Aller au contenu

Parti communiste réunionnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti communiste réunionnais
Image illustrative de l’article Parti communiste réunionnais
Logotype officiel.
Présentation
Président Élie Hoarau
Fondation
Positionnement Gauche[1]
Idéologie Post-marxisme[1]
Communisme
Régionalisme
Affiliation européenne GUE-NGL
Couleurs Rouge
Site web particommunistereunionnais.com
Représentation
Conseillers régionaux
3  /  45
Conseillers départementaux
4  /  50
Maires de La Réunion
1  /  24

Le Parti communiste réunionnais (abrégé en PCR) est un des partis politiques de La Réunion, d'idéologie communiste.

Organisation

[modifier | modifier le code]

Le PCR a été fondé par Paul Vergès les 17 et [2] alors que le Parti communiste français (PCF) incitait ses sections ultramarines à devenir complètement indépendantes de lui.

Il est dirigé par son fondateur jusqu'en février 1993, date à laquelle il est élu président, cependant qu'Élie Hoarau le remplace comme secrétaire général. Après la mort de Paul Vergès en , Hoarau lui succède à la présidence[3].

Parmi ses autres leaders sont Pierre Vergès, le fils du fondateur, et jusqu'en 2012 Huguette Bello.

Son organe de presse est le quotidien Témoignages, fondé par Raymond Vergès en 1944. Il a été d'autant plus utile au parti qu'il était interdit de télévision par l'Office de radiodiffusion-télévision française pendant quinze ans à compter du milieu des années 1960.

En 1975, le parti est touché par un scandale après que plusieurs de ses cadres, dont certains occupaient des fonctions à responsabilité municipale, aient été condamnés pour avoir aidé dans sa cavale Frantz Ramsamy, meurtrier en 1968 du gendarme Marc Billaud, 26 ans[4].

Les programmes du parti sont au départ ouvertement autonomistes. Son premier adversaire est dès lors l'ancien Premier ministre Michel Debré élu en 1963 député de la première circonscription de l'île. Ce dernier se serait justement installé dans l'île pour dénoncer ce que la droite présente alors comme un risque de dérive indépendantiste du PCR tout en se qualifiant elle-même de « départementaliste ». Il obtient sur ce point le soutien des socialistes comme Albert Ramassamy, également départementalistes.

Son père ayant, aux côtés de Léon de Lépervanche, proposé à l'Assemblée Nationale le projet de départementalisation de la Réunion en 1946[5], Paul Vergès n'est pas pour autant un indépendantiste. Dans un premier temps, lui et son parti ne réclament en fait que davantage de pouvoirs de décision au niveau local. L'autonomie qu'ils appellent de leur vœu doit rester organisée dans un cadre français.

Aujourd'hui, l'ordre du jour du Parti communiste réunionnais n'est plus ladite autonomie de l'île, si ce n'est son autonomie énergétique. De fait, les discours de ses leaders se sont en effet infléchis pour mieux mettre en avant les questions environnementales qui concernent une île densément peuplée préoccupée par les enjeux de la mondialisation capitaliste et du réchauffement climatique. Ils valorisent également une identité culturelle réunionnaise qu'ils présentent comme enfin libérée.

Relations avec le Parti communiste français

[modifier | modifier le code]

Les deux organisations ont eu assez tôt des divergences. Celles-ci se sont exprimées dès le Congrès constitutif du PCR, le parti français désapprouvant la volonté exprimée dès alors par Paul Vergès de créer un Front élargi regroupant les partisans du progrès économique et social ouvert aux non-communistes. Plus généralement, les deux partis réagirent différemment à l'évolution du contexte international : le PCR condamna ainsi sans ambiguïté l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie en 1968, alors que la réaction du PCF et de la plupart des partis communistes dans le monde fut plus qu'équivoque[6].

Dégradées depuis la fin des années 1990 pour cause de désaccord tactique, ce qui amènera les députés du PCR à quitter le Groupe communiste pour rejoindre le groupe radical, citoyen et vert (RCV) en 1997. Les relations entre le PCR et le PCF se sont améliorées depuis quelques années, et spécifiquement depuis la visite de Marie-George Buffet dans l'île en 2005.

Dans le cadre des élections européennes de 2004, déjà, les deux partis étaient parvenus à faire liste commune dans la circonscription Outre-mer. Au terme de ces élections, Paul Vergès était devenu l'un des trois seuls communistes de France siégeant au Parlement européen. En 2007, le parti soutient la candidature de Marie-George Buffet à l'élection présidentielle et la députée du PCR participe au groupe de la Gauche démocrate et républicaine. En 2009, Élie Hoarau est élu député européen de la circonscription Outre-Mer (section océan Indien), et sera le 5e député européen français à siéger au groupe GUE/NGL avec les quatre députés du Front de gauche. Il démissionne en et est remplacé par son suivant de liste, Younous Omarjee. En 2017, le parti soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle. Il confirme par la suite son rapprochement avec le PCF, en prenant part à la liste communiste menée par Ian Brossat aux élections européennes de 2019[7], et en soutenant le candidat du PCF Fabien Roussel pour les élections présidentielles de 2022[8].

Résultats électoraux

[modifier | modifier le code]

Aux élections départementales de 2015, le Parti subit une lourde défaite en voyant son nombre de sièges passer de 11 à 4[9]. Il les maintient aux élections départementales de 2021. Dans le cadre des élections régionale de 2021, le Parti obtient 3 élus, participant au premier tour à la liste menée par Ericka Bareigts, liste qui fusionne au second tour derrière celle d'Huguette Bello[10].

Élections législatives

[modifier | modifier le code]
Année 1er tour 2d tour Sièges Rang[11] Gouvernement
Voix % Voix %
1958 21 524 23,12 8 396 30,74
0  /  3
2e Extra-parlementaire
1962 10 921 12,96
0  /  3
1re
1967 35 415 30,05 19 445 45,14
0  /  3
2e
1968 26 303 24,04
0  /  3
1973 32 323 26,68 22 590 45,90
0  /  3
1978 50 993 32,85
0  /  3
1981 47 694 32,79 32,79 34,11
0  /  3
1re
1986 58 845 29,37
2  /  5
2e Opposition
1988 69 359 37,20 64 941 38,05
2  /  5
1993 49 652 25,96 50 608 30,77
1  /  5
1997 55 807 29,28 53 864 41,39
3  /  5
1re Jospin
2002 48 676 21,95 52 672 38,12
1  /  5
2e Opposition
2007 59 138 23,85 64 307 21,72
1  /  5
1re
2012 31 581 12,20
0  /  7
4e Extra-parlementaire
2017 Au sein de La France insoumise
0  /  7
2022 4 220 2,18
0  /  7
9e

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Laurent de Boissieu, « Parti Communiste Réunionnais (PCR) », France Politique,‎ (lire en ligne)
  2. Article de Témoignages
  3. « Elie Hoarau devient le nouveau président du PCR », sur Zinfos974, .
  4. P. Caubet, « L'éruption du piton de la fournaise [Île de la Réunion] », Annales de Géographie, vol. 35, no 198,‎ , p. 559–560 (ISSN 0003-4010, DOI 10.3406/geo.1926.8540, lire en ligne, consulté le )
  5. « pedagogie2.ac-reunion.fr/lyc-a… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  6. « Notes & carnets », sur blogspot.com (consulté le ).
  7. B.A, « Européennes: Julie Pontalba en position éligible sur la liste du PCF », sur Zinfos 974, l'actualité de l'île de La Réunion (consulté le )
  8. Manuel Marchal, « PCR : « votons et faisons voter massivement pour Fabien Roussel » », sur Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, (consulté le )
  9. Départementales Outre-mer : les gagnants et les perdants
  10. Parti Communiste Réunionnais, « Régionales et départementales : communiqué du PCR », sur Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, (consulté le )
  11. En nombre de voix à La Réunion.

Sources et bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Gilles Gauvin, « Le parti communiste de la Réunion (1946-2000) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 68,‎ oct. - dec., 2000, p. 73-94 (lire en ligne, consulté le ).

Lien externe

[modifier | modifier le code]