Aide de camp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un aide de camp est un officier, chargé de suivre un officier plus ancien pour faire exécuter ses ordres. En permanence à ses côtés, il bénéficie de son expérience, et veille à son confort.

C'est également une fonction militaire spéciale au Canada.

Canada[modifier | modifier le code]

Le gouverneur général du Canada possède plusieurs aide de camp, des capitaines ou des lieutenants de vaisseau, qui coordonnent l'ensemble de ses activités et déplacements.

Les lieutenants-gouverneurs ont également des aides de camp, mais souvent, cette fonction est davantage symbolique et honorifique.

Les officiers supérieurs ont également des aides de camp.

Dans tous les cas, les aides de camp portent un cordon jaune identifiant leur fonction. Ceux en service auprès du gouverneur général portent son insigne sur les épaulettes. Les aides de camp des lieutenants-gouverneurs portent sur leurs épaulettes les armoiries de la province concernée.

Le 29 novembre 1973, le gouverneur général Roland Michener conclut son initiative de permettre les aides de camp au gouverneur général et aux lieutenant-gouverneurs à employer des lettres post-nominales A de C[1] durant l'exercice de leurs fonctions[2].

France[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le XVIe siècle, les états-majors étaient pourvus de jeunes officiers chargés de porter les ordres de conduite (c’est-à-dire dictés en cours de bataille, afin de modifier la direction de départ des unités) par le général en chef.

Guerres de la Révolution française[modifier | modifier le code]

Le 5 septembre 1790, l’Assemblée nationale constituante institue le corps des aides de camp. La fonction des aides de camp est définie comme suit :

  • Distribuer les différents ordres émanant des généraux,
  • surveiller l'ordonnance des camps,
  • assurer la surveillance des approvisionnements, des logements, etc, en règle générale l'intendance [réf. nécessaire].

En 1790, 136 aides de camp furent nommés, dont les grades allaient de capitaine à colonel et les soldes de 1 800 à 9 000 livres [réf. nécessaire].

Ils sont souvent des cavaliers émérites qui se distinguent, en temps de guerre, par leur fougue et leur rapidité à porter les ordres, malgré les dangers parfois importants (traverser un champ de bataille ou une zone ennemie), et en temps de paix, par leurs uniformes chatoyants. Quelques généraux ou maréchaux célèbres ont débuté comme aides de camp : Murat, Junot, Marmont. Bien que la fonction soit dangereuse, elle n’a jamais manqué de volontaires. Ne pas confondre aides de camp et officier d'ordonnance, les aides de camp de Napoléon étaient des généraux capable de prendre d'importantes initiatives, eux-mêmes avaient des aides de camp, les officiers d'ordonnance sont des officiers subalternes, lieutenant ou capitaines, chargés de porter des messages et de menus services tel Jean Roch Coignet, lieutenant vaguemestre au petit quartier général impérial[réf. nécessaire].

Empire et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les armées de terre et de mer fournissent des officiers détaché d’un corps de troupes, remplissant auprès d’un général ou du chef de l’état les fonctions d’aide de camp. Des textes spéciaux, les ordonnances, déterminaient le nombre et le grade de ces militaires, souvent appelés officiers d'ordonnance.

Napoléon III eut ainsi des officiers d'ordonnance, généralement des capitaines ou commandants faisant un service effectif, tandis que les "aides de camp de l'empereur" qui figuraient sur l'almanach impérial, étaient des généraux souvent importants, n'exerçant qu'une charge honorifique.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Le président de la République, en tant que chef des armées, bénéficie d'aides de camp (trois généralement dont un traditionnellement issu de l'armée de terre et tous au grade de lieutenant-colonel). Leur mission étant principalement celle de transporter la mallette liée à l'utilisation de l'arme nucléaire; il leur arrive aussi d'assurer des missions d'assistance générale, par exemple lors de déclarations il est possible d'apercevoir un aide de camp déposer le discours du président sur le pupitre à son arrivée ou encore lors d'une cérémonie de remise d'insigne de tenir une note (sorte d'anti-sèche) avec inscrites les phrases protocolaires.

Lors des déplacements, l'aide de camp est souvent placé à l'avant de la voiture présidentielle, il est l'une des personnes les plus proches du président.

Aides de camp célèbres[modifier | modifier le code]

Premier Empire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le titre Aide de camp est un titre honorifique britannique. Ceux qui sont élevés au titre d'Aide de camp à la Souveraine peuvent ajouter les lettres post-nominales ADC à leur nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Gazette du Canada le 9 février 1974
  2. http://www.pch.gc.ca/pgm/ceem-cced/prtcl/index-fra.cfm

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]