Jean Hennessy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hennessy (homonymie).
Jean Hennessy
Image illustrative de l'article Jean Hennessy
Fonctions
Député des Alpes-Maritimes
3 mai 193631 mai 1942
Député de la Charente
24 avril 191031 mai 1932
Ministre de l'Agriculture
11 novembre 192821 février 1930
Biographie
Date de naissance 26 avril 1874
Lieu de naissance Cherves-Richemont
Date de décès 4 novembre 1944
Lieu de décès Lausanne
Parti politique PRS (1910-1932)
GI (1936-1942)

Jean Patrick Hennessy, né à Cherves-Richemont (Charente) le 26 avril 1874 et mort à Lausanne le 4 novembre 1944, est un diplomate et homme politique français issu d'une grande famille de producteurs de cognac.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir poursuivi « en dilettante des études supérieures d’histoire[1] », il hérite avec son frère James de la fortune de son père. « Leur père Maurice qui, à sa disparition, en 1905 leur lègue une fortune évaluée alors à 1,1 MF (...) des revenus considérables et leur fortune les situe ainsi au rang des familles les plus riches de la société française[2]. » Un héritage qui fructifie et permet à Jean Hennessy d'acquérir un hôtel particulier dans le VIIe arrondissement de Paris.

Suivant les traces de son arrière-grand-père, Jacques Hennessy, élu député en 1824, « il siégea d’abord parmi les ultraroyalistes puis se rallia au pouvoir orléaniste sous la monarchie de Juillet et conserva son siège jusqu’en 1842[3] » et de son grand-oncle, Richard-Auguste Hennessy, « sénateur conservateur du département de 1876 à sa mort en 1879[4] », Jean Hennessy et son frère James « représentent la troisième génération à exercer des mandats électifs nationaux. Ils ont reçu en héritage une culture politique qui va orienter leurs premiers comportements et gravitent d’abord dans un milieu antidreyfusard[5]. »

Après des études au lycée Janson-de-Sailly et à la Faculté des lettres de Paris, Jean Hennessy entra dans la maison familiale et épousa la fille d'Albert de Mun. Élu conseiller municipale de Saint-Brice, il devint président de la ligue de représentation professionnelle et d'action régionaliste, délégué adjoint de la France à la Société des Nations, il fut nommé ambassadeur à Berne en 1924

Il est élu député de la Charente en 1924 sur une liste du Cartel des gauches, réélu en 1928 mais battu en 1932 par le candidat d'Alliance démocratique Henri Malet. Avant de devenir ministre de l'Agriculture du 11 novembre 1928 au 21 février 1930 dans les gouvernements Raymond Poincaré (5), Aristide Briand (11) et André Tardieu (1), il est ambassadeur de France en Suisse

Il fonde en 1933 le Parti social-national et parvient à se faire élire député des Alpes-Maritimes en 1936. Il siège au sein du très progressiste groupe de la Gauche indépendante. Foncièrement républicain, il fait partie des 80 parlementaires qui refusent le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]