Europe Démocratie Espéranto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EDE.
Europe Démocratie Espéranto
(eo) Eŭropo Demokratio Esperanto
Image illustrative de l'article Europe Démocratie Espéranto
Logotype officiel.
Présentation
Fondation 2003
Siège 9 rue du Couradin
35510 Cesson-Sévigné
Idéologie Espérantiste,
Démocratie linguistique
Affiliation européenne non représenté au Parlement européen
Couleurs vert
Site web e-d-e.org

Europe Démocratie Espéranto (EDE ; en espéranto : Eŭropo Demokratio Esperanto), est un mouvement politique qui propose l'adoption de l'espéranto comme langue commune, à la fois comme ciment de la citoyenneté européenne et comme clé de voûte d'un multilinguisme stable et équilibré (« l'Europe du citoyen »).

Objectif et idées[modifier | modifier le code]

L'objectif avancé du mouvement est « de faire avancer la citoyenneté européenne, renforcer la démocratie dans l'Union européenne », notamment au moyen de l'espéranto. Selon ce mouvement, utiliser l'espéranto comme langue commune en complément des langues officielles de l'Union européenne faciliterait les contacts entre membres de pays différents et permettrait l'émergence d'une réelle démocratie et citoyenneté à l'échelle européenne, parallèlement à des outils démocratiques, comme le tirage au sort[1] ou le référendum[2].

Mouvement européen[modifier | modifier le code]

Les statuts du mouvement Europe Démocratie Espéranto ont été déposés en 2003 à Strasbourg en tant que parti politique européen[précision nécessaire]. Il ne répond néanmoins pas à la définition institutionnelle de parti politique européen, qui exige l'obtention d'élus au Parlement européen, et ne reçoit en conséquence aucune subvention de l'Union. C'est le premier mouvement politique européen qui n'est pas né du rassemblement et de la convergence de mouvements politiques nationaux. Il a été créé en 2003, soit avant Newropeans en 2005 et Libertas en 2008[3].

Europe Démocratie Espéranto se compose d'une fédération européenne dont le siège est à Strasbourg à proximité du Parlement européen. Cette fédération rassemble des sections locales, généralement nationales, adaptées à la législation relative aux partis politiques, spécifique à chaque État membre. Les statuts ont été rédigés en espéranto, puis traduits dans les différentes langues européennes. Il est à noter que juridiquement, c'est la version française qui fait foi, bien que la langue de travail du mouvement au niveau européen soit l'espéranto.

Fédération[modifier | modifier le code]

La fédération européenne Eŭropo Demokratio Esperanto est composée d'associations politiques présentes dans plusieurs pays de l'Union européenne[4] :

Il existe également une association affiliée à EDE au Brésil[5].

Nom du parti dans différentes langues[modifier | modifier le code]

  • Eŭropo Demokratio Esperanto
  • (ca) Europa Democràcia Esperanto
  • (de) Europa Demokratie Esperanto
  • (el) Ευρώπη Δημοκρατία Εσπεράντο
  • (en) Europe Democracy Esperanto
  • (es) Europa Democracia Esperanto
  • (fi) Eurooppa Demokratia Esperanto
  • (fr) Europe Démocratie Espéranto
  • (hr) Europa Demokracija Esperanto
  • (hu) Európa Demokrácia Eszperantó
  • (it) Europa Democrazia Esperanto
  • (lt) Europa Demokratija Esperanto
  • (nl) Europa Demokratie Esperanto
  • (oc) Euròpa Democracia Esperanto
  • (pl) Europa Demokracja Esperanto
  • (pt) Europa Democracia Esperanto
  • (sv) Europa Demokrati Esperanto

Participation aux élections européennes[modifier | modifier le code]

Élections européennes de 2004[modifier | modifier le code]

En pratique, Europe Démocratie Espéranto ne pensait pas récolter un nombre élevé de voix mais voulait profiter des élections pour faire connaître l'espéranto au grand public et tenter de proposer une alternative à l'emploi, non pas d'une vingtaine de langues (ce qui cause des coûts de traduction énormes aux institutions européennes) mais à l'hégémonie de la langue anglaise, qui crée, selon Europe Démocratie Espéranto, deux classes de citoyens en Europe : les english native speakers et les autres.

Dans les faits, seule la branche française d'Europe Démocratie Espéranto (EDE-France) a pu participer aux élections européennes de 2004 et a présenté des listes dans les sept circonscriptions électorales françaises de métropole.

Pris par les délais, EDE-Allemagne n'a pu recueillir que 2 500 signatures sur les 4 000 requises pour présenter des candidats. EDE-Belgique et EDE-Italie ont dû renoncer faute de moyens.

En France, Europe Démocratie Espéranto a obtenu 25 067 voix lors du scrutin du 13 juin 2004, soit environ 0,15 % des voix exprimées.

Circonscription Tête de liste Voix[6] %
Nord-Ouest Bertrand Hugon 753 0,03
Ouest Denis-Serge Clopeau 4 910 0,19
Est Bruno Schmitt 5 341 0,24
Sud-Ouest Thierry Saladin 3 611 0,14
Sud-Est Christian Garino 2 528 0,09
Massif central-Centre Jean-Paul Tonnieau 2 159 0,15
Île-de-France Georges Kersaudy 5 765 0,21
Total 25 067 0,15

Élections européennes de 2009[modifier | modifier le code]

Compte tenu des législations propre à chaque pays[précision nécessaire][7], Europe Démocratie Espéranto n'a pu présenter des listes aux élections européennes de 2009, qu'en Allemagne[8](circonscription nationale unique) et en France[9] (huit circonscriptions).

Plusieurs mouvements ont apporté leur soutien aux listes de Europe Démocratie Espéranto, France Équité[10], Europe - Liberté[11] et Politicat[12].

France[13]
Circonscription Tête de liste Voix %
Nord-Ouest Jacques Borie 4 680 0,19
Ouest Bert Schumann 4 215 0,17
Est Fabien Tschudy 4 325 0,20
Sud-Ouest Raymond Faura 3 975 0,15
Sud-Est Christian Garino 4 286 0,15
Massif central-Centre Farhad Daneshmand 2 633 0,20
Île-de-France Elisabeth Barbay 3 293 0,12
Outre-Mer Jacques Étienne 1 537 0,44
Total 28 944 0,17
Allemagne
Tête de liste Voix Pourcentage
Reinhard Selten 11 772 0,045 %

Élections européennes de 2014[modifier | modifier le code]

Le parti Europe Démocratie Espéranto a présenté des listes dans toutes les circonscriptions de France sous le nom « Espéranto, langue commune équitable pour l’Europe »[14]. Comme en 2009, ces listes ont reçu le soutien du mouvement Europe – Liberté[15]. Le parti n'a en revanche pas réussi à présenter de listes dans d'autres pays.

France[16]
Circonscription Tête de liste Second de liste Voix %
Nord-Ouest Christine Pieters Jacques Borie 4 730 0,17
Ouest Lyse Bordage Philippe Berizzi 4 405 0,16
Est Geneviève Martin Cyrille Hurstel 4 710 0,19
Sud-Ouest Monique Juy Thierry Saladin 4 705 0,16
Sud-Est Monique Arnaud Pierre Grollemund 5 898 0,18
Massif Central-Centre Marcelle Provost Jean-Paul Tonnieau 3 390 0,23
Île-de-France Laure Patas d'Illiers Jérémy Bizet 4 337 0,14
Outre-Mer Monique Fillat Jacques Étienne 940 0,33
Total 33 115 0,18

Participation à d'autres élections[modifier | modifier le code]

Élections législatives françaises de 2012[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]