Yannick Jadot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yannick Jadot
Illustration.
Yannick Jadot en 2021.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(12 ans, 3 mois et 3 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
26 mai 2019
Circonscription Ouest (2009-2019)
France (depuis 2019)
Législature 7e, 8e et 9e
Groupe politique Verts/ALE
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Clacy-et-Thierret
Nationalité française
Parti politique Les Verts (1999-2010)
EELV (depuis 2010)
Fratrie Thierry Jadot
Conjoint Isabelle Saporta
Diplômé de Université Paris-Dauphine

Yannick Jadot Écouter, né le à Clacy-et-Thierret (Aisne), est un militant écologiste et homme politique français.

Il est membre des Verts à partir de 1999 et directeur des campagnes de Greenpeace France de 2002 à 2008. Tête de liste d'Europe Écologie dans la circonscription Ouest lors des élections européennes de 2009, il est élu député européen, mandat qu'il occupe depuis.

Au terme de la primaire de son parti, il est désigné candidat d'Europe Écologie Les Verts (EELV) à l'élection présidentielle de 2017 avant de se retirer en faveur de Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste. La liste EELV qu'il dirige lors des élections européennes de 2019 arrive en troisième position avec 13,5 % des suffrages exprimés.

À l’issue d’une primaire, il est désigné candidat du Pôle écologiste en vue de l’élection présidentielle de 2022.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot, fils d'un couple d'enseignants et cadet d'une fratrie de quatre garçons, grandit à Laon, en Picardie[1]. Son frère, Thierry Jadot, sera président de Dentsu Aegis Network France, l'une des principales agences de communication françaises[2]. Il est le père de deux garçons[3],[4].

En sa relation avec la journaliste Isabelle Saporta, débutée deux ans auparavant, est rendue publique[5].

Formation et débuts dans le monde associatif[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son baccalauréat au lycée Paul Claudel de Laon, il fait des études d’économie à l'université Paris-Dauphine[4]. Dans la foulée du mouvement estudiantin de 1986 contre le projet de loi Devaquet de réforme des universités, il participe à la fondation de l'association La Déferlante.

Après une maîtrise (aujourd'hui master 1) de commerce international, spécialisée en économie du développement, obtenue en 1990 à Paris-Dauphine[6], il travaille plusieurs années au Burkina Faso et au Bangladesh, dans une ONG de solidarité internationale[7], avec l'association Solagral[8],[4].

En 1995, il intègre Solagral, une ONG spécialisée dans le suivi des négociations internationales (commerce, environnement, agriculture…) et l’appui aux pays en développement. Avec Solagral[8], il milite contre la violence de la mondialisation néo-libérale, à Seattle et ailleurs pour les contre-sommets de l’Organisation mondiale du commerce mais également à Porto Alegre, lors du forum social, où le mouvement altermondialiste se structure.

Passage à Greenpeace[modifier | modifier le code]

Il est directeur des campagnes de Greenpeace France de 2002 à [9] : il est amené à y travailler avec Michèle Rivasi, qui en est directrice quelques mois entre 2003 et 2004, dans une atmosphère tendue[10], jusqu'au départ de celle-ci[11],[12],[13]. Au cours de son action au sein de Greenpeace France, il est notamment condamné pour atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation[14] pour avoir pénétré dans la base opérationnelle de l'Île longue (rade de Brest), port des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la Marine nationale, dans le cadre de l'opération Plutonium menée par l'ONG contre le nucléaire[15],[16].

Il est un des fondateurs et le porte-parole de L'Alliance pour la planète, un important rassemblement d'organisations écologistes (dissous depuis) au nom duquel il a participé au Grenelle de l'environnement, dont il est l'un des principaux négociateurs[17],[18],[19].

Procès EDF[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot en 2011.

En , Mediapart révèle que l’ancien commandant de police Pierre François, adjoint au responsable de la sécurité auprès d'Électricité de France (EDF), a été mis en examen dans un dossier d’espionnage informatique visant Yannick Jadot, alors directeur des campagnes de Greenpeace[20],[21],[22],[23].

Le procès s'ouvre le . EDF comparaît en tant que personne morale pour complicité et recel d’intrusion frauduleuse informatique au préjudice de Yannick Jadot. Le [24], la justice condamne EDF à une amende de 1,5 million d'euros, pour des faits d'espionnage informatique aux dépens de Greenpeace. Pierre François quant à lui est condamné à 3 ans de prison, dont 30 mois avec sursis, et Pascal Durieux, responsable de la sécurité d'EDF, est condamné à 3 ans de prison, dont 2 ans avec sursis. EDF fait appel : le , EDF et Pascal Durieux sont relaxés[25]. Pierre François est condamné à 6 mois de prison ferme et 10 000  de dommages-intérêts à verser à Yannick Jadot[26],[27].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot indique avoir, dans sa jeunesse, distribué des tracts pour le Parti socialiste avec son père militant au Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (CERES)[28].

Il adhère aux Verts en 1999, dans le sillage de la campagne de Daniel Cohn-Bendit aux élections européennes. En 2002, il fait le lien avec les organisations altermondialistes pour la campagne de Noël Mamère, candidat à l'élection présidentielle.

En 2005, il prend position pour le « oui » au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe[29].

Départ de Greenpeace pour EELV[modifier | modifier le code]

Le , il annonce qu'il quitte Greenpeace pour rejoindre Europe Écologie, le rassemblement des écologistes pour les élections européennes de 2009 mené par Daniel Cohn-Bendit avec le soutien des Verts français et européens, ainsi que Régions et peuples solidaires[30]. Il dirige alors la communication de la campagne d'Europe Écologie[31].

Pour lui, après le Grenelle de l’environnement, « les ONG remplissent leur rôle de contre-pouvoir, les citoyens restent mobilisés, mais côté politique ça ne suit pas » et « face à la crise écologique, l’offre politique est insatisfaisante voire indigente. À nous d’incarner cet espace qui représente largement plus de 10 % dans l’opinion[32]. »

Tête de liste d'Europe Écologie dans la circonscription Ouest (Bretagne, Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire), il obtient 16 % des voix[33] et est élu député européen avec 13 autres candidats.

Au sein d'Europe Écologie Les Verts, qui succède aux Verts en 2010, il est membre du bureau exécutif transitoire, jusqu'au . Porte-parole d'Eva Joly pendant la primaire écologiste qui l'oppose à Nicolas Hulot, puis pendant la campagne pour l'élection présidentielle, il démissionne le [34], jugeant Eva Joly trop critique à l'égard du Parti socialiste et évoquant la prise de distance de la candidate avec l'accord entre EELV et le Parti socialiste, qui venait d'être signé[35],[36],[37]. Alors qu'il a l'ambition d'être nommé au gouvernement après l'élection de François Hollande, Cécile Duflot, nommée, s'y oppose en représailles de son départ de la campagne d'Eva Joly, au profit de Pascal Canfin[38].

Actions au Parlement européen[modifier | modifier le code]

Au sein du Parlement européen, il est vice-président de la commission du commerce international, coordinateur pour le groupe des Verts, et également membre de la commission parlementaire chargée des questions énergétiques, industrielles et de recherche. Ses principaux rapports au Parlement européen portent sur les accords de partenariat volontaire sur l'exportation de bois légal en Europe par le Congo et le Cameroun[39],[40], la transparence des agences de crédit à l'exportation et un rapport sur la cohérence des politiques commerciales internationales dans le cadre des impératifs dictés par les changements climatiques[réf. nécessaire]. Soulignant le nombre de ses « rapports fictifs » (qui rendent compte de la position d'un groupe sur un sujet donné) au terme de ses deux premiers mandats, Aline Robert, éditrice en chef d’EURACTIV, juge qu'il « fait le boulot, de façon assez sérieuse. Il n’est pas forcément très influent au sein du Parlement européen, mais il est très actif au sein de son groupe »[41].

Il participe à la conférence de Copenhague de 2009 sur les changements climatiques, et est membre officiel de la délégation du Parlement européen pour la conférence de Cancún de 2010 sur les changements climatiques.

De nouveau tête de liste d'EELV dans la circonscription Ouest lors des élections européennes de 2014[42], il est réélu avec 10,36 % des suffrages exprimés, un score bien en deçà de celui de 2009.

Le , au Parlement européen, Yannick Jadot interpelle le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sur le traité de libre-échange Europe-Canada (CETA). La vidéo de son discours, postée sur son compte Facebook, est vue près de 1,5 million de fois[43],[44],[45].

Projet de candidature à l’élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Primaire d'Europe Écologie Les Verts[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot en 2016.

En , en vue de l'élection présidentielle de 2017, afin d'éviter l'élimination de la gauche et des écologistes du second tour de la présidentielle et convaincu que la ligne politique incarnée par François Hollande et Manuel Valls peut être battue, il en appelle à l'organisation d'une primaire de la gauche et des écologistes et indique qu'il soutiendrait Nicolas Hulot s'il était candidat[46].

Il est à l'origine de l'appel qui lance le projet de primaires à gauche pour la présidentielle de 2017[47]. Constatant l'aggravation des fractures à gauche (déchéance de nationalité, loi Travail adoptée sans vote au Parlement…), l'initiative d'une primaire rassemblant toute la gauche est finalement abandonnée.

Yannick Jadot annonce le qu'il est candidat à la primaire écologiste en vue de l'élection présidentielle de 2017[48]. Mediapart indique que « s’il a engrangé des ralliements dans toutes les sensibilités du parti EELV, il est le seul à bénéficier du soutien de l’aile « droite » du parti, la motion Europa portée par le sénateur Ronan Dantec[49] ». Pour ce dernier, « Jadot est identifié sur deux sujets : Tafta et le climat. Ça lui permet de faire une synthèse pourtant difficile entre différents courants : les réalos et les plus radicaux »[50].

En , il reçoit le soutien de l'acteur Philippe Torreton, qui tourne un clip en sa faveur. Le , en remportant 35,61 % des suffrages, il se qualifie pour le second tour des primaires, devant Michèle Rivasi[51].

Le , il remporte le second tour des primaires face à Michèle Rivasi (54,25 % contre 45,75 %), et devient le candidat d'Europe Écologie Les Verts (EELV) pour l'élection présidentielle de 2017[52].

Retrait en faveur de Benoît Hamon[modifier | modifier le code]

Après la victoire inattendue de Benoît Hamon à la Primaire citoyenne, organisée par le Parti socialiste et ses alliés, sur une ligne marquée par l'écologie, un processus de rapprochement entre leurs deux candidatures est initié[53].

Le parti organise alors une consultation auprès de ses adhérents et des citoyens ayant participé à la primaire de l'écologie, les invitant à voter sur internet du 14 au , afin de se prononcer sur une démarche de dialogue avec les candidats Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)[54]. Les votants sont 89,70 % à se prononcer en faveur de ces discussions. Les organisateurs précisent alors qu'« en cas d'accord, les votantes et les votants de la Primaire seraient à nouveau consulté-e-s »[55].

Le , avant toute nouvelle consultation des votants, Yannick Jadot annonce au Journal de 20 heures de France 2 qu'il rallie Benoît Hamon en retirant sa candidature à l'élection présidentielle[56]. En échange de son retrait, il a obtenu plusieurs engagements de la part du candidat du PS : l'absence de candidats socialistes dans les circonscriptions des députés EELV sortants aux prochaines législatives, la fin du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la sortie du nucléaire en vingt-cinq ans et l'instauration de la proportionnelle aux élections législatives[57]. L'accord de désistement prévoit également la prise en charge des dépenses de campagne de Yannick Jadot par le PS, mais cet accord ne sera pas honoré[58]. Pour Sandrine Rousseau, secrétaire générale adjointe du parti, Jadot « prend le collectif à revers » en annonçant son retrait avant le vote des militants[55]. De nombreux militants et cadres du parti parlent de « trahison », de « déni de démocratie », et rappellent que la promesse d'amorce de sortie du nucléaire, déjà présente dans l'accord PS-EELV pour les élections législatives de 2012, n'a pas été honorée[57]. Pour le journaliste Bruno Roger-Petit, il « n’était pas en mesure de rassembler les 500 parrainages nécessaires afin de concourir à l’élection présidentielle »[59].

Une consultation des votants de la primaire est organisée du au [55]. Parmi les membres du bureau exécutif du parti, Julien Bayou se prononce pour, tandis qu'Élise Lowy et Thierry Pradier se prononcent contre[60]. L'accord de soutien à la candidature de Benoît Hamon est validé à 79,53 % par les électeurs écologistes[61].

Tête de liste EELV aux élections européennes de 2019[modifier | modifier le code]

Ayant perdu la plupart de ses élus par rapport au quinquennat précédent, ne comptant plus de député, EELV connaît des difficultés au début de la présidence d'Emmanuel Macron, le parti étant divisé entre ceux qui prônent l'autonomie aux élections et ceux qui défendent des alliances avec d'autres partis de gauche[62]. Yannick Jadot avait lui-même manifesté son intérêt pour le Mouvement du 1er Juillet, lancé par Benoît Hamon, avant de s'en éloigner après quelques semaines, estimant avoir été un « faire-valoir » pour Benoît Hamon[63].

Fort de sondages le plaçant nettement au-dessus des 5 %, EELV annonce une liste autonome aux européennes 2019[64]. Yannick Jadot en est la tête de liste et exprime son objectif de 15 %[65],[66],[67]. Yannick Jadot rejette la proposition de Ségolène Royal, à qui il s'oppose sur la question de l'arrêt de la réforme sur le prix du carburant, de se joindre à la liste[68],[69],[70]. Il présente sa liste comme n’étant « ni de droite, ni de gauche », affirmant : « L'écologie, c'est pas la gauche. L'écologie veut occuper une place centrale dans le débat politique. L'écologie, c'est bien plus que la gauche »[69]. Ce positionnement suscite notamment les critiques de Benoît Hamon[a] et Yves Contassot, ex-EELV qui dénonce un « retour au ni-ni des années Waechter et de l’alignement sur les Grünen prêts à s’allier avec la droite libérale allemande »[b],[69]. Alors qu'il déclare dans un premier temps ne pas exclure d'alliance du groupe écologiste au Parlement européen avec la droite, les libéraux et les socialistes, il revient sur ses propos, estimant qu'aucune coalition avec le groupe du Parti populaire européen n'est possible, ce qui est confirmé par David Cormand, secrétaire national d'EELV[71].

Le , les médias qualifient de « surprise » le score de 13,47 % obtenu par la liste EELV menée par Yannick Jadot[72],[73],[74], ce qui en fait la troisième force politique française dans ce scrutin[74]. Il déclare au soir des élections : « C'est une vague verte européenne dont nous sommes les acteurs ce soir. Les Françaises et les Français ont envoyé un signal très clair : ils veulent que l'écologie aussi soit au cœur du jeu politique et ce message a été lancé dans toute l'Europe »[74]. Il fustige la proposition des États sur les postes à responsabilité au sein de l'Union européenne, déclarant que le Conseil européen « a clairement exprimé que c’est une coalition à trois », sans les Verts[75].

D’ à , il est la personnalité politique la plus présente dans les matinales avec 54 passages[76].

Après les élections européennes de 2019[modifier | modifier le code]

Après les élections européennes de 2019, il est accusé de chercher à imposer l'hégémonie d'EELV à gauche, excluant de « se mettre autour d’une table entre anciens partis du XXe siècle pour faire des accords, des machins, des trucs » : 160 personnalités écologistes et de gauche, dont des membres d’EELV, publient notamment une tribune mettant en garde contre « le péché d’orgueil et d’isolement »[77],[78]. En vue des élections municipales de 2020, il prône un « pragmatisme » municipal qui irait jusqu’à conclure des alliances avec des maires divers droite à la fibre écologiste, ce qui irrite un certain nombre de cadres de son parti, déjà surpris par ses propos conciliants avec les milieux économiques lors de la campagne des élections européennes. Sans le nommer, David Cormand met publiquement en garde contre les orientations qui lui sont prêtées[79].

En vue du congrès d'EELV de , appelé à renouveler la direction du parti et à redéfinir sa ligne politique, il est hostile à la liste victorieuse, conduite par Sandra Regol et Julien Bayou, membres de la direction sortante et proches de David Cormand, et souhaite une direction élargie[79]. Selon Sud Ouest, il se serait davantage reconnu dans la liste menée par Éva Sas[80]. Il appelle également EELV à se dépasser dans un grand mouvement écologiste ouvert aux non encartés[80].

Primaire présidentielle écologiste de 2021[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot en 2021

Après les élections européennes de 2019, son exposition médiatique s'accroît. Il rend publique sa relation avec la journaliste Isabelle Saporta dans Paris Match, ce qui conduit à lui prêter l'ambition de se présenter à l'élection présidentielle de 2022[81]. Il déclare en qu’il ne souhaite pas participer à la primaire écologiste de 2021 pour désigner le candidat à la présidentielle de 2022[82] avant d'annoncer finalement fin novembre y participer[83]. Il appelle en à accélérer le processus de désignation du candidat écologiste, contre l'avis de la direction d’EELV[84].

Le , il annonce la création d'une plateforme nommée « 2022, l'écologie ! », sur laquelle seront lancées des propositions en vue de l'élection présidentielle de 2022[85]. La plateforme est adossée à une association de financement homonyme[86],[87]. Dans son programme figurent :

  • un investissement de 20 milliards d'euros par an dans un plan de relance économique ;
  • le conditionnement de la totalité des aides publiques aux entreprises au respect des objectifs climatiques, du progrès social et de l'égalité des sexes ;
  • la création pour les précaires d'un revenu citoyen à partir de 18 ans, sous la forme d'une revalorisation immédiate de 100 euros appliquée au barème du RSA ;
  • l'instauration d'un impôt sur le patrimoine ;
  • l'abaissement de la TVA sur les produits et services contribuant à des objectifs sanitaires, culturels et environnementaux, par exemple à 5,5 % pour les produits 100 % recyclés ;
  • l'utilisation des revenus de la taxe carbone pour la rénovation énergétique des logements, « aider à l'achat d'un véhicule moins polluant » ;
  • l’interdiction de la vente des voitures diesel et thermique à partir de 2030, alors que la Commission européenne a fixé cet objectif à l’horizon 2035 ;
  • la généralisation des zones à faibles émissions en 2025 ;
  • l'interdiction de l’importation des produits issus ou contribuant à la destruction des forêts primaires, notamment le soja et l'huile de palme ;
  • l'interdiction des néonicotinoïdes et du glyphosate dès 2022 ;
  • la sortie progressive de l’élevage industriel[88],[89],[90],[91],[92].

Yannick Jadot annonce sa candidature à la primaire présidentielle de l'écologie de 2021, le [93]. Considéré comme le favori, il a comme concurrents Delphine Batho, présidente de Génération écologie, Jean-Marc Governatori (Cap21), Éric Piolle, maire de Grenoble, et Sandrine Rousseau, ancienne porte-parole d'EELV[94]. Il est jugé plus centriste que ses concurrents[89],[95].

Une tribune de soutien à sa candidature est publiée le 18 août 2021 : celle-ci est signée par environ 1 200 personnes, dont la moitié des sénateurs écologistes, un tiers des parlementaires européens EELV et 30 % des conseillers départementaux et régionaux écologistes élus en juin 2021[90]. Contexte indique que « l’organigramme de sa campagne rassemble un noyau dur d’écologistes dont une majeure partie a soutenu la motion – finalement battue – d’Éva Sas au congrès d’EELV en 2019 », et qu'il s'appuie sur le haut fonctionnaire Pascal Brice pour rassembler au-delà de son camp et « s’imposer à la tête d’une éventuelle alliance de toute la gauche »[87]. Sa campagne est dirigée par le député européen Mounir Satouri[90]. L'ancien sénateur Jean Desessard et l'ancienne députée européenne Hélène Flautre figurent également dans son premier cercle[87].

En , il est à l'initiative d'une réunion rassemblant des responsables d'EELV, de La France insoumise, du PS, de Génération.s, du PCF, du Parti radical de gauche, et des Nouveaux Démocrates, en vue de préparer un accord pour un candidat commun à l'élection présidentielle et pour les législatives, ainsi qu'un programme de gouvernement[96]. Avec Olivier Faure, il apparaît alors comme partisan d'une alliance rapide entre EELV et le PS, sans chercher à inclure La France insoumise[96].

En mai 2021, il se distingue par sa participation à la manifestation de policiers à Paris, alors que la direction d'EELV a refusé toute participation. Le secrétaire national Julien Bayou évoque une « erreur » de sa part[97].

Il arrive en tête du premier tour de la primaire avec 27,70 % des voix, devançant de deux points et demi Sandrine Rousseau[98]. Au second tour, il est donné vainqueur avec 51,03 % des voix[99].

Candidat à l'élection présidentielle de 2022[modifier | modifier le code]

Le 28 septembre 2021, Yannick Jadot remporte la primaire présidentielle de l'écologie face à Sandrine Rousseau, avec 51,03 % des voix au second tour. Il devient ainsi le candidat du Pôle écologiste (Europe Écologie Les Verts, Génération.s, Génération écologie, Cap écologie, Mouvement des progressistes) à l'élection présidentielle de 2022[100].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Affaires étrangères, Union européenne et défense[modifier | modifier le code]

Il considère que « l’Europe doit créer une armée européenne commune autonome de l’OTAN, tournée vers des missions de paix, en commençant par la coordination interarmées puis via la construction d’un corps permanent immédiatement opérationnel »[101].

Il plaide en 2019 pour l’adhésion de nouveaux États à l’Union européenne : « Intégrer de nouveaux pays permet d’harmoniser des politiques, notamment climatiques, visant l’intérêt général à une échelle toujours plus grande. Pour certains pays, ce peut être le moyen de renforcer la démocratie et la transparence »[101].

Le journaliste Serge Halimi estime que la tribune publiée par Yannick Jadot dans Le Monde en 2021 le situe dans le courant néoconservateur sur les questions de politique étrangère. Ainsi, le dirigeant écologiste se montre particulièrement critique à l'égard de la Chine et de la Russie, auxquelles il attribue la « montée des tensions internationales », la diffusion des « fausses nouvelles », le soutien à des « mouvements extrémistes » ou encore le rachat de « nos entreprises-clés ». Il appelle par ailleurs l'Union européenne à mettre « immédiatement fin au projet gazier Nord Stream 2 » avec la Russie et à armer l'Ukraine contre « l’agression militaire de son voisin russe ». En revanche, Serge Halimi relève que la tribune est dépourvue de toute critique à l'égard des États-Unis, de l’Arabie saoudite ou d’Israël[102].

Économie[modifier | modifier le code]

Lors de la campagne pour les élections européennes de 2019, il s'attire les critiques d'une partie de la gauche en se disant favorable à « la libre entreprise » et à « l'économie de marché »[103],[104]. Il met également en cause le « soviétisme » et le modèle économique du Venezuela[104]. Le journaliste Arthur Nazaret estime alors que « Yannick Jadot se démarque de la sémantique traditionnelle employée par EELV pour évoquer les sujets économiques »[105]. Dans des entretiens, Yannick Jadot déclare peu après qu'il « [combat] le capitalisme financier » et le « libéralisme prédateur sur l’environnement, les femmes, les hommes, les animaux et sur l’économie même », se dit favorable à « une économie régulée », et convient qu'on peut le qualifier d'« anticapitaliste »[106],[107]. En 2020, il dénonce « un certain capitalisme outrancier et financier », mais défend « le capitalisme européen et le modèle social européen, qui ne sont pas les modèles chinois ou américain »[108]. En 2021, lors de la campagne de la primaire présidentielle de l'écologie, il déclare défendre « une économie régulée écologiquement et socialement » et considère qu'« il faut dépasser le capitalisme bien sûr », un « modèle économique qui aujourd’hui détruit la planète (...), crée des inégalités inacceptables, conduit à un affaissement de la démocratie partout », en ajoutant qu'« il n’y aura pas de transition écologique sans les entreprises, sans les salariés »[109].

Il refuse de se dire pour ou contre la décroissance, indiquant : « Je suis décroissant pour le carbone, les maladies liées à l’environnement, les pesticides, mais je suis croissant pour le bien vivre ensemble »[110]. La Croix estime en 2021 qu'il « défend la vision d’une écologie ni décroissante ni anticapitaliste »[90]. Selon Alain Trannoy, directeur d’études à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales, Yannick Jadot juge « possible d’orienter le système capitaliste vers une autre croissance », ce qui le distingue de l’aile gauche d’EELV située « sur une ligne relativement anticapitaliste, qui pense qu’il sera impossible de tenir nos objectifs climatiques sans une révision profonde du système économique »[110].

En 2020, le journaliste Laurent de Boissieu relève que Yannick Jadot défend des propositions « relativement consensuelles en France, à défaut de l’être au sein de l’Union européenne : instaurer une taxe carbone aux frontières extérieures, adoptions d’un « Buy European Act » (protectionnisme dans les marchés publics) et d’un « Small Business Act » (priorité aux PME dans les marchés publics), « relocaliser une partie des productions » et lancer une véritable politique industrielle européenne afin d’en finir avec l’« aberration » de « vingt-six nationalismes industriels qui se font la compétition »[108]. Le Monde indique que « Yannick Jadot répète souvent qu’il entretient les meilleures relations avec Laurent Berger et qu’il se retrouve dans les propositions du secrétaire général de la CFDT[111]. »

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot est opposé aux projets de liaison ferroviaire transalpine Lyon - Turin et de contournement ouest de Strasbourg[112]. En 2021, il indique qu'il ne souhaite pas arrêter le déploiement de la 5G, estimant qu'« elle peut être utile » : « ça dépend comment on l'utilise, comment on intègre ses impacts qui peuvent être négatifs en matière de dérèglement climatique »[91].

Islam[modifier | modifier le code]

En , il déclare : « Ceux qui hurlent contre le burkini sont aussi ceux qui privatisent une plage publique pour [une] famille saoudienne »[113]. En , il s'inquiète que « des groupes tentent de remettre en question la sécularisation, de sortir des lois de la République au nom d’une idéologie ou de principes religieux », et déclare que le burkini « n’a rien à faire dans une piscine », suscitant l'hostilité au sein de la base militante d’EELV et la condamnation de Julien Bayou, secrétaire national du parti[113]. Le lendemain de ces propos, il indique « en [avoir] assez que l’opinion publique essaie d’imposer aux femmes la façon de s’habiller » et avoir « envie que chacun puisse vivre sa religion tranquillement »[113].

En , il signe l'appel à participer à la marche contre l'islamophobie mais est absent de la manifestation à laquelle participe la direction d’EELV[113].

Nucléaire[modifier | modifier le code]

Yannick Jadot est opposé à l'utilisation de l'énergie nucléaire pour la production électrique du fait, selon lui, du risque que les réacteurs font encourir, de la production de déchets radioactifs et du risque de prolifération qu'elle représente[114]. Selon lui, développer le nucléaire « ne sauvera pas le climat »[114]. Il a notamment critiqué Nicolas Hulot sur le report de l'objectif de baisse à 50 % de la part du nucléaire dans le mix électrique entre 2025 et 2035[115]. Il faut selon lui « mettre le paquet sur les énergies renouvelables », qu'il tient pour deux fois moins chères que le nucléaire[115].

Santé[modifier | modifier le code]

En , au lendemain de l'annonce par le laboratoire américain Pfizer de l'efficacité de leur candidat vaccin contre le Covid-19, il déclare être favorable à une vaccination obligatoire[116].

Publications[modifier | modifier le code]

Synthèse des résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Liste Circonscription % Rang Sièges obtenus
2009[117] Ouest 16,65 3e
2  /  9
2014[118] EÉLV 10,36 5e
1  /  9
2019[119] France entière 13,48 3e
13  /  79

Primaire présidentielle[modifier | modifier le code]

Année Parti 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
2016[120] EÉLV 4 395 35,61 1er 7 430 54,25 1er Élu
2021 EÉLV 29 534 27,70 1er 52 210 51,03 1er Élu

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Benoît Hamon déclare : « L'écologie politique aujourd'hui, ça ne passera pas par le fait d'être ou de gauche un jour, ou de droite un autre. Et je regrette aujourd'hui que le choix de Yannick Jadot, ce soit finalement de se dire : quelque part ça peut être avec Macron qu'on fait de l'écologie, ou avec la gauche, on est au milieu, on est prêt finalement à travailler avec tout le monde[69]. »
  2. Les écologistes allemands sont en effet parfois alliés à la droite dans certains exécutifs régionaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rémy Dodet et Maël Thierry, « 10 choses à savoir sur Yannick Jadot, le vrai détenteur de la marque écolo », sur nouvelobs.com, .
  2. Philippe Robuchon et Olivier Mazerolle, « Yannick Jadot - un aventurier rythmé par l'écologie selon son frère Thierry », sur rtl.fr, .
  3. Caroline Fontaine, « Yannick Jadot : "Minouche est une très grande présence" », Paris Match,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  4. a b et c Rachid Laïreche, « Yannick Jadot, écolo sensible », sur Libération, .
  5. « Qui est Isabelle Saporta, la journaliste qui partage la vie de Yannick Jadot? », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  6. Fabien Soyez, « Les diplômes des candidats à l'élection présidentielle 2017 », sur VousNousIls, (consulté le ).
  7. « Député Européen > Yannick Jadot », sur europeecologie.eu.
  8. a et b « Fiche de présentation de Solagral », sur globenet.org (consulté le ).
  9. « Yannick Jadot démissionne de Greenpeace », sur Greenpeace France (consulté le ).
  10. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Primaire EELV : Jadot et Rivasi, deux finalistes au profil similaire », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  11. Anne-Charlotte Dusseault, « L'inconnue qui pense devenir présidente écolo », JDD,‎ .
  12. « Michèle Rivasi quitte la direction de Greenpeace France », Actu-Environnement,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Michèle Rivasi », sur ecolopedia.fr (consulté le ).
  14. « Jadot : “redonner de l'espoir dans la société” », sur lejsd.com (consulté le ).
  15. « Activiste à Greenpeace, cofondateur d'EELV… Six choses à savoir sur Yannick Jadot, tête de liste des écologistes aux européennes », sur Franceinfo, (consulté le ).
  16. « Greenpeace : Opération Plutonium » (consulté le ).
  17. « Clôture Grenelle de l'environnement », sur Ina.fr, (consulté le ).
  18. « Nicolas Hulot et les militants écologistes reçus à l'Elysée », sur Ina.fr, (consulté le ).
  19. « Rencontre avec Yannick Jadot », sur lejsd.com (consulté le ).
  20. « Espionnage de Greenpeace : suspicion d'EDF », sur Ina.fr, (consulté le ).
  21. « EDF aurait fait espionner Yannick Jadot lorsqu'il était président de Greenpeace », (consulté le ).
  22. « EDF aurait fait espionner Greenpeace : une enquête est ouverte », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, « EDF aurait fait espionner Greenpeace », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Espionnage : EDF condamnée à 1,5 million d'euros d'amende », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « EDF relaxée en appel pour espionnage de Greenpeace », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Espionnage de Greenpeace : EDF relaxé en appel », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  27. « Espionnage de Greenpeace : EDF relaxé, les victimes s’indignent », sur Dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le ).
  28. Pauline Graulle, « A Blois, le PS met en scène son «aggiornamento» écolo », sur Mediapart, (consulté le ).
  29. Mathieu Magnaudeix, « Jadot-Rivasi, le duel incertain », sur Mediapart, (consulté le ).
  30. Fédération de partis représentée par l'Union démocratique bretonne en Bretagne.
  31. Sylvia Zappi, « Daniel Cohn-Bendit promet aux Verts français « des larmes et des pleurs », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  32. « Greenpeace perd son directeur des campagnes qui va rejoindre Cohn Bendit », sur Le Point.fr, (consulté le ).
  33. « Résultats des élections européennes 2009 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  34. Statut Twitter.
  35. « Les principaux points de l'accord PS-EELV », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  36. « Le porte-parole d'Eva Joly, Yannick Jadot, démissionne de sa fonction », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Sylvia Zappi, « Yannick Jadot démissionne de la direction de campagne d'Eva Joly », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  38. Anne-Sophie Mercier, Prises de bec : les portraits du Canard enchaîné, Calmann-Lévy, (lire en ligne).
  39. « Déforestation illégale: feu vert pour des accords avec le Congo et le Cameroun », sur europarl.europa.eu, (consulté le ).
  40. « Bois illégal : le Parlement européen donne son feu vert pour des accords avec le Congo et le Cameroun », sur Actu-Environnement, (consulté le ).
  41. Romain Brunet, « Hamon, Jadot, Philippot : quel bilan pour les ex-eurodéputés têtes de liste ? », sur france24.com, (consulté le ).
  42. « EN IMAGES. Européennes : les têtes de listes d'EELV », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  43. « 5 choses à savoir sur Yannick Jadot, le candidat EELV à la présidentielle », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  44. « L’interpellation de Yannick Jadot contre le CETA devenue virale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « Le discours de Yannick Jadot contre le CETA vu plus d'un million de fois sur Facebook », sur Le Monde, (consulté le ).
  46. « Jadot : « Nous voulons la primaire de gauche le même jour que celle de droite » », BFM TV, (consulté le ).
  47. Nicolas Chapuis, « Primaire à gauche : le PS approuve, à ses conditions », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  48. « Yannick Jadot officialise sa candidature à la primaire écolo », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le ).
  49. Lénaïg Bredoux, « Les écologistes lancent leur petite primaire », sur Mediapart, (consulté le ).
  50. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Yannick Jadot, en tête de la primaire écolo », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  51. Mathilde Siraud et Sophie de Ravinel, « Primaire écologiste: Duflot éliminée, Jadot et Rivasi au deuxième tour », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  52. Alice Maruani, « Présidentielle 2017 : le député européen Yannick Jadot sera le candidat d'Europe Écologie-Les Verts », sur francetvinfo.fr, .
  53. Arthur Nazaret, « Avec les écolos et les communistes, Hamon cherche sa gauche plurielle », lejdd.fr, (consulté le ).
  54. « EELV : les négociations avec Hamon et Mélenchon soumises au vote des sympathisants », sur lemonde.fr, .
  55. a b et c « Accord Hamon-Jadot: et si les militants écolos disaient non? », sur huffingtonpost.fr, .
  56. Agence France Presse, « Yannick Jadot se retire de la course à la présidentielle et rallie Benoît Hamon », lemonde.fr, (consulté le ).
  57. a et b « "Yannick Jadot nous a trahis" : la colère de certains militants EELV après l'accord avec Benoît Hamon », sur francetvinfo.fr, .
  58. Lucas Burel et Timothée Vilars, « Accord Hamon - Jadot : les Verts résignés à ne jamais revoir leurs 200.000 euros », nouvelobs.com, (consulté le ).
  59. Bruno Roger-Petit, « Les intrigantes manœuvres de Hamon pour obtenir le retrait de Mélenchon », sur challenges.fr, .
  60. « Expressions relatives au vote », sur primaire-ecologie.fr (consulté le ).
  61. Agence France Presse, « Présidentielle : les électeurs écologistes approuvent à près de 80 % l’accord entre Hamon et Jadot », lemonde.fr, (consulté le ).
  62. Tristan Quinault-Maupoil et Sophie de Ravinel, « Groggy, EELV cherche un plan de survie », Le Figaro,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le ).
  63. Madeleine Meteyer, « Yannick Jadot estime avoir été un «faire-valoir» pour Benoît Hamon », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  64. Rachid Laïreche et Laure Bretton, « Yannick Jadot : «Mon sujet ce n’est pas Hamon, l’Europe mérite qu’on se batte pour elle» », Libération,‎ 24 juin 2018-06-24 (lire en ligne, consulté le ).
  65. « Yannick Jadot, tête de liste d’EELV aux élections européennes », sur eelv.fr, (consulté le ).
  66. « Yannick Jadot : «Je vise 15% aux européennes» », sur Le Figaro, (consulté le ).
  67. « Yannick Jadot tête de liste EELV aux élections européennes de 2019 », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  68. « Élections européennes : Yannick Jadot rejette la demande d’alliance de Ségolène Royal », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. a b c et d « Hamon critique le positionnement "ni droite ni gauche" de Jadot », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  70. « Elections européennes : Yannick Jadot rejette la demande d’alliance de Ségolène Royal », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  71. Emma Donada, « Yannick Jadot envisage-t-il de s'allier avec la droite au Parlement européen ? », sur liberation.fr, (consulté le ).
  72. Marie-Pierre Haddad, « Yannick Jadot, la surprise écolo de ce scrutin », sur RTL.fr, (consulté le ).
  73. Camille Rivieccio, « Européennes. Après le succès de Yannick Jadot, quel avenir pour la gauche ? », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  74. a b et c France Inter, « Yannick Jadot, troisième, signe la "surprise verte" des élections européennes », sur France Inter, (consulté le ).
  75. Clémentine Forissier, « PPE, S&D, Renew Europe, Verts, la nouvelle tectonique des groupes du Parlement européen », sur Contexte.com, (consulté le ).
  76. « Télévision et radio : qui sont les politiques les plus présents ? », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  77. « EELV: Yannick Jadot mis en garde contre «le péché d'isolement par 160 personnalités de gauche », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  78. Thomas Legrand, « La maladie de l'hégémonie! LREM gravement atteinte, EELV touchée aussi! », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  79. a et b Tristan Quinault-Maupoil, « Les mises en garde du patron des Verts à Yannick Jadot », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  80. a et b « Journées d’été d’EELV : à Toulouse, les écologistes veulent discuter avec tout le monde, Insoumis compris », sur SudOuest.fr (consulté le ).
  81. Jean-Michel Aphatie, « ÉDITO - Ce qui se cache derrière la photo de Yannick Jadot et sa compagne Isabelle Saporta », sur europe1.fr, (consulté le ).
  82. Pauline Graulle, « David Cormand: « Il ne faut pas une synthèse molle autour d’un candidat » », sur mediapart.fr, Mediapart, (consulté le ).
  83. Par Le Parisien Le 22 novembre 2020 à 17h21, « Présidentielle 2022 : le candidat EELV désigné lors d’une primaire d’ici fin septembre », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  84. Pauline Graulle, « EELV: Yannick Jadot trépigne, le parti temporise », sur Mediapart, (consulté le ).
  85. Par Jannick Alimi et Julien Duffé Le 3 février 2021 à 12h15, « Présidentielle 2022 : Yannick Jadot « avance avec détermination » », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  86. « Présidentielle 2022 : Yannick Jadot accélère sa campagne interne à EELV », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  87. a b et c Diane de Fortanier et Yann Guégan, « Présidentielle 2022 : l’entourage de Yannick Jadot », sur Contexte.com, (consulté le ).
  88. Corinne Laurent, « Yannick Jadot se veut rassembleur de la gauche », La Croix, no 41986,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le ).
  89. a et b Barthélémy Philippe, « Semaine de 4 jours, ISF vert, revenu d’existence… les propositions chocs des candidats à la primaire écologiste », sur capital.fr, (consulté le ).
  90. a b c et d Corinne Laurent, « Primaire écologiste 2021 : le programme de Yannick Jadot, candidat EELV », sur la-croix.com, (consulté le ).
  91. a et b « Taxe carbone, 5G, pouvoir d'achat : les propositions de Yannick Jadot pour mettre "l'écologie au cœur du pouvoir" », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  92. Dinah Cohen, « Primaire écologiste : quelles sont les propositions de Yannick Jadot et Sandrine Rousseau ? », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  93. « Présidentielle 2022 : Yannick Jadot annonce sa candidature à la primaire écologiste », sur Franceinfo, (consulté le ).
  94. Rachid Laïreche, « 2022, v'là les Verts. Primaire écologiste : cinq prétendants ouverts aux quatre vents », sur liberation.fr, (consulté le ).
  95. Delphine Bancaud, « Présidentielle 2022 : Yannick Jadot part-il vraiment avec un train d’avance dans la primaire écologiste ? », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  96. a et b Pauline Graulle, « Présidentielle : derrière l’union gauches-écolos, le périmètre en question », sur Mediapart, (consulté le ).
  97. Pierre Maurer, « « Le gouvernement prend appui sur l’extrême droite », dénonce Julien Bayou », sur publicsenat.fr, (consulté le ).
  98. « Election présidentielle 2022 : Yannick Jadot et Sandrine Rousseau qualifiés pour le second tour de la primaire écologiste », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  99. « EN DIRECT - « Une belle phase de lancement pour la présidentielle », estime Yannick Jadot, vainqueur de la primaire écolo », sur Libération,
  100. « Primaire écologiste : Yannick Jadot remporte de justesse le scrutin face à Sandrine Rousseau », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  101. a et b « Quel programme pour l'Europe ? Les réponses de Yannick Jadot, tête de liste EELV », sur Marianne, (consulté le ).
  102. « Présidentielle : vous avez dit unité ? », sur Le Monde diplomatique, .
  103. « Le "pragmatisme" municipal de Jadot fait polémique », sur parismatch.com, (consulté le ).
  104. a et b Élizabeth Martichoux, « Yannick Jadot fustige sur RTL "le soviétisme" d’une partie de la gauche », sur rtl.fr, (consulté le ).
  105. Hadrien Mathoux, « Ecologie "ni de gauche ni de droite" : la stratégie à l'allemande de Yannick Jadot », sur marianne.net, (consulté le ).
  106. « Yannick Jadot : « Oui, je suis anticapitaliste » », sur Reporterre, (consulté le ).
  107. « Yannick Jadot (EELV) : "L'écologie que je porte, elle combat le capitalisme financier" », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  108. a et b Laurent de Boissieu, « Yannick Jadot, « vert nuancé » devant les entrepreneurs », sur la-croix.com, (consulté le ).
  109. AFP, « Jadot (EELV) défend « une économie régulée économiquement et socialement » », sur Mediapart, (consulté le ).
  110. a et b Jade Grandin de l'Eprevier, « Décroissance: le grand embarras des Verts », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  111. Abel Mestre, « Le « retour » de Nicolas Hulot, nouvelle donnée dans la stratégie de Yannick Jadot chez les Verts », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  112. AFP, « Jadot dénonce le "double discours" des socialistes sur l'écologie », sur Public Sénat.fr, (consulté le ).
  113. a b c et d Pauline Graulle, « Burkini: comment Yannick Jadot s’est mis les Verts à dos », sur Mediapart, (consulté le ).
  114. a et b « Non, le nucléaire ne sauvera pas le climat ! », sur Yannick Jadot, (consulté le ).
  115. a et b « Yannick Jadot sur le nucléaire : "Un formidable renoncement de la France" », sur Europe 1 (consulté le ).
  116. « Covid-19 : Yannick Jadot veut une vaccination "obligatoire" (quitte à se fâcher avec son camp) », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  117. « Résultats des élections européennes 2009 - Circonscription Ouest », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  118. « Résultats des élections européennes 2014 - Circonscription Ouest », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  119. « Résultats des élections européennes 2019 - France entière », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  120. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Les écologistes tournent la page Duflot », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]