Beaucroissant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beaucroissant
Beaucroissant
Parking à l'entrée du village durant la foire de 2007.
Blason de Beaucroissant
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Tullins
Intercommunalité Communauté de communes de Bièvre Est
Maire
Mandat
Georges Civet
2014-2020
Code postal 38140
Code commune 38030
Démographie
Gentilé Manants / Manantes
Population
municipale
1 652 hab. (2016 en augmentation de 10,35 % par rapport à 2011)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 29″ nord, 5° 28′ 15″ est
Altitude Min. 332 m
Max. 753 m
Superficie 11,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Beaucroissant

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Beaucroissant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaucroissant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaucroissant
Liens
Site web www.beaucroissant.com

Beaucroissant est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ancienne paroisse de la province du Dauphiné durant l'Ancien Régime, la commune se positionne dans la partie septentrionale du département de l'Isère entre les agglomérations lyonnaise et grenobloise. Elle est en outre située dans la communauté de communes de Bièvre Est dont le siège est fixé à Colombe une commune limitrophe de Beaucroissant.

Ses habitants sont appelés les Manants et Manantes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de la commune et des communes limitrophes

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune de de Beaucroissant se situe dans la partie septentrionale du département de l'Isère, au sud de la commune du Grand-Lemps, dans la partie orientale du plateau ou plaine de Bièvre.

Le centre-ville (mairie de Beaucroissant) se situe (à vol d'oiseau) à 79 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 37 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 293 km de Marseille et 549 km de Paris[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beaucroissant
Colombe Rives
Izeaux Beaucroissant Renage
Saint-Paul-d'Izeaux Tullins

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

La partie du territoire du département l'Isère dans lequel se situe la ville de Beaucroissant est formée de bas plateaux et de collines assez peu élevées au climat légèrement plus rude que dans la plaine de la Bièvre située plus à l'ouest. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent assez aisément. Les températures nocturnes sont assez fraîches sur les zones les plus élevées de la commune.

Du fait du relief peu accentué, au niveau du col de Parménie (plateau de Chambaran), les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément. Les températures nocturnes sont assez fraîches à proximité dans les secteurs situé en altitude et orienté vers le nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune n'héberge aucun cours d'eau notable mais, celui-ci abrite quelques petits étangs, tous situés au pied du plateau de Chambaran.

Voie de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'ancienne route nationale 85 ou « RN 85 » est une ancienne route nationale française reliant autrefois Bourgoin-Jallieu, en se détachant de la RN 6, pour se terminer sur la Côte d'Azur, d'abord à Cagnes-sur-Mer, puis à Golfe-Juan. En 2006, la route nationale 85 a été déclassée dans le département de l’Isère en « RD 1085 ». Cette route traverse le territoire de Beaucroissant depuis l'est, limite de la commune de Rives et vers le nord ouest (commune d'Izeaux sous la dénomination de route nationale.

Transport public[modifier | modifier le code]

Entrée de Beaucroissant par la RD519a
Site de la Foire de Beaucroissant depuis le TER Grenoble-Lyon en juillet 2019

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de Beaucroissant est désaffectée depuis de nombreuses années mais un arrêt du train est mis en place lors de la foire de septembre[3]. Cette ligne permet de relier les villes de Bourgoin-Jallieu, Voiron et Grenoble.

Transport routier[modifier | modifier le code]

La compagnie Transisère, gérée par département de l'Isère, propose des lignes de transport en autocar :

  • Ligne 7350 / La Côte-Saint-André - Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs - Voiron
  • Ligne 7300 / Beaurepaire - Moirans - Grenoble
  • Ligne 2900 / Vienne - La Côte-Saint-André - Grenoble

Il existe également une ligne de bus local :

  • Ligne RIV03 / Izeaux - Beaucroissant -Rives Collège

Liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Grenoble-Isère, situé à moins d'une dizaine de kilomètres du centre de Beaucroissant. La ligne d'autocar 7350 permet de relier cet aéroport avec la commune notamment durant les périodes de foire (arrêt Champ de foire)[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Beaucroissant, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[5].

  • Bois de la Blache
  • Bois des Michones
  • la Piot
  • la Maladière
  • la Tuilerie
  • Pont de Champ
  • la Croze
  • le Comptant
  • Galaboutemps
  • le Mollard
  • la Fontaine
  • les Granges
  • Saint-Georges
  • la Billardière
  • les Martinières
  • le Clos
  • Blétonnay
  • Mollard Cheval
  • la Combe Noire
  • Notre-Dame des Croix
  • Parménie / Col de Parménie

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Beaucroissant est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes située à l'ouest de son territoire, mais non loin de la zone n°4, située vers l'est et le sud-est (notamment les territoires de Tullins et de Vourey)[6].

Terminologie des zones sismiques[7]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Pierre Miquel, le nom de Beaucroissant pourrait évoquer la fertilité du sol qui facilite la croissance du grain[8].

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère qui évoque également cette hypothèse précise que la racine « Bel » (évoluant en « beau ») pourrait également évoquer une hauteur, le village étant située légêrement en hauteur, au pied de la colline de Parménie[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est célèbre pour sa foire annuelle existant depuis 1219, due au pèlerinage de Notre-Dame de Parménie[10]. L’histoire du village et de la foire de Beaucroissant est liée avec la colline de Parménie qui la domine de ses 749 mètres d’altitude.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, la région est peuplée par les Allobroges, un peuple gaulois dont le territoire était situé entre l'Isère, le Rhône et les Alpes du Nord. À partir de -121, ce territoire, nommé Allobrogie, est intégré dans la province romaine du Viennois avec pour capitale la cité de Vienne qui était aussi le siège de l’ancien diocèse romain de Vienne. Ainsi, et jusqu'au Haut Moyen Âge, le territoire communal fait partie du Viennois.

Le site de Parménie est occupé dès l'Antiquité, la présence d'une ancienne citerne gallo-romaine permet d'attester ce fait.

Moyen Âge et Temps moderne[modifier | modifier le code]

La foire de Beaucroissant, tableau de Théodore Ravanat collection du Musée dauphinois

L’origine de la foire de Beaucroissant remonte à 1219, la nuit du 14 septembre, le lac naturel de Saint Laurent, (au-dessus de Bourg-d’Oisans) se rompt, cause une terrible inondation qui inonde Grenoble et fait de très nombreuses victimes.

À partir du 14 septembre 1220, sous la conduite de l’évêque de Grenoble, les survivants commémorent cet événement par un pèlerinage à Parménie. Ils sont si nombreux qu’un village se constitue pour les accueillir. Ce rassemblement attire une foule de marchands. C'est ainsi qu'est née la foire de Beaucroissant.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le site de la chartreuse de Parménie est occupé par le maquis, puis sera brûlé en 1944 par l'armée allemande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2011 En cours Georges Civet SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2016, la commune comptait 1 652 habitants[Note 1], en augmentation de 10,35 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
627721725836816405925926926
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
868869867831875888889848832
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
836834763710720739653653705
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7527251 0031 0521 1951 2471 3721 3901 408
2013 2016 - - - - - - -
1 5461 652-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Situé dans la zone académique de Grenoble, la commune de Beaucroissant compte une école maternelle et élémentaire dont le bâtiment est situé près de la mairie[15].

Activités culturelles et sportives[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional Le Dauphiné libéré, dans son édition locale Chartreuse et Sud-Grésivaudan, ainsi que l’hebdomadaire Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, relatent les informations locales au niveau de la commune, du canton et de la communauté de communes. De nombreux articles y sont publiés à l'occasion du déroulement de la foire.

La commune est en outre située dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Alpes (France 3 Grenoble) et de téléGrenoble Isère, ainsi que de la radio locale France Bleu Isère.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Beaucroissant (propriété de la commune) dépendent de la paroisse de La Sainte-Croix qui comprend quatre autres clochers. Cette paroisse est elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Foire de Beaucroissant depuis le train en septembre 2019

Organisée deux fois an (au printemps et en automne), la foire de Beaucroissant est la principale activité économique de cette petite commune qui ne possède pas de zone commerciale ou artisanale notable.

Cette foire est accessible en voiture (du fait de la présence de nombreux parkings) mais aussi par les transports en commun dont le train (la gare offre la particularité d'être située au cœur de l'espace d'exposition)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notre-Dame de Parménie (illustration de la fin du XIXe siècle)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants indiqué par la Communauté de communes de Bièvre Est, « Beaucroissant », sur cc-bievre-est.fr (consulté le 20 décembre 2007).
  2. Site annuaire mairie, page des distances entre Beaucroissant et les plus grandes villes françaises, consulté le 15 juillet 2019
  3. site officiel TER SNCF, page sur la 799e foire
  4. Fiche horaire de la ligne 7350 de transisère
  5. Site géoportail, page des cartes IGN
  6. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  7. [1]
  8. Pierre Miquel, Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France, Albin Michel, (lire en ligne).
  9. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, (ISBN 2-84424-043-7) édition L'atelier, 2006, pages 34 et 35
  10. Site officiel de la foire
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. Site education.gouv.fr, page sur l'école de Beaucroissant, consulté le 19 juillet 2019
  16. Site du diocèse de Grenoble, fiche de présentation de la paroisse de la Sainte-Croix, consulté le 14 juillet 2019
  17. a et b Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 162-165

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :