Nora Berra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nora Berra
Nora Berra en 2014.
Nora Berra en 2014.
Fonctions
Conseillère régionale d’Auvergne-
Rhône-Alpes
En fonction depuis le
(8 mois et 26 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Laurent Wauquiez
Conseillère municipale de Lyon
En fonction depuis le
(8 ans 6 mois et 12 jours)
Élection 9 mars 2008
Maire Gérard Collomb
Députée européenne

(2 ans et 14 jours)
Législature 7e
Prédécesseur Michel Dantin
Secrétaire d’État chargée de la Santé

(1 an 5 mois et 26 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement Fillon III
Prédécesseur Roselyne Bachelot
Successeur Marisol Touraine
Secrétaire d’État chargée des Aînés

(1 an 4 mois et 21 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement Fillon II
Successeur Michèle Delaunay (indirectement)
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Lyon (Rhône)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique UMP (2002-2015)
Les Républicains
(depuis 2015)
Profession Médecin

Nora Berra, née le à Lyon (Rhône), est une femme politique française, membre du parti Les Républicains.

Élue députée européenne le 7 juin 2009 dans la circonscription Sud-Est, elle est nommée secrétaire d’État chargée des Aînés quelques jours plus tard, puis secrétaire d’État chargée de la Santé du au .

Médecin de profession, elle est également conseillère municipale de Lyon, conseillère de la Métropole de Lyon et conseillère de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Nora Berra est née le 21 janvier 1963 à Lyon. Elle est la fille d’un tirailleur algérien prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale et petite-fille de spahi[1]. Elle est issue d’une famille de onze enfants[2]. Elle a grandi à Neuville-sur-Saône, au nord de Lyon.

Elle est mère de deux enfants[3].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Nora Berra effectue ses études secondaires au lycée Ampère à Lyon[4], à la suite desquelles elle obtient le baccalauréat D (mathématiques et sciences de la nature).

Après des études de médecine à Oran, en Algérie[5], elle obtient son diplôme de docteur en médecine en 1990[6] après avoir réalisé ses stages internés dans les hôpitaux de Lyon.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1991 à 2009, Nora Berra poursuit sa carrière médicale à l’hôpital Édouard-Herriot[3], en pharmacologie clinique d’abord, puis comme praticien attaché en exploration fonctionnelle rénale et en immunologie clinique.

Elle se consacre aux patients atteints par le V.I.H.[7] Elle conduit de nombreuses recherches cliniques pour l’Agence nationale de recherche sur le SIDA (A.N.R.S.), de monothérapie, bithérapie puis de trithérapie, des recherches de prévention de la transmission du V.I.H. de la mère à l’enfant. Elle réalise le premier observatoire national de trithérapie en prise unique, ainsi que plusieurs projets de prophylaxie post-exposition au V.I.H[8].

Elle conduit également de nombreux travaux de recherche clinique dans le traitement antirejet chez les patients greffés du rein ou dans l’évaluation de traitements antihypertenseurs.

De 1992 à 1999, elle enseigne également en donnant des cours dans deux écoles d’infirmières lyonnaises[8], l’école Esquirol et l’école du Vinatier, et en encadrant externes et internes à l’hôpital.

Nora Berra met également ses compétences médicales au service de l’industrie du médicament, pour laquelle elle a conduit de nombreux projets internationaux. Elle travaille notamment pour les laboratoires Boehringer Ingelheim (1999-2001), Bristol-Myers Squibb (2001-2006) et Sanofi Pasteur-MSD (2007-2009)[9].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Nora Berra fait ses débuts en politique en 2001 après avoir été sollicitée par Paul Laffly, maire de Neuville-sur-Saône, qui lui demande de rejoindre sa liste municipale[10].

Elle est élue conseillère municipale de Neuville-sur-Saône, ville où habitent ses parents, entre 2001 et 2008[11].

Lors des élections municipales de 2008, Dominique Perben, candidat à Lyon, lui confie la tête de liste UMP du 8e arrondissement de Lyon. Elle se présente alors contre Jean-Louis Touraine, son chef de service à l’hôpital Édouard-Herriot. Elle devient alors conseillère municipale d’opposition à Lyon[12].

Tête de liste UMP dans le département du Rhône lors des élections régionales de 2010[13], elle est élue conseillère régionale de la région Rhône-Alpes le 21 mars. Elle démissionne du conseil régional de Rhône-Alpes en avril 2011 au nom de son « éthique politique », considérant qu’elle ne pouvait exercer en même temps deux mandats locaux et une fonction exécutive nationale[14].

En vue des élections municipales de 2014 à Lyon, Nora Berra décide d’être candidate à la candidature UMP à la suite d’un sondage du 22 mars 2013 la plaçant en tête des opinions favorables avec 35 % d’avis positifs[15], devançant ainsi ses autres concurrents. Le 28 mars 2013, elle confirme sa candidature[16]. Lors du premier tour, le 2 juin 2013, elle réunit 9,41 % des suffrages[17]. Le 4 juin suivant, elle annonce officiellement son soutien à Georges Fenech pour le second tour de la primaire[18].

À l’issue des élections municipales de 2014, elle devient conseillère municipale d’opposition, élue dans le troisième arrondissement de Lyon et conseillère de la Métropole d’opposition[19].

Lors des élections régionales de 2015, elle soutient la candidature de Laurent Wauquiez et est élue conseillère régionale de la région Auvergne-Rhône-Alpes[20].

Secrétaire d’État chargée des Aînés (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Nora Berra entre au gouvernement Fillon II le 23 juin 2009 en tant que secrétaire d’État chargée des Aînés auprès du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville[5].

Dès sa prise de fonction, Nora Berra souhaite « associer l’ensemble des Français à une vaste réflexion sur les enjeux de l’allongement de la durée de la vie et sur la solidarité inter-générationnelle[8] ».

Elle s’investit dans les dossiers sensibles qui sont sous sa responsabilité comme la lutte contre la maltraitance des personnes âgées[21] et la prévention du suicide des personnes âgées[22]. Elle suit et met en œuvre le plan Alzheimer 2008-2012[23], une des priorités du Président de la République, ainsi que le programme de développement des soins palliatifs 2008-2012[24].

Elle inscrit parmi ses priorités d’action non seulement la prise en compte des besoins des personnes âgées dépendantes et de leur famille, mais aussi la valorisation de la richesse que représentent les aînés pour notre société[1]. Ainsi, elle prépare et lance le deuxième plan « Bien vieillir » et crée le label « Bien vieillir-vivre ensemble »[25], distinguant les villes qui conduisent des actions positives en faveur des aînés.

Elle initie les travaux préparatoires à la réforme de la dépendance en créant le programme « Vivre chez soi », véritable projet sociétal mettant en perspective l’allongement de la durée de vie et le souhait massif de nos aînés de continuer à vivre à leur domicile de façon autonome le plus longtemps possible[26]. Cette mission ouvre la voie à une économie du vieillissement dont les retombées potentielles sont nombreuses en termes de bien-être pour la population des aînés mais aussi de création de croissance et d’emplois dans de nombreux secteurs liés à l’adaptation des logements, à l’accessibilité des bâtiments, aux déplacements, aux nouvelles technologies et à la prise en charge médico-sociale des aînés.

Consciente de l’aide inestimable des aidants auprès de leurs proches malades, dépendants ou handicapés, Nora Berra initie des travaux pour la reconnaissance et la valorisation des 3,5 millions d’aidants familiaux. Elle crée la Journée nationale des aidants le 6 octobre 2010[27].

À l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées, le 8 octobre 2009, Nora Berra s’est rendue aux Nations unies, à l’invitation des O.N.G. sur le vieillissement, pour représenter la France et renforcer la coopération internationale sur ce sujet[28].

Secrétaire d’État chargée de la Santé (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 2010, lors de la formation du gouvernement Fillon III, elle est nommée secrétaire d’État chargée de la Santé auprès du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

Nora Berra porte pour le gouvernement plusieurs projets de lois touchant à des sujets de société comme la loi bioéthique (2011)[29] ou la loi sur les soins psychiatriques (2011)[30] visant à faire avancer les droits des malades, préserver, promouvoir leur dignité et assurer leur intégrité.

À la suite du scandale du Mediator, avec Xavier Bertrand, Nora Berra porte la loi du médicament (décembre 2011)[31] pour réorganiser le système de pharmacovigilance français et maintenir la confiance des citoyens dans leur système de santé. La loi donne alors naissance à l’Agence nationale de sécurité du médicament.

Nora Berra a fait face à un autre scandale qui a touché les femmes cette fois, celui des prothèses mammaires P.I.P. contenant du silicone industriel utilisé frauduleusement. Nora Berra a immédiatement proposé que l’assurance maladie prenne en charge le remplacement des implants des femmes porteuses de prothèses pour raisons médicales[32]. Pour les femmes implantées pour des raisons esthétiques, elle a engagé les professionnels à renoncer à leurs honoraires et à proposer des prothèses au prix de revient[33].

Elle met en œuvre plusieurs réformes qui ont permis de redynamiser le système de santé français, notamment la plus importante réforme de l’hôpital avec la loi H.P.S.T. et la réforme de la médecine de proximité pour lutter contre les déserts médicaux[34].

Elle lance de nombreuses campagnes de prévention : résistance aux antibiotiques, tabac, addictions, vaccination, dépistage du cancer du sein, du côlon, dépistage du SIDA, don d’organes[35],[36].

Par ailleurs, Nora Berra lance d’importants plans de santé publique pour rendre le système de santé français plus équitable, et mieux adapté aux nouveaux enjeux sanitaires et sociaux : chronicisation des pathologies (SIDA, cancer, maladies cardiovasculaires, etc.[37]) , enjeux liés à la nutrition (Plan national nutrition santé, Plan obésité), enjeux lies au vieillissement (Plan soins palliatifs[38], Plan Alzheimer[39], Plan Parkinson[40]), Plan maladies rares[41], Plan suicide[42].

Elle engage également plusieurs coopérations sanitaires internationales[43] : Chine, Russie, Liban, Algérie et Libye, dont elle décide d’accueillir les blessés en France lors de la première guerre civile libyenne[44].

Député européen (2012-2014)[modifier | modifier le code]

Après la défaite de Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2012, Nora Berra retrouve son siège de député européen de la circonscription du Grand Sud-Est français en juillet 2012.

Toujours engagée sur les sujets qui touchent à la santé et pour faire suite au scandale des prothèses mammaires P.I.P., elle s’investit particulièrement sur les deux règlements relatifs aux dispositifs médicaux et aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro dont elle fut rapporteur[45] ; ses rapports ont reçu un large soutien des membres de la commission du Marché intérieur et de la Protection des consommateurs, dont elle est membre[46]. Elle travaille au sein de cette commission sur les directives Transparence[47], Tabac[48] et Pharmacovigilance[49].

Nora Berra est également membre de la commission du Commerce international et s’implique particulièrement sur la définition d’un règlement visant à introduire de la réciprocité dans les marchés publics, sur le renforcement des instruments de défense commerciale et dans le suivi des négociations de l’Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement[50]. Elle est, à ce titre, membre du comité stratégique sur le Accord de partenariat transatlantique entre l’Europe et les États-Unis d’Amérique mis en place par le ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, et composé de parlementaires de représentants d’entreprises, d’économistes et d’experts[51].

Elle est également membre de la délégation à l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée[52].

Lors de son mandat, elle est l’un des rares députés à expliquer ses votes au Parlement en vidéo sur YouTube[53].

Pour une question de représentation territoriale, Nora Berra n’est pas candidate à sa réélection lors des élections européennes de 2014[54].

Conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Nora Berra soutient la candidature de Laurent Wauquiez dans le cadre de l’élection régionale de 2015 en Auvergne Rhône-Alpes[55]. Elle figure en 11e position sur sa liste de la Métropole de Lyon[56].

Laurent Wauquiez ayant remporté l’élection, elle est élue conseillère régionale de la région Auvergne Rhône-Alpes le 13 décembre[20].

Élection législative de la troisième circonscription du Rhône de 2017[modifier | modifier le code]

Le 14 mai 2016, Nora Berra déclare sa candidature à l’investiture des Républicains dans la troisième circonscription du Rhône pour les élections législatives de 2017[57].

Le 15 juin suivant, la Commission nationale d’investiture des Républicains l’investit officiellement candidate[58].

Engagements et prises de position[modifier | modifier le code]

Dans son parti[modifier | modifier le code]

Après le retrait de Nicolas Sarkozy de la vie politique, Nora Berra est vice-présidente de l’association des Amis de Nicolas Sarkozy, collectif réunissant plusieurs personnalités politiques restées fidèles à l’ancien Président de la République après sa défaite lors de l’élection présidentielle de 2012 et appelant à son retour en politique. Elle publie une tribune dans L’Express à ce sujet[59].

Elle se prononce et milite en faveur de sa candidature pour l’élection du président de l’UMP lors du congrès de novembre 2014. Elle fait alors partie de son équipe de campagne[60].

Le 9 décembre 2014, Nicolas Sarkozy, élu président de l’UMP, la nomme secrétaire nationale de l’UMP chargée des Professions libérales[61]. Le 19 mai 2015, elle est nommée au bureau politique national des Républicains, parti politique issu du changement de nom et de statuts de l’UMP, opéré par son nouveau président, Nicolas Sarkozy[62]. Le 11 juin suivant, elle est reconduite dans ses fonctions de secrétaire nationale chargée des Professions libérales[63].

Elle soutient la candidature de Nicolas Sarkozy dans le cadre de la primaire ouverte de la droite et du centre de 2016 pour l’élection présidentielle de 2017[64].

Sur des sujets sociétaux[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Nora Berra a initié un programme de prévention et de sensibilisation au V.I.H. chez les migrants fragilisés au sein de l’Association de lutte contre le SIDA de Lyon[65].

Diversité[modifier | modifier le code]

Nora Berra est membre cofondateur du club « Convergences », créé en 2003, dont le but est de valoriser la diversité culturelle[11].

En 2013, elle signe une tribune dans Le Monde dans laquelle elle interroge les raisons du « désamour » entre les Français musulmans et l’UMP[66].

Légalisation du cannabis[modifier | modifier le code]

Nora Berra se dit « complètement opposée » à la légalisation du cannabis[67], qu’elle estime être « une cause électoraliste et laxiste qui met en danger la santé publique[68] ».

Loi interdisant le port de la burqa[modifier | modifier le code]

Nora Berra a dit n’être « pas favorable »[69] à une loi interdisant le port de la burqa en France, considérant que « si nous légiférons, nous déplacerons le problème, nous ne le résoudrons pas »[70].

Ouverture du mariage aux couples homosexuels[modifier | modifier le code]

Nora Berra s’est opposée au projet de loi d’ouverture du mariage aux couples homosexuels, le considérant comme un texte qui a « clivé la population en deux ». Elle se dit favorable à « l’égalité des droits » et à « l’union de deux adultes », mais considère qu’il fallait « déconnecter » ce texte du mariage, à cause de sa dimension traditionnelle et religieuse[71].

Elle se dit toutefois favorable à l’union civile[67].

Contre la « dénaturation de la filiation[67] », elle est de plus opposée à la PMA et à la GPA[71].

Droit de vote des étrangers[modifier | modifier le code]

Nora Berra se dit « complètement opposée » au droit de vote des étrangers, considérant que « la citoyenneté ne se partage pas entre le niveau local et le niveau national, elle est une »[67].

Don d’organes[modifier | modifier le code]

Elle est la première personnalité politique française à s’engager publiquement à faire don de ses organes[72].

Cause des femmes[modifier | modifier le code]

Nora Berra a notamment participé aux actions de l’association « Women without Borders »[65].

En février 2010, elle participe au Sommet informel européen des femmes au pouvoir à Cadix, à l’invitation de Bibiana Aído Almagro, ministre espagnole de l’Égalité, et Harriet Harman, ministre britannique chargée des Femmes et de l’Égalité des chances, dans le cadre de la présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne[73].

En 2011, elle est invitée à Washington par Hillary Clinton pour intervenir à un colloque consacré aux femmes dans le service public, le Women in Public Service Project. Elle intervient dans le cadre d'une table ronde intitulée « Women at the top : changing decision making » (« Les femmes au sommet : changer de processus de prise de décision »)[74].

En 2016, elle signe la pétition demandant la grâce de Jacqueline Sauvage[75].

Droit à l’euthanasie[modifier | modifier le code]

Nora Berra se dit « complètement opposée » au droit à l’euthanasie, la loi Leonetti existante lui paraissant « très équilibrée mais malheureusement insuffisamment connue »[67].

Elle plébiscite le développement de l’information concernant les soins palliatifs, « convaincue que cette méconnaissance de la réalité des soins palliatifs joue en faveur de l’euthanasie, qui est alors perçue comme la seule solution pour ne pas souffrir et échapper à la toute-puissance du pouvoir médical »[76].

Laïcité[modifier | modifier le code]

Le 22 décembre 2009, elle quitte une réunion du groupe UMP à l’Assemblée nationale après les propos de Pascal Clément sur les minarets : « Le jour où il y aura autant de minarets que de cathédrales en France, ça ne sera plus la France. »[77] Elle juge ces propos « anti-laïcs » et « insupportables »[78].

Le lendemain, elle dénonce sur Europe 1 une « image passéiste de la France », considérant les minarets comme « un fait d’urbanisme géré par les collectivités », « qui n’a jamais généré le moindre problème en France »[79].

Elle est aussi signataire de l’ « Appel de mai » du Mouvement des musulmans laïcs de France, paru dans Marianne du 5 au 11 mai 2003, intitulé « Appel aux citoyens musulmans de France épris de paix, de justice, de liberté et de laïcité ».

Déchéance de nationalité[modifier | modifier le code]

En 2016, elle s’oppose vivement à la réforme constitutionnelle reposant sur l’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux, proposée par le Président de la République, François Hollande, qu’elle juge « inutile » et dangereuse en ce qu’elle pose la question de « l’égalité devant le droit entre Français »[80].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nora Berra: « Ce qui compte, c’est d’œuvrer pour une France qui rayonne » , SalamNews, Propos recueillis par Nadia Moulaï, mercredi 1er septembre 2010.
  2. « Nora Berra », lci.tf1.fr, 17 juin 2009 / 15 novembre 2010.
  3. a et b « Nora Berra - Actualité, vidéos et photos - MYTF1News », sur MYTF1NEWS (consulté le 15 juin 2016)
  4. Ken Fernandez, « Nora Berra :  "Lyon, une ville à l’avant-garde" », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 15 juin 2016)
  5. a et b « Nora Berra, "chargée des Aînés", une battante pour incarner la diversité », sur ladepeche.fr (consulté le 15 juin 2016)
  6. « AllGov France - Officials », sur www.allgov.com (consulté le 15 juin 2016)
  7. « Nora Berra - Keynote, Public, After Dinner, Event & Guest Speaker - London Speaker Bureau », sur www.londonspeakerbureau.com (consulté le 15 juin 2016)
  8. a, b et c « BERRA, Nora », sur sudest.europarl.fr (consulté le 15 juin 2016)
  9. « Mediator: Nora Berra répond au député socialiste qui réclame sa démission », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  10. Propos recueillis par Nadia Moulaï, « Nora Berra: « Ce qui compte, c’est d’œuvrer pour une France qui rayonne » », sur Salamnews (consulté le 15 juin 2016)
  11. a et b « Nora Berra, une gaulliste d'origine algérienne chargée des Aînés », sur Libération.fr (consulté le 15 juin 2016)
  12. « Nora Berra, à peine élue à Strabourg déjà nommée à l'Elysée », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  13. Paul Terra, « Nora Berra candidate pour les régionales », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 15 juin 2016)
  14. « Nora Berra démissionne de son mandat de conseillère régionale en Rhône-Alpes », sur Libération.fr (consulté le 15 juin 2016)
  15. « Sondage de l’UMP sur les candidats lyonnais : la claque ! », sur www.leprogres.fr (consulté le 15 juin 2016)
  16. BFMTV, « Municipales 2014: l'UMP organise des primaires à Lyon », sur BFMTV (consulté le 15 juin 2016)
  17. Hugo Domenach, « Primaire UMP : Lyon qui rit, Paris qui pleure », sur Le Point,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  18. La rédaction, « Nora Berra et Emmanuel Hamelin soutiennent Georges Fenech », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 15 juin 2016)
  19. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 15 juin 2016)
  20. a et b « Nora Berra (conseillère régionale LR) », sur Lyon 1ère (consulté le 15 juin 2016)
  21. « Agevillage: Maltraitance, Maltraitance en maison de retraite : Nora Berra veut fermer 200 établissements », sur www.agevillage.com (consulté le 15 juin 2016)
  22. Senioractu.com, « Suicide de personnes âgées : Nora Berra constitue un comité d’experts pour prévenir les risques », sur Senior Actu (consulté le 15 juin 2016)
  23. « Plan Canicule 2010 et plan Alzheimer : Nora Berra va lancer son tour de France », sur www.capgeris.com (consulté le 15 juin 2016)
  24. « De nouvelles mesures pour favoriser les soins palliatifs », sur EM Consulte
  25. « Roselyne Bachelot-Narquin et Nora Berra lancent le label « Bien vieillir (...) - cadredesante.com », sur www.cadredesante.com (consulté le 15 juin 2016)
  26. « Préconisations de la mission Vivre chez Soi : 18 mesures sont présentées par Nora BERRA et le Pr Alain FRANCO — Silver Economie », sur www.silvereco.fr (consulté le 15 juin 2016)
  27. Elodie JUNG, « AIDANTS, partenaire de la Journée nationale des aidants », sur www.aidants.fr (consulté le 15 juin 2016)
  28. Nora Berra, « Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat aux aînés, sur le vieillissement de la population, la place des personnes âgées dans la soiété et la mise en place de structures adaptées à leurs besoins, New York le 8 octobre 2009. », sur discours.vie-publique.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  29. Nora Berra, « Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, sur la révision de la loi bioéthique de 2004 et la législation sur la bioéthique et la recherche biomédicale, Paris le 5 avril 2011. », sur discours.vie-publique.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  30. Nora Berra, « Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, sur la réforme des soins psychiatriques, la prise en charge des troubles mentaux et l'accueil des malades, Paris le 10 mai 2011. », sur discours.vie-publique.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  31. Nora Berra, « Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, sur la politique du médicament et le renforcement de la sécurité sanitaire, Paris le 27 septembre 2011. », sur discours.vie-publique.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  32. « Implants mammaires PIP : Nora Berra confirme que la Sécu prendra en charge », sur leparisien.fr (consulté le 15 juin 2016)
  33. « Prothèses PIP: un coût de 60 millions d'euros pour la Sécu », sur LExpress.fr (consulté le 15 juin 2016)
  34. Nora Berra, « Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, sur la réforme du système de santé et l'accès aux soins dans le cadre de la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST), Paris le 31 mars 2011. », sur discours.vie-publique.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  35. Nora Berra, « Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, sur la nécessité de campagnes de vaccination, la prévention contre les maladies supposées disparues et la prévention contre le risque sanitaire, Paris le 22 avril 2011. », sur discours.vie-publique.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  36. « Discours de Nora Berra lors de la présentation de la campagne de prévention des dangers de la toxicomanie | Portail du Gouvernement », sur archives.gouvernement.fr (consulté le 15 juin 2016)
  37. « FICHE QUESTION », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le 15 juin 2016)
  38. « Société Française de Gériatrie et Gérontologie > Nora Berra : la formation aux soins palliatifs doit être accentuée dans les établissements de petite et moyenne taille et étendue aux services de soins à domicile et d’aide à la personne », sur www.sfgg.fr (consulté le 15 juin 2016)
  39. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Plan Alzheimer, deux ans après - leJDD.fr », sur LeJDD.fr (consulté le 15 juin 2016)
  40. « Les malades demandent un « vrai plan » », sur Le Quotidien du Médecin (consulté le 15 juin 2016)
  41. « 180 millions d'euros pour le 2e plan », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  42. « Un plan de lutte contre les suicides chez les agriculteurs », sur LExpress.fr (consulté le 15 juin 2016)
  43. « Assemblée nationale ~ Première séance du mardi 6 décembre 2011 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 15 juin 2016)
  44. Dominique Catherine, « Libye : la France accueillera des blessés dans ses hôpitaux », sur metronews,‎ (consulté le 16 juin 2016)
  45. « L’ensemble du cycle de vie des produits est renforcé », se félicite Nora Berra, sur Le Quotidien du Médecin,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  46. « Dispositifs médicaux : la commission du Marché intérieur soutient l'ensemble des propositions de la rapporteur Nora Berra et approuve le principe d'un contrôle supranational sur les dispositifs implantables innovants », sur Délégation française du Parti populaire européen,‎
  47. « Amendements », sur Parlement européen, Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs,‎
  48. Nora Berra, « Nora Berra - Explications de votes au Parlement européen (du 24 au 27 février 2014) »,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  49. « Amendements », sur Parlement européen, Commission de l'Environnement, de la Santé publique et de la Sécurité alimentaire,‎
  50. Nora Berra, « Intervention de Nora Berra au Parlement européen sur la réciprocité des marchés publics »,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  51. « Marché transatlantique UE-Etats-Unis : un comité stratégique pas très démocratique, par Thierry Brun », sur Politis.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  52. « Nora BERRA », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 15 juin 2016)
  53. « Nora Berra », sur YouTube (consulté le 15 juin 2016)
  54. Slim Mazni, « Européennes : Nora Berra absente des listes UMP », sur www.lyoncapitale.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  55. « Elections régionales : pour Nora Berra, «Gérard Collomb cède aux caprices de sa femme» », sur www.leprogres.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  56. « Régionales : Laurent Wauquiez présente ses listes dans un contexte plus difficile », sur www.mlyon.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  57. « Nora Berra (Les Républicains) dans la course aux législatives », sur www.leprogres.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  58. « Législatives dans le Rhône : Anne Lorne (LR) éjecte Michel Havard ! », sur Lyonmag.com,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  59. « Nora Berra: "Nicolas Sarkozy, un retour finalement si naturel" », sur LExpress.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  60. Jérémy Jeantet, « Nora Berra rejoint l’équipe de campagne de Sarkozy », sur www.lyoncapitale.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  61. « Nomination des secrétaires nationaux », sur republicains.fr (consulté le 15 juin 2016)
  62. « Les élus du Rhône qui font partie du nouveau bureau politique de l’UMP », sur Lyonmag.com,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  63. « Les Républicains dévoilent leur organigramme complet », sur RTL.fr,‎ (consulté le 15 juin 2016)
  64. « Nora Berra : “Je reviens avec ce besoin de défendre le territoire lyonnais” », sur Lyonmag.com,‎ (consulté le 16 juin 2016)
  65. a et b http://www.itou.fr, « Nora Berra devient Secrétaire d’Etat à la Santé | SNPI », sur www.syndicat-infirmier.com (consulté le 15 juin 2016)
  66. Nora Berra (Ancien ministre, députée européen et vice-présidente des Amis de Nicolas Sarkozy), « L'UMP doit reconquérir ses compatriotes musulmans », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  67. a, b, c, d et e Paul Terra, « La vision sociétale des cinq candidats à la primaire », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 15 juin 2016)
  68. « Nora Berra opposée à la légalisation du cannabis », sur www.europe1.fr (consulté le 16 juin 2016)
  69. « Berra : "Je ne suis pas favorable à une loi sur la burqa" - Vidéos - MYTF1News », sur MYTF1NEWS,‎ (consulté le 20 juin 2016)
  70. « Nora Berra - Burqa : quand les politiques prennent position - Elle », sur www.elle.fr (consulté le 20 juin 2016)
  71. a et b « Collomb est dans la communication, pas dans l’action », Nora Berra (candidate aux Primaires UMP), sur Lyon Bondy Blog,‎ (consulté le 16 juin 2016)
  72. « Nora Berra : « Oui, je ferai don de mes organes » », sur leparisien.fr (consulté le 16 juin 2016)
  73. « Participation de Mme Nora Berra au Sommet européen des femmes au pouvoir (Cadix, 3 février) », sur Ambassade de France en Espagne / Embajada de Francia en España (consulté le 15 juin 2016)
  74. « Quand Hillary Clinton reçoit Nora Berra - Le Lab Europe 1 », sur lelab.europe1.fr (consulté le 15 juin 2016)
  75. « Jacqueline Sauvage : retour sur 3 ans de feuilleton judiciaire, médiatique et politique », sur Madame Figaro (consulté le 15 juin 2016)
  76. Lyon mag, « La mise au point de Nora Berra sur la question de l’euthanasie », sur Lyonmag.com (consulté le 16 juin 2016)
  77. « Minarets: Nora Berra outrée par la sortie d'un député UMP », sur LExpress.fr (consulté le 16 juin 2016)
  78. Fabien Fournier, « Nora Berra attaque une "image passéiste de la France" », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 16 juin 2016)
  79. « Le minaret de Pascal Clément en travers de la gorge de Nora Berra », sur Rue89 (consulté le 16 juin 2016)
  80. « Nora Berra : "La déchéance de nationalité est inutile" selon l’ancienne Ministre de la Santé - RVR Radio », sur www.rvrradio.fr (consulté le 15 juin 2016)
  81. Nora Berra retrouve le Parlement européen (MàJ à 12h20) - lyoncapitale.fr - 03/07/2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]