Jules Lewal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Louis Lewal
Image illustrative de l'article Jules Lewal

Naissance
Paris
Décès
Senlis
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de division
Années de service 1841 – 1888
Distinctions Légion d'honneur
(Grand-croix)
Autres fonctions Ministre de la Guerre

Jules Louis Lewal est né à Paris le , fils d'un conseiller à la Cour des comptes, et mort à Senlis le , général et homme politique français.

Il épouse Fernande Magdeleine Marie Caroline Miquel de Riu (1845-1903) à Toulon le , il aura deux enfants, Lucie Louise Clémence (1869-1880) et Maxime Louis Léon (1871-1929).

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Jules Louis Lewal entre comme boursier à Saint-Cyr en 1841 et en sort en 1843, année où il est nommé sous-lieutenant, pour entrer à l’École d’état-major[1].

Lieutenant en 1846 puis capitaine en 1848 il participe à l’expédition de Kabylie[1].

Chef d’escadron en 1859 il participe à la campagne d'Italie, avec le maréchal Canrobert, puis à l'expédition du Mexique où il est nommé lieutenant-colonel en 1863.

Colonel en 1868, il participe à la campagne de 1870 à l’armée de Metz[1].

Général de brigade en 1874.

Il préside à la création et dirige la nouvelle École militaire supérieure (École supérieure de guerre) de 1877 à 1880[1].

Il est promu général de division en 1880, il commande la 24e division d’infanterie à partir de juillet.

De 1881 à 1883 il commande la 33e division d'infanterie.

De 1883 à 1885 il commande le 17e corps d'armée.

Il est Ministre de la Guerre du au [2] dans le Gouvernement Jules Ferry puis commande le 10e corps d'armée à partir de et le 2e corps d'armée à partir de 1887.

Il prend sa retraite en 1888.

Il est décoré de la Légion d'honneur[3],[4] et a été admis à l’Académie royale militaire de Suède[1].

Quelques publications de Jules Louis Lewal[modifier | modifier le code]

  • Annibal et Magenta, 1861
  • La Réforme de l'Armée, J. Dumaine, 1871, 606 pages et réédition BiblioLife, 2010, 612 pages (ISBN 1143351851) (ISBN 9781143351853)
  • Lettres à l'armée 1872-1873, autres auteurs Allain Bernède et Jérôme Pesqué, B. Giovanangeli, 1998, 195 pages (ISBN 2909034127) (ISBN 9782909034126)
  • Études de guerre: Partie organique, J. Dumaine, 1873
  • Études de guerre: Tactique de mobilisation - tactique de combat, J. Dumaine, 1875, 446 pages
  • Études de guerre: Tactique de stationnement, 1879
  • Études de guerre: Tactique des renseignements, Paris, Baudoin, 1881, 2 volumes[5] et réédition BiblioBazaar, 2010, 358 pages (ISBN 1142113396) (ISBN 9781142113391)
  • Étymologie et transformations des noms de repas, communication faite à la Société archéologique de Tarn-et-Garonne dans la séance du 7 mai 1884, Forestié, 1884, 24 pages[6]
  • L'agonistique: jeux actifs, exercices amusants, Libraire militaire de L. Baudoin, 1890, 192 pages
  • Le maréchal de Moltke, organisateur et stratège, L. Baudouin, 1891, 40 pages
  • Général Lewal. L'escrime: et ses obligations nouvelles, E. Dentu, 1891, 172 pages
  • Introduction à la partie positive de la stratégie, L. Baudoin, 1892, 99 pages
  • Stratégie de Marche, L. Baudoin, Paris, 1893, 252 pages
  • Les troupes coloniales, Paris, 1894
  • Le régiment de réserve et la loi des cadres, Librairie militaire de L. Baudoin, 1894, 76 pages
  • Contre le Service de deux Ans, L. Baudoin, Paris, 1895, 85 pages
  • La chimère du désarmement, L. Baudouin, 1897, 134 pages
  • Stratégie de combat, L. Baudoin, 1896, 2 volumes
  • Le Danger des Milices, L. Baudoin, Paris, 1898, 236 pages[7]
  • Le combat complet, L. Baudouin, 1898, 78 pages
  • La veillée d'Iéna: étude de stratégie de combat, R. Chapelot et ce, 1899, 87 pages
  • Le plan de combat: étude de stratégie, R. Chapelot, 1901, 135 pages

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les militaires qui ont changé la France, le cherche midi,‎ , 574 p. (ISBN 978-2-7491-1143-8), p. 267 à 269

Notes et références[modifier | modifier le code]