Opération Saturne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Saturne
Avancée soviétique durant les opérations Uranus, Mars et Saturne.
Avancée soviétique durant les opérations Uranus, Mars et Saturne.
Informations générales
Date du 16 décembre 1942 à février 1943
Lieu Front de l'Est, (URSS)
Issue Victoire soviétique
Belligérants
Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

L'opération Saturne est une opération lancée par l'Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale, de décembre 1942 à février 1943 sur le front de l'est, qui déboucha sur des batailles au nord du Caucase et dans le bassin du Don.

Le succès de l'opération Uranus, lancée le 19 novembre 1942, permit à l'Armée rouge d'encercler dans Stalingrad 300 000 soldats de la 6e armée allemande et de la 4e armée de Panzer du général Paulus. Afin de profiter de la situation, l'état-major soviétique lance une série d'offensives durant l'hiver sous le nom de code « Saturne ».

Décembre 1942 : opération petit Saturne[modifier | modifier le code]

La première version de l'opération visait à prendre Rostov pour isoler le groupe d'armées A dans le Caucase. Les Soviétiques avaient constitué à cet effet les première et deuxième armées de la garde.

Cependant, face à l'échec des premières tentatives de liquidation de la poche de Stalingrad, la deuxième armée de la garde est envoyée vers la ville le 9 décembre 1942. Les objectifs de Saturne sont réduits et l'opération, renommée petit Saturne, est lancée le 16 décembre.

Cette seconde version de l'opération consiste en une manœuvre de prise en tenaille des forces de l'Axe, italiennes, allemandes et roumaines, qui défendent le Don moyen, la rivière Krivaïa et la Tchir. Elle a trois objectifs principaux :

L'attaque à lieu en 2 points :

Après deux à trois jours de résistance face à un ennemi largement supérieur, les défenseurs cèdent. Les corps blindés soviétiques s'engouffrent dans la brèche "en exploitation" et sèment le chaos sur les arrières de l'Axe, laissant 130 000 soldats italiens encerclés par petits paquets le long du Don et dans une série de villes où ils se sont retranchés[1].

Manstein envoya la 6e division de panzers au secours des Italiens. Sur les 130 000 soldats encerclés, seuls 45 000 réussirent à rejoindre les panzers à Tchertkovo le 17 janvier.

Au sud, l'avance de la 28e armée du général Guerassimenko menaçait d'encerclement la 1re armée de Panzer.

Le 24 décembre, les blindés de la 24e armée de blindés parvinrent à Tatsinskaïa, l'aéroport le plus proche de Stalingrad d'où partaient les raids aériens de la Luftwaffe qui ravitaillaient les forces allemandes encerclées à Stalingrad (voir attaque de Tatsinskaïa).

La colonne supposée briser l'encerclement à Stalingrad étant elle-même sous la menace d'un encerclement, Manstein dut reculer jusqu'à Kotelnikovo le 29 décembre, laissant les assiégés à leur propre sort. Des 300 000 soldats encerclés à Stalingrad, 90 000 survécurent et 5 000 rentrèrent en Allemagne.

La portée limitée de l'offensive soviétique permit au général Ewald von Kleist de retirer le groupe d'armées A du Caucase jusqu'à Rostov.

Janvier 1943 : destruction de l'armée hongroise[modifier | modifier le code]

La seconde étape des opérations, l'offensive Ostrogojsk-Rossoch, débuta le 13 janvier 1943 par l'attaque des quatre armées du Front de Voronej du général Golikov, qui encercle et détruit la seconde armée hongroise près de Svoboda sur le Don. Plus au nord, l'offensive Voronej-Kastornoe menaça la deuxième armée allemande d'encerclement ; et bien qu'elle réussît à s'échapper, celle-ci fut obligée de reculer. Le 5 février, les troupes du front de Voronej s'approchaient de Koursk et de Kharkov et lançaient l'opération étoile pour reconquérir les deux villes.

Février 1943 : retraite allemande[modifier | modifier le code]

Les armées allemandes, désorganisées, furent obligées de se retirer à travers l'Ukraine du sud. La troisième étape fut pour le front de Voronej de progresser jusqu'au Dniepr et d'encercler la deuxième armée allemande. Les fronts du sud-ouest et du sud avaient pour objectif de capturer Louhansk et d'avancer jusqu'à la mer d'Azov afin d'encercler le groupe d'armées « von Kleist » et le groupe d'armées « Don » de Manstein.

Koursk fut capturée le 8 février 1943, Kharkov le 16 février, et Rostov le 18 février. Un écart fut creusé entre le groupe d'armées A - à présent coincé sur une petite tête de pont à l'opposé de la péninsule de Kertch - et le groupe d'armées « Don ». La première armée de gardes de Kouznetsov menaçait de creuser un autre écart entre le groupe d'armées « Don » et le groupe d'armées Centre de Günther von Kluge en avançant à travers Dniepropetrovsk. De plus, la reddition des assiégés à Stalingrad le 2 février 1943 libéra les fronts de Konstantin Rokossovsky pour de nouvelles opérations.

Afin de continuer sur le succès de Koursk, les Soviétiques lancèrent une offensive sur l'armée allemande du centre (et plus précisément sur les saillants à Orel) avant de progresser vers Briansk. Toutefois, l'état-major soviétique demanda plus à ses troupes épuisées qu'elles ne pouvaient accomplir. Des problèmes logistiques apparurent lors du déploiement des armées depuis Stalingrad, 650 km à l'ouest, repoussant le début de cette offensive au 25 février. Une défense farouche des Allemands ne permit aux Soviétiques que d'obtenir des avancées mineures à l'ouest de Koursk.

Pendant ce temps, afin de garder la position au sud, l'état-major allemand prit la décision d'abandonner le saillant de Rjev, près de Moscou dans le but de libérer des troupes et d'effectuer une riposte dans l'est de l'Ukraine. La contre-offensive de Manstein, débuta le 20 février 1943 et atteignit Poltava puis Kharkiv la troisième semaine de mars. Cette contre-offensive créa un déplacement du front vers Koursk qui déboucha sur la bataille de Koursk en juillet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La retraite des soldats italiens est consignée dans le livre d'Eugenio Corti: La plupart ne reviendront pas.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]