Bataille de Białystok–Minsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Białystok–Minsk
Avancée allemande entre le 22 juin et le 1er septembre 1941
Avancée allemande entre le 22 juin et le 1er septembre 1941
Informations générales
Date 22 juin 19419 juillet 1941
Lieu Biélorussie, est de la Pologne
Issue Victoire allemande décisive
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Commandants
Drapeau de l'Allemagne Fedor Von Bock Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Dmitri Pavlov
Forces en présence
750 000 675 000
Pertes
276 avions
Nombre de soldats inconnus
341 073 tués ou capturés[1]
76 717 blessés
417 790 soldats en tout[2]
4 799 chars
9 427 canons[2]
1 669 avions[3]
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Bataille de Tcherkassy · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen  · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La bataille de Białystok–Minsk fut une opération stratégique allemande conduite par le groupe d'armées Centre durant l'offensive sur la frontière soviétique au tout début de l'opération Barbarossa. Elle se déroula du 22 juin 1941 au 9 juillet 1941. Son but, qui était d'encercler les forces de l'Armée rouge autour de Minsk, fut un succès. Toutes les tentatives russes de contre-attaques et de percées se soldèrent par des échecs. Ainsi, la Wehrmacht put faire de nombreux prisonniers soviétiques[4] et put avancer dans l'Union soviétique si rapidement que certains pensèrent que l'Allemagne avait déjà gagné la guerre contre la Russie.

Prélude[modifier | modifier le code]

Soldats allemands au centre de Minsk en 1941.

Commandée par le Field Marshal Fedor von Bock, le groupe d'armée Centre reçut l'ordre d'attaquer la Russie via l'axe Białystok - Minsk - Smolensk à partir de la Pologne jusqu'à Moscou. Ce groupe d'armées était constitué de la 9e et de la 4e armée. Ses forces blindés comprenaient le Panzergruppe 3, commandé par Hoth, et le Panzergruppe 2, commandé par Guderian. Au total, ces deux armées comptaient 33 divisions d'infanteries, 9 divisions blindées, 6 divisions motorisées et une division de cavalerie. De plus, le groupe d'armées Centre pouvait appeler la Luftflotte 2 en renfort aérien.

En face, le front de l'Ouest, commandé par le général Dmitri Pavlov, incluait la 3e armée, la 4e armée et la 10e armée qui étaient postées le long de la frontière. Au total, l'armée soviétique de l'Ouest comprenait 25 divisions de cavaleries, 13 divisions blindées et 7 divisions motorisées.

La disposition de l'Armée rouge en Biélorussie était basée sur l'idée d'une réponse agressive à une attaque allemande, afin de repousser le front en Pologne. Cependant, cette tactique souffrait d'une faiblesse sur les flancs à cause de la ligne de démarcation entre les pays qui avait été décidée en 1939. Ce fut l'Oberkommando des Heeres qui profita le mieux de la situation, en encerclant simultanément les forces du front de l'Ouest avec d'autres fronts soviétiques autour de Białystok et de Navahroudak, à l'ouest de Minsk.

Ordres de batailles[modifier | modifier le code]

Soviétiques[modifier | modifier le code]

Allemandes[modifier | modifier le code]

Soldats allemands dans un village russe.
Enfants à Minsk en 1941 durant les raids aériens.

Tanks[modifier | modifier le code]

Corps d'armée allemand Divisions allemandes Nombre de tanks[5] Tanks avec des canons de 37 mm
(incl. Panzer 38(t) et Panzer III)
Tanks avec des canons de 50 mm ou plus
(incl. Panzer III et Panzer IV)
XXXIX. Armeekorps mot[4] 7e, 20e 494 288 61
LVII Panzer Corps[4] 12e, 19e 448 219 60
XXXXVII Panzer Corps[4] 17e, 18e 420 99 187
XXXXVI Panzer Corps[4] 10e 182 0 125
XXIV Panzer Corps[4] 3e, 4e 392 60 207
Total   1936[4] 666 640
Corps d'armée soviétique Divisions soviétiques Nombre de tanks T-34 et KV
11e Corps mécanisé[4] 29e, 33e, 204e 414 20
6e Corps mécanisés[4] 4e, 7e, 29e 1131 452[6]
13e Corps mécanisé[4] 25e, 31e, 208e 282 0
14e Corps mécanisé[4] 22e, 30e, 205e 518 0
7e Corps mécanisé[4] 14e, 18e, 1re 959 103
5e Corps mécanisé[4] 13e, 17e, (109e non incl.) 861 17
17e Corps mécanisé[4] (pas complètement formé) 63 N/A
20e Corps mécanisé[4] (pas complètement formé) 94 N/A
(indépendant) 57e division[4] 200 0
Total   4522[4] 592

L'opération[modifier | modifier le code]

Bataille de Białystok–Minsk du 22 juin au 9 juillet 1941.

L'Armée rouge devait avancer vers les allemands sur le territoire polonais occupé à Białystok. Au-delà de Białystok, Minsk était un nœud ferroviaire stratégique, une clé et une position défensive pour les principales communications routières et ferroviaires avec Moscou.

L'opération allemande faisait partie de l'opération Barbarossa, avec la 11e armée du front du Nord-Ouest et dans le nord, le 3e groupe de Panzers est attaqué, coupant la 11e armée du front de l'Ouest, et la traversé la rivière Niémen. Le 2e groupe de Panzers traverse la rivière Bug et pénètre à 60 km en territoire soviétique le 23 juin. Les objectifs des groupes de Panzers étaient de prendre l'est de Minsk et d'empêcher tout retrait de l'Armée rouge par un encerclement. Les groupes de Panzers devaient encercler les forces soviétiques. Les 9e et 4e armées allemandes encerclent les armées soviétiques autour de Białystok. Le 23 juin, la 10e armée soviétique tente une contre-attaque en conformité avec la planification d'avant-guerre, mais ne réussi pas à atteindre ses objectifs. Le 24 juin, le général Dmitri Pavlov ordonne à son officier des opérations, le général Boldin, de prendre les 6e, 11e et 6e Corps d'armées mécanisées pour une contre-attaque vers Hrodna afin d'éviter l'encerclement de l'Armée rouge proche de Białystok. Cette contre-attaque échoue avec de lourdes pertes, mais elle permet à certaines unités d'éviter l'encerclement et de reculer vers Minsk.

Dans la soirée du 25 juin, un groupe de Panzers coupe l'Armée rouge entre Slonim et Vawkavysk, et force Pavlov à ordonner le retrait de toutes les troupes derrière la rivière Chtchara afin d'éviter l'encerclement. La plupart des formations ne pouvait plus rompre le contact avec les Allemands, et en raison de la perte de carburant et de transports, l'armée a dû se retirer à pied. Ce retrait a ouvert des espaces libres vers le sud de Minsk.

Le 27 juin, soit cinq jours après le début de l'invasion, le 2e groupe de Panzers de Guderian et le 3e groupe de Panzers de Hoth arrivent à l'est de Minsk. Ils avaient avancé de 321 km dans l'Union soviétique et à près d'un tiers de la distance de Moscou. Une réussite étonnante. Le 28 juin, les 9e et 4e armées allemandes encerclent les troupes soviétiques à Białystok en deux poches: une petite poche contenant Białystok et une plus grande poche contenant Navahroudak. Après 17 jours, les soviétiques avaient perdu 420 000 soldats sur un total de 625 000. Le 26 juin, Minsk, la capitale de la Biélorussie, tombe sous le joug de la Wehrmacht.

Une seconde Armée rouge contre-attaque le 20e corps mécanisé et 4e corps de la Luftwaffe mais se fait encercler, et le 30 juin la poche est complètement fermée.

Les soviétiques perdent les 3e, 13e et 10e armées et une partie de la 4e armée, au total environ 20 divisions, tandis que le reste de la 4e armée tombe vers la rivière Bérézina. La Luftwaffe détruit 1669 avions soviétiques mais en perd 276 et 208 autres sont endommagés.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Minsk en ruines - Juillet 1941.
Colonnes de prisonniers soviétiques en 1941.

Les troupes soviétiques, prises aux pièges dans deux poches gigantesques, ne cessèrent de se battre, causant ainsi de lourdes pertes à l'armée allemande. Beaucoup de soldats parvinrent à s'échapper, car l'infanterie allemande manquait cruellement de transports motorisés.

L'institut polonais de la mémoire nationale affirme que lors de leur retraite, les troupes soviétiques commirent de nombreux crimes contre les habitants de Białystok et de ses alentours, comme des familles entières exécutées par des pelotons d'exécution[7].

Finalement, 290 000 soldats soviétiques furent capturés et 1500 canons et 2500 tanks furent détruits. Cependant, 250 000 soviétiques parvinrent à s'échapper, la plupart étant des prisonniers qui seraient morts en quelques mois à cause des conditions de détentions inhumaines dans les camps de prisonniers.[pas clair]

L'avancée rapide de la Wehrmacht vers l'Est permit à l'Allemagne d'atteindre Smolensk, à partir d'où une attaque sur Moscou pouvait être envisagée. Cette avancée donna également l'impression à l'Oberkommando der Wehrmacht que la guerre contre l'Union Soviétique était déjà gagnée. Malgré cet exploit, Hitler blâma les généraux des divisions Panzer pour avoir laissé des trous dans les lignes.

De son côté, le général Pavlov et son état-major furent rappelés à Moscou où ils furent accusés d'avoir intentionnellement désorganisé les troupes et battu en retraite sans combattre. Ils furent exécutés par le NKVD au motif de lâcheté et de manquement à leur devoir. Leurs familles furent réprimées. Ils ont été réhabilités en 1956. La seule exception fut l'officier des opérations de Pavlov, le général Ivan Boldin, qui fut rapidement séparé du reste de l'armée à cause de la percée allemande des premiers jours. De ce fait, il fut contraint de battre en retraite vers les lignes soviétiques avec un millier de soldats.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bergstrom 2007, p. 28: Cites Krivosheyev, Grif sekretnosti snyat. Poterivooruzhyonnykh sil SSSR v voynakh, boyevykh deystviyakh i voyennykh konfliktakh, p. 162.
  2. a et b Glantz 1995, p. 293
  3. Bergstrom 2007, p. 28: Cites Pshenyanik, Sovtskie Voenno-vozdushnye sily v bor'be snemetsko fashistskoy aviatssiey v letne-osenney kampanii 1941, p. 94.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (pl) Mark Sołonin (trad. Tomasz Lisiecki), 22 czerwca 1941 czyli Jak zaczęła się Wielka Wojna ojczyźniana, Poznań, Poloogne, Dom Wydawniczy Rebis,‎ 2007, 1e éd. (ISBN 9788375101300), p. 528–529 (la seule traduction en anglais du travail de Solonin semble être, en juin 2011, (en) « ces chapitres consultables en ligne »)
  5. Nombre total de tanks allemands incluant les tanks de commandement ainsi que les vieux Panzer I et Panzer II
  6. Au premier juin, il y avait 114 KV et 238 T-34 mais 100 T-34 supplémentaires arrivèrent d'ici le 22 juin 1941 (Solonin 2007, pp. 99–100).
  7. « Enquêtes sur les meurtres de polonais à Białystok et ses alentours en juin 1941 »