Maison Pavlov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 42′ 56″ N 44° 31′ 58″ E / 48.71556, 44.53278

maison Pavlov

La maison Pavlov (russe : дом Павловаdom Pavlova) est le nom d'un bâtiment fortifié tenu par les Soviétiques durant la bataille de Stalingrad du au . Il tient son nom du sergent Yakov Pavlov qui a commandé un temps le peloton de la 13e division de la garde qui a pris et défendu le bâtiment.

La résistance de la maison Pavlov a été très utilisée par la propagande soviétique, qui a largement « enjolivé » l'Histoire[1].

Des références à la maison Pavlov sont faites dans plusieurs jeux vidéo.

Cette maison servit en particulier de modèle à Vassili Grossman dans son roman Vie et Destin sous le nom de maison "6 bis".

Utilisation dans la guerre[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est un immeuble en ruine. Lors de bombardement il perd une partie de sa structure et de sa toiture. Un commando soviétique de quatre hommes est envoyé sur place afin de prendre l'immeuble. Celui-ci représente un point stratégique pour les Soviétiques et un point d'observation important pour les Allemands car donnant une vue sur les chemins de fer ravitaillant les soldats Soviétiques et sur la Volga. L'immeuble est repris par le commando d'Yakov Pavlov et utilisé comme bastion dans la ville. Le jeune sergent Pavlov demande des troupes pour fortifier en hommes le bâtiment et aussi du matériel et des munitions. Les vagues successives de soldats Allemands échouent à reprendre ce fort. Lors de la dernière attaque trois hommes sont blessés dont le sergent Pavlov après avoir survécu à l'assaut d'une cinquantaine d'hommes et à trois panzers allemands.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lopez 2008, p. 244-245 cite notamment le témoigne de l'observateur d'artillerie basé dans la maison Pavlov, Grigori Potovski, recueilli par Mickael K.Jones au début des années 2000

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lopez, Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, éditions Economica, coll. « Campagnes & stratégies »,‎ , 1e éd., broché, 460 p. (ISBN 978-2717856385).

Liens externes[modifier | modifier le code]