Tancrède Martel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tancrède Martel en 1925

Tancrède Martel, pseudonyme de Joseph François Eugène Napoléon GRAS, né le 16 mars 1856 à Marseille et mort dans la misère à Paris le 18 décembre 1928, est un écrivain français considéré comme l'un des maîtres du roman historique français par ses pairs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une jeunesse passée à Marseille, Tancrède Martel s'installe à Paris. Il y fréquente les Parnassiens et se lie d'amitié avec Jean Richepin, Maurice Bouchor, Raoul Ponchon et surtout Théodore de Banville, auquel il dédie son premier recueil, Les Folles Ballades (1879). Entre 1879 et 1880, il rencontre à Paris François Coppée, Barbey d’Aurevilly, Leconte de Lisle, puis bien plus tard Victor Hugo. Le succès des Folles Ballades a largement contribué à ces rencontres.

À la mort de Victor Hugo, en 1885, il est choisi parmi les disciples et amis du poète pour remplir les fonctions de commissaire aux obsèques. Il veilla le corps du poète sous l'Arc de Triomphe. Le 12 janvier 1909, il est nommé, par décret, au grade de Chevalier de la Légion d’honneur sur rapport du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Folles Ballades, imprimerie A. Quantin, Paris, 1879
  • L'Homme à l'hermine, mœurs parisiennes, M. Dreyfous, Paris, 1886
  • Les Poèmes à tous crins, A. Lemerre, Paris, 1887
  • La Main aux dames, E. Giraud, Paris, 1885
  • La Parpaillotte, E. Flammarion, Paris, 1888
  • Paris païen, A. Savine, Paris, 1888
  • Alfred de Vigny, un acte en vers, Odéon, Paris, 1897
  • Pierrot préfet, tois actes en vers, la Bodinière, Paris, 1898
  • Bérénice et Corneille, un acte en vers, Odéon, Paris, 1898
  • La Prise du bandit Masca, E. Flammarion, Paris, 1907
  • Blancaflour, histoire du temps des papes d'Avignon, P. Ollendorff, Paris, 1908
  • Loin des autres, roman parisien, E. Fasquelle, Paris, 1909
  • L'Afrancesada, édition du Monde illustré, Paris, 1909
  • Rien contre la patrie, P. Ollendorff, Paris, 1909
  • Mémoires et Œuvres de Napoléon, A. Michel, Paris, 1910.
  • Château en Espagne, H. Falque, Paris, 1911
  • La Flûte du chevalier Pèbre, E. Figuière, Paris, 1914
  • Julien et Marguerite de Ravalet 1582-1603, A. Lemerre, Paris, 1920
  • Ce que coûtent les rêves, A. Lemerre, Paris, 1921
  • Léguée par amour, A. Lemerre, Paris, 1925
  • La Déesse vaincue, roman, A. Lemerre, Paris, 1927

Source[modifier | modifier le code]

  • Kilien Stengel, Les Poètes de la bonne chère, anthologie de poésie gastronomique, coll. « Petite Vermillon », éditions de la Table ronde, 2008 (ISBN 2710330733).
  • Claude Anglès, La vie et l’œuvre de Tancrède Martel. Marseille, Imprimerie Nouvelle, 1930. In-12, broché,76 p.
  • Jules Belleudy, Tancrède Martel, poète et romancier. Paris, Édition du Provençal de Paris, 1912. In-16, broché,29 p. Portrait.
  • Kilien Stengel, Poètes du vin, Poètes divins, préfaces de Jean-Robert Pitte, collection Écriture, Éditions Archipel, 2012, p. 253 (ISBN 978-2-35905-056-1)