Élections européennes de 2019 en Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections européennes de 2019 en Allemagne
(Manfred Weber) EPP Summit, 19 October 2017 (37534170170) (cropped).jpg CDU/CSU – Manfred Weber
Sièges sortants 34
Katarina Barley-4934.jpg Parti social-démocrate – Katarina Barley
Sièges sortants 27
Ska Keller (10851856583).jpg Alliance 90 / Les Verts – Ska Keller
Sièges sortants 11
Martin Schirdewan, Parteitag Bonn 2019.jpg Die Linke – Martin Schirdewan
Sièges sortants 7
MJK00612 Nicola Beer.jpg Parti libéral-démocrate – Nicola Beer
Sièges sortants 3
Jörg Meuthen 2015 (portrait).jpg Alternative pour l'Allemagne – Jörg Meuthen
Sièges sortants 1

Les élections européennes de 2019 en Allemagne se dérouleront le afin d'élire les 96 députés européens représentants l'Allemagne au Parlement européen.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les députés européens allemands sont élus au scrutin proportionnel de liste, mais contrairement aux élections pour le Bundestag, les électeurs ne disposent que d'une seule voix. Le 26 février 2014, le Tribunal constitutionnel fédéral a décidé que l'imposition d'un seuil électoral était inconstitutionnel pour les élections européennes. Cela a pour conséquence de permettre l'entrée de plusieurs petits partis (de) au Parlement européen[1].

Lors de ces élections, peut voter tout citoyen européen résidant en Allemagne et ayant 18 ans ou plus, le jour de l'élection. Les citoyens allemands vivant dans d'autres pays de l'Union européenne, tout comme les ressortissants de pays-membres vivant en Allemagne, doivent décider s'ils votent dans leur pays d'origine ou dans leur pays de résidence.

Contexte[modifier | modifier le code]

Contexte politique[modifier | modifier le code]

Au niveau européen, le scrutin intervient dans un contexte inédit. La mandature 2014-2019 a en effet vu intervenir plusieurs événements susceptibles d'influer durablement sur la situation politique européenne, comme le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne en 2016, l'arrivée ou la reconduction au pouvoir dans plusieurs pays de gouvernements eurosceptiques et populistes (en Hongrie en 2014, en Pologne en 2015, en Autriche en 2017 et en Italie en 2018) et l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat en 2015. Les élections interviennent alors que la Commission européenne est présidée depuis 15 ans par le Parti populaire européen (PPE) ; la Commission sortante, présidée par Jean-Claude Juncker, rassemble des membres du PPE, de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe et du Parti socialiste européen.

En Allemagne, les élections ont lieu près de deux ans après les dernières élections fédérales allemandes. A la suite de longues négociations marquées par l'échec de la tentative de créer une coalition jamaïcaine rassemblant la CDU/CSU, le FDP et les Verts, c'est finalement la grande coalition sortante entre CDU/CSU et SPD qui avait été reconduite, permettant à Angela Merkel de rester chancelière. En 2018, les élections régionales en Hesse et en Bavière se traduisent par un recul des deux partis au pouvoir et par une percée des Verts. En décembre 2018, c'est la centriste Annegret Kramp-Karrenbauer qui est élue à la tête de la CDU/CSU, Angela Merkel ayant renoncé à briguer la présidence du parti.

Répartition partisane des députés européens sortants[modifier | modifier le code]

Lors des élections de 2014, la coalition CDU/CSU était arrivée en tête.

Du fait des multiples conflits internes qu'elle a connu, l'Alternative pour l'Allemagne (AFD) a perdu, au cours de la législature, six de ses sept élus européens (cinq sont membres du LKR, un est membre du Parti bleu).

Répartition partisane des députés européens allemands[2]
Parti Sièges Parti européen[3] Groupe Sièges
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 29 PPE PPE 34
Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU) 5
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 27 PSE S&D 27
Alliance 90 / Les Verts (GRÜNE) 11 PVE Verts/ALE 13
Parti écologiste-démocrate (ÖDP) 1
Parti des pirates (PIRATEN) 1 PPUE
Die Linke (LINKE) 7 PGE GUE/NGL 8
Indépendant (ex-Parti de protection des animaux) 1
Indépendants 4 CRE 6
Réformateurs libéraux-conservateurs (LKR) 1
Alliance C 1 MPCE
Électeurs libres (FW) 1 PDE ADLE 4
Parti libéral-démocrate (FDP) 3 ALDE
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 1 ELDD 1
Parti bleu (Blaue) 1 ENL 1
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 1 APL NI 2
Die PARTEI (PARTEI) 1

Campagne[modifier | modifier le code]

Partis et candidats[modifier | modifier le code]

59 listes se présentent aux élections européennes en Allemagne, 41 sont retenues par l'institut Statistisches Bundesamt, soit dix de plus qu'en 2014. Ce nombre important de candidatures est le résultat de l'abandon du seuil d'éligibilité lors du précédent scrutin et de l'entrée de plusieurs petits partis au Parlement européen en 2014, certains ayant même fait moins d'1 %[4].

Parti Idéologie Parti européen Candidats Députés sortants
Nombre Groupe
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne

Christlich Demokratische Union Deutschlands

Centre droit

Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme

PPE Manfred Weber
29 / 96
PPE
Union chrétienne-sociale en Bavière

Christlich-Soziale Union in Bayern

PPE
5 / 96
Parti social-démocrate d'Allemagne

Sozialdemokratische Partei Deutschlands

Centre gauche

Social-démocratie

PSE Katarina Barley, Udo Bullmann
27 / 96
S&D
Alliance 90 / Les Verts

Bündnis 90/Die Grünen

Centre gauche

Écologie politique

PVE Ska Keller, Sven Giegold
11 / 96
Verts/ALE
Die Linke (La Gauche) Extrême gauche à gauche

Socialisme démocratique, populisme de gauche

PGE Özlem Demirel, Martin Schirdewan
7 / 96
GUE/NGL
Alternative pour l'Allemagne

Alternative für Deutschland

Droite[5] à extrême droite[6]

Populisme, national-conservatisme

Jörg Meuthen
1 / 96
ELDD
Parti libéral-démocrate

Freie Demokratische Partei

Centre à centre droit

Libéralisme économique

ALDE Nicola Beer
3 / 96
ADLE
Électeurs libres

Freie Wähler

Centre droit

Localisme, libéral conservatisme

PDE Ulrike Müller
1 / 96
ADLE
Parti des pirates

Piratenpartei

Centre gauche

Protection des libertés numériques

PPUE Patrick Breyer
1 / 96
Verts/ALE

Déroulement de la campagne[modifier | modifier le code]

Sondages[modifier | modifier le code]

N.B. : est mentionné ici le dernier sondage publié par chaque institut. Pour consulter les sondages précédents ou antérieurs à 2019, se reporter à l'article détaillé.

Sondages[7]
Sondeur Date LINKE GRÜNE Tiersch. SPD FDP FW CDU CSU AfD PP PARTEI Autres
Forschungsgruppe Wahlen 17 mai 2019 7 % 19 % 17 % 5 % 30 % 12 % 10 %
Infratest dimap 16 mai 2019 7 % 17 % 17 % 7 % 3 % 28 % 12 % 3 % 6 %
INSA 15 mai 2019 8 % 18 % 1,5 % 15 % 7,5 % 2,5 % 28 % 12 % 1,5 % 2 % 4 %
FGW 12 avril 2019 6 % 19 % 18 % 7 % 32 % 10 % 8 %
Élections de 2014 25 mai 2014 7,39 % 10,70 % 1,25 % 27,27 % 3,36 % 1,46 % 35,36 % 7,04 % 1,45 % 0,63 % 4,09 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Drapeau de l’Union européenne Élections au Parlement Européen de 2019 en Allemagne
Parti ou coalition Voix % +/- Sièges +/- Groupe
Union CDU/CSU
Parti social-démocrate d'Allemagne (PSD)
Alliance 90 / Les Verts (Grünen)
Die Linke
Alternative pour l'Allemagne (AfD)
Parti libéral-démocrate (FDP)
Électeurs libres (FW)
Parti des pirates (Piraten)
Parti de protection des animaux (Tiersch.)
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD)
Parti des familles d'Allemagne (FAM)
Parti écologiste-démocrate (ÖDP)
Die PARTEI
Autres partis
Votes valides
Votes blancs et nuls
Total 100 - 96 Steady.svg -
Abstentions
Inscrits / Participation

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Karlsruhe change la règle du jeu en Allemagne pour les Européennes », latribune.fr, 26 février 2014.
  2. « Députés par État membre », sur Europarl (consulté le 27 janvier 2018).
  3. « List of registered European Political Parties and European Political Foundations », sur www.appf.europa.eu (consulté le 27 janvier 2018).
  4. Thomas Wieder, « L’Allemagne bat son record de listes aux élections européennes », sur Le Monde, (consulté le 26 avril 2019).
  5. (en) Martin Walker, « Spring in Europe », sur upi.com, .
  6. Henri Ménudier, « Poussée électorale de l’AfD », Allemagne d'aujourd'hui, no 218,‎ , p. 17–26 (ISSN 0002-5712, lire en ligne, consulté le 11 avril 2017).
  7. (de) « Sonntagsfrage – Wahlumfragen zur Europawahl 2019 », sur Wahlrecht.de (consulté le 22 novembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]