Radicalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au sens large, le radicalisme est l'ensemble des tendances politiques éloignées du centre. En France, le radicalisme est une tendance républicaine qui apparut dans les années 1840 au début de la révolution industrielle (notamment la campagne électorale d'Alexandre Ledru-Rollin en 1841) et se développa au début de la Troisième République en opposition au gouvernement des Républicains Opportunistes (Gambetta, Jules Ferry, etc.)[1]. Ce mouvement se cristallisa lors de la naissance du Parti républicain, radical et radical-socialiste. Au début situé à l'extrême gauche de l'échiquier politique, le radicalisme fut poussé au centre avec l'émergence du socialisme sur sa gauche, jusqu'à devenir, en France, une tendance ambivalente du centrisme, toujours adossée aux partis majoritaires de la droite et de la gauche française.

En France et en Wallonie, le radicalisme est l'expression de la Franc-maçonnerie dominante en politique.

Le radicalisme britannique fut le modèle qui inspira le mouvement français dès les années 1830.

Le nom a également été utilisé dans d'autres pays pour désigner des tendances similaires (cf. par ex. le Parti radical (en) en Italie, fondé en 1877).

Types de radicalisme[modifier | modifier le code]

En politique[modifier | modifier le code]

Le radicalisme et les partis politiques :

  • Dans les pays anglo-saxons, c'est une doctrine prônant de vastes réformes de l'organisation sociale du pays.
  • En Europe continentale le radicalisme désigne une théorie qui prône une laïcité ferme voire exclusive, et la recherche d'un équilibre entre libertés individuelles et solidarité nationale. Parmi les partis de ce courant qui ont marqué l'histoire de leur pays on peut citer le Parti républicain, radical et radical-socialiste français et le Parti libéral-radical suisse (ex Parti radical-démocratique (1894-2009)).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Berstein, Histoire du Parti radical, 2 vol., Presses de la FNSP, Paris, 1982

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]