Saint-Divy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Divy
L'Église paroissiale Saint-Divy
L'Église paroissiale Saint-Divy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Landerneau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Landerneau-Daoulas
Maire
Mandat
Michel Corre
2014-2020
Code postal 29800
Code commune 29245
Démographie
Gentilé Saint-Divyen, Saint-Divyenne
Population
municipale
1 384 hab. (2011)
Densité 162 hab./km2
Population
aire urbaine
44 395 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 14″ N 4° 20′ 06″ O / 48.4538, -4.3349 ()48° 27′ 14″ Nord 4° 20′ 06″ Ouest / 48.4538, -4.3349 ()  
Superficie 8,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Divy

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Divy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Divy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Divy
Liens
Site web Site de la commune

Saint-Divy [sɛ̃ divi] (en breton : Sant-Divi) est une commune française du département du Finistère et de la région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Divy se trouve au nord-ouest de Landerneau et à l'est de Brest : la commune est désormais proche de la voie express route nationale 12 qui passe au nord du finage communal et de l'aéroport de Brest Bretagne. Mais Saint-Divy est longtemps resté isolé comme en témoigne cet extrait d'un texte publié en 1909 :

« Le moyen le plus facile de s'y rendre est de prendre à Brest le chemin de fer jusqu'à la station de La Forêt et de faire ensuite à pied ou à bicyclette les cinq kilomètres qui séparent ce dernier village de celui de Saint-Divy. (...) Certains piétons s'enfoncent dans la vallée profonde d'un petit ruisseau voisin ; ils y trouvent de vrais chemins de Basse-Bretagne, montueux et malaisés, impraticables du reste en hiver ou par les mauvais temps, étroits, ravinés, resserrés entre de hauts talus plantés, dont les branches parfois se rejoignent de manière à former une voûte de feuillages impénétrables au soleil. La plupart des voyageurs préfèrent cependant la grande route départementale qui gravit en plein soleil la colline sur laquelle se trouve perché Saint-Divy[1]. »

Communes limitrophes de Saint-Divy
Kersaint-Plabennec Kersaint-Plabennec Saint-Thonan
Brest Métropole Océane, Guipavas, aéroport de Brest Bretagne Saint-Divy Saint-Thonan
Guipavas La Forest-Landerneau, l' Élorn Landerneau

Le centre du village, avec les grands arbres qui entourent l'église, a conservé un aspect rural en dépit de la périurbanisation récente de la commune avec ses nombreux lotissements.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie et origines[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient du nom de David de Ménevie (saint Ivi ou Ivy, Yvi,…), moine gallois du monastère de Lindisfarne en Angleterre, ou saint Audoën[réf. nécessaire]. La localité est nommée Sainct Ivy (en 1531), Saint Divy (en 1560), eccl. Sancti Davidis (en 1637), Sainct Ivy (en 1651)[2].

Divy, fils de Ceredig et de sainte Nonne, serait né à Dirinon. Lors de ses pérégrinations en Armorique, il aurait séjourné un temps près de Guipavas dans un lieu où, au Moyen Âge, se trouvait « un manoir fortifié nommé Lésivy, près duquel se réunissaient les Montres de la région. Autour de ce manoir, se groupèrent peu à peu les maisons des paysans qui formèrent le bourg de Saint-Divy, trève de La Forêt[3] ».

La paroisse de Saint-Divy provient d'un démembrement de La Forest-Landerneau, paroisse de l'Armorique primitive, dont elle fut une trève à partir du XVe siècle, ne devenant paroisse qu'en 1823, même si la commune fut créée en même temps que la plupart des autres communes de France en 1790.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un sanctuaire druidique, dénommé localement la chapelle de saint Goueznou se trouve dans un bois près de Pen-ar-Creac'h : il s'agit en fait d'un menhir de deux mètres de hauteur entouré d'une enceinte ; un autre menhir, portant une cannelure à chacun de ses angles, se trouve à proximité. Un tumulus a été identifié à Kerdalaun et des briques romaines trouvées à proximité[4].

Un tertre ou tumulus dit des Quiritins se trouve à 2,5 km à l'ouest de Saint-Divy, non loin de la fontaine du même nom (le nom proviendrait de Quirinus, nom parfois donné aux Romains). Selon la tradition orale (« Aze eo e bed deved ar Romanisted gant ar Goloaed en amzer Cezar », « C'est là que les Romains furent brûlés par les Gaulois au temps de César » se transmettait-on de génération en génération), un camp gaulois aurait existé à cet endroit et une grande bataille entre Gaulois et Romains aurait eu lieu là et 10 000 Romains (chiffre certainement très exagéré !) auraient été faits prisonniers et brûlés dans un champ dénommé Goarem-Reunnien ; un autre champ du voisinage se nomme Goarem-Brenn ("Champ de Brenn"), or Brenn (Brennus) signifie "chef des Gaulois[5]".

L'ancienne RN 12 (RD 712 actuelle) entre Landerneau et Brest via Guipavas correspond au tracé de l'ancienne voie romaine venant du sud via Landerneau pour atteindre Gesocribate (Brest) ; elle passait donc au sud de Saint-Divy[6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La famille De Kerguiziau de Kervasdoué possédait, entre autres seigneuries, le château de La Haye en Saint-Divy, qui fut aussi un temps possédé par la famille De Lézivy[7], dont la dernière trace remonte à 1508 (mariage de Jeanne de Lézivy, veuve de Pierre de La Lande, avec René de Kersauzon)[8].

Saint-Divy faisait partie de la châtellenie de Landerneau[9].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Saint-Divy est au XVIIe siècle, comme de nombreuses autres localités de la région, un centre de l'activité toilière : on y cultive et on y transforme le lin et le chanvre : par exemple des inventaires après décès citent « centre-soixante quatre livres de chanvre buandé, des chanvres non pesselés (...) et cinq demi-pièces de toile de lin et de chanvre » en 1729 au manoir de La Haye et « une gaignerie de chanvre » en 1742 au manoir de Kerdu. Douze kanndi ont été recensés à Saint-Divy[10].

Le marquis de Poulpry habitait au XVIIIe siècle le manoir de Rosarfeunteun[11].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Dans le cahier de doléances de Saint-Divy, trève de La Forest, qu'ils ont rédigé à la veille de la Révolution française, les paroissiens de Saint-Divy se plaignent des charrois militaires auxquels ils sont astreints et de l'attitude des soldats à leur égard : « Nos charrettes sont souvent brisées et nous mêmes sommes souvent injuriés, même quelquefois maltraités »[12]. François Mouden était le seul député représentant Saint-Divy lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven[13].

Le premier maire de Saint-Divy fut un prêtre originaire de la localité, François-Gabriel Causeur. Ayant signé la protestation du clergé de l'évêché de Léon contre la Constitution civile du clergé[14], il fut arrêté, en même temps que le prêtre desservant de la trève, l'abbé Gourmelon le 23 septembre 1791 malgré l'opposition des fidèles présents, car ils furent arrêtés après les vêpres ; ils furent emprisonnés au château de Brest. L'abbé Causeur survécut à la Révolution française et devint aumônier de l'hospice civil de Landerneau jusqu'à sa mort le 4 juillet 1812 à Saint-Divy.

Des habitants de Saint-Divy participèrent à la Révolte contre la conscription obligatoire en 1793 :

« La Révolution, non contente de proscrire les prêtres, prétendait arracher les gars au pays pour en faire des soldats du "Diable". Puisqu'il fallait se battre, les gars se battraient contre le Diable. Et la conscription obligatoire créa chez nous la Chouannerie. Le 18 mars 1793, le tocsin sonnait au clocher de Beuzit, il sonnait aussi aux clochers de Plounéventer, de Saint-Divy, etc... Celui qui sonnait ainsi l'appel aux armes était Jean Cloarec, de Gorré-Beuzit. (...) À peine le tocsin a-t-il sonné que de tous les fourrés voisins sortent d'autres gars, vieux et jeunes et, sous la conduite de Cloarec, c'est un véritable bataillon qui se dirige vers Plabennec. Là ont lieu les opérations de tirage au sort. (...) Le bourg [de Plabennec] est bientôt envahi par une véritable armée de paysans. (...) Un détachement de gardes nationaux brestois arrive (...), la poudre crépite, les faulx s'abattent, le commandant Corbet est tué et nombre de ses soldats sont massacrés. Mais voici que le général Canclaux accourt à la tête de 1800 hommes de ligne, il a des canons. Les paysans luttent encore, mais [sont] écrasés bientôt par l'artillerie[15]. »

En 1799, la ligne du télégraphe Chappe allant de Paris à Brest ouvre et un de ses relais, situé entre ceux de Guipavas et de Ploudiry, se trouve à Saint-Divy, probablement du côté de Keravel.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le calvaire de l'enclos paroissial de Saint-Divy en 1910

Le passage de Napoléon III le 12 août 1858 à proximité de la commune, sur la route impériale allant de Brest à Landerneau, entre Saint-Divy et La Forêt-Landerneau (à "La Forêt-Saint-Divy") fut un évènement considérable pour la population locale: « À "La Forêt-Saint-Divy" [on avait édifié] un gracieux berceau de mousseline et de fleurs. Autour de ce champêtre monument, s'était groupée la population, aynat à sa tête le clergé en habit de chœur, le maire, les médaillés de Sainte-Hélène, les enfants des écoles avec leurs bannières ; et partout sur la route on remarquait que les cultivateurs avaient revêtus leurs habits du dimanche et chômaient ce jour solennel comme une des plus grandes fêtes de l'année[16] ».

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Des foires se tenaient à Saint-Divy apparemment tous les mois: le journal Ouest-Éclair en annonce par exemple une le 23 mars 1905[17], une autre le 17 juillet 1905, une autre le 22 mai 1906.

Pendant les premiers mois de 1914, un fait divers (l'assassinat peut-être le 29 décembre 1913 d'un ingénieur directeur de l'usine de blanchiment de coton de La Grande Palud en Landerneau dont le cadavre n'est découvert dans un bois proche que le 22 janvier 1914) met en cause un veilleur de nuit de Saint-Divy qui avait travaillé dans la même usine; l'affaire fit grand bruit pendant plusieurs semaines, y compris dans les journaux parisiens[18]. Il en fut de même en 1929 pour l'assassinat d'une domestique dans la ferme de Ker-Afret[19].

Le service téléphonique ouvre en 1925 seulement (la commune a opposé antérieurement plusieurs refus successifs entre 1909 et 1921) et l'électrification date de 1937.

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Divy porte les noms de 24 habitants de la commune morts pour la France dont 17 pendant la Première Guerre mondiale, 6 pendant la Seconde Guerre mondiale et 1 pendant la Guerre d'Algérie[20].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 384 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570 449 567 552 564 580 608 672 721
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
709 708 670 633 655 644 675 694 635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
637 613 664 570 600 602 560 714 614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
529 533 745 1 141 1 413 1 407 1 321 1 384 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique


Commentaire : La population de Saint-Divy est restée remarquablement stable tout au long du XIXe siècle, oscillant entre 552 habitants (chiffre de 1821, le minimum démographique du siècle) et 721 habitants (chiffre de 1851, le maximum démographique du siècle), si l'on ne tient pas compte du chiffre atypique et peu crédible du recensement de 1800 (449 habitants). Au XXe siècle, par delà les nombreuses dents de scie d'un recensement à l'autre, le minimum démographique est atteint en 1962 avec 529 habitants (moins qu'en 1793) car la commune est frappée par l'exode rural, mais elle augmente spectaculairement à partir du début de la décennie 1970, gagnant 874 habitants entre 1968 et 1999 (+ 164 % en 31 ans) en raison de sa relative proximité avec Landerneau et Brest, la commune étant désormais concernée par la périurbanisation, même si le nombre des habitants décline légèrement dans la première décennie du XXIe siècle.

Le solde naturel est largement positif (+ 0,8 % l'an entre 1990 et 2008) ; entre 2000 et 2008 inclus, le nombre des naissances a été de 152 et celui des décès de 49 seulement, ceci en raison de la jeunesse de la population (les 0 à 19 ans forment en 2008 30,0 % de la population totale, les 65 ans et plus 10,2 % seulement. Le solde migratoire, longtemps négatif pendant les deux premiers tiers du XXe siècle est devenu positif entre 1968 et 1999, atteignant même + 5,1 % l'an entre 1975 et 1982, puis fléchissant ensuite jusqu'à redevenir négatif depuis 1990 ( - 1,8 % l'an entre 1999 et 2008). La densité de la population est passée de 62,6 habitants par km² en 1968 à 151,4 habitants par km² en 2008[23].

En raison de la prolifération des lotissements, le parc immobilier s'est beaucoup agrandi, passant de 143 logements en 1968 à 485 en 2008 ( + 342 logements, soit + 239 % en 40 ans), presque exclusivement des résidences principales, l'apogée étant entre 1975 et 1989 : 231 logements en 12 ans, presque uniquement des maisons individuelles[24].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   François-Gabriel Causeur   Prêtre
  1814 Christophe Kernéis   Agriculteur à Kerdalaun
  1851 Gabriel Kernéis   Agriculteur à Kerdalaun
avant 1858 après 1858 Alain Kernéis   Agriculteur à Kerdalaun
avant 1914 après 1914 Mazéas    
1920 après 1937 Jean Kernéis   Agriculteur à Kerdalaun
mars 2008   Jean-Jacques Cozian    
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Activités industrielles et agricoles[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, comme dans tout le canton, à Saint-Divy on cultive et on travaille le lin, mais pas suffisamment pour que la régression de l'industrie toilière à la fin du siècle ait une répercussion sur la démographie.

Projet de production d'énergie électrique[modifier | modifier le code]

Le site de Lanvian acheté par l'ex-CUB (Communauté Urbaine de Brest) devenue Brest Métropole Océane, en vue d'installation d'une raffinerie de pétrole à partir d'un terminal en rade de Brest est désormais l'objet d'un projet d'installation de centrale électrique au gaz[25] qui suscite localement des manifestations d'opposants.

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Divy, église paroissiale, bénitier style Renaissance (dessin de 1910)
  • L' enclos paroissial :
    • L'église paroissiale du XVe siècle, consacrée à saint Divy comprend trois travées, un transept et un chœur à chevet étroit. Le porche nord date de 1629. Le clocher-tour à deux étages surmonté d'un petit dôme en bulbe est frappé par la foudre en 1823. Les vitraux (dont le vitrail de la Vierge qui représente le Triomphe de la Vierge et contient 90 personnages : anges, apôtres, vierges, martyrs,... et le portrait du donateur messire Hervé de La Palue, prieur commendataire de La Forest-Landerneau) et la voûte (qui représente la légende de saint Divy peinte en 1676 par un artiste inconnu) sont classés monuments historiques depuis 1912[26]. L'autel du Rosaire contient un retable qui illustre les quinze mystères du Rosaire. L'autel des Trépassés contient des statues en bois de saint Isidore et de sainte Zite en costumes bas-bretons[27]. L'église possède aussi une statue en pierre de saint Divy qui date de 1533. Le bénitier, de style Renaissance, date de 1623. L'église abrite aussi un confessionnal ainsi qu'un baldaquin surmontant les fonts baptismaux qui datent du XVIIe siècle. L'église a bénéficié d'importants travaux de restauration entre 1995 et 1998.
    • Deux calvaires : l'un à l'entrée de l'enclos paroissial (1652) porte une Vierge de Pitié et, sur son soubassement, une Marie-Madeleine en kersanton agenouillée et pleurant ; l'autre à l'intérieur du dit enclos était auparavant situé à Kerdalaës (transféré dans l'enclos paroissial en 1966).
  • La fontaine de saint Divy : en pierre de kersanton, la fontaine a une forme en "L" et possède une statue de saint Divy en évêque. La fontaine a été déplacée de son emplacement originel.
  • D'autres croix et calvaires existent dans la commune : à Poulfranc, à Pen-ar-Forest, au Kef, etc.[28].
  • Le manoir de La Haye remonte au moins au XVe siècle (traces de douves entourant un ancien château disparu); le château actuel date de la fin du VIIe siècle et est de style Louis XIV et sa construction est due à Sébastien de Penfeunteniou, seigneur de Mesgrall, même si la porte d'entrée, de style flamboyant, lui est certainement antérieure[29].
    • La chapelle de La Haye ou chapelle Saint-Jean-Baptiste, ancienne chapelle seigneuriale, date de 1460 mais elle a été restaurée au début du XVIIIe siècle[30]. La chapelle abrite un tableau de la Nativité.
    • Des stèles de l'âge du fer, considérées comme des pierres phalliques, censées rendre fertiles le corps des femmes qui venaient les toucher, sont entreposées à l'intérieur de l'enclos paroissial[31].
  • Le monument aux morts de 14/18
    Monument aux morts de 14-18













Légende[modifier | modifier le code]

  • Le mal de Saint-Divy : en trempant dans l'eau de la fontaine de Saint-Divy la chemise des enfants qui naissent avec une barre bleue entre les yeux (le "mal de Saint-Divy"), on les sauve d'une mort prochaine. Si le linge surnage, le malade guérira ; s'il plonge, il mourra[32]. On peut aussi les mener à Dirinon à la pierre où sainte Nonne, mère de saint Divy, a laissé l'empreinte de ses genoux, afin de les sauver de la mort prématurée que ce signe annonce[33]. De manière plus générale, on prête à saint Divy le pouvoir de guérir des diverses maladies des yeux.

Poèmes[modifier | modifier le code]

La tombe de Joseph Alexandre Marie Charles de Kerguiziau de Kervasdoué dans l'enclos paroissial de Saint-Divy

Saint-Divy, malgré son isolement les siècles passés, a inspiré les poètes. Auguste Brizeux a consacré ce poème à saint Divy[34] :

« Seul bienheureux Divy, fils de Sainte Nonne;
Le Bon Peuple, jamais toi ne t'abandonne,
Tu rayonnes encore, dans ta niche parée
Sous ta chape d'argent et ta mitre dorée
Et voici qu'à cette heure, humble et doux immortel
Un voyageur qui chante est devant ton autel. »

Paul Cadiou, poète brestois du début du XXe siècle lui en a consacré un autre, intitulé "Coin de Terre[34]", parlant de l' :

« (...) Enclos de Saint-Divy, vieux charnier de village
Où je rêve d'être couché ! (...)»

Chanson traditionnelle bretonne[modifier | modifier le code]

  • La chanson en langue bretonne Adieux du recteur de Plabennec[35] évoque en ces termes, traduits en français, Saint-Divy dans l'un de ses couplets :

« (...) Mes compliments à ma chère mère
Qui sera fort étonnée
Elle habite à Saint-Divy
Priez Dieu pour qu'il la console. »

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille Kerneis : cette famille d'agriculteurs habitant la ferme de Kerdalaun a fourni plusieurs maires à la commune[36] :
    • Guillaumme Kernéis, né en 1680 à Kerauzaos en Saint-Thonan, décédé le 7 octobre 1745 à Landerneau, fut le premier à s'installer à Kerdalaun, dont ne partie des terres lui fut apportée en dot par son épouse Catherine Le Roy, originaire de Kerkreac'h en Ploudaniel ; ils eurent 4 enfants dont :
      • Christophe Kernéis, né en 1720 à Kersaint, époux de Marie-Marguerite Morvan, de Kergaradec en Gouesnou fut maire de Saint-Divy durant de nombreuses années. Il décéda en 1814, laissant 3 enfants dont :
        • Gabriel Kernéis, marié à Abhervé Guéguen, de Meannou, fit le commerce des étalons et le blanchissage de la toile. Il fut maire de Saint-Divy jusqu'à sa mort en 1851, et eut 8 enfants dont :
          • Alain Kernéis, marié avec Marie-Yvonne Kerouanton, de Trénéguer, fut aussi maire et eut 6 enfants dont :
            • Augustin Kernéis, né le 5 mai 1858, marié avec Marie-Yvonne Kermarrec, de Kerdalais en Guipavas eut 10 enfants dont :
              • Jean Kernéis, maire de Saint-Divy de 1920 à après 1937.
  • Joseph Alexandre Marie Charles de Kerguiziau de Kervasdoué : colonel de cavalerie, chef de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, officier de la légion d'honneur, né au manoir de Kervasdoué en Locmaria-Plouzané (Finistère) le 3 mars 1779, marié avec Marie Charlotte de la Jaille, décédé au château de La Haye en Saint-Divy le 11 mars 1838.
Article détaillé : De Kerguiziau de Kervasdoué.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. De L'Orme, "L'art à Brest du XIIIe au XVIIIe : Saint-Divy", Bulletin de la Société Académique de Brest, 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076955/f140.r=Divy.langFR
  2. http://www.infobretagne.com/saint-divy.htm
  3. A. De L'Orme, "L'art à Brest du XIIIe au XVIIIe : Saint-Divy", Bulletin de la Société Académique de Brest, 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076955/f146
  4. Flagelle, "Les curiosités archéologiques du canton de Landerneau", Bulletin de la Société Académique de Brest, 1869, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2075318/f601.image.r=Divy.langFR
  5. Riou (instituteur à Saint-Divy, qui procéda à la fouille du tumulus), "Monuments et traditions des communes de Roscoff (section de Santec), de Saint-Divy, etc..", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1876, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207555g/f56.image
  6. Ren Kerviler, "Étude critique sur la géographie de la presqu'île armoricaine au commencement et à la fin de l'occupation romaine", 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57839621/f72.image.r=Divy.langFR
  7. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne". édition 2, tome 2, 1862, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f110.image.r=Divy.langFR
  8. Joseph-Marie de Kersauson de Pennendreff, "Histoire généalogique de la maison de Kersauson", 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649073/f294.image.r=Divy.langFR
  9. Arthur de La Borderie, "Les grandes seigneuries de Bretagne : la vicomté ou principauté de Léon", Revue de Bretagne et de Vendée, 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f107.image.r=Divy.langFR
  10. Andrée Le Gall-Sanquer, Jean-Luc Richard, Marie-Louise Richard, "L'or bleu (An aour glaz) : le lin au pays de Landerneau-Daoulas", Association Dourdon, Cloître Imprimeurs, 2005, [ISBN 2-9505493-1-4]
  11. Comtesse du Laz, "Généalogie de la maison de Saisy de Kerampuil, suivie de pièces justificatives et complémentaires", 1896, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55351888/f288.image.r=Divy.langFR
  12. Henri Sée, "Les classes rurales en Bretagne du XVIe siècle à la Révolution", 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115319g/f567.image.r=Divy.langFR
  13. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 3, 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49518d/f495.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  14. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", tome 8, 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816832s/f141.image.r=Divy.langFR
  15. Chanoine Paul Peyron, Manuscrit de M. Boissière, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, 1924, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f394.image.r=Divy.langFR
  16. D'après les archives, consultable http://www.saint-divy.fr/evenements.html
  17. Ouest-Éclair n°2037 du 21 mars 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640649t/f4.image.r=Divy.langFR
  18. Le Petit Parisien n°13652 du 16 mars 1914, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5650063.r=Divy.langFR, n°13707 du 10 mai 1914, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5650618/f2.image.r=Divy.langFR ; La Presse n°7913 du 16 mars 1914, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k597784j.r=Divy.langFR ; etc...
  19. Le Petit Parisien n°19180 du 3 septembre 1929, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k607685n/f2.image.r=Divy.langFR
  20. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?insee=29245&dpt=29&idsource=32794&table=bp05
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  23. http://www.recensement.insee.fr/chiffresCles.action?codeMessage=6&plusieursReponses=true&zoneSearchField=SAINT+DIVY&codeZone=29245-COM&idTheme=3&rechercher=Rechercher
  24. http://www.recensement.insee.fr/chiffresCles.action?zoneSearchField=SAINT+DIVY&codeZone=29245-COM&idTheme=6&rechercher=Rechercher
  25. http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/landerregion/stdivy/centrale-electrique-vent-de-fronde-a-saint-divy-29-19-12-2010-1153415.php?xtmc=centrale&xtcr=9
  26. Journal Le Temps n°18862 du 24 février 1913, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2411422/f5.image.r=Dirinon.langFR
  27. http://www.saint-divy.fr/presentation.html
  28. http://www.saint-divy.fr/croix.html
  29. http://www.saint-divy.fr/manoir.html
  30. http://www.saint-divy.fr/chapelledelahaye.html
  31. http://www.saint-divy.fr/curiosites.html
  32. La Médecine internationale illustrée, n° de juillet 1930, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759474j/f26.image.r=Divy.langFR
  33. Revue mensuelle de l'École d'anthropologie de Paris, 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4425755/f214.image.r=Divy.langFR
  34. a et b A. De L'Orme, "L'art à Brest du XIIIe au XVIIIe : Saint-Divy", Bulletin de la Société Académique de Brest, 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076955/f138.r=Divy.langFR
  35. Poésies et chansons populaires bretonnes, Annales de bretagne, 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1153361/f112.image.r=Divy.langFR
  36. Ouest-Éclair n°14869 du 26 juillet 1837, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5011467/f5.image.r=Divy.langFR

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :