Stéphane Le Foll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Foll.
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll en septembre 2014.
Stéphane Le Foll en septembre 2014.
Fonctions
Député de la Sarthe
En fonction depuis le
(4 mois et 28 jours)
Élection 17 juin 2012
Réélection 18 juin 2017
Circonscription 4e circonscription
Législature XIVe, XVe (Cinquième République)
Groupe politique Nouvelle Gauche
Prédécesseur Sylvie Tolmont

(1 mois et 1 jour)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 4e circonscription
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Marc Joulaud
Successeur Sylvie Tolmont
Porte-parole du gouvernement

(3 ans, 1 mois et 8 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls I et II
Bernard Cazeneuve
Prédécesseur Najat Vallaud-Belkacem
Successeur Christophe Castaner
Ministre de l'Agriculture, de
l'Agroalimentaire et de la Forêt
[N 1]

(4 ans, 11 mois et 24 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Manuel Valls I et II
Bernard Cazeneuve
Prédécesseur Bruno Le Maire
Successeur Jacques Mézard
Député européen

(7 ans, 9 mois et 25 jours)
Réélection 7 juin 2009
Législature 6e et 7e
Successeur Isabelle Thomas
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Le Mans (Sarthe)
Nationalité française
Parti politique PS
Diplômé de université de Nantes

Conservatoire national des arts et métiers

Profession professeur d'économie

Stéphane Le Foll, né le au Mans (Sarthe), est un homme politique français membre du Parti socialiste. Il est nommé ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt le dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault. Il est élu député de la 4e circonscription de la Sarthe, un siège précédemment occupé par François Fillon, le et réélu le . Le , il conserve le ministère de l'agriculture dans le gouvernement Valls I et devient porte-parole du gouvernement[1], fonctions dans lesquelles il est reconduit le , dans le gouvernement Valls II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Stéphane Le Foll naît le au Mans. Après une carrière à La Poste de Paris, son père, originaire des Monts d'Arrée, est instituteur à Longnes ; sa mère vient des Côtes-d'Armor[2],[3]. Petit-fils d'agriculteur, il est titulaire d'un BTS Tradicopa (transformation, distribution et commercialisation des produits agricoles) obtenu au lycée agricole d'Amiens Le Paraclet[4], d'une maîtrise et d'un DEA d'économie (1988) de l'université de Nantes, ainsi que d'un diplôme professionnel spécialisé au Conservatoire national des arts et métiers (1993)[5],[6]. Il est marié à Marie-Hélène Bourdais, professeure des écoles et artiste-peintre, et a un enfant[7],[8].

Passionné de football, il joue un temps milieu de terrain en division d'honneur[8].

Il est professeur d'économie de 1983 à 1988 au lycée agricole de Rouillon[9] puis au lycée de La Ferté-Bernard, avant d'occuper les fonctions de chargé de cours à l'université de Nantes de 1998 à 1999[5],[10]. Il déclare avoir fait son service militaire en tant que sergent au 1er régiment d'infanterie de marine[11].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Stéphane Le Foll est élu conseiller municipal de Longnes de 1983 à 1995, puis conseiller municipal du Mans[12] et vice-président de la communauté urbaine Le Mans Métropole, à l'eau et à l'assainissement puis aux finances, à partir de 2001.

En , il est brièvement conseiller technique auprès du ministre de l'Agriculture Louis Le Pensec[12],[2],[3].

Permanent au siège du Parti socialiste à partir de 1991, il rencontre en 1994 François Hollande[3], dont il devient un proche ; il est son directeur du cabinet lors des années de ce dernier à la tête du Parti socialiste de à , membre du Conseil national depuis 2001, secrétaire national à la coordination de 2003 à 2005, membre du Bureau national depuis 2007[13].

Candidat aux élections législatives de juin 2002 dans la 4e circonscription de la Sarthe, il est battu au premier tour avec 25,06 % des suffrages contre François Fillon, qui obtient 55,21 %.

Élu député européen dans la circonscription Ouest le , il est membre au Parlement européen de la commission de l'agriculture et du développement rural, ainsi que de la délégation pour les relations avec le Conseil législatif palestinien. Il fait également partie de la délégation du Parlement européen aux négociations de l'Organisation mondiale du commerce à Hong Kong en 2005. Réélu député européen le , il est vice-président du groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen du au . En 2010, il est l'auteur d'un rapport sur l'agriculture et le changement climatique[14].

En 2006, il crée avec Edgard Pisani et d’autres chercheurs le groupe Saint-Germain, un groupe de réflexion sur les politiques alimentaires et agricoles visant à repenser le projet agricole[14].

Candidat à la députation pour les élections législatives de juin 2007, il est battu au 1er tour, obtenant 30,02 % des suffrages contre 53,39 % pour son concurrent UMP, le Premier ministre François Fillon.

Le , il est élu premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de la Sarthe. La même année, il fonde et préside l'association « Répondre à gauche », soutenant François Hollande[7].

Lors de la primaire présidentielle socialiste de 2011, Stéphane Le Foll est le directeur de campagne de François Hollande. Le , il est désigné responsable de l’organisation de la campagne de François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012.

Le , il est nommé ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault I.

Candidat aux législatives de juin 2012 pour la troisième fois consécutive dans la 4e circonscription de la Sarthe, avec pour suppléante Sylvie Tolmont, adjointe au maire de la commune de Fay[15], il l'emporte au second tour le avec 59,45 % des voix face au candidat sortant de l'UMP Marc Joulaud[16].

Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt[modifier | modifier le code]

En , il annonce qu'il souhaite qu'à terme il n'y ait plus de dérogations accordées aux agriculteurs pour l'épandage aérien[17]. Deux ans plus tard toutefois, les épandages sont toujours autorisés dès lors qu'ils présentent un avantage économique pour l'agriculteur et plusieurs associations de défense de l'environnement soupçonnent le ministère de vouloir rendre encore plus facile l'obtention de ces dérogations[18].

En , il signe avec 8 autres ministres de l'agriculture européens une déclaration demandant à la Commission européenne l'autorisation pour les États membres de reprendre les subventions directes à la culture du tabac[19].

Depuis 2012, il porte les réformes de la baisse des cotisations sociales pour les agriculteurs (730 millions d'euros par an), un plan de soutien aux filières d'élevages (comprenant l'effacement des dettes sociales et bancaires) ou encore la création d'années blanches bancaires et sociales. Néanmoins, il doit faire face au mouvement des Bonnets rouges en 2013 et à une crise agricole de grande ampleur en 2016[20].

En , le livre Les Cartels du lait[21] révèle qu'il a envoyé le une lettre à la ministre de la santé Marisol Touraine afin de la pousser à abandonner le système 5 couleurs[22],[23].

En , alors que l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes pour tous les usages et toutes les cultures, y compris les semences enrobées, s'apprête à être votée en deuxième lecture par l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, il adresse une lettre aux députés pour les inciter à ne pas se prononcer en faveur d’une interdiction simple et totale[24].

Depuis , il détient le record de longévité au poste de ministre de l'Agriculture depuis la création de ce ministère en 1836[25].

Porte parole du gouvernement[modifier | modifier le code]

En tant que porte parole du gouvernement depuis le , Stéphane Le Foll, s'est déclaré opposé à plusieurs occasions contre l'organisation des primaires à gauche pour la présidentielle de 2017[26].

En , il initie le mouvement « Hé oh la gauche », un mouvement politique soutenant François Hollande et sa politique. Selon Le Figaro, il s'agirait d'une première étape en vue de présenter la candidature de François Hollande à l'élection présidentielle de 2017[27].

Il est l'une des six personnalités à avoir participé à l'ensemble des gouvernements sous la présidence de François Hollande[28].

Candidat à sa réélection lors des élections législatives de 2017, il l'emporte à l'issue du second tour.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Des Éléphants roses - 10 ans dans les coulisses du P.S., Paris, Éditions Calmann-Lévy, , 300 p. (ISBN 9782702139622)
  • La première graine, Calmann-Lévy, .

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Portefeuille de la Forêt rajouté le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Royal, Montebourg, Hamon... l'équation risquée de Manuel Valls, Le Monde, .
  2. a et b Catherine Magueur, « Stéphane Le Foll. Le hollandais de toujours sort de l'ombre », Le Télégramme.com,‎ (lire en ligne).
  3. a, b et c Valentine Pasquesoone, « Stéphane Le Foll, un fidèle, spécialiste de l'agriculture », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  4. Denis Desbleds, « Stéphane Le Foll: «les Mille vaches, pas mon projet» », Le Courrier picard, (consulté le 3 septembre 2014).
  5. a et b « Stéphane Le Foll, un des Mousquetaires de François Hollande », Le Point.fr,‎ (lire en ligne).
  6. Sophie Louet, « Stéphane Le Foll, un "roc" à l'Agriculture », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne).
  7. a et b « Fiche de Stéphane Le Foll sur WikiPol, établie par Slate.fr ».
  8. a et b Luc Le Vaillant, « Ses missions impossibles », Libération,‎ (lire en ligne).
  9. « Des postes dans l'enseignement agricole », Le Figaro, .
  10. « Biographie de Stéphane le Foll » (consulté le 18 aout 2015).
  11. Sylvain Chazot, « Service militaire : Stéphane Le Foll conseille au "tire-au-flanc" Éric Ciotti d'éviter de "donner des leçons" » sur Le Lab (Europe 1), .
  12. a et b AFP, « Portrait. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture », Ouest-france.fr,‎ (lire en ligne).
  13. « Fiche de Stéphane Le Foll, sur son site ».
  14. a et b « Stéphane Le Foll nommé ministre de l’agriculture et de l’agroalimentaire, , site du groupe PAC 2013 ».
  15. « 4e circonscription. La socialiste Sylvie Tolmont sera la suppléante de Stéphane Le Foll », sur legislatives2012.ouest-france.fr, .
  16. « 4e circonscription (Le Mans-Sablé). Stéphane Le Foll élu », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne).
  17. « En finir avec l'épandage (Le Foll) », Le Figaro, .
  18. Martine Valo, « Pesticides : les épandages aériens vont se poursuivre en France », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  19. (en) « Italy leads late bid to boost EU tobacco subsidies », Reuters,‎ (lire en ligne).
  20. Anne Rovan, « Un salon de l'agriculture sous tensions pour l'exécutif », Le Figaro, samedi / dimanche , pages 2-3.
  21. Elsa Casalegno, Nicolas Cori et Karl Laske, Les Cartels du lait: Comment ils remodèlent l’agriculture et précipitent la crise., Don Quichotte, (ISBN 9782359494563, lire en ligne).
  22. « Étiquetage nutritionnel "5 couleurs" menacé: Rivasi veut faire pression sur Touraine », www.francesoir.fr,‎ (lire en ligne).
  23. « «Les Cartels du lait»: Le Foll, ministre sous influence », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  24. « Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides », sur lemonde.fr, .
  25. Sébastien Tronche, « Stéphane Le Foll bat le record de longévité au ministère de l’Agriculture », sur Le Lab d'Europe 1, .
  26. « Stéphane Le Foll contre l'organisation d'une primaire au Parti socialiste », RTL.fr,‎ (lire en ligne).
  27. « Hé oh la gauche ! », l'opération survie des hollandais », sur Le Figaro, (consulté le 25 avril 2016).
  28. Cédric Pietralunga, « François Hollande procède à un remaniement a minima », sur lemonde.fr, (consulté le 6 décembre 2016).
  29. in biographie complète, Who's who in France, éditions Lafitte-Hébrard, 2017

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]