Gouvernement Jules Ferry (2)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Jules Ferry.
Gouvernement Jules Ferry (2)
Régime Troisième République
Président de la République Jules Grévy
Président du Conseil Jules Ferry
Début 21 février 1883
Fin 30 mars 1885
Durée 2 ans, 37 jours
Coalition Union Républicaine-Républicains Modérés-Gauche républicaine
IIIe législature
411 / 545
Chronologie
Précédent Gouvernement Armand Fallières
Suivant Gouvernement Henri Brisson I

Le deuxième gouvernement Jules Ferry dure du 21 février 1883 au 30 mars 1885.

Jules Ferry constitue un cabinet centré sur l'Union républicaine et la Gauche républicaine (Centre droit). Dans la lignée de Léon Gambetta, il rassemble les républicains opportunistes (républicains de gouvernement) auxquels s'opposent les radicaux.

Composition[modifier | modifier le code]

Ministres nommés le 21 février 1883[modifier | modifier le code]

Jules Ferry.

Président du Conseil des ministres : Jules Ferry

Remaniement du 27 février 1883[modifier | modifier le code]

  • Ministre de l'Intérieur : Pierre Waldeck-Rousseau (précédemment ministre de l'Intérieur et des Cultes)
  • Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Cultes : Félix Martin-Feuillée (précédemment garde des Sceaux, ministre de la Justice)
  • Sous-secrétaire d'État à la Présidence du Conseil, à l'Instruction publique et aux Beaux-Arts : Eugène Durand
  • Sous-secrétaire d'État à la Justice et aux Cultes : Alphonse Noirot
  • Sous-secrétaire d'État Intérieur et Cultes : Guillaume Margue (cessation des fonctions le 17 mai 1884)

Remaniement du 9 août 1883[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Jean Brun, ministre de la Marine et des Colonies

Nomination du 22 septembre 1883[modifier | modifier le code]

  • Sous-secrétaire d'État à la Marine et aux Colonies : Félix Faure

Remaniement du 9 octobre 1883[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Jean Thibaudin, ministre de la Guerre

Nomination du 17 octobre 1883[modifier | modifier le code]

Remaniement du 20 novembre 1883[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Paul-Armand Challemel-Lacour, ministre des Affaires étrangères
  • Président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères : Jules Ferry (précédemment président du Conseil des ministres, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts)
  • Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts : Armand Fallières

Remaniement du 17 mai 1884[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Guillaume Margue, sous-secrétaire d'État à l'Intérieur et aux Cultes
  • Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur et aux Cultes : Alfred Laroze

Remaniement du 14 octobre 1884[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions d'Anne-Charles Hérisson, ministre du Commerce

Remaniement du 3 janvier 1885[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Jean-Baptiste Campenon, ministre de la Guerre

Bilan[modifier | modifier le code]

Le gouvernement s'installe dans la durée avec un chef qui exerce une véritable autorité. Ainsi Jules Ferry qui doit remanier plusieurs fois son gouvernement ne soumettra pas ceux-ci à l'approbation de la chambre des députés.

Malgré la crise économique de 1882, de nombreuses réformes sont entreprises : réforme de la magistrature, relance du plan Freycinet sur le réseau ferré, loi Waldeck-Rousseau autorisant les syndicats et diverses mesures sociales, mesures protectionnistes en faveur de l'agriculture sur l'insistance de Méline. Ferry engage également une politique coloniale volontariste, à l'époque très décriée par la droite et l'extrême-gauche. Enfin sur le plan des institutions, il permet une révision de la constitution dans un sens plus démocratique (suppression de l'inamovibilité des sénateurs et élargissement de leur collège électoral) et fait passer au scrutin de liste les élections à la chambre des députés.

À la fin de son mandat, Ferry est violemment attaqué par les radicaux dans un climat de haine féroce[non neutre].

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le 30 mars 1885, suite à l'affaire du Tonkin, Jules Ferry doit remettre la démission du Gouvernement au président de la République, Jules Grévy.

Le 6 avril 1885, Jules Grévy nomme Henri Brisson à la présidence du Conseil des ministres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Membre du précédent gouvernement ayant conservé son poste
  2. Membre du précédent gouvernement ayant changé de poste