Monica Frassoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Union européenne image illustrant une femme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant l’Union européenne et une femme politique italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Monica Frassoni
Monica Frassoni.jpg
Fonction
Députée européenne
Biographie
Naissance
Nationalité
Lieux de travail
Activité
Autres informations
Parti politique

Monica Frassoni (née le 10 septembre 1963 à Veracruz, Mexico) est une politicienne italienne, anciennement députée européenne,  jusqu'à 2009. Elle a été membre du parti Vert Italien depuis 2009, membre du Parti Vert Européen (le parti politique transeuropéen ayant comme membres tous les Verts européens) Elle a occupé auparavant le poste de secrétaire général de l'organisation européenne des Jeunes Européens Fédéralistes.

Monica Frassoni est actuellement co-présidente du parti Vert Européen, présidente de l'Alliance Européenne pour la sauvegarde de l’énergie (EUASE) et la présidente du Centre Européen d’Appui Electoral (ECES)

Biographie[modifier | modifier le code]

Monica Frassoni est diplômée en Sciences Politiques de l'Université de Florence Cesare Alfieri. Sa carrière politique a commencé en 1983, lorsqu'elle s'est activement impliquée dans le Mouvement fédéraliste européen, avant d’être élue secrétaire générale de l'organisation européenne des Jeunes Européens Fédéralistes (JEF Europe) en 1987.

L’implication de Monica Frassoni dans les politiques en faveur de la jeunesse, a continué lors de sa nomination comme présidente du Bureau européen de coordination des ONG de jeunesse, poste qu'elle occupa de 1991 à 1993.

En 1990, Monica Frassoni commença à travailler pour le groupe parlementaire des Verts / Alliance Libre Européenne, au Parlement européen, chargée des questions constitutionnelles, de l'État de droit, des procédures et des immunités. Elle a ensuite été élue membre du Parlement européen pour un premier mandat sous les listes du parti vert belge Ecolo, en tant que première personnalité politique non belge à être élue sous les couleurs d'un parti politique belge. Au cours de cette législature, elle a été membre de la Commission des affaires constitutionnelles et membre suppléante de la commission des libertés et des droits des citoyens, de la justice et des affaires intérieures et de la commission parlementaire mixte UE-Chypre.

En juin 2004, elle a été réélue pour un second mandat sous les listes du parti Vert Italien. Au cours de cette législature, elle a été membre de la commission sur les questions juridiques et membre suppléante des commissions sur les affaires constitutionnelles, de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire. Monica Frassoni a participé également aux délégations pour les relations avec le Mercosur, pour les relations avec l'Iran et l'Assemblée parlementaire de la Méditerranée.

Monica Frassoni participa également en 2006 à l'exécutif du Réseau parlementaire sur la Banque mondiale (PNoWB).

De 2002 à 2009, elle occupa, avec Daniel Cohn-Bendit, la coprésidence du groupe Verts / ALE, un groupe politique au Parlement européen regroupant le Parti Vert Européen et l’Alliance Libre Européenne. Plus tard, elle devint coprésidente du Parti Vert Européen en octobre 2009. En 2014, elle a été réélue à la co-présidence du parti avec Reinhard Bütikofer.

En 2010, elle collabora dans la parution du volume Europa 2.0 intitulé «Perspectives et évolution du rêve européen», publié par Ombre Corte, édité par Nicola et Simon Vallinoto Vannuccini, avec un essai sur les conditions du relancement du processus constitutionnel en Europe.

Selon le site VoteWatch.eu, le pourcentage de participation aux séances plénières du parlement européen de Monica Frassoni était de 92,95% (277 jours sur 298).

En 2011, elle est devenue présidente du Centre Européen d'Appui Electoral (ECES), une fondation privée à but non lucratif dont le siège est à Bruxelles, qui vise à promouvoir un développement démocratique durable en offrant un appui opérationnel aux acteurs électoraux tout au long du cycle électoral.

Monica Frassoni plaide mondialement pour l’économie d'énergie, l’instauration de politiques migratoires plus équitables dans l'Union européenne, les droits de l'homme et l’assistance démocratique et électorale.

Monica Frassoni occupe actuellement le poste de la présidente de l'Alliance européenne pour l'économie d'énergie (EUASE), une organisation créée lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP16), composée de membres des principales sociétés multinationales européennes, d'un important groupe multipartite de politiciens européens et de militants de l'efficacité énergétique de toute l'Europe.

Monica Frassoni dispose aussi d’une longue expérience d'observation électorale, elle fut nommée à deux reprises en tant que chef des missions d'observation électorale de l'Union européenne au Venezuela et en Bolivie en 2006, par la commissaire européenne chargée des relations extérieures, Mme Benita Ferrero Waldner.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2010, Monica Frassoni a figuré dans la liste Top 100 Global Thinkers list publiée par le Foreign Policy Magazine américain. En 2016, elle a été répertoriée parmi les 40 acteurs les plus influents sur la politique énergétique de l'UE par l'Union Euractiv.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

    • http://www.euase.com/
    • http://monicafrassoni.it/hungarys-refugee-referendum/
    • http://monicafrassoni.it/burquini-and-bikini-can-live-together/
    • http://www.euase.com/
    • http://www.eces.eu/monica-frassoni
    • http://europa.eu/rapid/press-release_IP-06-1571_en.htm
    • http://eeas.europa.eu/archives/eueom/missions/2006/bolivia/index_en.htm
    • https://www.euractiv.com/people/monica-frassoni/