Le Theil (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Theil.
Le Theil
L'église Sainte-Marguerite.
L'église Sainte-Marguerite.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Val-de-Saire
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Statut commune déléguée
Maire délégué Patrice Gomeriel
2016-2020
Code postal 50330
Code commune 50595
Démographie
Gentilé Theillais
Population 666 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 33″ nord, 1° 28′ 20″ ouest
Altitude Min. 47 m – Max. 132 m
Superficie 13,81 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Gonneville-le-Theil
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Le Theil

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Le Theil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Theil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Theil
Liens
Site web www.letheilmanche.fr

Le Theil est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Gonneville-le-Theil.

Elle est peuplée de 666 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Saire.

Communes limitrophes du Theil[1]
Gonneville
(comm. nouv. de Gonneville-le-Theil)
Gonneville
(comm. nouv. de Gonneville-le-Theil)
Brillevast
Le Mesnil-au-Val du Theil[1] Teurthéville-Bocage
Saussemesnil Saussemesnil Montaigu-la-Brisette

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Tilia au XIIe siècle[2], Tylia au XIIIe siècle[3] et le Teil en 1322[2]. Le toponyme est issu de l'ancien français til ou teil, « tilleul »[3],[2],[4].

Le gentilé est Theillais[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Le Theil intègre la commune de Gonneville-le-Theil[6] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Gonneville et Le Theil deviennent des communes déléguées et Gonneville est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1961 Maurice Lemagnen SE Charpentier
1961 1977 Edmond Levéel SE Agriculteur
1977 1995 Victor Sauvey    
1995 mars 2001 Louis Thomas SE Artisan plâtrier
mars 2001 mars 2008 Bernard Dupuis SE  
mars 2008[7] décembre 2015 Patrice Gomeriel[8] SE Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[8]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Gonneville-le-Theil le jusqu'en 2020 et Patrice Gomeriel devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 666 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Le Theil[9]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Le Theil a compté jusqu'à 1 170 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
960 907 1 146 1 170 1 146 1 080 1 074 1 020 1 132
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
949 990 904 921 854 782 724 692 669
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
640 577 556 458 490 484 510 527 504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
421 382 371 447 523 558 647 665 666
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marguerite, du XVIIe siècle, rénovée. Un bas-relief du XVe siècle (Le Martyre de saint Blaise) et une statue de saint Clair du XVIe sont classés à titre d'objets aux Monuments historiques[12],[13].
  • La fontaine Saint-Clair, dans le bois de Barnavast, constitue un lieu de pèlerinage chaque troisième dimanche de juillet[5].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Chaque année, le troisième dimanche du mois de juillet, un pèlerinage à la fontaine Saint-Clair, dans le bois de Barnavast est organisé. Il rend hommage à saint Clair, saint normand mort en martyr en 884. Une messe est célébrée le matin dans les bois, elle est suivie d'un repas partagé par les pèlerins. Pour les croyants, la fontaine Saint-Clair aurait des vertus miraculeuses pour les yeux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a, b et c Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1265
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 103
  5. a, b et c René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 371
  6. « Recueil des actes administratifs de décembre 2015 », sur le site de la préfecture de la Manche (consulté le 10 décembre 2015).
  7. « Le maire Patrice Gomeriel candidat à un deuxième mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 septembre 2014)
  8. a et b Réélection 2014 : « Le Theil (50330) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 mai 2014)
  9. Date du prochain recensement à Le Theil, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Bas-relief : Le Martyre de saint Blaise », notice no PM50001178, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Statue : Saint Clair », notice no PM50001179, base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :