5 ans concerne le renouvellement du contrat d'exploitation de la station de traitement de déchets (STD) du site de Cadarache. Le troisième concerne le maintien en conditions sûres de l'ancienne station de traitement des effluents (STE) de Cadarache, ceci pour 40 mois[38].

Projet ITER[modifier | modifier le code]

Le projet de réacteur de fusion Tokamak ITER a pour investisseurs de nombreux pays et de nombreuses organisation administrative du Rhône . Le projet est situé sur le centre de Cadarache (CEA) dans la commune de Saint-Paul-lez-Durance. Areva est chargé de la fabrication du prototype de la paroi interne en béryllium en contact avec la fusion du deutérium[39]. Le projet ITER est critiqué pour ses dérapages de calendrier et de budget, l'estimation de son coût ayant été multipliée par quatre en dix ans[40].

En Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne Areva emploie quelque 5 350 personnes, sur 8 sites, dans les secteurs du nucléaire et des énergies renouvelables.

Le groupe est présent à travers la structure Areva NP Gmbh et ses filiales :

  1. Advanced Nuclear Fuel GmbH (ANF), fabricant d'assemblages de combustible pour les réacteurs REP et REB ;
  2. IntelligeNDT, spécialiste des contrôles pour les réacteurs REP et REB ;
  3. Urangesellschaft Mbh spécialisé dans le négoce de minerai d'uranium sur les marchés internationaux[41].

En 2013, Areva a signé plusieurs contrats en Allemagne, d'un montant total supérieur à 200 millions d'euros, pour la fourniture d'emballages permettant le stockage de combustibles usés[42].

Dans le domaine des énergies renouvelables, Areva a créé en Allemagne[43] :

  1. Areva Wind, concepteur et fabricant de turbines pour éoliennes offshores ;
  2. Areva Blades GmbH, fabricant de pales pour éoliennes offshores ;
  3. Areva Renewables GmbH, un centre de compétences14 sur les bioénergies.

À la suite de Fukushima, l'Allemagne a annoncé la fermeture des 8 centrales les plus âgées, et une sortie complète du nucléaire en 2022, pour passer à 80 % d'électricité d'origine renouvelable[44].

Areva a rebondi rapidement en :

  • développant des activités à l'exportation ;
  • créant un centre de compétences du démantèlement des installations nucléaires ;
  • développant fortement ses activités dans les énergies renouvelables, et en particulier l'éolien offshore[45].

Ainsi Areva fournit les éoliennes en mer pour le parc éolien Alpha Ventus, mais également en mer du Nord les parcs éoliens de Trianel Windpark Borkum et Global Tech : le groupe a commencé en septembre 2013 le montage de 40 turbines M5000 pour le premier et de 80 pour le second[46],[47]. Areva a également étendu en Allemagne ses activités de stockage d'hydrogène-énergie, avec un premier gros contrat signé en novembre 2013[48].

En Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique l'usine de FBFC, filiale d'Areva, située à Dessel, réalise le montage[49] :

  • des assemblages de combustibles pour réacteurs à eau sous pression mais aussi à eau bouillante ;
  • des assemblages de combustibles MOX pour les réacteurs à eau sous pression et à eau bouillant.

FBFC Dessel fabrique également :

  • des pastilles avec l'oxyde de gadolinium mélangé à la poudre d'oxyde d'uranium ;
  • des crayons ;
  • des bouchons et ressorts.

En Finlande[modifier | modifier le code]

Areva construit en Finlande, avec l'électricien finlandais Teollisuuden Voima Oy (TVO), le 5e réacteur nucléaire finlandais : Olkiluoto 3. Ce réacteur EPR fera de la Finlande le 1er pays à exploiter un réacteur de Génération III+.

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Areva est présent depuis plus de 30 ans au Royaume-Uni, où le groupe fournit de nombreux services nucléaires.

Ainsi, Areva participe, au sein du consortium NMP (Nuclear Management Partners, co-entreprise associant URS, AMEC et Areva), à la gestion et à l'exploitation du site de Sellafield, le plus important site nucléaire du Royaume-Uni. Le contrat de gestion a été prolongé, fin 2013, pour 5 années supplémentaires[50]. Areva apporte son expertise dans différents domaines comme l'exploitation, l'ingénierie et le démantèlement.

Après la validation de la conception du réacteur EPR par les autorités de sûreté nucléaire britanniques, Areva a rejoint le consortium composé d'EDF et China General Nuclear Power et sélectionné en octobre 2013 pour construire deux réacteurs EPR (projet d'Hinkley Point). En octobre 2013, Londres a confirmé la construction de 2 EPR au Royaume-Uni[51].

Areva a également fortement accru sa présence au Royaume-Uni dans le domaine de l'éolien offshore. Le groupe a annoncé fin 2012 la création d'une usine en Écosse, qui devrait être opérationnelle en 2015 pour produire des turbines de 5 MW pour les projets offshores du Royaume-Uni[52].

En Suède[modifier | modifier le code]

L'énergie nucléaire représente plus de 40 % de la production énergétique suédoise. Le gouvernement travaille sur un projet destiné à étendre la capacité nucléaire du pays. En janvier 2007, Areva a remporté deux contrats portant sur la modernisation de la tranche 2 de la centrale d'Oskarshamn et l'extension de la durée de vie de la tranche 4 de la centrale de Ringhals[53]. Ces deux contrats représentaient un montant total de 400 millions d'euros[54].

En Ukraine[modifier | modifier le code]

Areva fournit des services et du combustible nucléaire pour les réacteurs des 4 centrales nucléaires ukrainiennes. Areva est également intervenue pendant 4 ans sur démantèlement de la centrale nucléaire de Tchernobyl accidentée en 1986, puis elle en a été définitivement écartée[55].

En Amérique[modifier | modifier le code]

Areva réalise en Amérique 20 % de son chiffre d'affaires et y compte 12 % de ses effectifs[56]. Il est présent aux États-Unis, au Canada et au Brésil.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Orano est implanté aux États-Unis via sa filiale Orano USA (anciennement Areva Nuclear Materials) basé à Washington, D.C. Le groupe emploie près de 600 salariés aux États-Unis en 2017[57], où son chiffre d'affaires s'élève à près de 3 milliards de dollars en 2013[58].

Orano est implanté aux États-Unis à travers les prestations et services proposés aux acteurs du nucléaire via sa filiale de logistique nucléaire Orano TN (anciennement TN Americas), acteur majeur sur le marché américain de l'entreposage intermédiaire des combustibles usés, des déchets radioactifs et le transport de matières nucléaires. Orano TN intervient sur plus de 30 sites aux États-Unis, plus de 50 % des centrales nucléaires américaines utilisent les produits et les services de transport et d'entreposage de la filiale.

Orano Med, filiale spécialisée dans la médecine nucléaire est installée au Texas.

La société américaine Canberra, leader mondial[réf. nécessaire] pour des prestations de mesure nucléaire pour la sûreté et la sécurité (produits de détection de matériels radioactifs, équipements spécialisés pour les laboratoires et usines du cycle nucléaire, prestations pour la surveillance de la contamination des matériaux et de l'environnement…) était une filiale d'Areva jusqu'en 2016.

Le , les États-Unis ont adopté l'Energy Policy Act (loi sur l'énergie), qui inclut notamment un certain nombre de mesures pour encourager les électriciens à construire de nouveaux réacteurs. Areva espère profiter de cette tentative de relance du programme nucléaire américain pour promouvoir sa technologie, et en particulier son réacteur EPR[réf. nécessaire].

Dans le domaine des réacteurs, en 2005, Areva et Constellation Energy, l'un des principaux électriciens américains, ont créé la coentreprise Unistar Nuclear, qui a pour mission de promouvoir et commercialiser la technologie du réacteur EPR aux États-Unis[59]. En 2006, Unistar a annoncé un accord entre Areva et BWX Technologies, acteur américain de l'industrie nucléaire, pour la fabrication de composants pour le réacteur EPR américain. Des électriciens américains, comme Ameren ou Fresno, ont alors exprimé leur intérêt pour la construction du réacteur EPR. Areva déposé le 11 décembre 2007 un dossier de certification du réacteur EPR, auprès de l'autorité de Sûreté américaine (NRC, National Regulatory Commission). En octobre 2013, la NRC a conclu à la pleine conformité du réacteur avec les exigences fédérales face au risque de chute d'avion. C'est la première fois qu'une évaluation de ce type ne fait l'objet d'aucune demande d'examen complémentaire[60].

Fin 2007, la technologie EPR semblait être choisie par plusieurs électriciens, sept projets étaient annoncés par Areva, dont :

  1. Constellation : Calvert Cliffs (Maryland) et Nine Mile Point (New York) ;
  2. Amarillo power : Amarillo (Texas) (deux unités) ;
  3. Ameren : Callaway (Missouri) ;
  4. AEHI (Alternate Energy Holding) : Bruneau (Idaho) ;
  5. PP&L : Susquehanna (Pennsylvanie).

Un 8e projet était annoncé par Duke Energy à Piketon dans l'Ohio en 2009[61]. Tous ces projets ont depuis été annulés ou reportés sine die[62].

Dans le domaine du recyclage des combustibles usés, l'alliance INRA (International Nuclear Recycling Alliance), conduite par Areva et Mitsubishi Heavy Industries, a signé un contrat avec le Department of Energy (DOE) pour étudier le développement aux États-Unis d'une usine de traitement des combustibles nucléaires usés, et d'un réacteur de génération avancée pour les recycler. Ce contrat s'inscrit dans le cadre du programme Global Nuclear Energy Partnership (GNEP), aujourd'hui appelé International Framework for Nuclear Energy Cooperation (IFNEC) et dont la France est un des membres.

En 2008, Areva avait annoncé un projet d'une nouvelle usine américaine d'enrichissement de l'uranium sur le site d'Eagle Rock (Idaho). Les travaux de la future usine auraient dû débuter en 2011, sous réserve de l'obtention des permis nécessaires[63]. Depuis 2011, le projet est reporté « sine die »[64].

En 2011, Areva a été choisi comme principal partenaire de Tennessee Valley pour achever la construction de la centrale de Bellefonte 1, (Alabama). Mais face à l'intensification de l'exploitation du gaz de schiste, le projet a été à nouveau suspendu[65].

En 2012, Areva a signé plusieurs contrats significatifs dans le domaine du combustible :

  • signature d'un contrat de 500 millions de dollars avec l'électricien américain Xcel Energy. Il comprend la fourniture d'uranium, la conversion, l'enrichissement, la conception et la fabrication du combustible ainsi que les services d'ingénierie associés, destinés à la centrale nucléaire de Monticello (Minnesota). Le contrat porte sur l'approvisionnement de l'électricien en uranium enrichi et en combustible jusqu'en 2025[66] ;
  • prolongation, par FirstEnergy Nuclear Operating Company, filiale de FirstEnergy Corp. basée à Akron (Ohio), du contrat conclu avec Areva en 2006, afin que le groupe continue à l'approvisionner en combustible pour la centrale nucléaire de Davis-Besse. Le groupe fournira six lots d'assemblages de combustible et les services d'ingénierie associés à compter de 2014[67].

Dans le domaine des énergies renouvelables :

  • en septembre 2008 Areva et Duke Energy ont créé ADAGE, une coentreprise pour développer des centrales biomasse aux États-Unis[68] ;
  • en février 2010 Areva a annoncé l'acquisition de la société Ausra (basée à Mountain View en Californie)[69]. Cette société vend des prestations de production d'électricité et de vapeur par concentration de l'énergie solaire ;
  • en avril 2010, Areva et Fresno Nuclear Energy Group, LLC (FNEG) ont annoncé la signature d'un contrat portant sur la première phase du développement d'un parc d'énergies sans CO2 (ou Clean Energy Park) dans la région de Fresno (Californie)[70]. Ce projet associera le nucléaire et les énergies renouvelables pour produire de l'électricité. La 1re phase prévoit la construction d'une centrale solaire à concentration, destinée à alimenter en électricité une usine de traitement des eaux usées. Le contrat signé porte sur les études de faisabilité du projet ;
  • en janvier 2012, Areva Solar s'est associé à Tucson Electric Power (TEP) pour un projet d'extension solaire sur la centrale H. Wilson Sundt de TEP, située à Tucson, en Arizona. Ce projet utilisera les générateurs de vapeur solaire d'Areva Solar et permettra de produire jusqu'à cinq mégawatts (MW) d'électricité pendant les périodes de pointe sans émission de dioxyde de carbone (CO2)[71].

En avril 2017, Areva Nuclear Materials et NorthStar annoncent la création de leur joint-venture ADP (Accelerated Decommissioning Partners), qui associe toutes les compétences nécessaires (dans les domaines du management, de la régulation, de l'expertise technique et financière) pour mener à bien des projets d'assainissement-démantèlement d'installations nucléaires aux États-Unis[72].

En , Orano TN a remporté un contrat dans le domaine de l'entreposage à sec du combustible usé avec un client américain pour la période 2018-2025[73].

Orano annonce en décembre 2022 l'achèvement du démantèlement du cœur du réacteur à eau bouillante de Vermont Yankee ; la découpe et le conditionnement de la cuve et des composants internes du réacteur ont été réalisés par les équipes d'Orano en moins de quatre ans[74].

Au Canada[modifier | modifier le code]

Areva est présent au Canada via sa filiale Areva Resources Canada, spécialisée dans l'exploration et l'exploitation de gisements d'uranium. Cette filiale exploite la mine d'uranium de McClean Lake, dont l'usine de traitement du minerai en cours d'extension sera remise en service en 2014[réf. nécessaire]. Areva est également partenaire de Cameco Corp dans l'exploitation de deux autres mines, McArthur River et Cigar Lake. Ces deux sites sont considérés comme détenant les plus importants gisements à forte teneur au monde (entre 150 et 200 kg d'uranium par tonne de minerai extrait)[réf. nécessaire].

Grâce à l'agrandissement de l'usine de McClean Lake, qui a fait l'objet d'un investissement de 107 millions d'euros en 2011, Areva peut traiter l'uranium extrait de Cigar Lake, situé à une quinzaine de kilomètres[75].

Areva Resources Canada a réalisé une 1re procédure complète de réaménagement et de déclassement d'un site minier après épuisement des réserves : l'ancien site minier de Cluff Lake, démantelé et réhabilité, a été entièrement replanté[76].

Areva réalise également de nombreuses explorations, afin de diversifier ses réserves, dans différentes régions canadiennes à fort potentiel uranifère : dans la Saskatchewan et au Nunavut. Certains gisements sont en phase de développement (Kiggavik, Shea Creek[77],[78], Midwest). D'après le Réseau Sortir du nucléaire, le projet au Nunavut menace l'écosystème fragilisé par le changement climatique et les conditions de vie des Inuits[79]. Le projet Kiggavik a reçu un avis défavorable d'une commission canadienne en raison des incertitudes sur le calendrier[80].

Dans le domaine du cycle du combustible nucléaire, incluant la conception et la construction de réacteurs, Areva Canada propose à ses clients des services d'ingénierie, de maintenance et de modernisation des centrales existantes.

En 2009, Areva Canada signe un contrat avec l'électricien Hydro-Québec pour la réfection du système d'aération de l'enceinte de la centrale nucléaire de Gentilly-2. Il s'agit du 2e système de ce type déployé par Areva sur un réacteur de type CANDU[81].

Les projets d'ingénierie portent aussi sur des modifications de conception électrique et mécanique ainsi que sur l'optimisation de l'exploitation des centrales.

Pour renforcer sa présence dans le pays, Areva a signé un accord de coopération en 2011 avec Cegertec, société d'ingénierie locale spécialisée dans les secteurs de l'énergie et des mines[82].

En février 2011, la coentreprise entre Areva et Mitsubishi Heavy Industries a soumis la conception son réacteur ATMEA1 à la révision d'avant-projet réalisée par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CNSC). La certification de l'ATMEA 1 a franchi une 1re étape en 2013 avec la validation par la CNSC des objectifs et options globales de sûreté du réacteur[83].

Au Brésil[modifier | modifier le code]

Areva est présent au Brésil depuis plus de 10 ans[Quand ?]. Son siège se situe à Rio de Janeiro et emploie 6 personnes. Areva apporte son expertise dans le domaine du nucléaire et des énergies renouvelables. Areva emploie plus de 300 personnes sur ses sites de Rio de Janeiro, Angra dos Reis, Recife Maceio et Sao Paulo[réf. nécessaire].

Début 2010, INB (Industrias Nucleares do Brasil) et Areva ont signé un contrat pour la fourniture de service de conversion, permettant d'alimenter en combustible le complexe nucléaire brésilien Angra pour les 5 prochaines années (les unités 1 et 2 et prochainement l'unité 3)[84].

En novembre 2013, Areva a annoncé la signature d'un accord avec son partenaire local Electronuclear, filiale du groupe public Electrobras, pour achever la construction du troisième réacteur de la centrale d'Angra, à 150 km au sud de Rio de Janeiro. Le contrat s'élève à 1,25 milliard d'euros[85].

En Afrique[modifier | modifier le code]

Areva est présent en Afrique depuis plus de 50 ans, essentiellement au Niger, au Gabon et en Namibie. Areva acquiert UraMin en 2007, renommée Areva Resources Southern Africa. Cette société est la représentante des activités d'extraction de l'uranium en Afrique, à l'exception du Niger et du Gabon[86].

La politique d'Areva en Afrique[modifier | modifier le code]

Selon l'association Survie, Areva se procure l'uranium en Afrique à bas coût, au prix d'ingérences politiques et de conséquences environnementales, sanitaires et sociales catastrophiques pour les populations locales[87].

Les activités minières d'Areva sont en fait conduites avec l'accord des gouvernements[88], dans le cadre des standards internationaux. Areva a par ailleurs mis en place une politique environnementale et sociale responsable. La gestion durable de l'environnement vise à limiter l'impact des activités du groupe à un niveau aussi faible que raisonnablement possible (principe ALARA : As Low As Reasonably Achievable). Les mines en exploitation respectent la norme internationale ISO 14001 reconnaissant une gestion durable de l'environnement, au Niger[89] mais également dans les autres pays. En ce qui concerne la sécurité et la santé au travail, les mines en exploitation en Afrique respectent par exemple la norme OHSAS 18001.

En 2012, Areva s'est fixé pour objectif d'avoir une exposition inférieure à 16 mSv par an, sachant que la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) et la directive Euratom 96/29 fixent l'exposition maximale d'un salarié à 20 mSv par an en moyenne sur cinq ans, sans dépasser 50 mSv au cours d'une même année. Concernant les populations riveraines, la limite annuelle est fixée à 1 mSv ajouté au fond radiologique naturel. Cette limite est respectée autour des mines d'Arlit et Akouta au Niger[90] et de l'ancienne mine d'uranium de Mounana au Gabon. Areva soutient également des projets d'aide à la population. Plus de 25 millions d'euros ont ainsi été consacrés en six ans à des actions de développement communautaire au Niger (éducation, accès aux soins, développement socio-économique local[91]…).

Au Gabon[modifier | modifier le code]

Areva est présent au Gabon depuis la fin des années 1950 et est l'actionnaire principal de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf). Par ailleurs, le groupe détient à 100 % la filiale Areva Gabon. Les activités d'Areva dans le pays concernant essentiellement l'exploitation minière et le réaménagement de sites.

L'exploitation d'uranium par le groupe français Areva au Gabon est « controversée ». Les conséquences de cette exploitation à Mounana, depuis la cessation des activités d'Areva en 1999, sont vécues comme un traumatisme avant tout social, mais aussi environnemental et sanitaire[92]. Le site de Mounana a été réaménagé de 1999 à 2004. Ces réaménagements ont fait l'objet de contrôles de la part de l'AIEA.

Areva a repris fin 2008 des activités de prospection d'uranium dans le bassin du Francevillien[93].

Au Niger[modifier | modifier le code]

La société opère au Niger à travers la société Areva NC Niger, filiale à 100 % d'Areva NC, qui coordonne les filiales du groupe, coentreprise entre la société française Areva NC et l'état nigérien : SOMAÏR, COMINAK et Imouraren SA.

En Namibie[modifier | modifier le code]

Areva est présent en Namibie au travers de sa filiale Areva Resources Namibia, créée en 2007 pour exploiter le gisement de Trekkopje, situé à 70 km au nord-est de Swakopmund[94], dans la région désertique d'Erongo. Le gisement de Trekkopje, à faible teneur en uranium (environ 0,1 kg d'uranium par tonne de minerai extrait), couvre une surface d'environ 16 km sur 4 km. Ce site exploitera le procédé de traitement du minerai à faible teneur par lixiviation en tas par voie alcaline.

Cependant, du fait de la baisse du marché de l'uranium, Areva a été contraint de reporter la mise en exploitation du gisement. Les installations font l'objet d'un programme de surveillance et de maintenance, pour assurer le redémarrage du projet lorsque les conditions de marché le permettront[95]. Areva s'est engagé à maintenir sa présence en Namibie et à mener des actions auprès des populations locales de la région d'Erongo (construction de classes, aménagement d'infrastructures…).

Pour alimenter son installation de traitement du minerai de Trekkopje, grosse consommatrice d'eau, Areva a construit la 1re usine de dessalement de l'eau de mer d'Afrique australe : l'EDP (Erongo Desalination Plant). Capable de produire jusqu'à 20 Mm3 d'eau potable par an grâce à une technologie d'ultrafiltration, cette usine approvisionnera en eau les activités d'Areva[96]. En attendant le redémarrage du projet Trekkopje, Areva a signé un contrat de distribution de l'eau avec la compagnie nationale des eaux Namibia Water Corporation Ltd (NamWater)[97].

En république démocratique du Congo[modifier | modifier le code]

Le 26 mars 2009, Joseph Kabila a décidé de confier la relance de la filière uranium à Areva lors de la visite de Nicolas Sarkozy et Anne Lauvergeon[98]. Au sud du pays, la mine d'uranium de Shinkolobwe possède d'un gisement d'uranium qui est exploité clandestinement[99].

En Asie[modifier | modifier le code]

Areva réalise 18 % de son chiffre d'affaires dans la zone Asie/Pacifique, qui regroupe 1 % de ses effectifs. Dans cette zone, Areva est présent essentiellement en Chine, en Inde et en Mongolie[réf. nécessaire].

En Chine[modifier | modifier le code]

Areva collabore avec la Chine depuis les années 1980. Fin 2012, le groupe est présent en Chine à travers 12 sites localisés à Pékin, Shanghaï, dans les provinces de Jiangsu, Sichuan et Guangdong. Le groupe emploie plus de 850 personnes en Chine[100] et souhaite saisir les opportunités offertes par l'accélération du programme nucléaire dans le pays[101].

Areva a contribué à la construction de neuf des onze centrales nucléaires en service à ce jour en Chine. Le groupe a en particulier construit les îlots nucléaires de Daya Bay (en service depuis 1993-1994) et de Ling Ao (en service depuis 2002), et a fourni des équipements pour les centrales de Qinshan, Tianwan et Hongyanhe[réf. nécessaire].

Depuis 2004-2005, Areva a signé de nouveaux contrats en Chine, concernant la construction de quatre nouvelles centrales nucléaires (en particulier la réalisation de la phase 2 de Ling Ao II et de la phase 2 de Qinshan II)[réf. nécessaire].

En novembre 2007, Areva et China Guangdong Nuclear Power Company ont signé le plus grand contrat de l'histoire du nucléaire civil, d'une valeur de 8 milliards d'euros[102]. Ce contrat porte sur la construction de deux réacteurs de nouvelle génération EPR à Taishan (province du Guangdong) et sur l'ensemble des matières et services nécessaires à leur fonctionnement. Après la Finlande et la France, la Chine comptera donc les 3e et 4e EPR en construction dans le monde.

En avril 2013 à Pékin, en présence de Xi Jinping et de François Hollande, Areva a signé avec les entreprises CNNC et CGNPC une série d'accords-clés pour le développement du partenariat stratégique franco-chinois dans le nucléaire civil[réf. nécessaire].

La collaboration d'Areva avec la Chine concerne également :

  • la fabrication et gestion des assemblages de combustible :
    • Areva a noué un partenariat avec la centrale de Yibin, appartenant à la CNNC (China National Nuclear Corporation). Le 1er programme de transfert de technologie date de 1991 avec la technologie d'assemblage de combustible AFA 2G (Advanced Fuel Assembly 2e génération)[103],
    • en 1998, un accord portant sur une nouvelle technologie du combustible a été signé pour prolonger la durée des cycles de combustible grâce à un assemblage de combustible plus performant, AFA 3G,
    • Areva a participé à la construction de la seconde ligne de fabrication d'assemblages de combustible de Chine à Baotou (Mongolie-Intérieure). En 2011, Areva a fourni à la Chine plus de 1 600 assemblages de combustible. Aujourd'hui, le groupe fournit la totalité des composants importés en Chine pour la fabrication des assemblages AFA 3G[104] ;
  • les services :
    • Areva et CNI-23 (China Nuclear Industry 23rd Construction Corporation) ont créé en 2003 la Shenzhen Nuclear Engineering (SNE). Cette coentreprise propose des prestations de services à l'ensemble du parc nucléaire chinois, en s'appuyant sur les compétences et la technologie du groupe Areva,
    • en juin 2011, Areva a créé avec CNPRI (China Nuclear Power Technology Research Institute) la coentreprise BRIC (Beijing-RIC), spécialisée dans la construction et la maintenance de l'instrumentation du cœur des réacteurs de centrales nucléaires chinoises de type CPR 1000[105] ;
  • les équipements :
    • en 2005, une coentreprise a été créée entre la filiale d'Areva Jeumont et Dongfang Electrical Machinery, pour fabriquer les pompes de réfrigérant des réacteurs,
    • en novembre 2010, Areva et CNNC ont lancé la création de la coentreprise à parts égales CAST (CNNC Areva Shanghai Tubing Co.), qui produira et commercialisera des tubes de zirconium pour la fabrication d'assemblages de combustibles[106] ;
  • le recyclage :
    • en novembre 2010, Areva et CNNC ont signé un accord industriel (dernière étape avant un contrat commercial) sur la coopération dans le domaine du traitement-recyclage des combustibles usés,
    • l'accord d'avril 2013 entre Areva et CNNC constitue un jalon décisif de la négociation en vue de la signature du futur contrat de vente de l'usine. Il couvre les spécifications techniques et l'organisation du projet ainsi que les responsabilités et le périmètre de travail de chaque partenaire. La future usine traiterait les combustibles nucléaires usés des centrales chinoises afin d'en récupérer les matières valorisables et de recycler celles-ci sous forme de combustible[107].

En décembre 2013, Areva a signé une série d'accords avec ses partenaires chinois, à l'occasion de la visite en Chine du Premier ministre Jean-Marc Ayrault[108],[109],[110] :

  • dans le cadre d'un consortium avec Siemens, un 1er accord porte sur la fourniture de systèmes de contrôle-commande à China Nuclear Power Engineering (filiale de CNNC), pour équiper 2 réacteurs de la centrale de Fuqing, dont les travaux commenceront en 2014 et 2015 ;
  • Areva et CNNC ont signé une lettre d'intention, pour la création d'une coentreprise qui doterait la Chine d'une usine de fabrication et de transformation d'alliages de zirconium. La société produirait jusqu'à 600 tonnes d'alliages de zirconium par an, en 2017 ;
  • Areva et CGN ont signé un accord de coopération, afin d'identifier les opportunités dans les domaines des énergies renouvelables (éolien offshore, biomasse, solaire à concentration thermique et stockage d'énergie).

Le 9 décembre 2017, New Areva et China National Nuclear Corporation (CNNC) signent à Pékin un protocole d'accord commercial dans le but de faire aboutir un projet d'usine chinoise de traitement et recyclage des combustibles usés. Cette usine d'une capacité de 800 tonnes sera bâtie sur le modèle des usines de La Hague et Melox[111].

Au Japon[modifier | modifier le code]

Un des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi fonctionnait au combustible MOX, fourni par Areva[112].

À la suite de la catastrophe nucléaire survenue le 11 mars 2011 après un séisme survenu en mer, sur la côte pacifique de Tōhoku, Areva et Veolia décontaminent, dès avril 2011, 18 000 m3 sur les 110 000 m3 d'eau injectés dans la centrale pour la refroidir. Ils furent ensuite remplacés par Toshiba[113],[114],[115].

En 2013, Greenpeace annonce qu'Areva envoie à nouveau du combustible nucléaire MOX vers le Japon[116].

Le , Areva annonce son association avec le Japonais Atox (spécialiste de la maintenance des sites nucléaires) dans une coentreprise nommée Anadec, dont le but sera le démantèlement de cette centrale[117].

En Inde[modifier | modifier le code]

Dès la réouverture du commerce nucléaire entre le pays et le reste du monde, Areva a conclu, fin décembre 2008, le premier contrat de fourniture d'uranium d'origine étrangère, signé avec le département à l'Énergie atomique indien. Cet accord porte sur la livraison de 300 tonnes d'uranium à l'électricien nucléaire indien Nuclear Power Corporation of India (NPCIL), destinées à alimenter ses réacteurs soumis aux contrôles de l'AIEA[réf. nécessaire].

Areva envisage de fournir plusieurs réacteurs nucléaires à l'Inde. Un Memorandum of Understanding (MOU) a été signé à cet effet entre Areva et la NPCIL en février 2009,portant sur la construction de deux réacteurs EPR à Jaitapur en Inde (le site pouvant, à terme, accueillir 6 réacteurs), et sur la fourniture de combustible pendant toute la durée de vie de ces réacteurs[réf. nécessaire].

Le 13 octobre 2010, Areva a remis une offre révisée à la société NPCIL (Nuclear Power Corporation of India Limited) pour la construction de ces 2 réacteurs EPR[118]. Le 6 décembre, ont été signés de nouveaux accords qui fixent[119], les conditions contractuelles, le schéma industriel pour la réalisation du projet, le partage des rôles et des responsabilités (Areva fournit les îlots nucléaires et les services associés) et le lancement de plusieurs partenariats entre Areva et l'industrie nucléaire indienne.

En 2011, la catastrophe de Fukushima a remis en question ce projet. L'opposition locale s'est renforcée. En 2013, en dépit des pressions exercées par le gouvernement indien, seulement 200 familles sur les 2 335 qui possèdent des terres autour de Jaitapur auraient accepté de vendre leurs terres. Toutefois début 2013, le ministre indien des Affaires Étrangères affirmait que les négociations, en vue de la construction d'une centrale dans le pays, étaient très avancées[120].

Dans le domaine de l'énergie solaire, Areva Solar, filiale d'Areva, a été sélectionné en avril 2012 par le groupe indien Reliance Power Limited pour la construction en Inde d'une installation d'énergie solaire à concentration de 250 MW, la plus grande d'Asie à ce jour. Le groupe construit ainsi deux centrales de 125 MW utilisant la technologie thermique solaire à concentration (CLFR)[121]. Fin 2013, la centrale produisait pour la 1re fois de la vapeur : une étape majeure avant une exploitation commerciale planifiée pour mars 2014[122].

Le 10 avril 2015, à l'occasion de la visite en France du premier ministre indien Narendra Modi, Areva a signé avec ses partenaires indiens (NPCIL et Larsen & Toubro) deux contrats pour des activités de préparation pour les EPR de Jaitapur[123].

En Mongolie[modifier | modifier le code]

Areva emploie 130 salariés en Mongolie. Le groupe mène des opérations d'exploration minière depuis plus de 15 ans dans le pays, où il détient 25 licences d'exploration : 11 licences sur le bassin du Sainshand et 14 sur le bassin de Dariganga.

La Mongolie est parmi les 10 pays possédant les ressources en uranium les plus importantes. Le pays, dont le développement minier nourrit la croissance depuis le milieu des années 2000, veut placer l'uranium au cœur de sa politique d'indépendance[124]. L'État mongol a pour cela conclu des accords avec la France – et Areva en particulier − la Russie, la Chine, le Japon et l'Inde.

Fin 2009, un accord de coopération dans le secteur de l'énergie nucléaire a été signé entre Areva et l'État mongol[125].

Depuis février 2013, le Conseil Professionnel des Ressources Minérales auprès du Ministère des Mines a officiellement classé le gisement de Zoovch Ovoo, ressource stratégique, avec 60 000 tonnes d'uranium[126],[127]. La zone est sous licence d'exploration jusqu'en 2015. Areva y mène des études géologiques pour confirmer la viabilité économique, technique et environnementale du projet et définir le procédé d'exploitation le mieux adapté. En octobre 2013, un accord a été signé pour créer la société Areva Mines LLC, détenue à 44 % par Areva, 22 % par Mitsubishi Corporation et 34 % par MON-ATOM, société publique nucléaire mongole[128]. Cette nouvelle société chapeautera tous les projets d'exploitation minière.

Orano a réalisé de juillet 2021 à décembre 2022 un test pilote sur site pour l'extraction d'uranium du gisement de Zuuvch Ovoo, en partenariat avec la société nationale mongole Mon-Atom. Emmanuel Macron appuie le projet de mine d'uranium lors de sa visite en Mongolie en mai 2023[129]. En octobre de la même année, un protocole d'accord est signé pour exploiter la mine[130]. Cet accord établit le cadre d'un investissement mutuel, définissant les bases des relations entre Orano et le gouvernement mongol pour les décennies à venir[131].

Au Kazakhstan[modifier | modifier le code]

Depuis 1996, Areva exploite l'uranium du Kazakhstan via sa filiale KATCO avec l'entreprise Kazak Kazatomprom. En 2012, environ 40 % de l'uranium extrait par Areva provient du Kazakhstan[réf. nécessaire].

En septembre 2011, Areva projette de faire entrer le groupe Kazatomprom au capital du projet de rénovation de l'Usine Areva Malvési, en contrepartie de la montée en régime des mines d'uranium d'Areva au Kazakhstan, devenu le premier producteur mondial d'uranium[réf. nécessaire].

En 2014, Areva procède à un transfert de technologies concernant des lignes d'assemblage de combustible nucléaire dans l'usine métallurgique d'Oulba[132].

En Corée du Sud[modifier | modifier le code]

En décembre 2017, New Areva et Korea Hydro & Nuclear Power (KHNP) annoncent la signature d'un accord important visant à renforcer leur coopération dans les domaines de l'assainissement et du démantèlement[133].

Organisation[modifier | modifier le code]

Orano est une société anonyme de droit français à conseil d'administration. Son directeur général est Nicolas Maes[134].

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Membres indépendants nommés par l'assemblée générale[modifier | modifier le code]

  1. Claude Imauven président du conseil - mandat : nommé en 2017 ;
  2. Nicolas Maes - mandat : nommé en 2023;
  3. Anne-Sophie Le Lay - mandat : nommée en 2020 ;
  4. Patrick Pelata - mandat : nommé en 2018 ;
  5. Marie-Hélène Sartorius - mandat : nommée en 2017

Membres nommés par l'assemblée générale sur proposition de l'État[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Braidy - mandat : nommé en 2020 ;
  2. François Delattre - mandat : nommé en 2019 ;
  3. François Jacq - mandat : nommé en 2018 ;
  4. Cécile Sellier - mandat : nommé en 2020 ;
  5. Marie-Solange Tissier - mandat : nommé en 2017

Membres représentant l'État, nommés par arrêté ministériel[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Vincent - mandat : nommé le

Membres représentant les salariés désignés par les organisations syndicales[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Bastide - mandat : nommé en 2020;
  2. Alexia Dravet - mandat : nommé en 2017

Données financières[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires a connu une très forte croissance, de 40%, entre 2006 et 2009, soit en seulement trois ans, en grande partie grâce à celui de la filiale Areva T&D, qui augmente sa part du marché mondial de l'interconnexion électrique, en pleine croissance, passant de 7% à 11%.

Parallèlement, le carnet de commandes fait plus que doubler pour atteindre 49,5 milliards d'euros en 2009 contre seulement 20,5 milliards d'euros en 2005. Cette double croissance des ventes et des commandes met l'entreprise face à une explosion du crédit fournisseurs qu'elle doit assurer à ses sous-traitants, et elle obtient des crédits bancaires pour y faire face, complétés par une progression de ses capitaux propres sous le double effet des bénéfices engrangées et de la vente d'actions en Bourse, où son cours a quasiment triplé. La dette financière passe ainsi de 2,1 milliards d'euros à 7,7 milliard d'euros.

En 2010, la cession de sa principale filiale, Areva Transmission et distribution, appelée aussi Areva T&D, fait chuter le carnet de commandes et s'effondrer les ventes tandis que le résultat d'exploitation passe brutalement de 501 millions d'euros à une perte d'exploitation de 423 millions d'euros. S'ajoute à cette évolution les provisions comptables pour dépréciations d'actifs passées pour le retard sur les chantiers EPR, significatives à partir de 2007 et qui augmentent progressivement.

Par ailleurs, la cession de la filiale Areva T&D, qui assurait près de la moitié des bénéfices déséquilibre le plan de financement d'Areva, qui a déjà été fragilisé par l'explosion du crédit fournisseur dans le sillage de celle du carnet de commandes entre 2005 et 2009, tandis que l'augmentation des capitaux propres a été réelle, mais freinée par des ventes d'actions sur le marché boursier en moins grand nombre que prévu par la direction du groupe.

La crise de la dette publique en Europe en 2011 et surtout la catastrophe de Fukushima de mars 2011 obligent à augmenter brutalement les provisions comptables pour dépréciations d'actifs et la perte d'exploitation approche de 2 milliards d'euros pour l'année 2011.

Ces provisions viennent amputer les capitaux propres qui étaient montés jusqu'à plus de 8 milliards d'euros en 2010, après que le 30 juin 2009, Areva ait annoncé qu'il allait cèder 15% du capital à de nouveaux partenaires et à ses salariés.

Données financières au 31 décembre
(en millions d'euros)
Années 2002 2003[135] 2004 2005[136] 2006[137] 2007[138] 2008[139] 2009 2010[140] 2011 2012[141] 2013[142] 2014[143] 2015 2016[144] 2017[144] 2018[145] 2019[146] 2020[2] 2021[5]
Chiffre d'affaires 8 265 8 255 11 109 10 125 ¹ 10 863 11 923 13 160 14 003 ³ 9 104 8 872 9 342 9 240 8 336 4 199 4 401 3 926 3 623 3 787 3 684 4 726
Résultat d'exploitation 180 342 640 551 407 751 417 501 −423 −1 866[147] 118[147] 415 −34
Résultat net part du groupe 240 389 451 1 049 ² 649 743 589 552 883 −2 503[147] −99[147] −494 −4 834 −2 038 −239 −252 −544 408 −70 678
Capitaux propres 4 020 4 113 4 928 6 362 6 722 6 994 6 547 6 648 8 664 5 448[147] 5 174[147] 5 082 4 982 −1 016 952 723 1 248 1 089 1 858
Dette financière 2 217 800 1 884 2 016 2 119 4 915 6 662 7 741 7 240 5 522[148] n.c. 6 176[149] 5 809 5 873 5 105 4 415 4 153 4 191 3 441
Carnet de commandes n.c. n.c. 19 820 20 569 25 627 39 834 48 246 49 438 44 204 45 558 45 369 41 521 46 866 33 573 30 788 31 789 29 944 26 994 25 800
(1) sans FCI, le pôle connectique vendu, soit +3,7 % en données comparables
(2) 451 M€ hors FCI (pôle connectique)
(3) 8 529 M€ hors T&D

Actionnariat[modifier | modifier le code]

L'ouverture du capital d'Areva a été annoncée par le gouvernement français en 2003, puis reportée plusieurs fois[150], notamment au profit des privatisations de GDF et d'EDF. Fin octobre 2005, le premier ministre Dominique de Villepin a annoncé qu'il suspendait le processus[151].

Le 31 août 2007, Anne Lauvergeon a insisté sur la nécessaire évolution du capital pour financer le développement et le 30 juin 2009, Areva cède 15% du capital à de nouveaux partenaires et à ses salariés.

Plus tard, le 2 novembre 2015, face aux difficultés d'Areva, et lors de la visite de François Hollande à Pékin, l'État-actionnaire (à 86 %) décide un protocole d'accord entre Areva et le chinois CNNC, qui prévoit une prise de participation minoritaire, une coopération industrielle entre les deux groupes et un recentrage d'Areva sur le cycle du combustible[152].

Mais les discussions qui s'ensuivent n'aboutissent pas, et début 2017, l'assemblée générale d'Areva approuve l'entrée au capital des deux entreprises japonaises Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) avec une prise de participation à hauteur de 5 % chacune, apportant au total 500 millions d'euros[153].

Au , une fois effective l'entrée au capital des deux investisseurs japonais, l'actionnariat du groupe Orano se répartit ainsi[154] :

  1. État français : 45,2 %;
  2. Areva SA : 40 %;
  3. JNFL (Japan Nuclear Fuel Limited) : 5 %;
  4. Mitsubishi Heavy Industries (MHI) : 5 %;
  5. CEA (commissariat à l'Énergie atomique et aux Énergies alternatives) : 4,8 %.

Au , l'actionnariat d'Orano est composé ainsi, après l'acquisition le par l'État des actions du CEA[2] :

  1. État français : 50 % + 1 action;
  2. Areva SA : 20 %;
  3. Caisse des dépôts : 10%;
  4. Natixis : 10%;
  5. JNFL (Japan Nuclear Fuel Limited) : 5 %;
  6. MHI (Mitsubishi Heavy Industries) : 5 %;
  7. CEA (commissariat à l'Énergie atomique et aux Énergies alternatives) : 1 action.

Le , l'État français achète 4 % des titres à Areva[155]. En juillet 2021, l'État français acquiert une participation de 16 % auprès d'Areva[156] et de la Caisse des dépôts, pour 994 millions d'euros[157],[158]. En septembre 2021, l'État français acquiert la participation restante d'Areva dans Orano de 9,4 % pour 563 millions d'euros[159],[1].

Communication[modifier | modifier le code]

Campagnes de publicité[modifier | modifier le code]

Avec le slogan « Nous n'avons rien à vous cacher », Anne Lauvergeon instaure dès sa prise de fonction en 2001 une culture de communication grand public dans une structure plus habituée au secret[160], qui va néanmoins rapidement devenir une marque de fabrique du groupe.

En 2006, une campagne à l'échelle mondiale, « Experts en énergie », gérée par Euro RSCG C&O, et réalisée par le collectif français H5, s'est donné comme but de « renforcer la visibilité de la marque, de développer ses compétences et de montrer la cohérence de ses activités dans le domaine de l'énergie. » Cette campagne, illustrée par la célèbre chanson Funkytown, a été critiquée par les antinucléaires qui ont dénoncé « la contamination funky »[161].

En 2009, le slogan « L'énergie au sens propre » est suspendu puis retiré face à la contestation des écologistes[162],[163].

Fin 2010, une nouvelle campagne publicitaire déferle sur les écrans avec le film L'épopée de l'énergie[164]. Diffusée en Europe et aux États-Unis pour un coût annoncé d'au moins 20 millions d'euros, elle provoque une nouvelle fois une critique virulente de nombreux anti-nucléaires et des promoteurs des économies d'énergie.

À partir de janvier 2011, le Réseau Sortir du nucléaire diffuse une campagne pour dénoncer la « propagande » d'Areva.

En octobre 2013, Areva lance une nouvelle campagne publicitaire : « L'avenir pour énergie ». Elle est déployée dans les médias français, en presse écrite et sur le web, et relayée sur les médias sociaux. Cette campagne se compose de 5 annonces des engagements du groupe (la sûreté, les énergies renouvelables, l'emploi, l'innovation et le développement à l'international) illustrés par des photographies industrielles, des faits et chiffres marquants. Ces annonces mettent en valeur des métiers et des expertises de collaborateurs Areva, se voulant « factuelle, authentique et fidèle à [leurs] métiers »[165]. À cette occasion, Areva a également changé son identité sonore.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En décembre 2017, New Areva renouvelle son engagement commun avec 90 autres entreprises en faveur du climat, le French business climate pledge, engagement qu'il avait signé initialement en 2015[166].

Sponsoring sportif[modifier | modifier le code]

La dernière édition du Meeting Areva en 2015 au Stade de France à Paris.

Areva sponsorise des bateaux français à la Coupe de l'America : Défi Areva en 2003, Areva Challenge quatre ans plus tard. Une action de greenpeace est entreprise à Lorient en 2002 contre le bateau de l'équipe française de l'America's Cup, ce qui donna lieu à une plainte de la société propriétaire du Défi Areva contre les militants de Greenpeace dont l'embarcation avait heurté le voilier[167].

En Allemagne, Areva NP, dont le siège social allemand se trouve à Erlangen près de Nuremberg, est le principal sponsor du club de football de première division 1. FC Nürnberg de 2008[168] à 2012. Le contrat, signé en 2008[169], court jusqu'à la saison 2011/2012. Cependant, après les accidents nucléaires de Fukushima, des protestations de supporteurs et de groupes écologistes remettent en cause le contrat liant le club à l'entreprise[170],[171]. Le contrat achevé, Areva se concentre alors sur l'athlétisme[172].

En 2009, le groupe Areva se lance dans le programme « Athlenergy » et devient jusqu'en 2015 le sponsor de la Fédération Française d'Athlétisme et le partenaire officiel du Meeting Diamond League de Paris Saint-Denis (athlétisme), appelé « Meeting Areva »[173].

Areva structure son dispositif autour du Meeting Areva, mais aussi aux côtés de l'équipe de France d'athlétisme qui porte les couleurs du groupe lors des compétitions nationales et internationales[réf. nécessaire].

Areva sponsorise également des événements de courses à pied :

Le groupe a également sous contrat l'image de certains athlètes, composé de « têtes d'affiches » ainsi que de jeunes espoirs. Pour l'année 2013, ces athlètes sont le sprinteur Jimmy Vicaut, l'heptathlonienne Antoinette Nana Djimou[174] et le groupe d'entraînement du Montpellier Décathlon Elite (notamment avec Romain Barras et Kévin Mayer). Ce partenariat se poursuit jusqu'en 2016[175].

Affaires diverses[modifier | modifier le code]

  • En , Alain-Pierre Raynaud (ancien directeur financier d'Areva) est mis en examen dans la même affaire pour « complicité de présentation et publication de comptes inexacts et diffusion de fausses informations »[178]. En , Anne Lauvergeon et Sébastien de Montessus (ancien directeur des activités minières d'Areva) sont également mis en examen pour entrave aux missions des commissaires aux comptes[179].
  • Orano obtient en juillet 2019 l'autorisation des autorités du Kazakhstan de raser 366 hectares dans une « zone forestière » protégée du désert de Muyunkum, boisée d'un arbre en disparition, le saxaoul, afin d'exploiter un gisement d'uranium. L'autorisation est obtenue à la suite d'une visite du ministre de l'Économie Bruno Le Maire qui a permis, selon les sources au gouvernement français du Figaro, de faire signer et publier ce décret en réglant des « tracasseries administratives »[180].
  • Le , l'Observatoire du nucléaire accuse Areva de corruption[181]. S'estimant diffamée, Areva l'assigne en justice[182] et Stéphane Lhomme, président de l'Observatoire est condamné pour diffamation le 7 février 2014 par le Tribunal correctionnel de Paris, qui a ordonné le retrait des propos litigieux du site internet [183]. Stéphane Lhomme fait appel et le 21 janvier 2015, Areva est finalement déboutée par la Cour d'appel de Paris[184].
  • Le , le parquet national financier a ouvert une information judiciaire pour « corruption d'agent public étranger, corruption privée, association de malfaiteurs, abus de biens sociaux, abus de confiance et blanchiment en bande organisée de ces délits » dans l'affaire de courtage d'uranium nigérien, appelée Uraniumgate, qui a causé d'importantes pertes à Areva[185].

Affaire Maureen Kearney[modifier | modifier le code]

Sorti au cinéma en mars 2023, le film La Syndicaliste de Jean-Paul Salomé d'après le livre-enquête de Caroline Michel-Aguirre, chef du service investigation à L'Obs, raconte histoire des violences subies par Maureen Kearney, secrétaire du comité de groupe d'Areva [186]. Isabelle Huppert interprète le rôle de Maureen Kearney[187].

En décembre 2012, Maureen Kearney, syndicaliste CFDT et secrétaire du comité de groupe européen d'Areva, dénonce un accord secret signé entre EDF, Areva et CGNPC (opérateur nucléaire chinois) qui permet des transferts de technologie nucléaire[188] et menace l'avenir d'Areva.

Avec toute l'intersyndicale d'Areva, elle mène l'opposition à cet accord, alerte les politiques et les médias et obtient que le ministre de l'économie Arnaud Montebourg commande une enquête à l'Inspection des finances, puis obtient un rendez-vous avec le président François Hollande.

Juste après, elle est victime le dans sa maison d'un viol avec un manche de couteau, ligotée à une chaise, bâillonnée, et victime d'actes de barbarie et de menaces, avec un « A » scarifié sur le ventre. Les prélèvements ADN effectués sur la scène de crime disparaissent, ainsi que les relevés d'appels téléphoniques prouvant les menaces téléphoniques dont elle venait aussi d'être victime. Mise en garde à vue sans motif, menacée et intoxiquée sur le fait que son mari aurait témoigné contre elle, la syndicaliste avoue sous la pression « avoir inventé son agression », puis se rétracte rapidement, mais n'obtient pas de rendez-vous avec la juge d'instruction et se voit condamnée en première instance[189].

Avec l'aide du syndicat CFDT, elle change d'avocat et décide de faire appel, ses défenseurs et retrouvant la trace des relevés d'appels téléphoniques et obtenant la preuve que prélèvements ADN effectués sur la scène de crime ne sont toujours pas disponibles. Ils prouvent aussi que la provenance de ses empreintes digitales n'étaient pas ses liens, contrairement aux affirmations erronées des enquêteurs, et qu'il lui était de toute façon impossible de se ligoter elle-même compte tenu de sa rupture de ligament à l'épaule droite, alors qu'elle est droitière. En 2018, la cour d'appel l'acquitte et dénonce l'erreur judiciaire précédente ainsi que les multiples manquements des enquêteurs[190]. L'article de Libération évoque alors "l'accord de coopération secret paraphé le 19 octobre par le PDG d'Areva, Luc Oursel, celui d'EDF, Henri Proglio, et leur homologue de l'électricien chinois CGNPC, sur la conception d'un nouveau réacteur", texte "tellement confidentiel que sa signature, dévoilée quatre jours plus tard par le quotidien économique Les Echos, n'avait fait l'objet d'aucune annonce officielle"[191]. Selon lui, "les syndicalistes redoutent des transferts de technologies, - mais aussi de charges de travail industrielles - vers la Chine" car "les précédentes versions de l'accord, dévoilées par la presse, étaient très défavorables à Areva"[191].

Le , le comité de groupe européen (CGE) avait voté à l'unanimité une résolution demandant le texte de cet accord et menacé en cas de refus, "d'ici au 23 novembre", d'assigner la direction d'Areva en référé pour «délit d'entrave» devant le tribunal de grande instance de Paris[191]. «Il y avait une ambiance d'intimidation envers elle de la part de la direction d'Areva, en particulier une volonté de l'isoler » vis-à-vis de ses collègues, révèle l'avocat du comité de groupe européen, Rachid Brihi[191]. Selon Areva, le journal a laissé entendre par « des raccourcis et des parallèles douteux qu'Areva pourrait avoir une quelconque responsabilité dans l'agression de l'une de ses salariés», visiblement sans connaitre la jurisprudence de la diffamation, notamment dans un article d'analyse[192] évoquant un "soupçon qu'EDF veut brader le savoir-faire tricolore aux Chinois" et posant une question: "Maureen Kearney a-t-elle payé le fait de s'intéresser de trop près à l'accord secret conclu en octobre entre EDF, Areva et la Chine ?" [192].

Selon Clémentine Autain, députée de La France insoumise, et les députés signataires de la proposition de résolution, la sortie en salle le mercredi 1er mars 2023 du film de Jean-Paul Salomé, «La syndicaliste», relance les interrogations sur ce qui ressemble à un scandale d'État. ils demandent « la création d'une commission d'enquête parlementaire relative à « l'affaire Maureen Kearney » et ses implications en matière de fonctionnement de nos institutions, de nos principes démocratiques et de notre souveraineté industrielle »[193],[194].

Coopération avec la Russie[modifier | modifier le code]

En 2005, Areva (devenue Orano) s'engage à aider Rosatom en lui livrant une première unité industrielle de défluoration (séparation de l'acide fluorhydrique de l'uranium appauvri issu du procédé d'enrichissement pour le reconditionner sous une forme solide et stable ; pour un futur éventuel usage comme combustible nucléaires[195].

Fin 2019, en présence de Bruno Le Maire (Ministre de l'Economie et des Finances) Orano annonce à Moscou, la signature d'un contrat de Modèle:Nor d'euros avec ECP, filiale Rosatom pour la participation à la construction d'une usine d'uranium appauvri à construire à Zelenogorsk en Russie, Orano fournissant à horizon 2022 les équipements de défluoration d'uranium appauvri, ainsi qu'une prestation d'assistance technique pour l'installation des équipements, et la mise en route de l'usine[195]. Selon Orano, ce contrat vient « consolider la relation de confiance établie entre nos équipes et celles de Rosatom » et devrait mobiliser une vingtaine d'ingénieurs dans le groupe et une partie du réseau de sous-traitants historiques d'Areva/Orano en France « pour la fabrication des pièces afin de garantir la qualité, la performance et la maîtrise des coûts »[195].

Dans une résolution du à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie de 2022, le Parlement européen « invite les États membres à mettre un terme à toute collaboration avec la Russie dans le domaine nucléaire, en particulier avec Rosatom et ses filiales »[196].

L'invasion de l'Ukraine par la Russie pose la question de l'avenir de la filière du retraitement du combustible usagé des centrales nucleaires françaises. L'installation de conversion, seule usine au monde capable de recycler l'uranium déchargé des réacteurs nucléaires français, est située à Seversk, dans la région de Tomsk, en Sibérie, qui appartient au groupe russe Rosatom. Orano a continué à y envoyer de l'uranium usagé jusqu'en octobre 2022. Les stocks s'accumulent en France, pour environ 33 000 tonnes. En l'absence de retraitement, l'uranium issu des combustibles usés devrait être considéré comme un déchet supplémentaire à gérer[197],[198],[199].

Pour diminuer la dépendance des énergéticiens électriques occidentaux à l'enrichissement de l'uranium par la Russie pour leurs combustibles nécessaires à leurs réacteurs nucléaires dont un tiers des approvisionnements est assuré par Rosatom, Orano veut lancer au plus vite l'extension de son usine d'enrichissement de l'uranium au Tricastin (Drôme), afin d'augmenter de 30 % ses capacités de production d'ici 2030. Orano représente 12 % de parts de marché mondial de l'enrichissement et 60 clients dans le monde[200],[201].

Pollutions et fuites[modifier | modifier le code]

Fuite d'uranium au Tricastin[modifier | modifier le code]

Le , à la suite du rejet de la Cour de cassation, Areva-Socatri a été définitivement condamnée pour pollution des eaux à la suite de l'importante fuite d'uranium survenue en juillet 2008 à l'usine Socatri sur le Site nucléaire du Tricastin[202].

Pollution à l'américium et au plutonium à La Hague[modifier | modifier le code]

L'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest (ACRO) relève en octobre 2016 une pollution radioactive liée à la présence d'américium-241 près de l'usine Areva de La Hague. Cette pollution est confirmée par l'entreprise en janvier 2017. L'analyse des échantillons par l'Institut de radiophysique du centre hospitalier universitaire de Lausanne révèle également une pollution au plutonium. Areva exclut « un risque sanitaire pour l'homme »[203].

Mines d'uranium au Niger[modifier | modifier le code]

La Compagnie minière d'Akouta (Cominak), a poursuivi l'exploitation de 1978 à 2021 de la mine d'uranium d'Akouta près d'Arlit. Elle a produit 75 000 tonnes d'uranium et a fermé à la suite de l'épuisement de ses réserves. Les « résidus radioactifs » issus de l'extraction de l'uranium inquiètent ONG et riverains. Le chantier de sécurisation porte sur les 20 millions de tonnes de déchets de roches et résidus de minerais. Les montagnes de déchets s'étendent sur 120 hectares. Le réaménagement, d'un coût de 150 millions d'euros doit durer dix ans, suivis par au moins cinq ans de surveillance environnementale. Le but est de restituer un « site sûr, sain et non polluant »[204],[205].

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Areva est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2015, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 50 000 et 100 000 euros[206]. En 2017, elle déclare 250 000 euros de dépenses de lobbying en France[207].

Auprès des institutions de l'Union Européenne[modifier | modifier le code]

Areva est inscrit depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2016 pour cette activité cinq collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 600 000 et 700 000 euros[208].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying d'Orano aux États-Unis s'élèvent en 2022 à 370 000 dollars. Elles ont culminé en 2007 à 1 887 000 dollars [209].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b ministre de l'économie, des finances et de la relance, « Arrêté du 23 septembre 2021 autorisant l'acquisition de titres Orano SA par l'Etat », Journal officiel de la République française.,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c « Rapport d'activité 2020 », sur orano.group (consulté le ).
  3. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  4. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ », sous le nom ORANO (consulté le )
  5. a b et c Orano, « Comptes consolidés au 31 décembre 2021 » Accès libre [PDF], sur orano.group, (consulté le ).
  6. Simon Chodorge, « Qui est Claude Imauven, le nouveau président d'Orano ? - L'Usine Energie », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. AREVA donne naissance à New AREVA, sa.areva, consulté le 17 avril 2023
  8. « New Areva change de nom et devient Orano », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. « Areva devient Orano pour garder les pieds dans l'atome », Libération, (consulté le ).
  10. « Areva devient Orano pour garder les pieds dans l'atome », Libération, .
  11. a et b Nicolas Stiel, « Nucléaire : pourquoi Areva change de nom et devient Orano », Challenges, (consulté le ).
  12. Orano, ex-Areva, achève sa restructuration avec l'entrée au capital de JNFL et MHI, Capital, 27 février 2018.
  13. « Le chinois CNNC n'entrera pas au capital d'Areva », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. « Recyclage de combustible usé : contrat avec l'Ukraine pour Orano », AFP et Connaissance des énergies, 3 mai 2018.
  15. « Orano : permis d'exploration pour chercher de l'uranium au Groenland », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  16. Orano rend ses déchets nucléaires à l'Allemagne, Les Échos, 19 août 2021.
  17. « L'État rachète à Areva ses dernières parts dans Orano pour plus de 563 millions d'euros », sur Le Figaro (consulté le ).
  18. Le français Orano veut profiter du désamour pour le nucléaire russe, Les Échos, 21 décembre 2022.
  19. « Pierrelatte : Orano Tricastin veut anticiper les conséquences énergétiques de la guerre en Ukraine », sur midilibre.fr (consulté le ).
  20. Orano porté par la nouvelle vague du nucléaire, Les Échos, 16 février 2024.
  21. [PDF] Rapport annuel d'activité au 31-08-2017, sur orano.group.
  22. Orano, « Rapport Annuel d'Activité 2021 : 2.3 Les métiers du groupe » Accès libre [PDF], sur orano.group, (consulté le ).
  23. « Areva inaugure l'usine Georges Besse II Nord », sur L'usine nouvelle, .
  24. Décret no 2013-424 autorisant la création par la société Eurodif-Production d'une usine de séparation des isotopes de l'uranium par diffusion gazeuse sur le site du Tricastin (départements de la Drôme et de Vaucluse), Légifrance - le 25 mai 2013.
  25. EDF signe des contrats de fourniture d'uranium massifs avec Areva, Article Les Echos du 25 septembre 2012.
  26. [PDF] Rapport Annuel Areva 2012, p. 20.
  27. EPR : Areva et ArcelorMittal investissent au Creusot, Article Libération 3 juillet 2008.
  28. Nucléaire : Areva renoue avec les commandes de réacteurs, Article Les Echos du 17 octobre 2013.
  29. Une nouvelle commande se profile pour les sites Areva de Saint-Marcel et du Creusot, Article France 3 Bourgogne du 22 octobre 2013.
  30. Combustible nucléaire : accord-cadre entre Areva et EDF, Article enerzine du 22 décembre 2008.
  31. Areva remporte un contrat d'assistance sur le parc nucléaire d'EDF - Article BFM TV du 14/11/2013.
  32. [PDF] Programmes PAN-H : Bilan et perspectives scientifiques - Site de l'ANR.
  33. Site Smartgrids de la CRE.
  34. Corse : stocker de l'énergie photovoltaïque via l'hydrogène - Article Enerzine, 12 janvier 2012.
  35. Vers une production massive et économique d'hydrogène - Communiqué du CNRS le 8 avril 2009.
  36. Article Éolien en mer : Areva, Entrepose Projets et Fouré Lagadec signent un partenariat industriel, BFM.tv le 01/10/2013.
  37. « Areva : signe un contrat pour le conditionnement de déchets à Marcoule | Zone bourse », Zone Bourse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « New Areva a remporté trois contrats dans la gestion de déchets radioactifs », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Areva signe un contrat pour la fabrication d'un prototype de panneau dans le cadre du projet ITER, Areva.
  40. Nucléaire : nouveau surcoût de 4 milliards pour le projet Iter, Les Échos, 2 mai 2016.
  41. Site Areva.
  42. Article sur le site Capital.fr, 13/09/2013.
  43. Site Areva, Présence mondiale (carte interactive).
  44. Article Libération, 10 mars 2013.
  45. Frédéric De Monicault, « Areva et la révolution énergétique allemdande », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  46. Article Le Marin.
  47. Article La vie des réseaux.
  48. ERH2 Bretagne (Énergies Renouvelables, Hydrogène et piles à combustibles en Bretagne).
  49. Site Areva.
  50. Site ABC Bourse.
  51. « La filière nucléaire française face à un chantier historique au Royaume-Uni », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  52. Site Mer et Marine.
  53. Areva va moderniser les centrales nucléaires suédoises, Enerzine, 19 janvier 2007.
  54. « Deux contrats en Suède », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  55. « L'invraisemblable fiasco d'Areva à Tchernobyl », sur journaldelenergie.com, (consulté le ).
  56. Document de référence Areva 2013, pages 171, 200.
  57. (en-GB) « About Orano - AREVA Group », sur us.areva.com (consulté le ).
  58. Site areva.com, présence mondiale d'Areva.
  59. Annonce SFEN (Société française d'énergie nucléaire).
  60. Article sur le site BFMTV.com, 29/10/2013.
  61. « Areva : un nouveau projet d'EPR aux USA », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  62. Article World Nuclear Association.
  63. « Areva veut enrichir de l'uranium aux USA », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  64. « Areva s'apprêterait à supprimer 800 emplois en Allemagne », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  65. Article sur le site BFMTV.com, 08/11/2013.
  66. « Areva signe un contrat de 500M de dollars », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  67. Article Yahoo! Finance, 27/03/2012.
  68. Site ENERGO, 25/09/2008.
  69. Site Environnement France.
  70. Site SmartPlanet, 05/05/2011.
  71. Article Daily Bourse, 01/02/2012.
  72. « Areva se positionne sur le marché américain du démantèlement | SFEN, Société française d'énergie nucléaire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur sfen.org (consulté le ).
  73. « ORANO (ex-Areva) remporte un contrat aux Etats-Unis », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. Orano démantèle le coeur du réacteur américain de Vermont Yankee, boursier.com, 13 décembre 2022.
  75. « Areva investit 107 millions d'euros au Canada », sur L'Usine Nouvelle, .
  76. Sur le site aboriginalmining.ca.
  77. Présentation Shea Creek sur le site Areva US.
  78. Shea Creek Project: Summary, uex-corporation.com
  79. Pétition Après l'Afrique, Areva s'en prend aux Inuit : je dis NON ! - Réseau sortir du nucléaire.
  80. Canada avis défavorable pour un projet minier d'Areva.
  81. Présence mondiale Areva sur le site, Areva.com, Canada.
  82. Article AREVA et Cegertec mettent leurs forces en commun, lecourriersud.com, 31 mai 2011.
  83. Article La certification de l'atmea1 se précise au Canada selon Areva,enerzine.com, 9 juillet 2013.
  84. Article SFEN.
  85. « Areva va achever la construction du réacteur Angra 3 au Brésil », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  86. Areva Resources Southern Africa : au centre des futurs projets miniers.
  87. "Areva en Afrique - La face cachée du nucléaire français" par Raphaël Granvaud - édition Agone 2012.
  88. Site Afrik.com.
  89. Cabinet AEC.
  90. Site AfriqueRédaction.
  91. Site Areva Niger : Dossier Areva et le Niger.
  92. Radio France Internationale - 18/06/2007 : Vivre à Mounana sans la mine.
  93. Site web Gabon des services.
  94. « Areva en Namibie », sur L'Usine Nouvelle.
  95. Le Revenu.
  96. « Areva fait de la Namibie sa nouvelle frontière pour l'extraction d'uranium », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  97. Site Boursier.com.
  98. Jeuneafrique.com - 17/04/2009 : Enquête - Comment la France a mis la main sur l'uranium congolais.
  99. Radio Okapi - 17 octobre 2014 : Allemagne: le Congolais Golden Misabiko primé pour sa lutte contre le nucléaire.
  100. Areva in China.
  101. Document de référence Areva 2010, p. 99.
  102. Chine : Contrat historique de Areva, sur le site de Areva.
  103. Dossier de presse Areva en Chine, avril 2013.
  104. Article Capital, 22/12/2011.
  105. Article L'express, 24/06/2011.
  106. L'usine Nouvelle, 05/10/2010.
  107. Article Enerzine, 29/04/2013.
  108. Article Le Nouvel Observateur, 09/12/2013.
  109. Article Le Point, 09/12/2013.
  110. Article Les Ecchos, 14/12/2013.
  111. « New Areva et CNNC saluent les progrès significatifs des négociations du contrat pour le projet d'usine chinoise de traitement et recyclage des combustibles usés », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  112. « Areva juge « sans incidences » le combustible MOX de la centrale de Fukushima », lepoint.fr, (consulté le ).
  113. « Fukushima: Areva chargé de la décontamination de l'eau radioactive », lexpress.fr, (consulté le ).
  114. « À Fukushima, les ingénieurs d'Areva restent mobilisés », la-croix.com, (consulté le ).
  115. « "Il va falloir 120 jours pour décontaminer l'eau stockée à Fukushima" », l'expansion, (consulté le ).
  116. « Areva se prépare à envoyer du MOX au japon », sur L'Usine Nouvelle, (consulté le ).
  117. Nucléaire: Areva s'associe avec un groupe japonais pour travailler à Fukushima, Challenges, 5 mai 2014.
  118. Document de référence Areva 2010, p. 96.
  119. Environnement France.
  120. « Centre nucléaire en Inde: l'accord avec Areva est très avancé », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  121. « Contrat pour une centrale solaire en Inde », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  122. Article Enviscope, 05/12/2013.
  123. Article 10/04/2015.
  124. Article Realpolitik.tv 14/11/2011.
  125. « En Mongolie, Areva convoite l'uranium de la Montagne Chaude », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  126. Areva, présence mondiale, sur Areva.com, Mongolie.
  127. Article EuroEnergie 28/10/2013.
  128. « Areva obtient l'autorisation pour développer des mines d'uranium en Mongolie », sur L'Usine Nouvelle, .
  129. La France lorgne les ressources minières de Mongolie, Les Échos, 19 mai 2023.
  130. (en) « Orano signs a Protocol for the development and operation of a uranium mine project in Mongolia », sur orano.group, (consulté le ).
  131. L'Usine Nouvelle, « Orano annonce une avancée majeure pour Zuuvch Ovoo, son gigantesque projet de mine en Mongolie », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le )
  132. « Le Kazakhstan, ses mines d'uranium et ses oligarques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  133. « Corée du Sud : New Areva et KHNP signent un accord stratégique dans le démantèlement », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  134. L'Usine Nouvelle, « Le directeur des opérations d'Orano Nicolas Maes nommé à la tête du groupe », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le )
  135. 2003 Rapport annuel 2003.
  136. 2005 Rapport annuel 2005.
  137. 2006 Rapport annuel 2006.
  138. Document de référence 2007, p. 201, 223 et 255.
  139. Document de référence 2008, p. 169 et 307.
  140. Document de référence 2010.</ref.
  141. [1].
  142. Document de Référence Areva.
  143. Document de Référence Areva.
  144. a et b [PDF] Résultats annuels 2017, sur orano.group, 29 mars 2018.
  145. Orano, « Rapport Annuel d'activité 2018 » [PDF], sur orano.group (consulté le ).
  146. Orano, « Rapport d'activité 2019 » [PDF], sur orano.group (consulté le ).
  147. a b c d e et f Doc de référence 2012.
  148. Site Areva Endettement financier.
  149. Site Areva Endettement financier.
  150. La chronologie autour de l'augmentation de capital d'Areva - Article Challenge 29/12/2010.
  151. Matignon ferme les portes de la Bourse à Areva - Article l'Expansion 27/10/2005.
  152. « Areva: protocole d'accord avec CNNC prévoyant une possible entrée du groupe chinois à son capital », Challenges, (consulté le ).
  153. « Deux Japonais entrent au capital d'Areva », sur Le Figaro, .
  154. Entrée de JNFL et MHI au capital d'Orano - Source : Euro Energie, 27 février 2018
  155. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043163073
  156. ministre de l'économie, des finances et de la relance, « Arrêté du 2 juillet 2021 autorisant l'acquisition de titres Orano SA par l'Etat (Areva) », Journal officiel de la République Française,‎ (lire en ligne Accès libre)
  157. « L'État rachète à Areva des parts dans Orano », sur Le Figaro, .
  158. ministre de l'économie, des finances et de la relance, « Arrêté du 2 juillet 2021 autorisant l'acquisition de titres Orano SA par l'Etat (CDC) », Journal officiel de la République française,‎ (lire en ligne Accès libre)
  159. « L'État rachète à Areva ses dernières parts dans Orano pour plus de 563 millions d'euros », sur Le Figaro, .
  160. Charles-Emmanuel Haquet, « Anne Lauvergeon, l'électron libre », L'Expansion, 1er janvier 2008.
  161. Affichage d'un communiqué de presse.
  162. Actu-environnement.com - Areva change sa signature publicitaire L'énergie au sens propre, 8 janvier 2009 (consulté le 13 décembre 2014).
  163. Strategies.fr - Areva suspend sa publicité "l'énergie au sens propre", 15 janvier 2009 (consulté le 13 décembre 2014).
  164. « 404页面 », sur vandeleene.com (consulté le ).
  165. Article sur le site Capital.fr.
  166. « New Areva a considérablement réduit sa consommation d'énergie et ses émissions de CO2 », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  167. Défi Areva : plainte contre Greenpeace Le Nouvel Observateur du 20 mai 2002.
  168. (de) Sponsoring heißt Partnerschaft (site Areva/1. FCN, consulté le 26 avril 2011).
  169. (de) Saison-Rückblick Teil I - Die aufregende Saison 2008/09 im Club-Tagebuch (site du 1. FCN, consulté le 27 avril 2011).
  170. Le maillot Areva boudé par les supporteurs (quotidien Libération du 25 avril 2011, consulté le 27 avril 2011).
  171. (de) Nürnberger Fanprotest gegen Sponsor – Atomgeld, nein danke! (site du quotidien berlinois taz, consulté le 27 avril 2011).
  172. « Areva renouvelle avec la Fédération française d'athlétisme », sur sportstrategies.com.
  173. Areva donnait son nom ces dernières années au meeting Ligue de diamant de Paris-St Denis franceinfo.fr, décembre 2014.
  174. Article sur le site Athle.fr.
  175. Article sur le site Sporstratégies.com.
  176. « Concurrence : la Commission inflige une amende de 750 millions d'euros aux membres de l'entente sur les appareillages de commutation à isolation gazeuse », Communiqué, sur Europa, (consulté le ).
  177. « Affaire UraMin : Anne Lauvergeon mise en examen », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  178. « France-L'ex-directeur financier d'Areva mis en examen », Reuters, 12 octobre 2016.
  179. « Rachat d'Uramin par Areva: nouvelles mises en examen de dirigeants, dont Anne Lauvergeon », sur leparisien.fr, .
  180. « Pour exploiter l'uranium kazakh, Orano va raser une forêt protégée », sur Reporterre, .
  181. [2].
  182. [3].
  183. Techniques de l'ingénieur.
  184. « Le militant antinucléaire Stéphane Lhomme relaxé des accusations d'Areva », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  185. « Ouverture d'une enquête pour corruption sur la vente d'uranium nigérien par Areva en 2011 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  186. « Le détonant film "La Syndicaliste" avec le réalisateur Jean-Paul Salomé et l'écrivaine Caroline Miche-Aguirre », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le ).
  187. Céline Serrano, « Entretien avec Maureen Kearney, lanceuse d'alerte d'Areva dont le film "La syndicaliste" raconte le combat », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  188. « L'étrange agression d'une syndicaliste d'Areva, au cœur d'une erreur judiciaire », sur France Inter, (consulté le ).
  189. BFM BUSINESS, « Areva : La justice reconnaît ses erreurs dans l'agression d'une syndicaliste », sur BFM Business, (consulté le ).
  190. « L'étrange agression d'une syndicaliste d'Areva, au cœur d'une erreur judiciaire », sur France Inter, (consulté le ).
  191. a b c et d "Une syndicaliste d'Areva saucissonnée dans son salon" par Luc Peillon et Yann Philippin le 18 février 2012 dans Libération [4]
  192. a et b "Soupçons de guerre nucléaire" par Yann Philippin le 18 décembre 2023 dans Libération
  193. « « Un scandale d'état », LFI demande une commission d'enquête après ce film sur Maureen Kearney », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  194. « No 907, assemblée nationale, proposition de résolution tendant à la création d'une commission d'enquête relative à « l'affaire Maureen Kearney » et ses implications en matière de fonctionnement de nos institutions, de nos principes démocratiques et de notre souveraineté industrielle » [PDF], sur assemblee-nationale.fr, (consulté le ).
  195. a b et c « Orano signe un contrat avec le groupe russe Rosatom », sur orano.group, (consulté le ).
  196. Emma Donada, « Guerre en Ukraine: la France a-t-elle renoncé à envoyer son uranium de retraitement en Russie? », sur Libération.fr, (consulté le ).
  197. Émilie Massemin, « La France se débarrasse de déchets nucléaires en Russie », sur Reporterre.net, (consulté le ).
  198. « Attaque russe : quel avenir pour l'accord sur l'uranium entre la France et la Russie ? », sur Reporterre.net, (consulté le ).
  199. Perrine Mouterde, Marjorie Cessac, « La Russie possède la seule usine au monde capable de « recycler » l'uranium déchargé des réacteurs nucléaires français », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  200. Marine Godelier, « Nucléaire : le sprint d'Orano pour remplacer l'uranium enrichi russe, notamment aux Etats-Unis », sur LaTribune.fr, (consulté le ).
  201. « Le pari du français Orano : produire plus d'uranium enrichi pour se passer de la Russie », sur la-croix.com avec AFP, (consulté le ).
  202. Fuite d'uranium du Tricastin : la Socatri définitivement condamnée - actu-environnement, 27 novembre 2013.
  203. « Manche : une pollution au plutonium autour du site nucléaire d'Areva La Hague », lamanchelibre.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  204. « Au Niger, les « résidus radioactifs » d'une mine d'uranium inquiètent ONG et riverains », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le ).
  205. Matteo Maillard, « Niger : « A Arlit, les gens boivent de l'eau contaminée par la radioactivité » », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  206. « Tableau des représentants d'intérêts »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  207. Olivier Petitjean, « De Paris à Washington, les sociétés du CAC 40 ont dépensé au moins 60 millions d'euros pour influencer les politiques », Basta,‎ (lire en ligne, consulté le )
  208. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le ).
  209. (en) « Orano Group », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]