Colombe (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombe (homonymie).

Colombe
Colombe (Isère)
Église et mairie de Colombe
en septembre 2019
Blason de Colombe
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Canton de Grand-Lemps
Intercommunalité Communauté de communes de Bièvre Est
(siège)
Maire
Mandat
Robert Douillet
2014-2020
Code postal 38690
Code commune 38118
Démographie
Population
municipale
1 574 hab. (2017 en augmentation de 7,07 % par rapport à 2012)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 59″ nord, 5° 27′ 01″ est
Altitude 480 m
Min. 448 m
Max. 738 m
Superficie 13,23 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Colombe
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Colombe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colombe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colombe
Liens
Site web www.colombe.fr

Colombe est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ancienne paroisse de la province du Dauphiné, la commune est positionnée dans la partie septentrionale du département de l'Isère entre les agglomérations lyonnaise et grenobloise. Colombe est en outre le siège de la communauté de communes de Bièvre Est.

Ses habitants sont dénommés les Colombins [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de la commune et des communes limitrophes

Situation et description[modifier | modifier le code]

Colombe est une commune qui a longtemps présenté un aspect nettement rural, mais depuis le XXe siècle et la création de la voie autoroutière Lyon-Grenoble, la commune héberge un ensemble industriel et commercial relativement important en sa périphérie. Son territoire se situe dans la partie septentrionale du département de l'Isère, entre les agglomérations locales de Bourgoin-Jallieu et de Voirondans la partie orientale du plateau ou plaine de Bièvre.

Le centre-ville (mairie de Colombe) se situe (par la route) à 76 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 37 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 312 km de Marseille et 546 km de Paris[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Indiquée par un panneau installé sur le parcours de l'autoroute A48 qui la traverse, la trouée de Colombe est une cluse sans cours d'eau la traversant, conséquence de la présence d'une ancienne langue glaciaire datant du Quaternaire[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Colombe
Châbons Burcin Oyeu
Le Grand-Lemps Colombe Apprieu
Izeaux Beaucroissant Rives

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune n'héberge aucun cours d'eau ou plan d'eau notable, la trouée de Colombe étant une vallée sèche considérée comme étant d'origine glaciaire.

Climat[modifier | modifier le code]

La partie du territoire du département l'Isère dans lequel se situe la ville de Colombe est formée de bas plateaux et de collines assez peu élevées au climat légèrement plus rude que dans la plaine de la Bièvre située plus à l'ouest. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent assez aisément. Les températures nocturnes sont assez fraîches sur les zones les plus élevées de la commune.

On peut observer au niveau de la partie orientale de la commune la présence d'une zone d'un mésoclimat ou microclimat lié à la disposition du relief et au type de la roche et dénommé mésoclimat de la trouée de Colombe qui peut entraîner des phénomènes météorologiques particuliers, telles que d'abondantes précipitations de pluie ou de neige, voire des rafales de vent [4].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Colombe (Route du Gd Lemps)
La barrière de péage de « Rives » est située sur le territoire de Colombe (source : IGN)
La RD 520 dans la trouée de Colombe en direction de Colombe

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute A48 qui relie l'agglomération Lyonnaise à celle de Grenoble longe la partie occidentale du territoire communal.

Colombe est directement desservie par cette voie autoroutière grâce à l'installation d'une bretelle d'accès qui est celle qui dessert l'agglomération de Rives.

Selon la carte IGN, consultable sur le site géoportail, le territoire communal est également traversé par plusieurs routes départementales :

  • La RD520 qui correspond à l'ancien tracé de la RN520 qui autrefois reliait la ville de Bourgoin-Jallieu par Les Éparres à la commune des Échelles en Savoie. Cette route a été déclassée en route départementale lors de la réforme de 1972.
  • La RD73a qui relie la RD520 et le bourg de Colombe au bourg voisin du Grand-Lemps, la RD519 qui relie le bourg avec celui de Beaucroissant et la RD50f qui rejoint la commune de Rives.

Chemins pédestres[modifier | modifier le code]

Le Chemin de Compostelle partant de la ville de Genève en Suisse recueille les pèlerins suisses et allemands se rendant à la ville espagnole et aboutit à la via Podiensis tout en se confondant, dans son parcours français avec le chemin de grande randonnée GR65.

Le sentier suit le chemin des crêtes des collines qui dominent le lac de Paladru, puis les hauteurs du village de Colombe, avant de rejoindre le territoire du Grand-Lemps[5].

Sentier de grande randonnée (GR) n°65
Parcours

Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle / via Gebennensis + via Podiensis
Genève (Suisse) • Les Abrets - Valencogne - Le Grand-Lemps (Isère) • Le Puy-en-Velay (Haute-Loire) • Nasbinals (Lozère) • Conques (Aveyron) • Figeac (Lot) • Moissac (Tarn-et-Garonne) • Aire-sur-l'Adour (Landes) • Col de Roncevaux (Espagne)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Colombe, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[6].

  • les Bourrelières
  • Cuetan ou Quétan
  • le Soulier (point culminant de la commune)
  • Croix de Futeau
  • Bois de la Renardière
  • la Valfroide (trouée de Colombe)
  • Bois Bourgugnon
  • Bois du Levant
  • Grand Colombe
  • Bas Colombe
  • Bertine
  • le Penon
  • la Raffinière
  • la Chapelle
  • Tramoud
  • Pra Salat
  • les Chataignaux
  • le Picoud
  • la Grande Croix
  • Croix de la Carrière
  • les Tâches
  • le Petit Molard
  • Zone d'activité des Grands Champs
  • Zone d'activité des Rivollaux (avec Apprieu)

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Colombe est située en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique, mais non loin de la zone n°4, située plus à l'est[7].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de Colombe dériverait du mot latin « columbarium » qui désigne un pigeonnier[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, la région de Colombe et de la Bièvre est peuplée par les Allobroges, un peuple gaulois dont le territoire était situé entre l'Isère, le Rhône et les Alpes du Nord. À partir de -121, ce territoire, nommé Allobrogie, est intégré dans la province romaine du Viennois avec pour capitale la cité de Vienne qui était aussi le siège de l’ancien diocèse romain de Vienne. Ainsi, et jusqu'au Haut Moyen Âge, le territoire communal fait partie du Viennois.

Moyen Âge et Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Colombe

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des élus[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours M. Robert Douillet UDI Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2017, la commune comptait 1 574 habitants[Note 1], en augmentation de 7,07 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8338779871 0901 1001 2001 2071 2371 164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1331 1231 0691 0231 020979946926847
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
909932866787753763717666613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6296447248571 1711 4341 4461 4461 470
2017 - - - - - - - -
1 574--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements culturel et sportif[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional Le Dauphiné libéré, dans son édition locale Isère Nord, ainsi que l’hebdomadaire Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, relatent les informations locales liées à la commune et à la communauté de communes dont Colombe est le siège.

La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Alpes (France 3 Grenoble) et de téléGrenoble Isère, ainsi que de la radio locale France Bleu Isère.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Colombe (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Notre-Dame de Milin qui comprend sept autres clochers. Cette paroisses est elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[13]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Beffroi à Colombe.
  • L'église de Colombe
L'édifice religieux qui date de la fin du XIXe siècle possède un beffroi ancien seule partie gardée de l'ancienne église. Une grande fresque moderne signée par le peintre français René-Maria Burlet, d'origine savoyarde et mort en 1994, orne le mur de l’église [14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Colombe Blason Parti ; au I) coupé d'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules et de gueules à une branche d'olivier de sinople * fruitée de deux pièces de sable et posée en bande; au II) coupé d'azur et de sinople à une tour de gueules * sur l'azur et d'or sur le sinople, ajourée, ouverte et essorée de sable, et à une colombe essorante d'argent brochant en cœur du II[15].
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (sinople/gueules et gueules/azur).
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :