Gaston Franco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gaston Franco
Illustration.
Gaston Franco en 2013.
Fonctions
Député européen
Élection 7 juin 2009
Circonscription Sud-Est (France)
Législature 7e
Groupe politique PPE
Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Élection 21 mars 2010
Circonscription Alpes-Maritimes
Député français

(4 ans et 19 jours)
Circonscription 5e des Alpes-Maritimes
Groupe politique RPR
Prédécesseur Christian Estrosi
Successeur Christian Estrosi
Maire de Saint-Martin-Vésubie

(25 ans et 12 jours)
Prédécesseur Célestin Airaudi
Successeur Henri Giuge
Conseiller général des Alpes-Maritimes

(23 ans, 7 mois et 22 jours)
Circonscription Canton de Saint-Martin-Vésubie
Prédécesseur Paul Chomicki
Successeur Éric Ciotti
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Roquebillière, Alpes-Maritimes (France)
Nationalité française
Parti politique RPR, UMP

Gaston Franco, né le à Roquebillière (Alpes-Maritimes), est un homme politique français, membre du RPR puis de l'UMP.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1971, Gaston Franco devient directeur de cabinet de Francis Palmero, président du conseil général des Alpes-Maritimes. Nommé par le maire Jacques Médecin, il est directeur de l'office de tourisme de Nice de 1975 à 1995.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il commence sa vie politique à Nice en soutenant localement la candidature de Valéry Giscard d'Estaing à l'élection présidentielle de 1974.

Élu local[modifier | modifier le code]

En 1985, il est élu conseiller général du canton de Saint-Martin-Vésubie, mandat qui lui est renouvelé en 1992, 1998 et 2004.

Il est élu maire de Saint-Martin-Vésubie en mars 1989 et réélu en juin 1995, mars 2001 et mars 2008.,

Le 13 novembre 2008, il démissionne de son mandat de conseiller général pour intégrer le cabinet du maire de Nice, Christian Estrosi, à la demande de ce dernier, comme « conseiller spécial chargé des problématiques du développement durable ». Ces fonctions ne durent qu'une année, car atteint par la limite d'âge de 65 ans dans la fonction publique, Gaston Franco doit prendre sa retraite en 2009[1].

Député français[modifier | modifier le code]

En juin 1993, il est élu député de la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes et siège à l'Assemblée nationale au groupe RPR. La dissolution d'avril 1997 met fin à son mandat et, en juin suivant, il ne sollicite pas le renouvellement de celui-ci.

Député européen[modifier | modifier le code]

Candidat pour la quatrième place sur la liste UMP aux élections européennes de 2009 dans la circonscription Sud-Est, Gaston Franco est élu député européen le 7 juin 2009. Installé le 14 juillet suivant lors de la première session plénière de la 7e mandature du Parlement européen à Strasbourg, il siège dans le groupe du Parti populaire européen dont l'UMP est une composante. Il est membre titulaire de la commission de l'Industrie, de la Recherche et de l'Énergie et membre suppléant de la commission de l'Environnement. Il est également président du groupe de travail « forêt » au sein de l'intergroupe « biodiversité, changement climatique et développement durable » et président du « club du bois ».

En octobre 2010, il est élu à Bruxelles « meilleur député européen de l'année 2010 » dans la catégorie « développement rural et agriculture[2]. »

Conseiller régional[modifier | modifier le code]

Tête de liste départementale au côté de Dominique Estrosi Sassone pour les élections régionales de Provence-Alpes-Côte d'Azur, il est élu conseiller régional en mars 2010 au titre de la section des Alpes-Maritimes.

Retrait[modifier | modifier le code]

En 2014, il quitte son poste de maire à l'issue des élections municipales de mars. Il ne se représente pas aux élections européennes en mai, avant de démissionner du conseil régional peu après[3].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Gaston Franco est président du conseil d'administration du parc national du Mercantour de 2005 à 2009 et président de l'association des communes forestières des Alpes-Maritimes à partir de 2002.

Positions[modifier | modifier le code]

En 2015, l'émission de télévision Cash Investigation le présente comme un parlementaire hautement favorable à l'industrie du tabac. Il aurait de ce fait présenté seize amendements directement écrits par Philip Morris dans le but d'affaiblir des directives européennes anti-tabac[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'aile du roitelet Estrosi sur la baie des Anges », Le Canard enchaîné, 3 décembre 2008, page 4.
  2. « Gaston Franco promu député européen de l'année », le Petit Niçois, 8 octobre 2010
  3. « Gaston Franco quitte la vie politique : Salut l’artiste et merci. », nice-premium.com, 21 juin 2014
  4. « Quand l'eurodéputé Gaston Franco adorait les lobbyistes du tabac », sur archives.nicematin.com (consulté le 10 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]