Gouvernement Charles Dupuy (5)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Charles Dupuy.
Gouvernement Charles Dupuy (5)
Régime Troisième République
Président de la République Émile Loubet
Président du Conseil Charles Dupuy
Début 18 février 1899
Fin 12 juin 1899
Durée &0000000000000114.000000114 jours
majorité parlementaire
432 / 585
Chronologie
Gouvernement précédent Gouvernement Charles Dupuy IV
Gouvernement suivant Gouvernement Pierre Waldeck-Rousseau

Le cinquième gouvernement Charles Dupuy dure du 18 février au 12 juin 1899. À la suite de l'élection d'Émile Loubet, Dupuy conserve tous les ministres du gouvernement précédent.

Composition[modifier | modifier le code]

Charles Dupuy

Président du Conseil, ministre de l'Intérieur et des Cultes : Charles Dupuy

Politique menée[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Dupuy, intervenant dans la révision du procès Dreyfus, inquiète les républicains en déposant le projet de dessaisissement de la Chambre criminelle au profit de la Cour de cassation toutes chambres réunies.  La Chambre criminelle est supposée en effet favorable à Dreyfus. La Chambre vota le projet le 10 février, malgré une vive résistance.

Les incidents se multiplient : acquittement de Déroulède le 31 mai suite à la tentative putschiste de la Ligue des patriotes le jour des funérailles de Félix Faure, coup de canne du baron Cristiani au président de la République Émile Loubet au champ de courses d’Auteuil le 5 juin.

Le 3 juin, la Cour de Cassation a cassé le jugement du Conseil de guerre condamnant Dreyfus et exige la révision du procès.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Emporté par la crise nationaliste, il démissionne le 12 juin 1899, après avoir été mis en minorité lors d'une interpellation sur la carence de la police suite à l'agression du président Loubet, la Chambre se déclarant, dans son ordre du jour, résolue «à ne soutenir qu'un ministère décidé à défendre avec énergie les institutions républicaines ».

Le 22 juin 1899, Émile Loubet nomme Pierre Waldeck-Rousseau à la présidence du Conseil des ministres.