Ernest Monis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ernest Monis
Ernest Monis en 1918
Ernest Monis en 1918
Fonctions
65e président du Conseil des ministres français
et Ministre de l'intérieur
(77e chef du gouvernement)
2 mars 191127 juin 1911
Gouvernement Monis
Législature Xe législature
Prédécesseur Aristide Briand
Successeur Joseph Caillaux
Biographie
Nom de naissance Ernest Antoine Emmanuel Monis
Date de naissance 23 mai 1846
Lieu de naissance Châteauneuf-sur-Charente (Charente) (France)
Date de décès 25 mai 1929
Lieu de décès Mondouzil ([Charente]) (France)
Nationalité française
Parti politique Parti radical
Profession Avocat
Présidents du Conseil des ministres français

Antoine Emmanuel Ernest Monis, né le 23 mai 1846 à Châteauneuf-sur-Charente (Charente) et mort le 25 mai 1929 à Mondouzil, propriété qu'il possédait près de Châteauneuf, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils d'un ouvrier agricole espagnol émigré à la fin du XIXe siècle et fils d'un huissier, il est né à Châteauneuf-sur-Charente dans la rue qui porte maintenant son nom. Il est avocat à Cognac à 22 ans, et devient conseiller municipal de Cognac[1]. Républicain radical, il sera successivement :

  • Député de la Gironde de 1885 à 1889
  • Sénateur de la Gironde de 1891 à 1920
  • Président du Conseil général de la Gironde de 1907 à 1919
  • Ministre de la Justice du 22 juin 1899 au 7 juin 1902 dans le gouvernement Pierre Waldeck-Rousseau et présentera la loi sur les associations du 1° juillet 1901 (la célèbre loi de 1901). C'est aussi à lui que l'on doit l'ouverture du métier d'avocat aux femmes.
  • président du Conseil des ministres du 2 mars 1911 au 23 juin 1911, il forme le gouvernement Ernest Monis. Il sera gravement blessé le 20 mai 1911 (il a une jambe cassée et de fortes contusions, il perd connaissance mais il survivra) lors du départ de la course d'aviation Paris-Madrid dans l'accident qui coute la vie à Maurice Berteaux, le Ministre de la Guerre, sur le terrain d’aviation d’Issy-les-Moulineaux, alors que l'aviateur Louis Émile Train, sur un monoplan de sa conception, tente un atterrissage d'urgence qui finit catastrophiquement sur le groupe des personnalités qui avaient envahi la piste.

Chronologies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charente Libre juillet 2008
  2. Archives nationales

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p.