Jules Méline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méline.
Jules Méline
Jules Méline en 1898
Jules Méline en 1898
Fonctions
56e président du Conseil des ministres français
et Ministre de l'agriculture
(68e chef du gouvernement)
28 avril 189615 juillet 1898
(&&&&&&&&&&&&08082 ans, 2 mois et 17 jours)
Président Félix Faure
Gouvernement Méline
Prédécesseur Léon Bourgeois
Successeur Henri Brisson
Président de la Chambre des députés
4 avril 188811 novembre 1889
Prédécesseur Charles Floquet
Successeur Charles Floquet
Biographie
Nom de naissance Félix Jules Méline
Date de naissance 20 mai 1838
Lieu de naissance Remiremont (Vosges)
Date de décès 21 décembre 1925 (à 87 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité française
Parti politique Centre-droit
Présidents du Conseil des ministres français
Jules Méline
Image illustrative de l'article Jules Méline
Fonctions
Parlementaire français
Député 1872-1903
Sénateur 1903-1925
Gouvernement IIIe République
Groupe politique GD
Biographie
Résidence Vosges

Jules Méline, né le 20 mai 1838 à Remiremont (Vosges) et mort le 21 décembre 1925 à Paris, est un homme politique français de la droite modérée, président du Conseil de 1896 à 1898. Défenseur du monde agricole, il met en place en 1892 des mesures protectionnistes pour les produits agricoles (Tarif Méline).

Biographie[modifier | modifier le code]

« Si vous continuez, je vous mets tous à la porte ! », Le Petit Journal, 10 juillet 1898

Avocat à Paris sous le Second Empire, il participe en 1861 à la fondation de l'hebdomadaire Le Travail avec le jeune Clemenceau. Adjoint au maire du Ier arrondissement à Paris après le 4 septembre 1870, il est élu membre de la Commune le 26 mars 1871.

Il exerça les fonctions de président du Conseil des ministres du 28 avril 1896 au 15 juillet 1898 (voir gouvernement Jules Méline) succédant à Léon Bourgeois (gouvernement Bourgeois), et étant à son tour remplacé par Henri Brisson (2e gouvernement).

Il fut candidat à l'élection présidentielle de 1899.

Le défenseur de l'agriculture[modifier | modifier le code]

Pour Méline, l'économie française peut être assimilée à un arbre dans lequel l'industrie représente les branches et les feuilles, et où l'agriculture représente le tronc et les racines. Le mélinisme met donc pleinement en valeur l'agriculture, et s'oppose en ce sens au saint-simonisme qui peut se résumer dans la formule : « Tout par l'industrie, tout pour l'industrie. » On lui doit la création de l'ordre du Mérite agricole.

Le Tarif Méline[modifier | modifier le code]

Jules Méline est notamment connu pour avoir donné son nom aux « tarifs Méline » de 1892, loi protectionniste visant à protéger l'agriculture française de la concurrence internationale, et marquant la fin de la politique de libre-échange entamée sous le Second Empire.

Les sociétés de Crédit Agricole[modifier | modifier le code]

Il est à l'origine de la loi du 5 novembre 1894 créant les sociétés locales de crédit agricole. Cette loi autorise la constitution, entre les membres des syndicats agricoles, de caisses locales ayant pour objet de faciliter l’octroi de crédits nécessaires au financement de la production agricole.

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Retour à la terre... (1905)
  • Le Salut par la terre (1919)

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :