Le Relecq-Kerhuon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Relecq.
Le Relecq-Kerhuon
L'anse de Camfrout sur l'estuaire de l'Élorn.
L'anse de Camfrout sur l'estuaire de l'Élorn.
Blason de Le Relecq-Kerhuon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Guipavas
Intercommunalité Brest Métropole Océane
Maire
Mandat
Yohann Nédélec
2014-2020
Code postal 29480
Code commune 29235
Démographie
Gentilé Relecquois ou Kerhorres
Population
municipale
10 849 hab. (2011)
Densité 1 687 hab./km2
Population
aire urbaine
210 117 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 24′ N 4° 24′ O / 48.4, -4.448° 24′ Nord 4° 24′ Ouest / 48.4, -4.4  
Superficie 6,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Le Relecq-Kerhuon

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Le Relecq-Kerhuon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Relecq-Kerhuon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Relecq-Kerhuon
Liens
Site web Site de la ville du Relecq-Kerhuon

Le Relecq-Kerhuon [lə ʁəlɛk kɛʁyɔ̃] est une commune française du département du Finistère, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont nommés les Relecquois ou Kerhorres, du nom des deux villages : Le Relecq et Kerhuon.

Site et situation[modifier | modifier le code]

Le Relecq-Kerhuon est une commune de petite superficie située juste à l'est de Brest, et totalement limitrophe côté terre de la commune de Guipavas dont elle est issue (à l'ouest, le vallon du Costour et à l'est, le vallon qui débouche dans l'anse de Kerhuon marquent la limite avec Guipavas, limite qui par contre ne s'appuie sur aucun accident naturel côté nord). C'est aussi une presqu'île entourée par la mer sur trois côtés : la rade de Brest (partie sud-est de la plage du Moulin-Blanc) à l'ouest, rive droite de l'estuaire de l'Élorn au sud (y compris l'anse de Camfrout), anse de Kerhuon à l'est (désormais un étang en raison de la digue de la Pyrotechnie de Saint-Nicolas). Le Relecq-Kerhuon est historiquement située dans l'évêché et la seigneurie de Léon et fait désormais partie de la communauté urbaine Brest métropole océane.

Le Relecq-Kerhuon est en effet l'une des communes fondatrices de la communauté urbaine de Brest, créée en 1974 (nommée depuis Brest métropole océane). La communauté urbaine, compte à ce jour, huit villes : Bohars, Brest, Gouesnou, Guilers, Guipavas, Le Relecq-Kerhuon, Plougastel-Daoulas, Plouzané et totalise près de 220 000 habitants (2006).

Même s'il subsiste encore quelque activité maraîchère dans le cadre du Groupement maraîcher brestois, désormais Savéol, la commune n'a pratiquement plus de terres agricoles en raison de l'urbanisation liée à la proximité de Brest qui a transformé la commune, jadis cité d'ouvriers et de pêcheurs, en banlieue de cette ville. Depuis 2008, après une période intense de plus de 40 ans orientée vers l'équipement, la volonté d'associer les habitants à des manifestations (dans les rues, dans des cadres extérieurs nouveaux, des chapiteaux...) donne une nouvelle image dynamique, accueillante et culturelle de la ville. Cette volonté solidement ancrée permettra t-elle un changement durable dans le temps de l'image de la ville si souvent comparée à une cité dortoir dans les années 1980 et 1990 ?[Quoi ?]

Les transports[modifier | modifier le code]

Le Passage de Plougastel ou Passage de Treisguinec[modifier | modifier le code]

Le Relecq-Kerhuon : la cale du passage de Plougastel et, à l'arrière-plan, celle du passage Saint-Jean côté Plougastel-Daoulas.

En 1399, les droits du passage (initialement dénommé Passage de Tréninez[1] ou Passage de Treisguinec), sont cédés par l'Abbaye Notre-Dame de Daoulas, qui les détenait précédemment, à M. Le Heuc, cette donation étant confirmée en 1407 par Olivier du Chastel.

Un hôpital (en fait une maladrerie), dépendant de l'abbaye de Daoulas, aurait existé au Passage de Treisquinet et serait à l'origine du nom de la localité de L'Hôpital-Camfrout (d'où l'homonymie avec le hameau et l'anse de Camfrout au Relecq-Kerhuon) située sur le chemin partant du Passage de Plougastel en direction du sud de la Cornouaille.

Un aveu du 3 avril 1670 indique que l'abbaye Notre-Dame de Daoulas disposait du tiers des revenus du Passage de Treisguinec « servant pour passer et repasser entre les paroisses de Daoulas, Plougastel et Guipavas sur la rivière et bras de mer qui dévalle de la ville et port de Landerneau à Mulgun[2], le dit passage estant indivis o messire Robert du Louet, seigneur de Coët-Junval[3], Guillaume de Penencoët, seigneur de Keroual[4] et Jean de la Marre, seigneur de Kereraut[5], sous la charge de 18 sols de chevrente solidaire due à la seigneurie du Chastel[6] sur le total du dit passga par chacun an ». Le passage était alors affermé « par Alain Piriou, du village de Lesquivit[7], Guillaume Calvez et Béatrice Kerdoncuff, veuve Hiérome Cavez, demeurant au village du Passage de Plougastel, poue en payer par an 27 livres tournois »[8].

La cale du passage au Relecq (photo prise avant 1920).

Un texte de 1748 indique que l'abbaye Notre-Dame-de-Daoulas percevait les revenus des dimanche, lundi et mercredi de chaque semaine, mais que le dimanche et le mercredi, peu de monde fréquente le Passage alors que « tous les mardis, il passe beaucoup de monde avec chevaux et charges pour le marché de Brest, le jeudi pour le marché de Gouesnou, le vendredi et samedi pour le marché de Brest-Recouvrance »[9].

La situation péninsulaire du Relecq-Kerhuon a longtemps contribué à isoler la commune, l'estuaire de l'Élorn n'étant franchissable que par des bacs, qui permettaient la traversée entre le Passage du Relecq-Kerhuon et le Passage de Plougastel-Daoulas, les deux lieux-dits ayant conservé cette dénomination. En 1886, le prix du passage est alors de 0,10 centime pour les piétons et de 0,50 centime pour les voitures : on ne peut passer que deux voitures à la fois[10]. Dans "Par les champs et par les grèves" Flaubert évoque amusé son passage de l'Elorn.

Albert Clouard décrit comme suit la traversée en 1892 :

« Débarqués à la station de Kerhuon, nous gagnons les bords de l'Élorn et montons dans un bac près de quitter le bord. Des femmes de retour du marché, fortes, épanouies, rieuses, empoignent les gigantesques avirons et s'amusent à ramer en chantant une chanson, tandis que les bateliers, heureux de ce repos momentané, rient des provocantes poses qu'elles prennent en se rejetant en arrière avec effort. Elles portent des coëffes aux ailes recourbées, aux rubans flottants, des ceintures de couleur et quelques-unes de courtes pèlerines à capuchon. Les mariniers sont coiffés d'un bonnet de laine rouge pareil à celui des forçats, sanglés d'une large ceinture de même teinte et vêtus d'un gilet blanc ou bleu garni de boutons d'os[11]. »

En 1897, Tancrède Martel en fait cette description :

« Le passeur est là, qui m'attend. Une figure de vieux pêcheur, tannée et cuite sous le béret. [...] Moyennant la modique somme de deux sous, j'embarque, le vieux allume sa pipe et se met à la voile, et trois minutes après, me voici devant le minuscule port du Passage [l'auteur parle du Passage Saint-Jean côté Plougastel-Daoulas], un vrai port-joujou avec un quai en miniature, borne cerclée de fer, hutte de douanier et, se balançant sur les flots, trois ou quatre barques de pêcheurs[12]. »

Le bac à vapeur, mis en service en juin 1907 ne fonctionnait qu'à certaines heures du jour, ce qui souleva des protestations des habitants[13], mécontents de la raréfaction du service et de l'augmentation du coût du passage, réclamant même la remise en service du bac à rames ou à voiles antérieur, qui assurait un passage toutes les demi-heures dans la journée. En dehors des périodes de fonctionnement, il fallait faire le détour par Landerneau pour gagner Plougastel-Daoulas ou tout autre endroit de la Cornouaille.

Le passage en bac s'arrêta dès la mise en service du Pont Albert-Louppe en 1930, mais reprit temporairement entre 1944 et 1949, pendant le temps d'indisponibilité du pont en raison du bombardement d'une arche pendant la Seconde Guerre mondiale. Il subsiste un café, le "Café de la cale" qui s'appelait antérieurement "Petit Nice".

La desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le Relecq-Kerhuon : le viaduc du chemin de fer (ligne Paris-Brest) sur l'anse de Kerhuon en construction (1862).

Le désenclavement de la commune a commencé par la construction de la ligne ferroviaire de Paris-Montparnasse à Brest en 1865 qui traverse la commune, laquelle dispose d'une gare ferroviaire. Il fallut construire un viaduc ferroviaire long de 200 mètres, haut de 39 mètres et supporté par 11 arches pour franchir l'anse de Kerhuon. La seconde voie entre Kerhuon et Brest n'est posée qu'en 1887[14].

La construction du viaduc occupa plusieurs centaines d'ouvriers et fut, pour les eux, un travail éprouvant : la dynamite étant utilisée pour ce chantier, un accident pouvait très vite arriver. La roche provenait de quatre carrières de Lampaul-Plouarzel et était transportée par gabarre et déchargée dans l’anse. D’autres pierres provenaient de Saint-Divy, Gouesnou et Guipavas[15].

Dès la mise en service de la gare de Kerhuon se pose le problème de l'amélioration de la route menant, via cette gare, de Guipavas au Passage de Kerhuon : « Il n'existe actuellement [en 1862] entre Guipavas et ce Passage qu'un chemin fort accidenté qu'on ne peut songer à réparer sur place. Les pentes et rampes qui composent ce chemin ont des inclinaisons qui ne s'élèvent pas à moins de quatorze pour cent ; il y a donc lieu d'exécuter une nouvelle voie entre Guipavas et la gare »[16].

Au XXe siècle, les ponts sur l'Élorn[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, Le Relecq-Kerhuon est traversé par des axes majeurs du transport routier depuis la construction du pont Albert-Louppe mis en service en 1930[17] traversé par la route nationale 165 (le boulevard Léopold Maissin connut alors bien des embouteillages) ; puis la construction de la voie express Brest-Quimper-Nantes, celle du pont de l'Iroise (mis en service en 1994) et celle de la rocade est de Brest ont mis fin aux embouteillages mais compartimenté la commune en zones isolées les unes par rapport aux autres en dépit des quelques ponts, grands ronds-points et échangeurs permettant la desserte locale.

Article détaillé : Pont Albert-Louppe.
Article détaillé : Pont de l'Iroise.

Le littoral[modifier | modifier le code]

Du Moulin-Blanc au Gué Fleuri[modifier | modifier le code]

Même si elle est considérée comme une plage brestoise, la plage du Moulin-Blanc, en bordure de la rade de Brest, est en réalité à cheval sur trois communes : Brest pour sa partie nord-ouest, Guipavas pour sa partie centrale et Le Relecq-Kerhuon pour sa partie orientale, aux alentours du lieu-dit « La Cantine », fréquentée par des baigneurs mais principalement par les pratiquants de surf. Le Spadium Parc[18] est une piscine et un complexe aquatique ludique situé en bordure même de cette plage sur le territoire de la commune.

Le long de la rive droite de l'estuaire de l'Élorn alternent falaises et grèves : la pointe Sainte-Barbe, extrémité de la presqu'île Kerhorre offre un point de vue exceptionnel sur la rade de Brest et les ponts Albert-Loupe et de l'Iroise, au niveau du bois de Sapin[19] où la population brestoise venait pique-niquer par le passé ; l'anse de Camfrout au milieu est une grève expose au sud et, au-delà de la cale du Passage de Plougastel, se trouve la presqu'île du Gué Fleuri[20].

L'anse de Kerhuon[modifier | modifier le code]

L'ancienne anse de Kerhuon était le port d'attache des bateaux kerhorres. Dans son Guide du touriste qui date de 1889, Onésime Pradère évoque « les barques de Kerhuon, mollement bercées au roulis, [qui] dorment au pied des promontoires ou glissent sur les ondes scintillantes »[21]. Hippolyte Violeau évoque « ses chantiers et ses écluses bouillonnantes »[22]. L'anse de Kerhuon fut barrée par la construction, due à Antoine Choquet de Lindu, en 1787 d'une digue (reconstruite en 1837) le transformant en un étang d'eau saumâtre vaste de 45 hectares le transformant en parc à bois pour la Marine brestoise (dépôt des bois de mâture et de charpente destiné à la construction et à l'entretien des navires de guerre afin d'en assurer la conservation) ; ce dépôt des bois est visité en 1846 par le ministre de la Marine M. de Mackau[23]. Onésime Pradère écrit, toujours en 1889 : « La Marine tient en réserve dans l'anse [de Kerhuon] une valeur de plusieurs millions de bois de constructions dont la bonne conservation est due au mélange, dans des proportions convenables, des eaux douces et des eaux salées »[24]. La pyrotechnie de Saint-Nicolas s'installa sur sa rive orientale à partir de 1875 et l'anse fait toujours partie de son périmètre de protection[25] ; l'anse fut asséchée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et remise en eau ensuite. Le fond de l'anse et sa rive occidentale sont devenus une réserve naturelle ornithologique, refuge de nombreux oiseaux, et un lieu de promenade[26].

Un projet de construction d'un grand port de commerce[27] ou même d'un port transatlantique destiné à accueillir les paquebots fut même envisagé un temps en 1859 dans l'anse de Kerhuon[28], mais le projet fut abandonné ; un port transatlantique s'ouvrit bien, mais à Brest, et fonctionna pendant quelques années seulement pendant le Second Empire ; le port de commerce fut édifié à « Brest même » dans l'anse de Porstrein. P. Levot écrit : « La grande superficie de l'anse, la profondeur de l'eau qu'on pourrait y obtenir, en faisant des dragages faciles, et l'interruption à volonté des communications entre elle et la rade (la digue établie à l'entrée de l'anse en est la preuve) permettraient, s'il est nécessaire, de la transformer en un vaste bassin à flot et d'y créer un port de commerce »[29].

Les conditions de navigation sur la rivière de Landerneau ont toujours été difficiles, même pour accéder à l'anse de Kerhuon ou à la pyrotechnie de Saint-Nicolas :

« La rivière de Landerneau n'est pas accessible aux navires du plus fort tirant d'eau. Elle n'est navigable à mer basse pour les navires de 4 m. de tirant d'eau que jusqu'au nord de la chapelle St-Jean de Plougastel ou même jusqu'à l’anse de Kerhuon (contenant les bois de construction de la marine) à cause de l'étroitesse du chenal. L'entrée en est même diminuée par la basse Ste-Barbe (1m, 30 à marée basse) et par les bancs de Keraliou sur le côté sud de la rivière, par le travers de l'anse du Moulin-Blanc[30]. »

En 1867, l'ancien vaisseau mixte de 140 canons, le Wagram, réduit à l'état d'épave, est coulé dans la rivière de Landerneau, un peu à l'est de l'anse de Kerhuon, dans le cadre d'un essai de torpilles[31]. Le 17 juin 1898, l'anse fut cédée par la Marine à l'administration des Domaines. En 1901, le Henri IV est lui aussi coulé volontairement dans l'anse de Kerhuon après avoir été soumis à un torpillage expérimental et l'opération de relèvement qui suivit fut très longue et difficile[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Relecq est la forme francisée du mot breton releg[enn] « relique », le toponyme étant cité pour la première fois en 1544. Le nom breton moderne est Ar Releg-Kerhuon.

Kerhuon est un composé du mot breton ker « village » associé probablement à un nom de famille Huon, ancien cas régime du prénom Hue, ancienne forme d'oïl du prénom Hugues, conservé comme nom de famille. Cet anthroponyme est d'origine germanique[33].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un tumulus a été découvert près du lieu-dit Goarem-an-Dorgen (dont le nom breton signifie en français petite butte de terre et il fut exploré en 1872[34]. Douze petits objets en bronze datant de la seconde moitié du IIIe siècle ont été trouvés en 1862 lors de la construction du viaduc de l'anse de Kerhuon[35].

Des traces d'une voie romaine venant de Vorgium (Carhaix) via Landerneau, et passant par devant le site de la Joyeuse Garde en La Forest-Landerneau avant de poursuivre soit en direction de Gesocribate (Brest), soit de Vorganium, ont été retrouvées à l'extrémité de l'anse de Kerhuon, à proximité du viaduc ferroviaire[36].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le 4 février 1617, François de Rospiec, écuyer, sieur de Kerhuon, épouse Anne Pinart en l'église de Lannilis[37].

Au XVIe siècle, les hameaux du Relecq et de Kerhorre appartiennent à la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan[38]. La chapelle de Camfrout (disparue), par contre, dépendait de l'abbaye de Daoulas et était à l'origine un prieuré dénommé hôpital de Treisquinet, mentionné en 1180[33].

Le manoir de Lossulien[modifier | modifier le code]

Son nom provient du mot breton loc (lieu consacré) et de saint Sulien, dit aussi saint Suliau, saint breton plus ou moins mythique du VIe siècle. Saint Suliau aurait été confondu avec saint Julien dit l'Hospitalier ou le Passeur, saint approprié pour patronner un lieu proche d'un tel site. Le site est particulièrement bien choisi, à proximité d'une source et d'un ruisseau pentu permettant un apport d'énergie (moulin), à proximité de la grève du Passage de Treisquinet permettant de franchir l'Élorn et de l'itinéraire partant de là pour desservir le Léon, en particulier fréquenté par les pèlerins se rendant aux sanctuaires du Folgoët et de Saint-Jaoua à Plouvien, ce qui explique que le lieu ait été tôt contrôlé par les comtes de Cornouaille.

Un château en bois aurait existé au Haut Moyen Âge selon Louis Le Guennec, le domaine seigneurial initial se nommant Trébit et assurait la surveillance de l'embouchure de l'Élorn. La première résidence seigneuriale était située vraisemblablement sur une éminence voisine du manoir actuel[39]. La tradition orale dit qu’un fils cadet de la famille de Cornouaille aurait reçu ces terres en apanage à son retour de la première croisade en 1099 et l'historien Christian Le Roux pense que les descendants du titulaire de ce fief ont constitué la branche léonarde de la famille de Cornouaille qui aurait reçu Lossulien en apanage[40] et dont un descendant aurait agrandi le domaine grâce à un mariage avec l'héritière du domaine voisin de Kervern (Kerguen). En 1398, Olivier de Cornouaille est gouverneur de Lesneven. Lossulien fut un temps à la tête d'un fief de vaste superficie s'étendant de Guipavas à Lambézellec[41]. Au XVe siècle, les seigneurs de Lossulien sont grands feudataires (grands seigneurs) du Bas Léon et ont par exemple l'insigne honneur de porter l'évêque de Léon lors de son entrée dans la cathédrale de Saint-Pol ; ils jouissent aussi de prééminences dans les églises de Guipavas, de Lambézellec, du château de Brest et des Sept-Saints[42], dans les chapelles du Run en Guipavas, de Trénynez, et, sur le territoire du Relecq, de Saint-Laurent de Camfrout, de Sainte-Barbe et du Relecq[40]. Un certain Fleury de Lossulien fut capitaine et gouverneur de Quimper entre 1712 et 1719.

Lossulien fut la propriété successive des familles de Cornouaille (le 14 août 1547, Guillaume III de Kersauson, sieur de Penhoët, Kerviliou, Lavallot, etc. épouse Claude de Cornouaille, fille de Guillaume de Cornouaille, sieur de Lossulien et de Françoise de Kerougant), Guengat (avant 1650 ; en 1507, il devient la propriété de Jacques de Guengat, seigneur de Lossulien), Kergorlay et Kersauson (entre 1650 et 1676 ; Charles de Kersauson habitait le manoir de Lossulien en 1676). Le domaine fut acheté par Louis Fleury, riche armateur de Landerneau, qui fit entrer sa famille dans la noblesse par l’achat du titre de « Secrétaire du Roi, Maison et Couronne de France » et par ses deux enfants mariés l'un à un membre de la famille de Kergroadès et le second à un membre de la famille de Kerouartz. Le manoir et son domaine[43], propriété de Jacques Toussaint de Kerouartz, comte de Penhoët et vicomte de Kermellec[44] lorsque se déclenche la Révolution française, fut vendu comme bien national les 17 et 18 ventôse an II (7 et 8 mars 1794) au citoyen Pierre-Marie Lavallée, négociant à Brest, pour environ 110 000 livres[45].

La chapelle de Lossulien, qui date du XVIe siècle, mais a servi un temps d'écurie, a été conservée[46]. Le vitrail de la chapelle, réalisé en 1963 par Adeline Hebert-Stevens, montre Guillaume de Cornouaille lors de la première croisade, faisant vœu à Notre-Dame du Relec en Plounéour-Ménez de lui dédier une chapelle sur ses terres, à son retour[40].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'épidémie de choléra de 1885[modifier | modifier le code]

Un lavoir à Kerhuon vers 1900-1905.

Le hameau de Kerhuon, alors encore dépendant de la commune de Guipavas, est particulièrement frappé par l'épidémie de choléra d'octobre 1885[47]. Par exemple à Prat-Salon, dépendance du hameau de Kerhuon, « il y eut 7 cas, dont 5 décès, sur une population de 18 habitants, dans l'espace de quelques jours. L'eau d'alimentation avait été contaminée par l'eau d'un lavoir placé tout à côté de la source, un peu au-dessus, et séparé d'elle par un petit mur en terre ; on avait lavé des linge de cholériques »[48]. « C'est un de ces hameaux maritimes, Kerhuon ou Kerhorre[49], qui a été le plus frappé. [...] Par sa position entre Brest et un bras de mer, ce hameau est particulièrement exposé aux épidémies. Ainsi a-t-il été visité par la plupart des épidémies qui ont atteint le Finistère depuis 1834 ; le choléra et la fièvre typhoïde y ont toujours fait de nombreuses victimes » écrit Henri Monod[50]. L'épidémie de 1885 fit en tout pour le seul hameau de Kerhorre 49 malades dont 16 ont succombèrent.

L'insalubrité explique la propagation aisée de l'épidémie comme le prouve cette description de Kerhuon à l'époque :

« La plupart des maisons contaminées sont entourées d'un fumier mouvant où l'on enfonce parfois plus haut que la cheville ; nulle part, on ne trouve de fosse à purin, et l'air avoisinant est d'un méphitisme absolu qui envahit l'intérieur des habitations. Kerhuon n'a pas d'abattoir situé en dehors de la localité ; les bouchers sont donc obligés de tuer les bestiaux sur place, dans l'intérieur même de leur maison[51]... »

Les médecins venus sur place sont insultés (en breton) par la population locale persuadée qu'ils semaient le choléra (car les médecins saupoudrait de chlore les tas de fumier où étaient déversés les déjections des cholériques) et ne cherchaient qu'à ruiner les gens, par exemple parce qu'ils demandaient aux familles des victimes de brûler leurs draps. Il fallut envoyer des gendarmes !

Les lavoirs ( les doués disait-on, dans le vocabulaire local) étaient effectivement très rudimentaires, de simples trous d'eau en fait utilisés par les lavandières pour laver leur linge[52].

En 1899, Le Relecq-Kerhuon fait partie des dix-huit seules communes du département du Finistère à déjà posséder une société d'assurance mutuelle, forte de 20 adhérents, contre la mortalité des animaux de ferme, qui assure les chevaux et les bêtes à cornes[53].

L'indépendance paroissiale puis communale du Relecq-Kerhuon (1896)[modifier | modifier le code]

En 1896, les villages de pêcheurs et d'ouvriers de la commune essentiellement rurale de Guipavas se séparent de celle-ci. Les causes sont à rechercher dans une croissance démographique et un conflit d'intérêts, ainsi que des divergences d'opinions politiques, entre ruraux et non-ruraux. La paroisse du Relecq, constituée des villages de Kerhuon, du Relecq, de Sainte-Barbe et de Camfrout, créée le 7 janvier 1869, était déjà depuis quelques décennies distincte de celle de Guipavas. Les villages de Kerhorre et du Relecq fusionnent pour donner naissance au Relecq-Kerhuon. Kerhuon est le nom de la gare, référence à château, étang et moulin à eau voisins. Les villages du Rody et du Douvez devaient se réunir aux deux autres, mais au dernier moment leurs habitants, sous la pression des élus de Guipavas, maintinrent leur attache à leur ville mère. Le Relecq-Kerhuon se trouve donc encerclé par sa « grande sœur », qui conserve deux fenêtres littorales, l'une sur l'Élorn, l'autre sur la rade de Brest (partie centrale de la plage du Moulin-Blanc) de part et d'autre du littoral de la commune du Relecq-Kerhuon. Dans un premier temps, le nom de Kerhuon-Relecq fut envisagé[54].

En 1873, la section du Relecq était peuplée de 2 070 habitants et le reste de la commune de Guipavas de 4 532 habitants. Les habitants du Relecq et de Kerhuon demandaient déjà depuis 1873 la création d'une commune indépendante, arguant dans une pétition « leur éloignement du chef-lieu communal dont ils sont séparés (...) par cinq kilomètres environ » ; les pétitionnaires « se plaignent d'une hostilité systématique de la part de la municipalité de Guipavas et établissent un lien entre cette hostilité à un certain nombre de griefs spéciaux : insuffisance de l'église paroissiale, mauvais état des écoles, insuffisance de leurs voies de communication, etc.. ». Le conseil général du Finistère en 1877 donne un avis défavorable : « Tout ce que demande Le Relecq peut être obtenu sans qu'il soit besoin de recourir à une séparation » (création d'un bureau d'état civil au Relecq, d'un bureau de poste, « l'école des filles a été améliorée, un très beau local a été livré pour l'école des garçons »). La perte de la section du Relecq causerait à Guipavas un préjudice moral, lui enlèverait « la plus grande partie de son rivage maritime, c'est-à-dire le droit à la coupe du goémon et les autres avantages réservés aux riverains » . Le rapporteur de la commission du Conseil général du Finistère, le comte de Legge rajoute que « la population [de Kerhuon et du Relecq] est en grande partie constituée d'ouvriers et de marins qui échappent à l'impôt, ne paie même pas de cote personnelle. Les charges retomberont donc sur la population rurale, celle qui a une attache au sol. Or cette partie de la population ne désire nullement la séparation ». En conséquence, le conseil général du Finistère émet lors de sa session d'avril 1877 un avis défavorable à cette demande de scission[55].

De 1884 à 1896 vont s'affronter au conseil municipal de Guipavas la minorité agissante du Relecq et la majorité conservatrice représentant le reste de la commune. Chacune des parties sachant que la séparation est inéluctable et qu'une nouvelle commune doit naître. Les limites fixées seront donc au ruisseau du Costour et à l'anse de Kerhuon. Au nord, les habitants décideront de leur sort : ceux de Poul-Ar-Feunteun et de Keroumen réclameront leur rattachement au Relecq que refuseront les fermiers de Runavel, Porsméan et de Reun-ar-C'Hoat.

Le 30 mars 1896, Le Relecq-Kerhuon est érigé par la loi en commune distincte. Le 8 avril 1896 le Journal officiel publie la grande nouvelle[56], laquelle est signée par Félix Faure, président de la République, et contresignée par Paul Doumer ministre de l'Intérieur. 3 504 habitants y sont déjà recensés. L'expansion démographique de la commune commence en 1960 et s'acheva vers 2000 après le quasi-épuisement des zones urbanisables même si on assiste aux environs de 2010 à une reprise de l'urbanisation sur les rares parcelles constructibles du territoire communal non encore urbanisées. Le Relecq-Kerhuon est à présent la dixième ville du département du Finistère. Sa faible superficie en fait la commune la plus densément peuplée du département après Brest.

La construction de l'église Notre-Dame-du-Relecq entre 1890 et 1895, sous l'impulsion de l'abbé Letty, qui décède avant l'achèvement des travaux, est facilitée par d'importants dons d'argent : les principaux mécènes sont Jean-Baptiste Ghilino (premier maire de la commune en 1896), Pierre de Sayn-Wittgenstein et le prince de Hohenlohe. Le testament de Rosalie Léon contenait une clause concernant la construction de l’église, par laquelle une somme d’argent devait être léguée pour le projet de l’abbé Letty : « ... Dans le cas où l’on viendrait à construire une église au Relecq, je désire que mon légataire universel Pierre de Sayn-Wittgenstein participe à la dépense de cette construction de ma part et à mon intention et ce pour une somme de vingt-cinq mille francs... »[57].

La Riviera du Relecq- Kerhuon[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le littoral du Relecq-Kerhuon, surtout côté rivière de Landerneau devient une Riviera car il bénéficie d'un microclimat (face au sud, donc bien ensoleillé et abrité des vents d'ouest par la pointe Sainte-Barbe), devient un site très recherché par l'aristocratie et la bourgeoisie de l'époque, la desserte par le chemin de fer contribuant au succès de cette station grâce à la proximité de la gare du Relecq-Kerhuon. Quelques belles propriétés s'y construisent ; parmi elles :

De la noblesse russe et allemande au Relecq-Kerhuon : le château de Kerléon[modifier | modifier le code]

Le château de Kerléon au début du XXe siècle.

En compagnie d'une épouse morganatique originaire du Finistère, Rosalie Léon[58] (née en 1832 à Quimper, qui fut servante à Guipavas avant de devenir une actrice parisienne en vogue[59]), dont la beauté était paraît-il remarquable et l'intelligence vive, le prince russe Pierre de Sayn-Wittgenstein[60], fils de Louis-Adolphe-Pierre zu Sayn-Wittgenstein, et lui-même ancien lieutenant général et aide de camp du tsar Alexandre III, vint se fixer au hameau de Kerbar où il fit construire par Guillemard entre 1883 et 1886 le château de Kerléon[61], entouré de vastes jardins et de serres magnifiques, puis la princière chaumière russe de Kerjulien à proximité. Le couple fut généreux envers la population du voisinage et multiplia les donations philanthropiques, mais celle que tout le pays de Brest surnommait « la bonne princesse russe » décédait le 28 août 1886 à Ems, station thermale où elle était allé « prendre les eaux » ; son mari, inconsolable[62], décéda quelques mois plus tard dans son château de Kerléon au Relecq-Kerhuon mais il fut inhumé dans le caveau familial le 26 mai 1892 à Shillingfurst (Bavière).

Sa sœur jumelle, Marie de Sayn-Wittgenstein-Berleburg (1819-1897), princesse de Hohenhole, hérita des vastes domaines (plus de 1 500 000 hectares !) de son frère (dont le château de Mir) et, entre autres, du domaine de Kerléon. Elle était mariée au prince bavarois Chlodowig-Alexis de Hohenhole-Schillingfürst, duc de Ratibor et Corvey (né à Rotenburg an der Fulda en 1819, décédé à Ragaz, en Suisse, en 1901). Ce dernier fut ministre des Affaires étrangères et président du Conseil de Bavière (1866-1870), puis après la réalisation de l'unité allemande au profit de la Prusse, ambassadeur d'Allemagne en France entre 1874 et 1885, statthalter redouté d'Alsace-Lorraine entre 1885 et 1894 (procédant entre autres à une germanisation impitoyable) et chancelier du Reich entre 1894 et 1900[63]. Mais la princesse de Hohenhole, victime de la confiscation des biens étrangers par le tsar (oukase de 1887) et de ses dépenses excessives (les travaux de restauration et d'embellissement du château de Kerléon lui coûtèrent 2 millions de francs de l'époque !) dut accepter en 1889 la vente par liquidation judiciaire du domaine de Kerléon pour 210 000 francs seulement[64]. Mais la princesse s'étant réservé lors de cette vente une pittoresque partie de ce vaste domaine, le castel de Kerjulien, continua à y venir de temps à autre, à l'abri des mondanités, mais n'oubliant jamais, comme son frère avant elle, « les pauvres du Relecq »[65]. Le chancelier d'Allemagne séjourna au Relecq-Kerhuon à plusieurs reprises, par exemple il vint en mai 1900[66].

Le Relecq-Kerhuon : le manoir du Gué Fleuri en bordure de l'Élorn, désormais siège du CIEL (Centre international d'études de langues).

Le manoir du Gué Fleuri[modifier | modifier le code]

D'autres demeures aristocratiques ou bourgeoises furent construites pendant la seconde moitié du XIXe siècle ou le début du XXe siècle : par exemple le manoir du Gué Fleuri, résidence bourgeoise de la famille Pielleux, qui exploitait une usine d'algues (qui fit faillite) juste à l'est du domaine. Le domaine fut acheté en 1883 par Émile Zédé, puis fut acheté en 1938 à ses descendants par les époux Carpier qui y créèrent un hôtel-restaurant renommé, mais détruit par un obus pendant la Seconde Guerre mondiale. La commune du Relecq-Kerhuon acheta le domaine en 1979 et la chambre de commerce et d'industrie de Brest y a ouvert en 1986 le CIEL (Centre international d'études de langues)[67].

Le château de Kerhuon[modifier | modifier le code]

Le château de Kerhuon est une ancienne propriété des familles Bonamy[68] et Malassis, imprimeurs à Brest, et devenu en raison du mariage de l'héritière Victoire Saint-Genys avec Xavier de La Poype propriété de cette famille[69]. Ce château fut exproprié en 1917 pour les besoins de la Défense nationale.

La poudrerie du Moulin-Blanc et le scandale des poudres[modifier | modifier le code]

La poudrerie du Moulin-Blanc, implantée dans la vallée du Costour, fut construite entre 1884 et 1886. L’année 1887 marqua le début de la production de coton-poudre, qui atteignit 1 000 tonnes en 1900. En 1907-1908, le travail se fit plus rare et l’entreprise dut licencier de nombreux ouvriers, engendrant des manifestations.

La poudrerie du Moulin-Blanc est mise en cause dans le scandale des poudres (fabrication de poudre B défectueuse qui provoque des explosions à bord de plusieurs bateaux de guerre français, faisant des centaines de morts) entre 1907 et 1911. Ce scandale entraîne une vive polémique[70] entre deux directeurs successifs de cette poudrerie, qui ont aussi dirigé chacun un temps la poudrerie de Pont-de-Buis, Léopold Maissin et Albert Louppe.

Article détaillé : Léopold Maissin.
Article détaillé : Albert Louppe.

En 1908, la poudrerie du Moulin-Blanc procède à 80 licenciements, ce qui suscite une protestation unanime du conseil municipal[71] et s'ajoute aux licenciements antérieurement survenus (396 ouvriers et 18 ouvrières) l'année précédente[72].

Pendant la Première Guerre mondiale, la production de coton-poudre augmenta fortement et les effectifs employés également. Quelques années plus tard, à la production de coton-poudre vinrent s’ajouter la réparation de wagons de marchandises et la fabrication de la nitroglycérine.

Cinq cents ouvriers travaillaient encore à la poudrerie le 18 juin 1940, quand les ingénieurs décidèrent de saboter le matériel afin que l’usine ne tombât pas aux mains des Allemands. Au cours du siège de Brest, la poudrerie fut détruite, même si quelques bâtiments subsistent encore, ainsi qu'une rue des Poudriers[73].

Les querelles entre laïcs et cléricaux au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre 1907, les Frères de la doctrine chrétienne[74] et les Sœurs qui tiennent les écoles de Guipavas et du Relecq-Kerhuon de leurs écoles[75].

L'expulsion du clergé de son presbytère, le 14 octobre 1907, est ainsi racontée par le journal Le Gaulois :

« 50 gendarmes, deux trompettes d'artillerie et quatre ouvriers serruriers [...] cernent toutes les routes qui mènent au presbytère du Relecq-Kerhuon, occupent le portail de l'église afin d'empêcher de sonner le tocsin. [...] Six heures sonnent, l'heure légale. Trois sonneries de clairon, trois sonores « Ouvrez au nom de la loi ! » [...] . La porte cède sous les coups de massue des crocheteurs. Le recteur, M. Branquet, entouré des vicaires Pailler et Madec, lit une énergique protestation, déclarant que le presbytère a été construit sans le secours de la commune ni de l'État. Ils ne céderont qu'à la force. Les gendarmes leur mettent la main au collet. [...] Le mobilier et la literie sont mis dehors par une pluie battante[76]. »

En raison de la présence d'industries de guerre (poudrerie du Moulin-Blanc et pyrotechnie de Saint-Nicolas) employant une main-d'œuvre nombreuse, Le Relecq-Kerhuon est au début du XXe siècle une forteresse syndicale de la Confédération générale du travail (CGT) et considérée comme une ville radicale, tant au sens étymologique du terme (= extrémiste de gauche, rouge) qu'au sens politique (le maire de la commune appartient au parti radical), même si le clergé tente de s'y opposer (l'abbé Madec par exemple, vicaire au Relecq-Kerhuon, est, en 1911, le principal organisateur d'un syndicat « libre » d'obédience chrétienne, le Syndicat des « ouvrières du 2e dépôt »[77]).

Pêcheurs et paysans kerhorres[modifier | modifier le code]

Trois barques de pêche avec leurs filets séchant, à Brest de Camfrout (par Émile Vernier).
Pêcheuse kerhorre (statue de Patrice Le Guen placée devant la salle de spectacle l’Astrolabe).

Dans les premières décennies du XXe siècle, des barques de pêche du Relecq-Kerhuon, bateaux à voile et aviron, ayant moins de 6 mètres de long (les pêcheurs dormaient à bord en tirant un toile au-dessus de la coque), pêchaient le mulet, le rouget et les autres poissons dans l'Élorn, mais aussi dans l'ensemble de la Rade de Brest, s'aventurant jusqu'aux îles Béniguet, Quéménès, Trielen, ainsi que dans les parages du Conquet récolter du goémon pour la fabrication de la soude[78]. Les naufrages étaient fréquents : par exemple le 7 octobre 1924, le naufrage d'une barque de pêche du village de Camfrout chavire à l'entrée du Goulet de Brest (3 noyés, 1 rescapé)[79]

« À peu de distance de l'embouchure de l'Élorn, dans la Rade, on aperçoit une masse étroite entre la rive et les escarpements du plateau de Brest, et une crique semblable à un léger pli dans la roche. C'est le village de Kerhor. Tous les Kerhorrais, mais on dit les Kerhorres, sont pêcheurs. Ils s'embarquent le lundi à la pointe du jour, et ne rentrent que le samedi soir. Ils passent toute la semaine en rade, pêchant la nuit, dormant ou se reposant le jour dans leur demeure flottante, et n'abordant au rivage que juste de temps d'y vendre leur poisson. Le poisson est une denrée qui n'a pas de prix déterminé ; elle se discute au jour le jour selon l'abondance et la qualité. Il paraît cependant qu'on peut estimer les poissons de moyenne taille, comme le maquereau, à dix francs le cent au plus bas et vingt francs au plus haut. Les Kerhorres passent pour aussi habiles marins qu'habiles pêcheurs ; on n'a pas souvenir qu'il soit arrivé d'aéccident à une barque de Kerhorre, bien qu'ils bravent les gros temps avec le plus insouciant courage. « Ils ne craignent rien », me disait un de nos hommes d'équipe ; j'en ai vu souvent traverser la rade par tempête ; on aurait dit une petite mauve sur la mer. Je crois que la mauve est le nom local de la mouette. Le trait caractéristique des Kerhorres, c'est la composition de leurs équipages : cinq personnes par barque, quatre hommes et une femme. La femme du patron, sans doute ? Pas le moins du monde. Les Kerhorres n'embarquent ni femme de patron, ni femmes de pêcheurs, mais uniquement des jeunes filles non mariées. Dès l'instant où la Kerhorre est mariée, elle reste à terre pour soigner la maison, raccommoder les filets et cultiver la terre. (...) Cette étrange peuplade, située à une lieue de Brest, ne parle pas français[80]. »

Au début du XXe siècle, la commune possédait une cinquantaine d'exploitations agricoles (l'actuelle Maison des Kerhorres était l'une d'entre elles) ; une seule subsiste, spécialisée dans le maraîchage.

Autres faits des XIXe siècle et XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le 6 janvier 1894, on pouvait patiner dans l'anse de Kerhuon tant l'épaisseur de la glace était forte[81], mais l'hiver suivant, alors qu'on y patinait à nouveau, la glace se rompit, l'accident faisant un mort[82].

Le 20 juin 1899, le bruit courut que les autorités, à la recherche d'un lieu discret, allaient faire débarquer le capitaine Dreyfus, de retour du bagne de Guyane, dans l'anse de Kerhuon. La scène est ainsi racontée par le journal Le Figaro : « Tout à coup, la nouvelle se répandit en ville [à Brest] qu'une compagnie d'infanterie de marine venait de partir pour Kerhuon. C'est un village situé 7 km en aval (sic) de Brest [...] où l'on prétend que Dreyfus pourrait bien être transporté directement sur un torpilleur. Une douzaine de journalistes venus de Paris, tout exprès pour assister à l'arrivée de Dreyfus, ayant appris la nouvelle, louèrent les quelques fiacres dont dispose Brest et se rendirent à Kerhuon. La compagnie d'infanterie de marine était bien là, mais elle était venue tout simplement pour relever le poste d'une poudrière située dans le voisinage. De Dreyfus, il n'était pas plus question que du Grand Turc »[83].

Un relais du télégraphe Chappe se trouvait sur la butte de Tor-al-Lan. Le service téléphonique ouvre dans la commune un premier bureau le 1er février 1914[84].

Vers 1900, Le Relecq-Kerhuon possédait de « nombreuses guinguettes et hôtels-restaurants » si l'on en croit Paul Joanne[85].

En juin 1904, l'arrestation d'un espion, répondant au pseudonyme de Degremont, mais déclarant après son arrestation se nommer James Ellis, se déclarant d'origine canadienne mais apparemment d'origine anglaise, au Relecq-Kerhuon, pour espionnage à Ouessant et aux environs de Brest, et dont l'identité véritable reste mystérieuse, fait grand bruit[86], y compris dans la presse nationale. L'affaire fait finalement long feu, ledit Ellis bénéficiant d'un non-lieu en juin 1905, du moins pour cette affaire car le même personnage fut condamné à 5 années d'emprisonnement à Toulon pour espionnage[87].

Le pont de Plougastel (Pont Albert-Louppe) en cours de construction (1928).

Le pardon du Relecq-Kerhuon se tenait tous les 15 août, jour de la fête de l'Assomption. En 1903, une femme infirme, Marie Raguénès, âgée de 40 ans et muette depuis l'âge de 12 ans à la suite d'une fièvre cérébrale se mit subitement à parler alors qu'elle gardait des bestiaux ; elle déclara qu'un grand vieillard se disant l'envoyé de Dieu lui serait apparu, disant : « Priez Dieu parce qu'il en a besoin et parce que le monde est mauvais et qu'on ne prie pas assez pour lui ». Elle fut aussitôt surnommée la « Miraculée » et de nombreuses personnes crurent au miracle, qui ne fut pas reconnu par les autorités ecclésiastiques[88].

Parmi les faits divers qui défrayèrent la chronique, plusieurs qui se sont déroulés au Relecq-Kerhuon ont eu un retentissement dans la presse nationale de leur époque comme le « mystère de la falaise de Kerhuon » en septembre 1919 où une fiancée, finalement innocentée, s'était accusée à tort d'avoir jeté son fiancé du haut de la falaise[89] ou le « roman vécu de la Dame de Kerléon » (une châtelaine victime d'escrocs)[90].

En 1930, le président de la République Gaston Doumergue visite « le petit village de Kerhuon, dont tous les habitants ou presque, travaillent à la poudrerie du Moulin-Blanc et à la pyrotechnie de Saint-Nicolas. Deux arcs de triomphe ont été dressés afin de recevoir dignement le chef de l'État. Pourquoi Kerhuon ? Parce que c'est sur le territoire de cette commune que débouche le pont géant de Plougastel »[91].

La Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, la population prend part à l’effort de guerre et les industries locales liées à la Défense nationale connaissent une très grande activité. Le monument aux morts de la commune porte les noms de 123 personnes mortes pour la France pendant la Première Guerre mondiale[92].

Un soldat originaire du Relecq-Kerhuon, François Penvern[93], du 3e régiment d'infanterie, a été fusillé pour l'exemple le 5 avril 1915 au Rendez-vous de chasse (Meuse pour « refus d'obéissance, outrages par paroles et gestes envers ses supérieurs »[94].

La Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Place Achille-Grandeau : la plaque commémorative en mémoire des 26 victimes du 7 juin 1941.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le 7 juillet 1941, un bombardement anglais fait 26 victimes civiles sur l'actuelle place Achille-Grandeau. Le château de Kerléon fut lui aussi très endommagé par un bombardement ainsi que le viaduc ferroviaire sur l'Anse de Kerhuon[95] et une arche du pont Albert-Louppe. Les vitraux de l'église Notre-Dame, réalisés par Louis-Charles-Marie Champigneulle[96] (1853-1905) disparurent également sous les effets d'un bombardement.

La Seconde Guerre mondiale a provoqué 126 décès de personnes habitant au Relecq-Kerhuon, la plupart jeunes ; 26 soldats américains sont décédés dans la commune, soit directement lors des combats, soit après avoir été blessés.

Lucien Argouach, né le 11 octobre 1921 au Relecq-Kerhuon, ouvrier à l'arsenal de Brest, membre de l'Armée secrète, fut fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien[97].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie du Relecq-Kerhuon.
Liste des maires successifs du Relecq-Kerhuon
Période Identité Étiquette Qualité
1896 1897 Jean-Baptiste Ghilino   Premier maire de la commune
1897 1903 Jacques Mazé   second maire de la commune
1903 après 1914 Léopold Maissin Radical Directeur de poudrerie, conseiller général
1914 1925 Léopold Maissin Fils Parti républicain Propriétaire rentier
1925 1929 Michel Calvez SFIO  
1929 1941 Léopold Maissin Fils Parti républicain Propriétaire rentier
1941 1944 Léopold Maissin Fils Parti républicain Propriétaire rentier
1945 1947 Jean Autret Parti communiste français Retraité de la Poudrerie
1947 1956 Jean Déniel SFIO Retraité de l'Arsenal
1956 1965 Yves Le Maout SFIO Retraité de l'Arsenal
1965 1977 Julien Querré SFIO Professeur des universités
1977 1983 Guy Liziar PCF Instituteur
1983 1995 Julien Querré PS Professeur des universités
1995 2008 Marcel Dantec UMP Conseiller général du canton de Guipavas (1989-2008)
Responsable d'agence bancaire
2008 en cours Yohann Nédélec PS Responsable des Ventes Brittany Ferries
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Blason du Relecq-Kerhuon :
D'Azur au navire "Kerhor" de sable, équipé et habillé d'or, au chef d'argent chargé de 5 hermines de sable, timbré au pont d'or (pont Albert-Louppe) reposant au centre sur une trabe d'argent de l'ancre de marine et orné du nœud plat de cordage.
Supports : A dextre, le lion morné de sable du Léon, à senestre, le bélier d'argent de Cornouaille. À la pointe de l'écu, la stangue d'argent, ornée de la banderole d'or avec en lettres de sable la devise en breton Kerhor araok ata (traduction : "Kerhor en avant toujours").
Le lion morné : (ni griffes, ni dents, ni langue) est celui d'Hervé de Léon, devenu un lion de paix pour une sanction ducale de Jean V
Le bélier d'argent : Se trouve sur les armoiries de Quimper et remplace le cerf qui y était sous Louis XIV.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de l'Insee de 2007, Le Relecq-Kerhuon compte 10 746 habitants (soit une stagnation par rapport à 1999). La commune occupe le 859e rang au niveau national, alors qu'elle était au 818e en 1999, et le 11e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués au Relecq-Kerhuon depuis 1896. Le maximum de la population a été atteint en 2011 avec 11 826 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
3 523 3 772 4 295 4 376 4 878 4 282 4 275 4 696 6 021
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
5 985 6 526 7 001 8 499 9 286 10 569 10 866 10 659 10 849
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[98] puis Insee à partir de 2004[99].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,1 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 18,3 %) ;
  • 52,4 % de femmes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 14,5 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 26,4 %).
Pyramide des âges à Le Relecq-Kerhuon en 2007 en pourcentage[100]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,4 
4,1 
75 à 89 ans
8,5 
14,0 
60 à 74 ans
16,5 
24,3 
45 à 59 ans
23,2 
19,8 
30 à 44 ans
18,5 
18,6 
15 à 29 ans
14,5 
19,1 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[101]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L'adhésion à la charte « Ya d'ar brezhoneg » a été votée par le conseil municipal le 9 septembre 2005.

Le premier collège Diwan ouvre ses portes en 1988 et le premier lycée Diwan en 1994 au Relecq-Kerhuon.

À la rentrée 2013, 218 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan et dans la filière bilingue publique de l'école Jules-Ferry (soit 3,7 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[102].

Selon une enquête de 1902, Le Relecq-Kerhuon est alors l'une des trois seules communes du Finistère, avec Brest et Saint-Pierre-Quilbignon où l'enseignement du catéchisme est donné exclusivement en français, alors que dans 169 communes du département il est donné en breton et en français, que dans 123 autres communes le catéchisme est donné en breton alors que les élèves savent le français et que dans une seule commune (Guengat) les instituteurs déclarent que les élèves sont incapables de comprendre le français[103].

Événements[modifier | modifier le code]

  • Le rassemblement des jeunes basketteurs du Finistère, organisé tous les ans par les bénévoles du Stade Relecquois Basket, a lieu le premier week-end de mai.
  • Forum des associations, annuel, chaque premier week-end de septembre.
  • Saison culturelle Les Pique-Niques Kerhorres (depuis juillet 2008) de mai à septembre : théâtre de rue et animations diverses en partenariat avec le Fourneau, scène nationale des arts de la rue, basée à Brest. Depuis 2009, la ville du Relecq-Kerhuon a adopté le slogan « Le Relecq-Kerhuon, berceau des arts de la rue en Bretagne ».

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Sites naturels[modifier | modifier le code]

L'anse de Camfrout et, à l'arrière-plan, le viaduc ferroviaire.

La situation littorale et péninsulaire de la commune explique l'abondance des sites naturels ayant un intérêt touristique :

  • la plage du Moulin-Blanc (à cheval sur les communes de Guipavas et Brest également, la partie dépendant de la commune est parfois appelée plage de la Cantine)
  • la pointe Sainte-Barbe (un sentier littoral en fait le tour, passant sous les deux ponts de Plougastel) et le bois de sapins
  • l’anse de Camfrout en bordure de la "Rivière de Landerneau" (Élorn)
  • l’anse de Kerhuon, réserve naturelle ornithologique
  • la vallée du Costour, à l'ouest de la commune.
  • le bois de Keroumen.

Monuments et équipements civils[modifier | modifier le code]

Le Spadium Parc en bordure de la plage du Moulin-Blanc.
  • Stèles « gauloises » au nord de la commune. Croix de pierre médiévales au bord de l'Élorn. Croix et calvaires du XVIe siècle.
  • Le manoir de Lossulien[104] conserve des vestiges datant du XVe siècle dans un cadre de verdure.
  • La gare de Kerhuon, bâtiment désaffecté datant de 1865 située avenue Ghilino.
  • Le parc du Gué Fleuri qui abrite le CIEL (Centre international des études de langues), offre une vue panoramique rare sur les bords de l'Élorn et sur les rives de Plougastel-Daoulas.
  • Les anciennes maisons de péage situées au pont Albert-Louppe (construites en 1933, granit, ardoises naturelles, cheminée bretonne d'époque). Les sculptures sont de René Quillivic : paysanne en costume de Landerneau. L'endroit présente aussi un panorama exceptionnel sur la rade de Brest et sur le goulet de Brest.
  • Place de la Résistance, lauréate du concours d'urbanisme national lancé par la mission Banlieues 89.
  • L’Astrolabe (1995), salles de spectacles et d'expositions.
La chaloupe Mari-Lizig sur l'Élorn lors de Brest 2008.
  • Piscine ludique de la région brestoise, le Spadium Parc, avec une vue panoramique sur la rade de Brest.
  • Les deux ponts situés sur l'Élorn entre Plougastel-Daoulas et Le Relecq-Kerhuon :
  • La Cale du Passage de Plougastel, côté Le Relecq-Kerhuon. Jusqu'à la mise en service du pont Albert-Louppe, un bac à vapeur a assuré le transport des véhicules et des personnes pendant une quarantaine d'années. Auparavant un canot à rames. Gustave Flaubert en parle dans Par les Champs et les grèves.
  • La Maison des Kerhorres, place de la Résistance. C'est l'ancienne ferme dite du « Grand Kerhorre » qui appartenait jusqu’en 1791 au comte de Kerléan. Vendue comme bien national pendant la Révolution française, elle fut rachetée par Romain Nicolas Malassis, un important imprimeur qui fut également maire de Brest. Jusqu’en 1964, la ferme tenue par la famille Letty était une des cinquante exploitations agricoles familiales que comptait la commune aux XIXe ‑ XXe siècles. C'est désormais un petit musée consacré à l'histoire communale[105]. L'"Association des Amis de la maison des Kerhorres" s'est spécialisée dans l'histoire locale.
  • Mari-Lizig : une chaloupe construite en 1987-1988 selon le modèle utilisé autrefois par les pêcheurs du Relecq-Kerhuon.
  • La Médiathèque François Mitterrand, inaugurée en juin 2013. S'en suivi un spectacle de la compagnie de street danse Moral Soul, ainsi que de nombreuses animations durant 3 jours.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Le Relecq-Kerhuon : l'église paroissiale Notre-Dame.
Le calvaire devant l'église paroissiale Notre-Dame.
Le Relecq-Kerhuon, église Notre-Dame, mise au tombeau.
  • L’église Notre-Dame du Relecq, construite à partir de 1890 par l'architecte Ernest Le Guerranic, à l'initiative de l'abbé Letty pour remplacer l'ancienne chapelle bâtie en 1740 et devenue trop petite, fut achevée en 1898. Des ornements de l'ancienne église ont été conservés dont un tombeau en bois polychrome datant de 1680 et une statue représentant Notre-Dame du Relecq qui date du XVIIe siècle ou du XVIIIe siècle. Une statue du XXe siècle montre Sainte Anne en train d'apprendre à lire à la Vierge Marie[106]. Faute de moyens financiers, la flèche prévue n'a jamais été construite.

Jusqu'à la fin de la décennie 1950, le pardon de Notre-Dame-du-Relecq, qui se tenait chaque 15 août, jour de l'Assomption, attira une foule de pèlerins et de visiteurs[107].

    • Le Calvaire situé devant l'église date de 1621 est en kersanton. Sur ses branches se trouvent la Vierge et saint Jean. Au pied du calvaire se trouvent les armes (deux mains et une tête de cerf) du seigneur de Guengat et de son épouse Marie de Poulpry qui tenaient en fief la seigneurie de Lossulien et les terres du Relecq. L'inscription « M.S.P. » lisible sur son socle laisse penser qu'il aurait été édifié par Sébastien Billant, alors curé de Guipavas. Ce calvaire se trouvait sur la route ancienne venant du Passage en direction de Guipavas et Gouesnou.
    • La fontaine, située en bas de la rue des Lavandières, en pierre de kersanton, est dédiée à Notre-Dame-du-Relecq et abrite dans une niche une statue naïve de la Vierge à l'Enfant datant de 1746 et œuvre du Brestois Callac. La fontaine fournissait une eau abondante et pure aux habitants.
  • La chapelle de Lossulien : elle date du XVIe siècle et possède un bas-relief représentant saint Suliau, d'où son nom.
  • La chapelle Sainte-Barbe : une ancienne chapelle, appartenant aux Récollets y existait déjà au XVe siècle, elle dépendait de la seigneurie de Lossulien. Devenue bien national pendant la Révolution et transformée ensuite en maison, réaffectée ensuite au culte, un pardon s'y tenait jusqu'à la décennie 1930 ; elle fut détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. La chapelle actuelle, qui date de 1959 et qui remplaçait une baraque en bois provisoire, fut démontée pierre par pierre en 1991 pour permettre la construction de la pénétrante sud de Brest, et reconstruite à l'identique, déplacée d'une soixantaine de mètres. Une stèle christianisée d'époque gauloise et une croix monolithe d'époque carolingienne (située initialement près de la cale du Passage) ont été placées à proximité[108].
  • La chapelle du Carmel date de 1952 et se trouve dans l'ancienne propriété du prince russe Pierre De Sayn-Wittgenstein, où les Carmélites de Brest se sont installées en 1948.
  • Le calvaire de Pen-ar-Streat, en kersantite, date de 1661. Très mutilé (il a perdu sa partie supérieure et la plupart de ses personnages, mais la branche basse subsiste), il porte l'inscription SIT NOMEN DOMINI / BENDICTION CRVX / FACTA ORDINE / IAN. ROVAT / CATERINE F… (« Que le nom du seigneur soit béni, croix faite sur l’ordre de Jean Rouat et de Catherine… »)[109].

Tableaux[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Les Pauv's Petiots est un conte en vers de Yann Nibor (1857-1947) dont voici un court extrait[111] :

Dans un pauv' petit port breton
Pas bien loin d'Brest : à Kerhuon
Yavait un'fois deux p'tits enfants
Tout seuls chez eux, loin d'leurs parents
La maman travaillait c'jour-là
Dans l'fond des terres, et l'papa
Pêchait au larg', malgré l'gros temps,
Pour ne pas qu'les p'tiots claqu'nt des dents [...]

Légendes[modifier | modifier le code]

  • Le diable et les rochers[112] (explication légendaire de la formation des rochers de Plougastel ; le diable les aurait lancés depuis Kerhuon).

Musique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-René Poulmarc'h, Le Relecq-Kerhuon, l'album du siècle, Brest, Le Télégramme, 2004 [ISBN 978-2-914552-80-6].
  • Le Patrimoine des communes du Finistère, tome 1, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, 1998, p. 544–549 (pages concernant la commune du Relecq-Kerhuon).
  • Raymond Quentel, L'Histoire du Relecq-Kerhuon et des Kerhorres, tome 2, Le Relecq-Kerhuon, Maison des Kerhorres, 1997.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tréninez était le nom alors porté par la trève de Saint-Marc, l'actuel quartier de Saint-Marc à Brest
  2. C'est-à-dire l'Élorn maritime
  3. Coëtjunval est situé dans la paroisse de Ploudaniel
  4. Paroisse de Guilers
  5. Actuellement écrit Kererot, village de Plougastel-Daoulas
  6. La seigneurie du Chastel dominait une bonne partie du Bas Léon (le pays compris entre Landunvez, la pointe Saint-Mathieu et Brest), leur château principal étant le château de Trémazan
  7. Village de la paroisse de Plougastel
  8. Chanoine Peyron, « L'Abbaye de Daoulas », in Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1897, Gallica
  9. Chanoine Peyron, « L'Abbaye de Daoulas », in Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1897, Gallica
  10. Paul de Jaeghere, « Excursion sur les côtes de Bretagne », in Bulletin de la Société de géographie de Lille, 1886, Gallica
  11. Albert Clouard, Tro-Breiz, (Tour de Bretagne), 1892, Gallica
  12. Le Figaro n° 234 du 22 août 1897, Gallica
  13. Journal L'Ouest-Éclair no 3390 du 29 avril 1908, Gallica
  14. Journal des finances, de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, n° du 1er octobre 1887, Gallica
  15. Wiki-Brest
  16. Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère, 1862, Gallica
  17. Journal L'Ouest-Éclair no 10286 du 26 décembre 1929, Gallica
  18. Spadium - Complexe aquatique à Brest
  19. Wiki-Brest
  20. Mairie du Relecq-Kerhuon
  21. Onésime Pradère, Brest, son château, son port, sa rade et ses environs, : guide du touriste, 1889, Gallica
  22. Hippolyte Violeau, La Maison du Cap, nouvelle bretonne, 1878, Gallica
  23. Journal des débats politiques et littéraires du 7 octobre 1846, Gallica
  24. Onésime Pradère, Brest, son château, son port, sa rade et ses environs, guide du touriste, 1889, Gallica
  25. Topic-Topos
  26. Wiki-Brest
  27. S. Castel, Brest, étude de géographie urbaine, Annales de Bretagne, 1932, Gallica
  28. Rapports et délibérations - Conseil général des Côtes-du-Nord, 1859, Gallica
  29. P. Levot, Excursions dans la rade de Brest, cité par Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome 9, 1866, Gallica
  30. Paul Joanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, tome 1, A-B, 1890, Gallica
  31. Journal des débats politiques et littéraires du 15 décembre 1867, Gallica
  32. Le Matin no 6297 du 23 mai 1901, Gallica
  33. a et b InfoBretagne - Le Relecq-Kerhuon
  34. Mauriès, « Rapport sur la découverte d'un tumulus près de Kerhuon », in Bulletin de la Société académique de Brest, 1872-1873, Gallica
  35. Benjamin Girard, La Bretagne maritime, 1889, Gallica
  36. René Kerviler, Armorique et Bretagne, recueil d'études sur l'archéologie, l'histoire et la biographie bretonnes, 1893, Gallica
  37. Comtesse du Laz, Généalogie de la maison de Saisy de Kerampuil, suivie de pièces justificatives et complémentaires, 1896, Gallica
  38. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les Biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  39. Christian Le Roux, "Les origines du manoir de Lossulien", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXXXIV, 2005
  40. a, b et c Domaine de Lossulien
  41. Olivier de Cornouaille constitue un fief en juveignerie qui comprend une bonne partie des terres de la paroisse de Lambézellec en faveur de son fils puîné, Yvon, à l'origine de la branche des Cornouaille de Kérinou
  42. Wiki-Brest
  43. Le domaine seigneurial était formé de « manoir, cour, chapelle privée, écurie, moulin, métairie, colombier, jardin, verger, lot de terres chaudes, de prairies, de bois taillis et de garennes »
  44. Il émigra au Canada
  45. D'après Christian Leroux ; étude reprise par Bernard Tanguy, Bulletin de la Société archéologique du Finistère et Domaine de Lossulien
  46. Topic-Topos
  47. La commune de Guipavas, qui incluait donc à l'époque Le Relecq-Kerhuon est la 10e commune la plus touchée du département lors de cette épidémie, enregistrant alors en tout 86 décès ; l'épidémie frappe principalement le bourg et les hameaux de Prat-Salon, Kerhuon, Damany, Kerhorre et Passage-Keralas selon Henri Monod, Le Choléra (histoire d'une épidémie, Finistère 1885-1886), Gallica
  48. Charrin, « Rapport au ministre du commerce sur l'épidémie de choléra en Bretagne », 15 mai 1886, cité par Henri Monod, in Le Choléra (histoire d'une épidémie, Finistère 1885-1886), Gallica
  49. Kerhuon et Kerhorre désignaient alors deux sections du même hameau
  50. Henri Monod, Le Choléra (histoire d'une épidémie, Finistère 1885-1886), Gallica
  51. « Rapport du docteur Jennevin », cité par Henri Monod, in Le Choléra (histoire d'une épidémie, Finistère 1885-1886), Gallica
  52. Henri Le Guen, "Lavoirs et ruisseaux kerhorres", édition "Maison des Kerhorres", 2011
  53. Compte-rendu et procès-verbaux, " Association bretonne, Classe d'agriculture", Saint-Brieuc, 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566957m/f68.image.r=Ploudaniel.langFR et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566957m/f91.image.r=Ploudaniel.langFR
  54. Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère, avril 1877, Gallica
  55. Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère, avril 1877, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562884x/f116.image.r=Guipavas.langFR
  56. Gallica
  57. Wiki-Brest
  58. Le Figaro no 240 du 28 août 1895, Gallica
  59. Rosalie Léon avait joué entre autres dans Les sept merveilles du monde au théâtre de la Porte-Saint-Martin à Paris et le prince russe se serait écrié : « La huitième merveille du monde, ce sera ton palais en Bretagne ! » (Le Figaro no 240 du 28 août 1895, Gallica
  60. Sa mère était née princesse Bariatinsky, et était d'origine polonaise
  61. Patrimoine architectural et mobilier en Bretagne
  62. Son mari ne quitta plus Kerjulien ; quand il se mettait à table, c'était face au couvert de sa femme. À déjeuner, à dîner, on apportait pour la morte un bouquet à chaque service. Un jour, il se mit à table et mourut en regardant les fleurs, raconte le même article du journal Le Figaro
  63. Encyclopédie Larousse
  64. Le château de Kerléon fut acheté par le comte de La Guerrande, qui le loua ensuite au comte de Nantua, voir Le Figaro no 24 du 28 août 1895, Gallica
  65. Le Matin, no 3960 du 2 janvier 1895, Gallica
  66. Le Matin no 5933 du 24 mai 1900, Gallica
  67. Wiki-Brest
  68. Bonamy de Kerhuon, ancien magistrat, né en 1830, décédé à Angers en 1909 était le beau-père de Xavier de la Poype selon Le Figaro n° 88 du 29 mars 1909, Gallica
  69. Xavier de La Poype, ingénieur agronome et colonel de réserve, né en 1888, mort pour la France le 18 juin 1940 au Catelet (Aisne). Leur fils Roland Paulze d'Ivoy de La Poype, né le 28 juillet 1920 au château de la Grange-Fort, sur la commune des Pradeaux, près d'Issoire (Puy-de-Dôme), passa dans sa jeunesse ses vacances au Relecq-Kerhuon ; il fut membre de l'escadrille Normandie-Niemen et fut l'un des meilleurs as (pilotes d'avions exceptionnels) français de la Seconde Guerre mondiale ; grand officier de la Légion d'honneur et Compagnon de la Libération. Son nom a été donné à une place du Relecq-Kerhuon ; sa biographie détaillée est consultable sur Fédération Bretonne du Souvenir Aérien 39-45
  70. Journal L'Ouest-Éclair no 4679 du 15 novembre 1911, Gallica
  71. Journal L'Ouest-Éclair no 3416 du 26 mai 1908, Gallica
  72. Journal L'Ouest-Éclair no 3339 du 8 mars 1908, Gallica
  73. Wiki-Brest
  74. Congrégation religieuse créée en 1822 par Dom Joseph Fréchard
  75. Le Gaulois no 10951 du 8 octobre 1907, Gallica
  76. Le Gaulois n° 10958 du 15 octobre 1907, Gallica
  77. La Croix no 8534 du 15 janvier 1911, Gallica
  78. Journal L'Ouest-Éclair no 8206 du 3 mars 1924, Gallica
  79. Journal L'Ouest-Éclair no 3880 du 28 octobre 1924, Gallica
  80. Journal Le Figaro n° 176 du 26 juin 1876, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2715332.r=Ouessant.langFR
  81. Le Gaulois no 5053 du 7 janvier 1894, Gallica
  82. La Croix no 3624 du 24 février 1895, Gallica
  83. Le Figaro no 172 du 21 juin 1899, Gallica
  84. Journal L'Ouest-Éclair no 5503 du 19 janvier 1914, Gallica
  85. Paul Joanne, Bretagne : les routes les plus fréquentées, 1908, Gallica
  86. Le Matin no 7421 du 20 juin 1904, Gallica
  87. Journal des débats politiques et littéraires no 161 du 11 juin 1905, Gallica
  88. Le Temps no 15375 du 21 juillet 1903, Gallica
  89. Le Petit Parisien des 22 et 23 août 1919, 18, 23 et 26 septembre 1919, consultables sur Gallica
  90. Le Petit Parisien no 22585 du 31 décembre 1938, Gallica
  91. Journal L'Ouest-Éclair n° 12371 du 20 septembre 1930, Gallica
  92. Mémorial GenWeb
  93. François Penvern est né en 1892 au Relecq-Kerhuon
  94. http://www.letelegramme.fr/histoire/fusilles-pour-l-exemple-ils-furent-51-en-bretagne-15-11-2014-10426033.php
  95. Une photo le montrant en ruines est consultable sur Archives en ligne de Brest
  96. Blog de Jean-Pierre Le Bihan
  97. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/fusilles/fusilles-29.htm
  98. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  99. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  100. « Évolution et structure de la population à Le Relecq-Kerhuon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  101. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  102. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  103. Émile Combes, Une Campagne laïque (1902-1903), Gallica
  104. Topic-Topos
  105. Wiki-Brest
  106. Topic-Topos
  107. D'après le panneau d'information implanté devant l'église
  108. Wiki-Brest
  109. Wiki-Brest
  110. Albert-Kahn musée et jardins - site du conseil général des Hauts-de-Seine
  111. Le texte complet, paru dans La Revue hebdomadaire, n° de janvier 1895, Gallica
  112. Wiki-Brest
  113. Wiki-Brest
  114. Le Matin n° du 28 décembre 1897, Gallica
  115. Journal L'Ouest-Éclair no 283 du 15 mai 1900, Gallica
  116. Le 23 janvier 1943, 222 prisonnières quittent, en camion, le Fort de Romainville pour le Camp de Royallieu à Compiègne où elles sont enfermées dans un bâtiment en vue de leur départ. Là, se trouvent 8 autres femmes : 6 d’entre elles ont été extraites de la prison de Fresnes et les deux autres du dépôt. Le lendemain matin, ces 230 femmes sont emmenées en camion à la gare de Compiègne d'où elles montent dans les quatre derniers wagons d’un train rempli, depuis la veille au soir, par près de 1 500 hommes. Une plaque à l’entrée du fort de Romainville rappelle que leur convoi fut constitué sur ces lieux.
  117. Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), pages 115-116 et Mémoire Vive des convois des 45 000 et 31 000 d’Auschwitz-Birkenau

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :