Élections européennes de 2014 en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections européennes de 2014 en Italie
73 députés européens pour l'Italie
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Population 60 626 442
Inscrits 50 662 460
Votants 28 991 258
57,22 %
Votes exprimés 27 448 906
Votes blancs 1 542 352
Matteo Renzi cropped.png Parti démocrate – Matteo Renzi
Voix 11 203 231
40,81 %
 +14,7
Sièges obtenus 31  +10
Beppe Grillo - Trento 2012 01.JPG Mouvement 5 étoiles – Beppe Grillo
Voix 5 807 362
21,15 %
Sièges obtenus 17  +17
Berlusconi-2010-1.jpg Forza Italia – Silvio Berlusconi
Voix 4 614 364
16,81 %
 −18,5
Sièges obtenus 13  −16
Matteo Salvini cropped.jpg Ligue du Nord – Matteo Salvini
Voix 1 688 197
6,15 %
 −4,1
Sièges obtenus 5  −4
Angelino Alfano EPP cropped.png NCDUDC – Angelino Alfano
Voix 1 202 350
4,38 %
 −2,1
Sièges obtenus 3  −2
Altra Europa.png L'autre Europe avec Tsipras
Voix 1 108 457
4,03 %
Sièges obtenus 3  +3

Les élections européennes de 2014 ont eu lieu le dimanche en Italie. Pour la première fois, les élections ne sont pas étalées sur deux jours comme il est de tradition, et ce, depuis celles de juin 1979. Cependant le scrutin est ouvert de 7 h à 23 h, une durée inhabituelle. Ce sont aussi les premières élections depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne qui renforce les pouvoirs du Parlement européen et modifie la répartition des sièges entre les différents États-membres. Ainsi, les Italiens n'élisent plus 72 députés européens, comme en 2009, mais bien 73[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis les dernières élections européennes en 2009, de nombreux changements ont eu lieu dans le paysage politique italien, qui s'organise désormais autour de plusieurs pôles différents, en fonction de la position des partis vis-à-vis du gouvernement Letta, à la suite des élections générales de 2013, puis du gouvernement Renzi à partir de 2014 :

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les députés européens sont élus au suffrage proportionnel de liste et les sièges sont répartis entre les listes ayant dépassé 4 selon la méthode des plus forts restes (quotient de Hare) au niveau national. 73 sièges sont accordés à l'Italie à la suite de l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, répartis selon le dernier recensement de 2011, comme suit : 20 pour le nord-ouest, 14 pour le nord-est, 14 pour l'Italie centrale, 17 pour le midi et 8 pour les îles[2], bien que cette répartition soit uniquement formelle : l'attribution des sièges aux circonscriptions se fait en fonction de la participation effective des électeurs sur une base nationale et non en fonction de sièges théoriquement attribués à chaque circonscription. En plus du choix du symbole qui s'effectue en cochant celui-ci sur le bulletin de vote, chaque électeur peut exprimer jusqu'à un maximum de trois votes de préférence en indiquant le nom du candidat, dont au moins une candidate.

Campagne[modifier | modifier le code]

Le 7 avril 2014, 64 symboles électoraux sont déposés auprès du ministère de l'Intérieur. Cependant seuls les partis représentés au Parlement de la République italienne ou au Parlement européen (comme les Verts) sont dispensés de présenter des parrainages et pourront donc se présenter à l'élection. 52 symboles sont retenus, 8 rejetés, mais seulement 11 listes (et 12 listes dans l'Italie du Nord-Est) sont effectivement présentées dans chaque circonscription.

Candidats[modifier | modifier le code]

Parti et coalition Parti européen Idéologie Sièges
2009 mai 2014
Parti démocrate[3] (PD) PSE Social-démocratie 21 23
Mouvement 5 étoiles (M5S) - Populisme - -
Forza Italia[4] (FI) PPE Libéral-conservatisme 29 15+2[5]
Nouveau Centre-droit + Union de centre[6] (NCD+UdC) PPE Démocratie chrétienne 5+1[7] 5+7+1[8]
Ligue du Nord + Die Freiheitlichen[9] (LN) MELD Régionalisme, Nationalisme 9 6+1[10]
Frères d'Italie - Alliance nationale (FdI-AN) - Conservatisme - 2+1[11]
Choix européen (SE) ALDE Libéralisme - 1[12]
L'autre Europe avec Tsipras (AET) PGE1 Socialisme - -
Green Italia + Verts européens[13] (GI+VE) PVE Écologie politique - -
Italie des valeurs (IdV) ALDE Démocratie libérale 7 3+1[14]
Io cambio + MAIE (IC+MAIE) - - - 1[15]
Parti populaire du Tyrol du Sud[16] (SVP) PPE2 Régionalisme 1 1

(1) Pour le PRC uniquement. (2) Observateur.

Têtes de listes[modifier | modifier le code]

Partis Nord-Ouest Nord-Est Centre Midi Îles
PD[17] Alessia Mosca Alessandra Moretti Simona Bonafé Pina Picierno Caterina Chinnici
FI Giovanni Toti Elisabetta Gardini Antonio Tajani Raffaele Fitto Gianfranco Micciché
M5S[18] Gabriele Antonica Marco Affronte Laura Agea Isabella Adinolfi Ignazio Corrao
AET[19] Curzio Maltese Paola Morandin Barbara Spinelli Ermanno Rea Barbara Spinelli
LN Matteo Salvini
Claudio Borghi
Matteo Salvini
Flavio Tosi
Matteo Salvini
Manuel Vescovi
Matteo Salvini
Angelo Attaguile
Matteo Salvini
Francesca Donato
FdI Giorgia Meloni
Guido Crosetto
Giorgia Meloni
Magdi Allam
Giorgia Meloni
Marco Scurria
Giorgia Meloni
Gianni Alemanno
Giorgia Meloni
Sasso Deidda
NCD et UdC Maurizio Lupi Toni Cancian Beatrice Lorenzin Lorenzo Cesa Giovanni La Via
SE Gianluca Susta Michele Boldrin Stefania Giannini Bruno Tabacci Anna Maria Busia
IdV Ignazio Messina
Giommaria Uggias
Ignazio Messina
Antonino Pipitone
Ignazio Messina
Paolo Brutti
Ignazio Messina
Aniello Di Nardo
Ignazio Messina
Giommaria Uggias
GI-VE Oliviero Alotto Syusy Blady Annalisa Corrado Vincenzo Fornaro Fabio Granata
SVP / Herbert Dorfmann / / /
Io cambio-MAIE Agostino D'Antuoni Maria Cristina Sandrin Claudio Morganti Davide Vannoni Davide Vannoni

Les listes du Parti communiste et du Mouvement bunga bunga+USEI ont été exclues de la compétition et elles ne figurent pas sur les bulletins de vote. Dans le premier cas, la Cour de cassation a refusé au PC le traitement accordé aux Verts (pas de signatures). Dans le second cas l'USEI a contesté l'utilisation de son symbole par le fantaisiste Mouvement bunga bunga.

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondage SWG
(moyenne du 8 mai)
8 mai 2014
 %
40
30
20
10
0
34,8 %
(+8,22 %)
24,0 %
(inc.)
19,1 %
(-16,16 %)
5,2 %
(-5,01 %)
5,6 %
(-0,9 %)
3,7 %
(-2,82 %)
3,6 %
(inc.)
2,8 %
(inc.)
2009

Sondage

Remarques :
c En 2009, PdL
e Avec l'UDC, 2009 score de l'UDC
f En 2009, PRC-PdCI + SEL
Institut Date PD M5S FI NCD LN AET UdC FdI SE Autres
SWG 08.05.2014 34,8 24,0 19,1 5,6 5,2 3,7 ac NCD 3,6 2,8 2,7
La Repubblica 23.04.2014 32,9 24,3 19,0 5,6 5,0 3,9 ac NCD 3,6 2,5 3,2
SWG 29.03.2014 35,0 21,1 18,8 3,8 5,0 4,0 1,3 3,1 2,1 5,8
EMG 24.03.2014 32,4 21,3 22,4 3,6 4,2 2,9 2,4 2,9 1,9 4,0
IXE' 14.03.2014 29,4 22,6 23,4 3,3 4,5 6,5 1,6 3,3 0,9 4,5
IPR 10.03.2014 27,5 24,0 24,0 5,5 4,3 4,0 ac NCD 3,0 2,5 5,2
SWG 07.03.2014 30,3 22,0 21,6 3,3 4,9 - 1,1 2,7 - 14,1
Ixè 07.03.2014 29,1 21,8 24,0 3,2 4,7 6,3 1,9 3,5 - 5,5
TECNÈ 06.03.2014 28,2 22,4 24,0 3,3 4,5 - 1,9 3,1 - 12,6
Scenari Politici 28.02.2014 27,5 25,4 20,0 4,2 6,3 5,4 2,2 3,1 - 5,9
Ixè 28.02.2014 28,5 22,7 23,2 3,0 4,6 6,9 1,8 3,6 - 5,7
Ixè 21.02.2014 29,6 27,6 22,4 3,1 4,8 7,2 1,6 3,4 - 2,8
Tecnè 13.02.2014 29,6 25,4 23,5 3,7 3,9 2,4 2,3 3,0 - 3,2
IPR Marketing 07.02.2014 27.6 25.4 24.3 5.6 5.0 2.0 2.0 1.5 - 6.9

Résultats[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Parti arrivé en tête dans chaque province.

Sur 49 256 169 électeurs recensés par le ministère italien de l'intérieur, il y a eu 28 908 004 votants (58,68 %), avec les résultats définitifs suivants :

Flag of Europe Élections au Parlement Européen de 2014
Parti Voix Sièges Groupe au PE
Nombre  % +/- Nombre +/-
Parti démocrate 11 172 861 40,81 % +14,69 31 +10 S&D
Südtiroler Volkspartei 137 448 0,50 % +0,04 1[20] = PPE
Mouvement 5 étoiles 5 792 865 21,16 % N/A 17 N/A ELDD
Forza Italia 4 605 331 16,82 % -18,44 [21] 13 -16 PPE
Ligue du Nord-DF 1 688 197 6,15 % -4,06 5 -4 NI
Nouveau Centre-droit-Union de centre 1 199 703 4,38 % -2,13[22] 3 -2 PPE
L'autre Europe avec Tsipras 1 103 203 4,03 % -2,49[23] 3 +3 GUE/GVN
Frères d'Italie - Alliance nationale 1 004 037 3,66 % N/A 0 N/A N/A
Green Italia-Verts européens 245 443 0,89 % N/A 0 N/A Verts/ALE
Choix européen 196 157 0,71 % N/A 0 N/A ADLE
Italie des valeurs 179 693 0,65 % -7,35 0 -7 ADLE
Io cambio-MAIE 48 450 0,17 % N/A 0 N/A N/A

Total : 27 371 747 voix exprimées

  • Votes blancs : 5 778 561, 99 %
  • Votes nuls : 954 718 voix, 3,30 %
  • Voix contestées et non-attribuées 3 683 voix, 0,01 %

Analyse[modifier | modifier le code]

Alors qu'il dirige le gouvernement Renzi depuis février 2014, le Parti démocrate, adhérent du Parti socialiste européen depuis le 1er mars 2014, a remporté un succès inattendu à ce niveau (les sondages pendant la campagne et même ceux à la sortie des urnes donnaient un score proche d'un tiers des voix). Les résultats définitifs donnent un niveau jamais atteint ou même approché par un parti de gauche lors d'une élection nationale, y compris le Parti communiste italien d'Enrico Berlinguer, dont Renzi a défendu la mémoire. Le PD a gagné 10 députés par rapport à juin 2009 (juste avant que l'Italie ne prenne la présidence tournante de l'Union, le 1er juillet 2014), faisant de lui l'un des partis les mieux représentés à Strasbourg (seul l'ensemble CDU+CSU faisant mieux) et des démocrates italiens « les plus nombreux au sein du Parti socialiste européen »[24]. De plus, le PD est arrivé premier dans l'ensemble des régions d'Italie[24]. Alors que le Mouvement 5 étoiles voulait faire jeu égal avec le PD, comme lors des législatives de 2013, il s'est retrouvé nettement en dessous des 25 % qu'il espérait. Avec 21,2 % et 20 points derrière le PD, le mouvement a connu une quasi-défaite, alors qu'il se pensait en mesure de remporter les élections. Forza Italia a connu la défaite la plus sévère de son histoire, n'atteignant même pas les 17 %, alors que le parti espérait obtenir entre 17 et 20 % des suffrages exprimés. Les autres partis ayant dépassé le seuil requis de 4 % pour obtenir des députés ont tous obtenus moins de 7 % des suffrages. La Ligue du Nord qui avait fait campagne contre l'euro et avait affiché sa proximité avec le Front national, a perdu 4 de ses 9 sièges. Le Nouveau Centre-droit pourtant allié à l'Union de centre a obtenu deux sièges de moins que l'UdC seule en 2009. L'autre Europe avec Tsipras, seule coalition ayant recueilli les signatures nécessaires pour se présenter en tant que nouveau parti, a permis à la gauche radicale de revenir au Parlement européen, en franchissant de justesse le seuil requis, bien qu'ayant obtenu moins de suffrages qu'en 2009, alors que ses actuelles composantes étaient dispersées. Enfin, le Südtiroler Volkspartei a confirmé, grâce à une alliance avec le Parti démocrate, son député germanophone.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cependant, depuis décembre 2011, il y avait déjà 73 représentants de l'Italie au Parlement européen.
  2. (it) Ripartiti i 73 seggi assegnati all'Italia per le elezioni europee 2014, Ministère de l'intérieur italien, 6 mars 2014.
  3. La liste inclut le Parti socialiste italien (Europee: Nencini(Psi), bene collaborazione con Pd. Candidature condivise) et Luca Barbieri d'Autonomie Liberté Participation Écologie, soutenu également par l'Union valdôtaine progressiste et candidat du PD dans le Nord-Ouest.
  4. La liste inclut Les Populaires d'Italie demain (Innocenzo Leontini), l'UDEUR (Clemente Mastella) et les Modérés en révolution (Gianpiero Samorì et Walter Ferrazza)
  5. Une députée de Forza Italia s'est inscrite dans le groupe parlementaire CRE, Clemente Mastella élu du Peuple de la liberté se présente comme élu UDEUR sur sa fiche du Parlement européen.
  6. La liste inclut les Populaires pour l'Italie
  7. L'entrée en vigueur du traité de Lisbonne a provoqué l'élection d'un député supplémentaire pour l'Union de Centre, Gino Trematerra.
  8. Le groupe PPE comprend 5 élus UdC, 7 élus NCD et 1 élu PpI.
  9. Lega Nord, Matteo Salvini: "Il nuovo simbolo con 'Basta euro'", Huffington Post, 31 mars 2014 (it)
  10. Un député, Mario Borghezio, élu avec la Ligue du Nord, siège parmi les non-inscrits depuis qu'il a été expulsé du groupe, bien que se revendiquant dudit parti.
  11. 2 élus se revendiquent de FdI-AN, siègent au sein du PPE mais ont annoncé vouloir quitter ce groupe. 1 élu fait partie de Futur et liberté pour l'Italie, ancien d'Alliance nationale, et siège également au sein du PPE.
  12. Cristiana Muscardini du Mouvement des conservateurs et des réformistes sociaux, élue initialement sur la liste du Peuple de la liberté
  13. Europee, la lista Green Italia-Verdi Europei,Europa, 2 avril 2014 (it)
  14. Niccolò Rinaldi, indépendant élu avec l'Italie des valeurs, siège dans le même groupe parlementaire.
  15. Élu initialement sur la liste de la Ligue du Nord.
  16. La SVP ne se présente que dans la circonscription Italie du Nord-Est, en coalition avec le Parti démocrate (PSE), bien qu'elle siège avec le PPE. Elle obtiendra un député, Herbert Dorfmann, si ce dernier obtient au moins 50 000 voix. Sur la liste SVP figure également Lorena Torresani du Parti autonomiste trentin et tyrolien ainsi que Tanja Perić du Slovenska Skupnost.
  17. Europee, la svolta del Pd: "Cinque donne come capolista". Presentate le liste in direzione, La Repubblica, 10 avril 2014 (it)
  18. Les candidats sont présentés selon l'ordre alphabétique et présentent la particularité de ne pas être des politiques professionnels.
  19. Ecco le candidature per L'altra Europa, sur le site de L'autre Europe avec Tsipras (it)
  20. siège élu en coalition avec le PD
  21. Le Peuple de la liberté en 2009.
  22. En 2009 Union de centre seule.
  23. Comparaison avec les résultats de PRC-PdCI et de Gauche et Liberté additionnés.
  24. a et b Le Monde du mercredi 28 mai 2014, de sa victoire, Matteo Renzi prend la tête de la gauche européenne, correspondant à Rome, p. 7.

Article connexe[modifier | modifier le code]