Betton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Betton-Bettonet, commune de Savoie
Betton
L’église Saint-Martin.
L’église Saint-Martin.
Blason de Betton
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Betton (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Rennes Métropole
Maire
Mandat
Michel Gautier (PS)
2014-2020
Code postal 35830
Code commune 35024
Démographie
Gentilé Bettonnais
Population
municipale
10 085 hab. (2011)
Densité 377 hab./km2
Population
aire urbaine
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 20″ N 1° 38′ 41″ O / 48.188979, -1.64485948° 11′ 20″ Nord 1° 38′ 41″ Ouest / 48.188979, -1.644859  
Altitude Min. 27 m – Max. 90 m
Superficie 26,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Betton

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Betton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Betton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Betton
Liens
Site web www.betton.fr

Betton est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Betton est une commune de Rennes Métropole. Les habitants de Betton sont appelés les Bettonnais et les Bettonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Betton est située au centre géographique du département d’Ille-et-Vilaine, à 9 km au nord de Rennes, entourée par les axes Rennes/Saint-Malo et Rennes/Mont-Saint-Michel. Elle occupe une colline qui domine les cours de l’Ille et du canal d'Ille-et-Rance.

Communes limitrophes de Betton
Melesse Chevaigné, Mouazé Saint-Sulpice-la-Forêt
Betton Liffré, Thorigné-Fouillard
Saint-Grégoire Rennes Cesson-Sévigné
Carte de la commune de Betton.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Betton se situe dans les vallées de l’Ille et de ses affluents. Son point le plus bas se trouve au sud du territoire de la commune, à l’exutoire de l’Ille aux environs de 27 m. Les points les plus élevés se situé à l’est et à l’ouest, aux environs de 90 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Betton est traversée par l’Ille et le canal d'Ille-et-Rance. Les principaux affluents sont l’Illet, le ruisseau de Quimcampoix et le ruisseau de la Gravelle.

Climat[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Betton est desservie par cinq lignes de bus du réseau de service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) :

  • Ligne 51 : Betton <> Rennes (Hoche). Du lundi au dimanche et jour férié.
  • Ligne 71 : Chevaigné <> Betton (Rue de Rennes) <> Rennes (Hoche) . Du lundi au samedi.
  • Ligne 78 : Betton <> Saint Grégoire <> Rennes (Villejean Université). Du lundi au samedi.
  • Ligne 94 : Betton <> Chevaigné <> Saint-Sulpice-la-Forêt. Du lundi au dimanche et jour férié.
  • Ligne 151 Express : Betton <> Rennes (Hoche). Du lundi au vendredi en période scolaire.

La gare de Betton est desservie par le TER Bretagne sur la ligne Rennes - Saint-Malo.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes attestées sont : Betonis (1138) et Bettonis (1152)[1].

Elle est appelée Lanvezhon[1],[2] ou Bezhon[3] en breton. Son toponyme en gallo est Beton[3] ou Béton[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Trois haches de pierres polies et quelques outils en silex attestent une présence néolithique (5 000 à 2 000 av. J.-C.) sur le territoire. Puis le site de Betton a été occupé à l’âge du fer par les Gaulois de la tribu des Redones dont la capitale était Rennes. Les noms d’Evran et la Gravelle sont des souvenirs de ce premier peuplement celtique, vers 600 av. J.-C..

Après la soumission de l’Armorique vers 53 av. J.-C., la première tâche des Romains fut la création d’un réseau routier pour asseoir leur domination, ce qui explique l’existence à Betton de trois voies romaines importantes. À la même époque, les domaines gallo-romains se constituent autour de ces voies : la ferme de la Ville-Rouge (emploi de briques rouges), La Mézière et Rigné. Les Romains bâtissent les postes militaires de Châtelier. Ils occupent l’actuel village de La Touche où l’on a découvert un vase renfermant des monnaies des IIe et IIIe siècles.

Après l’écroulement de l’Empire romain, les bandes germaniques s’infiltrent en Gaule massivement au Ve siècle et arrivent dans la région. Les Francs colonisent en partie Betton, laissant au pays le nom d’un de leur chef : Betto. Ils y créent des établissements ruraux fortifiés : la Grande Cour, la cour Neuve, la cour du Maine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Betton est christianisé très tôt, vers 470, évangélisée par des missionnaires gallo-romains qui y bâtissent un très ancien monastère : monasterium Betonis. De ce monastère, l’école privée actuelle possède encore d’importants vestiges. Et le grand tableau d’Istres Contencin qui orne aujourd’hui le pourtour du chœur de l’église, à droite et en arrière du maître-autel relate ces souvenirs de l’origine bénédictine. On y voit saint Melaine, venant visiter le monastère, une procession de moines à la rencontre de l’évêque qui les bénit. Les moines jouissaient dans cette paroisse d’assez beaux revenus, mais malgré cela leur église tomba en ruines, et aux XVe et XVIe siècles l’église paroissiale remplaça l’église priorale. Dans l’ancienne église, le seigneur de Betton faisait dire une messe chaque dimanche et abandonnait pour ce faire un droit de dîme : le « trait du luminaire ». La première église fut incendiée en 1590 pendant les guerres de la Ligue ; le culte en fut transféré dans la chapelle du prieuré de l’abbaye de Saint-Melaine, à quelques mètres au nord de l’église actuelle. Sur la maîtresse-vitre (XVe siècle) figurait la légende de saint Martin ; elle a été vendue en 1879 au musée de Cluny. Les soufflets supérieurs de ce vitrail sont actuellement exposés au musée de Bretagne. L’ensemble des vitraux restant ainsi que les fonts baptismaux doubles, sculptés, armoiries aux armes de saint Gilles sont au musée de Cluny à Paris.

Puis Betton traverse les épidémies du XVIIIe siècle.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[5]. La fondation de la Ire République est aussi fêtée tous les ans.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Il faudra attendre le creusement du canal d'Ille-et-Rance en 1832 et l’arrivée du chemin de fer en 1864 pour noter quelques changements dans le rythme rural. À partir des années 1970, soumise à un développement urbanistique pavillonnaire, Betton voit sa population s’accroître très rapidement. À partir de 1990, la commune devient chef-lieu de canton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1919[6]  ?? Auffray    
1971 1983 Jean-François Tourtelier Sans étiquette  
mars 1989 mars 1995 Jean-Claude Heslot DVD  
mars 1995 en cours Michel Gautier PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

L'association Comité de Jumelage de Betton anime les relations amicales entre la commune et ses villes jumelles, et construit ainsi le développement des relations d'amitiés européennes[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 085 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 804 1 996 1 955 2 008 2 021 1 860 1 800 1 936 2 012
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 022 2 008 2 037 2 038 2 145 2 106 2 123 2 184 2 161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 111 2 068 1 923 1 810 1 800 1 772 1 708 1 830 1 907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 048 2 475 4 870 5 907 7 013 8 547 9 103 10 085 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La mairie.
  • La commune de Betton compte 4533 actifs, pour un taux de chômage de 5,4 %.
  • Tous les dimanches matins a lieu le marché qui compte plus de 110 étals de fruits et légumes, charcuterie, fromagerie, fleurs, vêtements…
  • La commune de Betton bénéficie d’une vie associative très dynamique : associations sportives, cinéma associatif, école de musique, comité de jumelage…

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La médiathèque Théodore Monod à Betton - vue de son point le plus bas.

On ne trouve aucun monument historique protégé à Betton. Il y a cependant de nombreux bâtiments inventoriés : 195 selon la base Mérimée[10] et 319 selon la base Glad[11].

L’église Saint-Martin, de style néo-roman, a été construite entre 1869 et 1874. En 1927, le clocher a été surélevé par Charles Coüasnon[12],[13].

La médiathèque Théodore Monod, inaugurée en septembre 2008, fait partie des 34 bâtiments nominés des Totems, Grand prix National de la construction bois publique et collective.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'Illet - détail, à proximité du plan d'eau.
Le plan d'eau et l'exposition de Guy Lorgeret - août 2013.

Il n’y a aucune zone naturelle protégée sur la commune de Betton[14].

Le canal d'Ille-et-Rance est une des curiosités de la commune. Long de 85 km, il relie Rennes à Dinan et Saint-Malo. Commencée en 1804, la construction du canal s’est achevée en 1834. En 1838, 1800 péniches l’utilisaient ; aujourd’hui, Betton reste une halte agréable pour les bateaux de plaisance et les chemins de halage bordés d’écluses offres de jolies opportunités de promenade.

La commune est également traversée par l'Illet, cours d'eau peu profond qui longe le canal.

Un plan d'eau a été aménagé sur la commune en 1994. Situé entre l'Illet et le canal, c'est un lieu agréable de promenade dominicale où sont également organisées régulièrement des expositions et chaque année, au mois de septembre, le Triathlon de Betton.

Betton a été promue « Ville fleurie » avec trois fleurs.

Événements et festivités[modifier | modifier le code]

La manifestation de course à pied Tout Betton court se déroule au mois de janvier.

Betton accueille également un triathlon chaque deuxième week-end de septembre (finale du championnat de France des clubs de division 2 et 3).

Le Carnaval et le Dimanche artistique ont lieu en juin, en alternance une année sur deux.

Une fois par an, courant novembre, Betton organise le salon du Jouet.

Depuis 2010, l'association Court en Betton organise un festival du court métrage. Ce festival présente la réalisation de film d'amateurs et de professionnels[15].

Betton accueille ponctuellement des nombreux autres événements : Raid aventure, braderie jeunesse, expositions, journée des associations, concerts de l’Ostival, fest noz…

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alan Stivell (1944-) : auteur-compositeur-interprète et musicien breton d’expression celtique.
  • Simone Morand (1914-2001) : ancienne directrice de l'écomusée de Montfort-sur-Meu qui a œuvré pour la sauvegarde de la culture gallèse (chansons, danses, costumes...).
  • Vincent Lecrubier (1986-) : kayakiste, membre de l'équipe de France de canoë kayak de course en ligne depuis 2003, ayant participé aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008.
  • François Audrain : auteur-compositeur-interprète, ancien professeur d'histoire au collège François-Truffaut de Betton.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Betton

D’or à la croix potencée alésée de sable, cantonnée de quatre mouchetures d’hermine du même.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Résultats concernant « Betton » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 6 juin 2012).
  2. Site www.diwanbreizh.org
  3. a et b « Fiche descriptive de la ville de Betton », sur Geobreizh (consulté le 6 juin 2012).
  4. Page consacrée à Betton sur marikavel.fr.
  5. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  6. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  7. http://cjbetton.free.fr/ Comité de Jumelage de Betton
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. « Liste des notices pour la commune de Betton », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IA35014309, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  12. « Notice no IA35013639 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no IA35013639, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  14. Fiche sur Betton sur le site de l’INPN.
  15. http://www.courtsenbetton.com/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Seigneurie de Betton - Concerne Betton, L'Hermitage, Moigné, l’abbaye de Saint-Sulpice (3 cotes), forêts de Rennes & Liffré & Saint-Aubin du Cormier, 17 J 111 à 17 J 192 Fonds de la Magnane, (17 J), Archives I&V.
  • Jessy Gandon, Réception et refus de la Révolution dans les campagnes : l’exemple de Betton, Rennes, 2002, (Archives d’I&V - Mémoire 2 J 825).