Jacques Lebreton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnalités de même nom de famille, voir Lebreton et Beaugé.

Jacques Lebreton est le pseudonyme de Jacques Beaugé, écrivain né à Brest en 1922 et décédé à Paris le .

Vie[modifier | modifier le code]

Septième d’une famille de neuf enfants, il passe son enfance au Relecq-Kerhuon au manoir familial de Lossulien.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, dès l’été 1940, il s’engage dans les Forces françaises libres à Londres. Il est spahi au 1er régiment de marche de spahis marocains quand il est blessé près d’El-Alamein en Libye le par une grenade dégoupillée et passée par un camarade, il perd ses mains et devient aveugle.

Il travaille par la suite dans une association pour handicapés et entame un cheminement spirituel qui le conduit à devenir diacre en 1974. Il donne des conférences, témoigne dans les collèges et lycées, manifeste sa joie de vivre et que le seul handicap est d’être amputé de Dieu.

Distinction[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres
  • Sans yeux et sans mains, Paris, Casterman, 1966 (ISBN 2-203-21113-X).
  • Sans les mains, 1972.
  • Celui qui croyait à ses yeux et à ses mains, Paris, 1985.
  • Témoins de l’invisible, Nouvelle Cité, 1985 (ISBN 2-85313-100-9).
  • La pire des infirmités c’est de se couper de Dieu, Mesnil-Saint-Loup, Éd. du Livre ouvert, 1994, 60 p. (ISBN 2-907429-36-1).
  • Pour toi qui as soif, avec Françoise Lemaire, Paris, Le Sarment-Fayard, 1999, 259 p. (ISBN 2-86679-266-1).
  • Condamnés à l’espérance : testament spirituel, Presses de la Renaissance, 2004, 397 p. (ISBN 2856169996).
Prières

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Françoise Lemaire, La vie est belle à en crever : biographie de Jacques Lebreton, Paris, éditions Le Sarment, 2001.