Abstention

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lors d'une élection, d'un référendum ou plus généralement d'une délibération, le comportement d’abstention correspond au fait de ne pas participer au vote : les personnes qui s'abstiennent sont qualifiées d'« abstentionnistes ».

Les motivations des abstentionnistes sont multiples et variées. En cas de fort niveau d'abstention la légitimité des décisions ou des résultats d'élections - bien qu'étant prises dans les formes légales - peut être fragilisée, sinon lorsque l'abstention atteint des taux importants, mise en doute par l'idée que la « majorité silencieuse » ne se serait pas exprimée par le vote.

Les personnes qui votent blanc ou nul ne doivent pas être considérées comme « abstentionnistes », leurs suffrages sont enregistrés sous l'appellation « non exprimés » et ne doivent pas être décomptés ou assimilés dans les chiffres mesurant l'abstention.

Définition et modalité de l'abstention[modifier | modifier le code]

Statut légal de l'abstention[modifier | modifier le code]

Pour les élections politiques en France, l'inscription sur les listes électorales correspond à un droit, mais aussi à une obligation : elle est en principe obligatoire (article L9 du Code électoral) mais le défaut d'inscription n'est soumis à aucune sanction.

D'un point de vue légal, L'abstentionnisme - même important - n'a pas d'effet sur le résultat d'un scrutin public. Certains pays[Lesquels ?] ont pensé prendre des dispositions constitutionnelles pour contrer l'abstention trop élevée (des taux de 70 % ou 80 % ont été évoqués) à des élections majeures, comme les législatives. Mais de fait, ces projets de lois n'ont jamais aboutis.[réf. nécessaire]

Calcul du taux d'abstention[modifier | modifier le code]

carte montrant le taux d'abstention, la surface d'un territoire étant proportionnelle à son nombre d'inscrits sur les listes électorales
Cartogramme de l'abstention au premier tour des élections régionales françaises de 2015.

Le taux d'abstention peut être calculé de différentes manières :

  • En France, le ratio est établi en rapportant le nombre des citoyens s'étant abstenu lors d'un vote au nombre de ceux inscrits sur les listes électorales, à la date du scrutin.
  • Aux États-Unis, le ratio est calculé par rapport à tous les électeurs potentiels[1]. C'est aussi le cas de la plupart des pays européens, en particulier de ceux disposant d'un système de domiciliation des citoyens comme l'Allemagne, permettant la localisation géographique et donc l'inscription automatique du corps électoral.

L'abstention due à la non reconnaissance du vote blanc[modifier | modifier le code]

En France, jusqu’au le vote blanc n'était pas reconnu par les institutions, ce qui pouvait pousser certains électeurs à l'abstention plutôt que de voir leur "non-choix" interprété comme un vote nul.

Bien que son statut ait changé, les votes blancs sont comptés à part des candidats : "Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Ils n'entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins." [2]

Cette mesure ne donne donc pas au scrutin blanc le même poids qu'un scrutin non-blanc.

Organisation contre l'abstention[modifier | modifier le code]

Les démocraties et les groupements politiques s'inquiètent des conséquences d'un taux d'abstention souvent relativement élevé dans les pays développés et s'efforcent de trouver les moyens de le réduire.

  • Une des solutions évoquées sur usenet est le vote négatif. Soit en même temps qu'un vote normal, soit en votant/désignant pour celui que l'on ne veut pas, celui qui a le moins de voix gagne.
  • Une autre méthode est de sanctionner l'abstention. La sanction financière est observée en Belgique depuis 1893[3], et donne des résultats concluants car elle lui permet d'avoir l'un des taux d'abstention parmi les plus bas d'Europe (environ 9 % pour les Élections européennes de 2004, pour 44 % en moyenne dans l'Union européenne). Des mesures similaires ont également été adoptées dans d'autres pays : Luxembourg, Pays-Bas, Italie, Danemark, Grèce, en Autriche, dans certains cantons suisses, mais aussi hors de l’Europe : Australie, Turquie, Costa Rica, Brésil, Argentine. Les votes blancs sont comptabilisés et remis au parti qui aura eu la majorité, ce qui augmente son résultat. L’obligation du vote réduit fortement le taux d’abstention, pourtant cette institution reste fort discutée. Ses opposants[Qui ?] lui reprochent de ne pas prendre en compte les raisons poussant les électeurs à l’abstention. À cela, ses partisans[Qui ?] répondent qu’ils peuvent se servir du vote blanc et qu’ils peuvent inscrire sur les bulletins ce qu’ils pensent des partis ou des personnalités en place, ce que font sans doute des électeurs.
  • D'autres méthodes existent, comme expliquer le fonctionnement des institutions politiques, ou encore débattre ouvertement des points de vue qui séparent les différents partis politiques. Dans les méthodes pour que les gens s'informent mieux, le système de vote par pondération, par classement des candidats, est souvent proposé, notamment la méthode d'élection Condorcet.
  • Une autre méthode proposée serait de donner réellement le pouvoir aux populations dans les choix politiques de leur vie, par le moyen du mandatement impératif plutôt que par la représentation majoritaire (qui ne donne finalement aucun pouvoir aux individus, seuls les intermédiaires politiques ayant un pouvoir de décision, une fois élus). La solution a l'avantage de rendre le pouvoir à la population qui peut ainsi elle-même s'auto-déterminer. C'est d'ailleurs une revendication très forte chez les abstentionnistes les plus politisés. Mais en France, le mandatement impératif est considéré comme nul par la Constitution de la Ve République[4].

Définition lexicale et interprétation du mot[modifier | modifier le code]

Le chercheur et politologue Denis Barbet évoque le recours à l'abstention comme « le signe d'une crise de la démocratie représentative », mais le phénomène ayant tendance à s'amplifier et à être de plus en plus commenté, il reconnait que ce « vote négatif » demande une vision plus approfondie et entreprend de l'étudier le phénomène dans le champ lexical[5].

Ainsi l'abstention peut être considéré comme un « refuge », un « retrait ». Celle-ci est souvent en évoquée en termes de bas quand les médias évoquent une « chute de la participation » et évoque un « sursaut » ou un « élan » en cas de baisse du taux de l'abstention. L'abstention est décrite comme une exclusion quand ces mêmes médias évoquent le fait que « des Français […] sont restés en dehors de la décision électorale ». Enfin il n'est pas rare de lire ou d'entendre les termes de « manque », d'« absence », voire de « grève » ou d'« incivisme » des électeurs associés dans un curieux mélange.

L'auteur de ce texte conclue que des associations récurrentes donnent à cette action un côté négatif, s'opposant à la norme du devoir électoral, introduisant un langage dominant qui associe l'abstention à un fait anormal[6].

L'abstention aujourd'hui[modifier | modifier le code]

C'est généralement dans les démocraties libérales que l'on retrouve des taux d'abstention élevés. Le phénomène est croissant, et culmine aux élections européennes, pourtant les dernières à avoir été mises en place. Le déficit démocratique manifeste de l'Union européenne a conduit les populations à s'abstenir à un niveau de 60 %, ce qui pose la question de la légitimité des élus du parlement de Strasbourg.

En France[modifier | modifier le code]

En France, le vote est obligatoire uniquement aux élections sénatoriales pour les grands électeurs (conseillers municipaux, départementaux, régionaux et députés) qui se voient, en cas d’abstention, infliger une amende de 100 [7].

En Belgique[modifier | modifier le code]

Au Royaume de Belgique, le vote est obligatoire, mais l’abstentionnisme reste important, car les amendes ne sont pas effectives [8].

Par ailleurs, en Belgique, 90 % des résidents des maisons de repos ne votent plus, l'une des raisons évoquées étant la mobilité réduite[9].

Au Canada (Québec)[modifier | modifier le code]

Résultats comparatif de l'élection fédérale canadienne de 2011, avec ou sans abstention (sans prise en compte des votes blanc et nul)

Au Québec, en période électorale, certains groupes d'extrême-gauche font explicitement campagne pour l'abstention. C'est le cas, par exemple, de l'Union communiste libertaire, qui diffuse un site internet[10] à cet effet.

Par ailleurs, il existe depuis le 9 avril 2009 une formation politique explicitement abstentionniste: le Parti nul. Le Parti nul milite afin que les personnes remettant en cause la légitimité du système parlementaire britannique ou n'ayant aucune confiance envers les autres formations politiques ne soient pas obligées de s'abstenir de voter ou de présenter un bulletin blanc ou de cocher en faveur de tous les candidats inscrits.

Le Parti nul demande en effet qu'il y ait, lors des prochaines élections, une case "Aucune de ces réponses" ou "Abstention" sur les bulletins de vote afin que les électeurs puissent un jour manifester leur mécontentement, au lieu de voir leur suffrage être automatiquement rejeté par le Directeur général des élections[11],[12],[13].

Les causes de l'abstention[modifier | modifier le code]

Le Pr Lancelot, ancien membre du Conseil Constitutionnel fut le premier auteur reconnu par la communauté scientifique à publier une étude sociologique sur les causes de l'abstentionnisme, en France.

Suite à un appel effectué auprès de ses lecteurs abstentionnistes lors de l'élections présidentielles de 2017, le journal Le Monde a collecté divers témoignages. La plupart d'entre eux, sans forcément être engagés dans une cause politique avouent leurs dégoûts ou leurs rejets de la politique et vont même jusqu'à militer pour une reconnaissance de ce choix ou du vote blanc. Certaines personnes interrogés militent également pour d'autres façon de voter (dites "alternatives" dans l'article) et du mode de choix pour le peuple de désigner ses représentants [14].

L’abstention involontaire[modifier | modifier le code]

Elle représente environ 10 % de l’abstention et se compose des :

  • « faux inscrits » qui représentent dans l'exemple de la France entre 4 et 5 % des inscrits[15] ;
  • malades ou absents au moment du vote qui représentent 5,5 % des inscrits.

L'abstention volontaire[modifier | modifier le code]

Une étude historique

Le politologue Alain Lancelot distingue dans son livre L’abstentionnisme électoral en France (publié en 1968) différents types d’abstentionnisme (et donc de causes de cette abstention).

Selon cet auteur, l'abstentionnisme électoral a longtemps été ignoré par la classe politique. L'ouvrage est une des premières études historiques consacrés à ce phénomène et reprend toutes les expériences électorales depuis la Révolution avec une analyse détaillée et une étude sociologique.

L'ouvrage relève plusieurs catégories d'abstentionnistes dont le nombre, l'évolution et les motivations sont multiples et différents. L'abstentionnisme peut ainsi être accidentel, lié à une attitude politique conditionnée par la conjoncture électorale mais aussi relever d'une norme culturelle rejetant société.

Une attitude politique

Dans les courants anarchistes, l'abstention volontaire est une position dominante. Les anarchistes refusent le principe de représentation politique qui est perçu comme une confiscation de la parole de l'individu. En outre, ils privilégient le consensus et s'opposent au principe de la majorité simple, qui implique qu'une petite majorité peut imposer son point de vue aux minorités. S'il existe quelques exemples d'organisations anarchistes appelant à voter, comme Alternative Libertaire qui avait appelé à voter non au référendum sur le traité constitutionnel européen, ces prises de position sont rares[16].

Une attitude religieuse

L'abstention volontaire peut être aussi motivée par des raisons religieuses. Par exemple, un certain nombre de courants du christianisme, estimant que le chrétien, bien que vivant dans le monde, ne lui appartient pas mais appartient à une patrie spirituelle qui « n'est pas du monde », doit s'abstenir de prendre part aux questions politiques en raison de leur origine mondaine. Ces courants invoquent par exemple l'évangile selon Jean (ch. 17, vv. 16 et 18) : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. (...) Comme tu m'as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde ». Parmi ces mouvements, les Témoins de Jéhovah sont peut-être les plus connus[17].

L'abstention en tant que revendication politique[modifier | modifier le code]

Arguments des abstentionnistes[modifier | modifier le code]

Élisée Reclus, auteur de la lettre commençant par ces mots « Voter, c'est abdiquer »
Élisée Reclus 

Lors de l'année 1885, géographe libertaire et militant anarchiste français Élisée Reclus envoie un courrier à un autre militant anarchiste dénommé Jean Grave, depuis la Suisse. Il y décrit, sa position et sa défiance des démocraties telle que la France et avance ses argumentations en ces termes[18]:

«  Voter, c'est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c'est renoncer à sa propre souveraineté. Qu'il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d'une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu'ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir. »

Jean-Paul Sartre, auteur du pamphlet « Elections, pièges à cons »
Jean-Paul Sartre 

En 1973, le philosophe français, Jean-Paul Sartre, écrit dans la revue Les Temps modernes, un texte dénommé « Elections, pièges à cons » et argumente ainsi :

«  L'isoloir planté dans une salle d'école ou de mairie est le symbole de toutes les trahisons que l'individu peut commettre envers les groupes dont il fait partie. »

Pour cet écrivain, ce n'est pas le principe démocratique qui doit être remis en cause, mais son système de fonctionnement factuel. Il considère que le choix démocratique ne peut s'exprimer qu'au travers d'une expression directe, sans intermédiaire, le pouvoir politique devant être remis à des représentants que dans un cadre très limité. Le système de fonctionnement des scrutins en France et en Europe occidentale est donc extrêmement éloigné de ce point de vue[19].

Antoine Buéno, auteur d'un manifeste sur l'abstention
Antoine Buéno 

En 2017, l'écrivain prospectiviste français, Antoine Buéno, fait publier No vote ! Manifeste pour l'abstention, un livre préfacé par Michel Onfray, peu de temps le scrutin de l'élection présidentielle française de 2017. Lors d'une interview publié par le journal 20 minutes, l'écrivain explique l'abstention, ainsi [20]:

«  Il y a deux catégories de personnes qui ne votent pas. D’une part, il y a les personnes qui ne sont pas politisées, qui se sentent dépassées. D’autre part, il y a celles qui sont très politisées et qui ne cautionnent plus la politique. Il vaut quand même mieux être dans la deuxième catégorie et savoir exactement pourquoi on ne va pas au bureau de vote. »

Mouvements organisés d'abstentionnistes[modifier | modifier le code]

Un mouvement d'abstentionnistes, encore très marginal, s'est mis en place lors des dernières élections présidentielle de 2017, en France. Quelques antennes ont été créé, au niveau local, à l'initiative de l'humoriste (sur le web), Franck Renda, afin d'informer les électeurs de l'existence de bureaux d'abstention. Selon l'organisateur[21] :

«  C’est une première mondiale [...] les abstentionnistes peuvent se rendre au bureau le plus proche de chez eux. Nous installerons une urne et préparerons des bulletins "je m’abstiens". C’est l’occasion de discuter ensemble et de montrer que l’offre politique ne nous convient pas. »

Ce mouvement, dit des Bureaux d'abstention, aurait regroupé, selon l'organisateur, plus de 25 000 abonnés sur sa page Facebook, en 2017, entraînant certaines inquiétudes, au niveau local[22].

Un autre mouvement, tout autant marginal, dénommé Parti des Abstentionnistes et des Sans-voix revendique la même idée et ses membres tentent de faire connaître leur position, lors de cette même période électorale, en France[23].

L’abstention par manque d’intégration sociale[modifier | modifier le code]

  • Les jeunes électeurs, les électeurs les plus âgés, les chômeurs, les membres des milieux populaires ont tendance à s’abstenir davantage que les hommes, les adultes, les actifs, et les cadres supérieurs.
  • D’autres variables liées au territoire peuvent intervenir : dans l'exemple français, dans la Creuse, le Rhône-Alpes, le Bas-Rhin : les électeurs sont traditionnellement plus abstentionnistes. Le contexte social est également important : il y a plus de participation en milieu rural, moins de participation en banlieues urbaines. Les lignes clivantes relevées sont rural/urbain, et la perception du vote comme devoir civique et du vote comme droit.

L’abstention liée à l'organisation de la consultation électorale[modifier | modifier le code]

De nombreux facteurs agissent sur la mobilisation électorale[24] :

  • l’enjeu institutionnel et politique de la consultation ;
  • la configuration de l’offre politique ;
  • la distance entre deux consultations ;
  • l’ampleur de la mobilisation des candidats ;
  • la médiatisation ;
  • la personnalisation.

Cette abstention stimule la création de nouveaux mouvements politiques, pour renverser cette consultation aristocratique et sporadique, et rendre au citoyen son pouvoir de démocrate[25].

L'effet supposé de la télévision[modifier | modifier le code]

En comparant la participation électorale par ville en fonction de la date d'introduction de la télévision aux États-Unis, l'économiste Matthew Gentzkow montre que l'introduction de la télévision a un fort effet sur la baisse de la participation électorale. Cet effet s'explique principalement par une baisse de la lecture des journaux et de l'écoute de la radio qui conduisent à une baisse des connaissances politiques[26].

Un signe de la crise de la démocratie représentative[modifier | modifier le code]

La montée de l'abstentionnisme au cours des dernières années est considérée dans les commentaires politiques comme l’un des principaux signes d’une crise de la démocratie représentative[27]. C'est l'une des raisons pour lesquelles il est nécessaire, selon plusieurs experts en droit constitutionnel, de repenser les fondements et modalités de la représentation[28].

Documentaire radiophonique[modifier | modifier le code]

Conséquences de l'abstention[modifier | modifier le code]

Conséquences supposées ː

Des sondages publiés en France, durant l'années 2015, peuvent laisser à penser que l'abstention n'a pas de conséquence sur le résultat du premier tour d'une élection[29].

Cependant, selon le journal français Libération, qui publie, en 2017, un article écrit par un administrateur de l'INSEE, l’action de cette abstention devient plus épisodique, selon la nature du suffrage, et elle rend plus difficile les prévisions électorales[30].

Pour cet administrateur de l'INSEE, auteur de l'article, Michel Fansten, la raison de cette difficulté tient à la technique des sondages électoraux, car les prévisions reposent en fait sur le décompte des intentions de vote d’un échantillon représentatif d’électeurs et s'appuie sur le vote des électeurs considérés comme représentatifs et interrogés lors des élections antérieures. Toujours selon l'auteur de cet article ː

« à partir du moment où l’abstention est fluctuante, et affecte inégalement les électorats des candidats, la représentativité de l’échantillon est faussée, et la prévision se trouve biaisée »

Conséquences directes ː

En Hongrie, durant le scrutin du , un taux d'abstention de 60,1 % provoque l'annulation d'un référendum qui avait été organisé par le président Viktor Orbán, afin de rejeter les normes d'accueil de réfugiés de l'Union européenne[31].

Citations sur l'abstention[modifier | modifier le code]

« si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. »

« Je respecte trop la démocratie pour risquer de la dérégler en votant. »

« L'abstention est un recul avant de devenir une lâcheté. »

« Quand je serai grand, je ne lirai pas le journal, je ne m'intéresserai pas aux grands problèmes et je n'irai pas voter. Comme ça, je pourrai me plaindre de ne pas être représenté par le gouvernement. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l’Amérique ? , Paris, éditions du Seuil, 2005, (ISBN 978-2-02-079950-8), p. 62
  2. LOI n° 2014-172 du 21 février 2014 visant à reconnaître le vote blanc aux élections, (lire en ligne)
  3. http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/approfondissements/droit-vote-obligation-pour-certains-pays.html
  4. (fr) Article 27 de la Constitution de la Ve République française
  5. HAL SHS, Mots: les langages du politique, Lyon : ENS édition, 2007, pages 53-67, consulté le 24 août 2018
  6. article "Quand les mots de l’abstention parlent des maux de la démocratie", année 2007, consulté le 24 août 2018
  7. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006353759&cidTexte=LEGITEXT000006070239&dateTexte=20111228
  8. L'abstentionnisme électoral en Belgique : données individuelles et agrégées à Charleroi http://espacepolitique.revues.org/2025
  9. Absentéisme électoral des seniors... Et encore ? http://www.solidaris-liege.be/fps/newsletter/absenteisme-electoral-des-seniors-et-encore.html
  10. http://www.levraichangement.com
  11. Philippe Orfali, « Vif intérêt pour le Parti nul », sur Le Devoir, (consulté le 27 décembre 2015)
  12. Marie-Andrée Chouinard, « Le Panda se présente pour le Parti nul », sur Le Devoir, (consulté le 27 décembre 2015)
  13. « - Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) », sur www.electionsquebec.qc.ca (consulté le 27 décembre 2015)
  14. Site du journal le Monde, article "Pourquoi ils n’iront pas voter. Des abstentionnistes témoignent"consulté le 04/07/2018
  15. Françoise Subileau et Marie-France Toinet « l’abstentionnisme, étude longitudinale (1978-1992) », in Pascal Perrineau, L’engagement politique : déclin ou mutation, actes du colloque, CEVIPOF, 1993.
  16. « Les Anarchistes, le vote et les élections », esprit critique revolutionnaire,‎ (lire en ligne)
  17. Pourquoi les Témoins de Jéhovas sont-ils politiquement neutres ?, consultation: 18/02/2017.
  18. Site du magazine "homme moderne", article "Patits classique" : Élisée Reclus Lettre à Jean Grave, consulté le 24 août 2018
  19. Site de l'hebdomadaire l'express, page "Sartre face à son époque", publié le 19 avril 1980
  20. Site du journal 20minutes.fr, article "Pour Antoine Buéno, auteur d’un manifeste anti-vote, « l’abstention grandissante a déjà fait bouger les choses »"consulté le 24 août 2018
  21. Site du journal 20 minutes, article "Présidentielle: Les abstentionnistes s’organisent pour le premier tour du scrutin", publié le 03 avril 2017
  22. Site de France 3, page "Urcy : le maire s'inquiète de la mise en place d'un bureau d'abstention", consulté le 27 août 2018
  23. Site les inrocks, article "Qui sont ces abstentionnistes qu'aucun des deux finalistes ne réussira à convaincre ?, publié le 06/05/2017
  24. Gérard Gunberg, La participation politique
  25. https://www.youtube.com/watch?v=InxcHClGlqk&list=UUyZYClEbzAAx2IQuDIZSYWw
  26. (en) Matthew Gentzkow, « Television and Voter Turnout », Quarterly Journal of Economics, vol. 121,‎ (lire en ligne)
  27. Denis Barbet, « Quand les mots de l’abstention parlent des maux de la démocratie », Mots, les langages du politique
  28. Anne-Marie Le Pourhiet, Bertrand Mathieu, Ferdinand Mélin Soucramanien, Dominique Rousseau, Représentation et représentativité, Dalloz-Sirey
  29. Samuel Laurent, « Elections régionales : pourquoi les abstentionnistes n’auraient rien changé au résultat », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  30. Michel Fansten, « Le poids de l’abstention, le choc des résultats », sur le site du journal Libération, (consulté le 4 juillet 2018)
  31. Blaise Gauquelin (Budapest, envoyé spécial), « Orban affaibli par son référendum anti-migrants », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]