Hermann Hoth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoth.
Hermann Hoth
Image illustrative de l'article Hermann Hoth

Surnom Papa
Naissance
Neuruppin, Allemagne
Décès (à 86 ans)
Goslar, Allemagne
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Grade Generaloberst
Années de service 19041945
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 18e Panzergrenadier Division,
15e corps d'armée allemand,
Panzergruppe 3,
17e armée allemande,
4e Panzer Armee
Faits d'armes Opération Barbarossa,
Bataille de France,
Bataille de Koursk
Distinctions Croix de fer
Signature
Papa Hoth Unterschrift.jpg

Hermann « Papa » Hoth () était un général du Troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale, aussi connu pour ses victoires (en France et sur le front de l'Est) que pour ses défaites (à Stalingrad, Koursk et Kiev). Il fut condamné à six ans de prison pour crime de guerre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Neuruppin, c’était le fils d’un officier médical. Il entra dans l’armée allemande en 1904 et participa à la Première Guerre mondiale. Il resta dans l’armée pendant la période de la République de Weimar et en 1935 fut promu Generalmajor (général de brigade) et nommé au commandement de la 18e division d’infanterie allemande.

Promu Generalleutnant (générale de division), il commanda le 15e Corps d’armée allemand à partir du avec lequel il participa à l’invasion de la Pologne l’année suivante.

Il participa avec autant de succès à la bataille de France en 1940 puis fut promu au rang de General der Infanterie (général de corps d'armée) le .

Lors de l’opération Barbarossa en 1941, Hoth commandait initialement le 3e Panzergruppe, capturant Minsk et Vitebsk. En octobre il remplaça Carl-Heinrich von Stülpnagel en tant que commandant de la 17e armée allemande en Ukraine. Cette armée sera repoussée par la contre-offensive soviétique de janvier 1942. À l'automne 1941, il se fait remarquer par ses déclarations à la troupe où il reprend les thèmes les plus extrêmes de la propagande nazie, justifiant la guerre d'extermination menée contre les Juifs et les Slaves[1]

En juin 1942, il succéda à Erich Hoepner comme commandant de la 4e Panzerarmee, qui combattit sur le front de Briansk et au siège de Stalingrad. Le groupe de chars de combat de Hoth tenta de percer les défenses soviétiques afin de créer un couloir de repli pour la 6e armée allemande du général Paulus mais échoua. Il participa aussi à la bataille de Koursk, sous les ordres de Erich von Manstein, mais ne parvint pas à percer les défenses russes a cause du detournement des renfort par hitler.

À l'automne 1943, l’Armée rouge réussit une série d’offensives qui repoussèrent les Allemands. Hoth, devenu Generaloberst[général d'armée] ne put conserver Kiev. Il fut blâmé par Adolf Hitler, qui le considérait alors comme défaitiste, et placé en réserve en novembre.

En , il fut rappelé au service actif et affecté au commandement de la défense du massif du Harz, une position tenue jusqu’à la fin de la guerre car jamais attaquée par les Alliés.

Après la guerre, il fut jugé au procès du Haut Commandement militaire de Nuremberg, reconnu coupable de crime de guerre et le condamné à 15 ans de prison. Il fut libéré en 1954 et s’est consacré à l’écriture. Il est mort à Goslar où il est enterré.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Citations
  1. Jean Lopez, Koursk, p. 101.
Source
Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer, Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945, Friedburg, Podzun-Pallas, 2000 (ISBN 3-7909-0284-5)
  • (de) Scherzer, Veit, Ritterkreuzträger 1939–1945 - Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives, Iéna, Scherzers Miltaer-Verlag, 2007 (ISBN 978-3-938845-17-2)
Liens externes
Précédé par Hermann Hoth Suivi par
Fonctions militaires
aucun
Commandant du Panzergruppe 3
16 novembre 1940 – 4 octobre 1941
Generaloberst Georg-Hans Reinhardt
General der Infanterie Carl-Heinrich von Stülpnagel
Commandant de la 17e armée
5 octobre 1941 – 19 avril 1942
Generaloberst Hans von Salmuth
Generaloberst Richard Ruoff
Commandant de la 4e Panzer Armee
31 mai 1942 – 26 novembre 1943
Generaloberst Erhard Raus