Université de Toulon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Toulon
Logo de l'université de Toulon
Logo de l'université de Toulon
Nom original Université de Toulon et du Var
Informations
Fondation 1979
Type Université publique
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 43° 08′ 10″ N 6° 01′ 10″ E / 43.136111, 6.019444 ()43° 08′ 10″ Nord 6° 01′ 10″ Est / 43.136111, 6.019444 ()  
Ville Toulon
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Campus Toulon, La Garde, Saint-Raphaël, La Valette, Draguignan
Direction
Président Marc Saillard
Chiffres clés
Personnel 850 + 1 500 intervenants
Étudiants Environ 10 300
Divers
Site web www.univ-tln.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université de Toulon
Bâtiment R de l'Université
Bâtiment K de l'Université

L'université de Toulon est une université située à Toulon en France. Sa création remonte à 1979. Elle possède des lieux d'implantation à Toulon, La Garde, Saint-Raphaël, La Valette, et Draguignan.

L'université est spécialisée dans l'enseignement des sciences et des techniques, du droit, des sciences économiques, du sport, et des sciences humaines, et forme quelque 10 000 étudiants dans ces domaines.

Historique[modifier | modifier le code]

Dates clefs[modifier | modifier le code]

Les premières composantes d'enseignements s'installent en 1968 sur un domaine agricole de 20 hectares. Cette propriété, mi-forêt mi-vignoble, abritait à l'origine le château Saint-Michel, ancienne résidence d'été des seigneurs de la Garde au XVIe siècle. Ce domaine a été vendu à la ville de Toulon qui en fit le terrain de l'université.[réf. nécessaire] De nouvelles composantes furent ensuite développées sur l'ensemble du département : Toulon, La Valette, Draguignan, et Saint-Raphaël. L'Université change de nom en 2004 et devient l'Université du Sud Toulon-Var (USTV). Elle change à nouveau de nom en 2013 pour devenir l'Université de Toulon.

  • 1er septembre 1968, création de l'IUT de Toulon comportant le département Gestion des Entreprises et des Administrations[1].
  • Rentrée 1969, création du département Génie mécanique et Productique à l'IUT.
  • Rentrée 1970, création du département Techniques de commercialisation à l'IUT. Création du département Génie électrique et Informatique industrielle à l'IUT.
  • 25 juin 1970, création du Centre universitaire de Toulon et du Var (décret n°70-582 du 25 juin 1970) comportant 3 unités d'enseignement et de recherche : IUT, UFR de Sciences et Techniques et UFR de Sciences juridiques et économiques.
  • Rentrée 1972, création de la formation continue.
  • 1er octobre 1979, transformation du Centre universitaire de Toulon et du Var en Université de Toulon et du Var (décret n°79-150 du 22 février 1979).
  • 6 mars 1985, création de l'UFR de Sciences économiques (conseil d'administration du 6 mars 1985).
  • Rentrée 1988, création du département Biologie appliquée à l'IUT (arrêté du 8 avril 1988).
  • Rentrée 1991, création de l'école d'ingénieurs ISITV. Création de l'UFR Lettres et Sciences humaines avec une filière Langues étrangères appliquées (LEA).
  • Rentrée 1992, création du département Génie industriel et Maintenance à l'IUT.
  • Rentrée 1994, création d'une antenne de l'IUT à Saint-Raphaël avec l'ouverture du département Services et Réseaux de communication. Création d'une antenne de l'IUT à Draguignan avec l'ouverture du département Gestion des entreprises et des administrations.
  • Rentrée 1996, création de la filière STAPS. Création de la filière LLCE anglais et espagnol. Création de la filière Lettres modernes (LM)
  • Rentrée 1997, création de l'Université du Temps libre.
  • Rentrée 2000, la filière STAPS devient un UFR. Création de l'incubateur d'entreprises. Certification ISO 9002 de la Faculté des Lettres, de la formation continue, de l'UFR Sciences de gestion. Création de l'IUP Sciences de gestion. Création de l'École doctorale. Inauguration du pôle technologique.
  • Rentrée 2001, création de l'IUP de Droit social.
  • Rentrée 2002 : Création de l'IUP Ingémédia, Ingénierie de l'Internet et du Multimédia, à l'initiative du Pr Luc Quoniam.
  • Rentrée 2004 : Adoption par l'Université du Sud Toulon-Var de la réforme LMD sur l'harmonisation européenne des diplômes.
  • Rentrée 2005 : Participation de l'USTV aux pôles de compétitivité.
  • Rentrée 2008 : L'institut Ingémédia devient une unité de formation et de recherche en Sciences de l'information et de la communication (UFR Ingémédia)
  • En 2009, un rapport administratif commandé par le ministère de l'Enseignement supérieur sur un trafic présumé de diplômes au bénéfice d'étudiants étrangers à l'Université de Toulon mettrait en cause l'institution pour « des recrutements douteux d'étudiants étrangers ». Les inspecteurs généraux chargés de l'enquête auraient constaté de « graves dysfonctionnements au sommet de l'université varoise, notamment dans les procédures d'admission des étudiants étrangers »[2].
  • Le 19 octobre 2009, la ministre de l'Enseignement supérieur a suspendu le président de l'Université, Laroussi Oueslati, et ses deux vice-présidents, Pierre Sanz de Alba et Yves Lucas, soupçonnés d'avoir entravé l'enquête administrative sur les procédures d'admission d'étudiants étrangers dans le cadre de l'affaire d'un présumé trafic de diplômes au profit d'étudiants de nationalité chinoise[3]. Début novembre 2009, Laroussi Oueslati démissionne.
  • Rentrée 2013 : l'Université du Sud Toulon-Var devient l'Université de Toulon.

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

  • 35 hectares.
  • 5 sites d'implantation : Toulon, La Garde, Saint-Raphaël, La Valette-du-Var, Draguignan.
  • Plus de 9 000 étudiants[10].
  • Près de 500 postes d'enseignants dont 264 chercheurs et enseignants-chercheurs.
  • 1500 intervenants extérieurs par an.
  • Plus de 280 postes de personnels ingénieurs administratifs, techniciens et ouvriers de service et de santé.
  • 10 composantes proposant près de 100 formations dans 4 domaines Droit Économie Gestion, Sciences Technologies Santé, Arts Lettres Langues, Sciences Humaines et Sociales.
  • 15 laboratoires de recherche : 9 laboratoires en Sciences et Technologies et 6 laboratoires en Sciences de l’Homme et de la Société.
  • 1 École doctorale « Civilisations et Sociétés Euro-Méditerranéennes et Comparée » et 1 Collège des Études doctorales.
  • Plus de 1 200 étudiants étrangers de 84 nationalités.

Classement international[modifier | modifier le code]

L'Université de Toulon occupe la 1076ème place au classement "Ranking Web of World Universities July 2010" (67e place des universités françaises) qui a classé 12000 écoles et universités en fonction du volume et de la qualité de leurs publications électroniques[11]. Elle ne fait pas partie des 500 meilleures écoles ou universités classées, au niveau mondial, par la Jiao Tong University de Shanghai en 2008. (Academic Ranking of World Universities).

Composantes d'enseignement[modifier | modifier le code]

Un des Amphitéatres de l'université

L'université est structurée en plusieurs types de composantes d'enseignement[12]:

Unités de formations et de recherche[modifier | modifier le code]

Instituts[modifier | modifier le code]

  • École d'ingénieurs SeaTech
  • Institut d'Administration des Entreprises
  • Formation continue site internet

Institut universitaire de technologie[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Doctorat[modifier | modifier le code]

  • École doctorale n° 509 « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées »

L'École doctorale n° 509 est la seule école doctorale implantée sur le campus de l'Université de Toulon. Elle est centrée sur une thématique en adéquation avec la stratégie scientifique de l'USTV : les « Civilisations et les Sociétés euro-méditerranéennes et comparées ». Elle couvre l'ensemble des domaines des Sciences de l'Homme et de la Société présents à l'USTV : Droit, Lettres et Sciences humaines, Sciences économiques, Sciences de gestion, Sciences de l'information et de la communication.

  • Collège des Études Doctorales

Créé le 8 juillet 2008, le Collège des Études Doctorales est chargé de coordonner, dynamiser les études doctorales au sein de l'établissement, et d'assurer la concertation avec les diverses structures de l'établissement ainsi qu'avec les établissements partenaires dans le cadre du développement d'une politique de site.

Laboratoires de recherche[modifier | modifier le code]

Mathématiques

  • IMATH - Institut de Mathématiques de Toulon

Sciences de la Terre et de l'Univers

  • LSEET - Laboratoire de Sondages Electromagnétiques de l'Environnement Terrestre - UMR 6017
  • PROTEE - Processus de Transferts et d'Echanges dans l'Environnement

Physique et Sciences pour l'Ingénieur - Chimie

  • MAPIEM - Matériaux Polymères Interfaces Environnement Marin (EA 4323 MAPIEM)
  • IM2NP - Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence - UMR CNRS 6242

Physique et Sciences de l'Ingénieur

  • CPT - Centre de Physique Théorique - UMR 6207

Sciences de l'Homme et des Humanités

  • BABEL - Laboratoire Babel
  • i3M - Information, Milieux, Médias, Médiations

Sciences Politiques et Juridiques

  • CDPC JEAN-CLAUDE ESCARRAS - Centre de Droit et de Politique Comparés - UMR CNRS 6201
  • CERC - Centre d'Études et de Recherche sur les Contentieux

Sciences Economiques et de Gestion

  • GRM - Groupe de Recherche en Management
  • LEAD - Laboratoire d'Économie Appliquée au Développement

Sciences de la Vie et de la Santé

  • HANDIBIO : Laboratoire de Biomodélisation et ingénierie des handicaps

Sciences et Technologies de l'Information et de la Communication

  • LSIS - Laboratoire des Sciences de l'Information et des systèmes


Publications[modifier | modifier le code]

Revue Babel

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Il existe un bâtiment Eve qui possède une salle de musculation. Il y a également une cafétéria nommée le Béal et un restaurant universitaire. Des salles informatiques sont également mises à disposition, ainsi qu'une bibliothèque avec des journaux et tout ce qu'il faut pour faire des exposés.

Le Centre de Ressources en Langues de l'Université forme gratuitement les étudiants qui le désirent en langues étrangères (anglais, espagnol, italien, allemand ou français langue étrangère).

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
9 652[13] 9 549[14] 9 529[15] 9 486[16] 9 593[17] 9 747[18] 9 671[19] 9 457[20]
2008 2009 2010 2011 2012 - - -
10 034[21] 9 901[22] 9 122[23] 9 056[24] 8 596[25] - - -

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret D.68-483 du 27 mai 1968, p. 6692 du Journal officiel.
  2. '« Trafic de diplômes : de "graves irrégularités" à l'université de Toulon », Le Monde, 08.09.09, consulté le 08.09.09
  3. Nouvel Observateur en temps réel 19-10-2009
  4. http://www.univ-tln.fr/Utv/organisation.htm
  5. Monsieur Laroussi OUESLATI nouveau Président de l'Université du Sud Toulon-Var, Toulon Var Technologies, 20 février 2007.
  6. « Université de Toulon : la ministre suspend le président », communiqué de presse, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 19 octobre 2009.
  7. Article du Nouvel Observateur annonçant la suspension
  8. « Philippe Tchatmitchian nommé administrateur provisoire de l’université de Toulon », Educpro, 23 octobre 2011, consulté sur www.educpros.fr le 31 mars 2011
  9. « Marc Saillard, nouveau président de l’université du Sud Toulon-Var », Educpro, 31 mars 2011, consulté sur www.educpros.fr le 31 mars 2011
  10. Voir l'évolution démographique de la population universitaire.
  11. http://www.webometrics.info/rank_by_country.asp?country=fr&offset=50
  12. Étudier à l'USTV, www.univ-tln.fr
  13. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  22. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  23. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  24. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  25. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2013, Imprimerie : Ovation, Editeur : DEPP p. 179, (ISBN 978-2-11-099382-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 8 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]