Gouvernement Henri Brisson (1)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Henri Brisson (1)
Régime Troisième République
Président de la République Jules Grévy
Président du Conseil Henri Brisson
Début 6 avril 1885
Fin 29 décembre 1885
Durée 267 jours
Coalition Union Républicaine-Républicains Modérés-Gauche républicaine
IIIe législature
411 / 545
Chronologie
Précédent Gouvernement Jules Ferry II
Suivant Gouvernement Charles de Freycinet III

Le premier gouvernement Henri Brisson dure du 6 avril 1885 au 29 décembre 1885.

Henri Brisson forme un cabinet de concentration républicaine, en y faisant rentrer quelques radicaux.

Composition[modifier | modifier le code]

Ministres nommés le 6 avril 1885[modifier | modifier le code]

Henri Brisson

Président du Conseil des ministres : Henri Brisson[1]

Nomination du 9 avril 1885[modifier | modifier le code]

Nomination du 11 avril 1885[modifier | modifier le code]

  • Sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique, aux Beaux-Arts et aux Cultes : Edmond Turquet

Remaniement du 16 avril 1885[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Jean-Jules Clamageran, ministre des Finances
  • Ministre des Finances : Sadi Carnot (précédemment ministre des Travaux publics)
  • Ministre des Travaux publics : Charles Demole

Nomination du 18 avril 1885[modifier | modifier le code]

Remaniement du 21 avril 1885[modifier | modifier le code]

  • Sous-secrétaire d'État aux Finances : René Hérault (Secrétaire d'État) (précédemment sous-secrétaire d'État aux Travaux publics, apparemment non remplacé dans cette fonction)

Nomination du 28 avril 1885[modifier | modifier le code]

Remaniement du 9 novembre 1885[modifier | modifier le code]

  • Cessation des fonctions de Pierre Legrand, ministre du Commerce
  • Cessation des fonctions de Hervé Mangon, ministre de l'Agriculture

Bilan[modifier | modifier le code]

Suite aux premiers soubresauts du scandale de Panama, les élections législatives d'octobre 1885 montre une poussée des conservateurs, mais la gauche républicaine se regroupe au second tour et sauve sa majorité. L'extrême gauche (radicaux et une dizaine de socialistes) se renforcent.

Sur le plan extérieur, Brisson poursuit la politique coloniale et entame un rapprochement avec la Russie.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le 29 décembre 1885, battu à l'élection présidentielle par le président sortant, Henri Brisson remet la démission du Gouvernement au président de la République réélu, Jules Grévy.

Le 7 janvier 1886, Jules Grévy nomme Charles de Freycinet à la présidence du Conseil des ministres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le seul homme d'État de la Troisième république avec Léon Blum a accéder à cette fonction sans avoir été, au préalable, ministre ou sous-secrétaire d'État