Gare de Compiègne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Compiègne
Image illustrative de l'article Gare de Compiègne
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Compiègne
Adresse Rue de la Gare
60200 Compiègne
Coordonnées géographiques 49° 25′ 22″ N 2° 49′ 31″ E / 49.422818, 2.82528949° 25′ 22″ Nord 2° 49′ 31″ Est / 49.422818, 2.825289  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
TER Picardie
Fret
Caractéristiques
Ligne(s) Creil à Jeumont
Rochy-Condé à Soissons
Compiègne à Roye-Faubourg-St-Gilles
Voies 6 (+ voies de service)
Quais 4 (dont deux centraux)
Altitude 37 m
Historique
Mise en service 23 mai 1850

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Compiègne

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
Compiègne

La gare de Compiègne est une gare ferroviaire française de la ligne de Creil à Jeumont, située à proximité (700 m) du centre ville de Compiègne, sous préfecture du département de l'Oise, en région Picardie. Une partie de son emprise est également située sur le territoire de la commune de Margny-lès-Compiègne.

Elle est mise en service en 1850 par la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains Intercités et TER Picardie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 37 m d'altitude, la gare de Compiègne est un nœud ferroviaire situé au point kilométrique (PK) 83,230 de la ligne de Creil à Jeumont (entre les gares de Jaux et de Choisy-au-Bac) et au PK 55,703 de la ligne de Rochy-Condé à Soissons (après la gare de Remy), partiellement déclassée. Elle était également l'origine de la ligne de Compiègne à Roye-Faubourg-Saint-Gilles (déclassée).

Quais et voies en 2006
Quais et voies en 2006

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Compiègne est mise en service le 23 mai 1850[1] par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre la section de Creil à Saint-Quentin.

En septembre 1901 la gare est spécialement aménagée[2], avec la construction d'un pavillon d'accueil, pour recevoir les passages du tsar Nicolas II en résidence au château pendant un bref séjour officiel en France.

De 1941 à 1944, la gare est un passage obligé pour les prisonniers arrivant au camp de Royallieu, mais aussi, à partir de 1942, pour ceux partants pour les camps de concentration et d'extermination[3]. Ils faisaient le chemin à pied jusqu'à la gare où les attendaient les trains.

En 2009, la fréquentation de la gare était de 10 159 voyageurs par jour[4].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[5] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus » disposant d'aménagements, d'équipements et de services pour les personnes à la mobilité réduite.

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte[modifier | modifier le code]

Compiègne est desservie[5] par les trains Intercités (relation Paris-Nord - Saint-Quentin ou Busigny) et des trains TER Picardie qui effectuent des missions entre les gares : de Paris-Nord et de Saint-Quentin ou Compiègne ; de Compiègne et de Saint-Quentin ; de Compiègne et d'Amiens.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[5].

Quai des déportés[modifier | modifier le code]

Mémorial du Wagon de la déportation en gare de Compiègne
Mémorial du wagon de la Déportation en gare de Compiègne.

En 1959 un monument commémoratif est érigé[3] pour se souvenir de la déportation de près de 50 000 français, qui ont transité par la gare de Compiègne. Le « quai des déportés » est classé monument historique par arrêté le 7 septembre 2001.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Palau, Maguy Palau, Le rail en France : 1852-1857, Palau, 1998, p. 125 extrait (consulté le 3 janvier 2012).
  2. Larisa Valentinovna Bardovskai︠a︡, Musée national du château de Compiègne, Un tsar à Compiègne, Nicolas II, 1901, Réunion des musées nationaux, 2001 (ISBN 978-2-7118-4301-5) : « La gare de Compiègne avait été aménagée avec élégance pour l'occasion. Un pavillon d'accueil avait été spécialement conçu à côté du bâtiment existant »
  3. a et b « Notice no PA60000024 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. résumé de la ligne
  5. a, b et c Site SNCF TER Nord-Pas-de-Calais, Informations pratiques sur les gares : Gare de Compiègne lire (consulté le 5 janvier 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Nord Paris-Nord Intercités Saint-Quentin Saint-Quentin
ou Busigny
ouMaubeuge
Paris-Nord Pont-Sainte-Maxence Intercités Noyon Saint-Quentin
Paris-Nord Jaux TER Picardie Noyon Saint-Quentin
Paris-Nord
ou Creil
Jaux
ou Le Meux - La Croix-Saint-Ouen
TER Picardie Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Picardie Longueil-Annel Saint-Quentin
Terminus Terminus TER Picardie Rémy
ou Estrées-Saint-Denis
Amiens